Circuit Paul Ricard : les seigneurs de la F1

Nous sommes en plein Grand Prix de France, les bouchons battent leur plein, Marcus a fait un barbecue sur la piste et le tracé est parfois mal signalé. Malgré tout, nous nous réjouissons du retour de la F1 dans l’Hexagone sur un circuit aussi mythique que le Paul Ricard, aussi connu sous le nom de circuit du Castellet.

Couverture 3D - Paul Ricard - Daniel Ortelli

A ce propos, j’avais remarqué sur Twitter un livre au sujet du circuit varois. Son auteur, Daniel Ortelli, a eu l’extrême gentillesse de me le faire parvenir spontanément. Le titre prometteur vous accroche, je vous laisse en juger : « Circuit Paul Ricard : les seigneurs de la F1 ». Ca en jette, n’est-ce pas ? La couverture est, elle aussi, très envoutante ! Mais qu’en est-il au niveau du contenu ?

Sommaire

Avant toute chose, je débute n’importe quelle lecture par l’analyse du sommaire. L’organisation chronologique me plaît ! Vous trouverez en bleu les actes majeurs et en noir les sous-parties ou scènes, si le langage théâtral vous sied mieux.

Sommaire, Paul Ricard : les seigneurs de la F1

Au cœur historique du Paul Ricard

Nous débutons par un hommage au fondateur du circuit du Castellet : Monsieur Paul Ricard. C’était un personnage, un père, un homme d’affaires mais surtout un passionné d’automobile. Le livre nous emporte alors vers la création du circuit, clichés et anecdotes à l’appui.

Paul Ricard - Chef de chantier
Boire ou conduire : faut construire !

Nous continuons notre pérégrination temporelle : construction, inauguration puis le premier Grand Prix de F1 en 1971. On y apprend que ce premier évènement a même eu lieu, en partie, grace à un certain Jean Todt…

Pescarolo et Cevert
Pescarolo, hipster des 70’s, et Cevert, toujours bel homme.

Chaque année est détaillée et abondamment illustrée. J’ai adoré les fiches intercalaires sur les pilotes, les petits encarts (insolite, anecdote, lever de rideau, crash test, gros plan) et les palmarès qui donnent encore plus de vie à un ouvrage coloré et agréablement écrit.

Pour vous schématiser l’organisation de chaque saison, voici l’articulation typique appliquée :

  • Page introductive avec l’année et la couverture de l’évènement.
  • Une page de développement avec encart « Lever de rideau ».
  • Une deuxième page de développement avec encart « Insolite ».
  • Une fiche intercalaire pilote(s).
  • Double page photo et texte.
  • Une page photo et résultat.
  • Une page dédiée au vainqueur avec rappel de trois chiffres : le vainqueur et son temps de course, le poleman et son chrono puis le meilleur tour en course.

1988 - Alain Prost bat Ayrton Senna

Il y a des variantes à ce schéma mais je vous avoue que cette organisation est agréable. En effet, cette orchestration vous permet de naviguer instinctivement.

L’après F1 et la résurrection

L’ouvrage se conclue sur le passage de la F1 à Magny-Cours, le quasi-décès du circuit puis les étapes de sa renaissance jusqu’à ce week-end de fin juin 2018 que nous avons la chance de vivre.

Le Paul Ricard qui se fait resurfacer

Il aura quand même fallu 7 ans de négociation pour que la F1 revienne, ajoutons à cela des travaux titanesques entamés dès le printemps 2001 et une sacrée dose de passion. Le livre nous narre le renouveau de ce circuit et comment il a pu regagner ses lettres de noblesse.

Merci !

Cet ouvrage de Daniel Ortelli sur des images de Bernard Asset, Bernard et Paul-Henri Cahier est un recueil historique. Il s’agit d’un livre de passionnés pour les passionnés, le double hommage effectué dans les dernières pages en est la preuve. Je peux même ajouter que si vous vous êtes rendus au Grand Prix de France 2018, il apportera une toute autre dimension à votre expérience F1 varoise.

Si vous désirez échanger avec l’auteur, il est joignable sur Twitter : @OrtelliD.

Une pensée sur “Circuit Paul Ricard : les seigneurs de la F1”

Les commentaires sont fermés.