F1 Esports Series 2019 : pronostics d’avant-saison

Les F1 Esports 2019 se préparent, et je vous amène au cœur de l’ensemble du paddock ! Analyse des forces en présence avant la première manche du championnat, qui se déroulera ce mercredi 11 septembre à 20h heure française. A noter que ce premier round sera diffusé comme toute la saison en France sur Automoto la Chaîne, avec Depielo et Hydro aux commentaires. J’aurai le plaisir d’être pour ma part sur place à Londres dans les gradins afin de vous partager, au-delà de cet article, toutes les réactions à chaud sur scène via Twitter.

On démarre en prenant l’ordre du championnat la saison dernière pour présenter chaque équipe, puis nous ferons un zoom sur le round 1 de ce mercredi, et sur les pronostics de cette saison.

Présentation des équipes

Mercedes-AMG Petronas Esports

Line up : Brendon Leigh (UK) – Patryk Krutyj (POL) – Daniel Shields (AUS)

Les champions du monde en titre seront parmi les favoris cette saison bien que l’équipe, avec le départ de Daniel Bereznay pour Alfa Romeo, ne devrait pas être si dominante qu’en 2018. Si Brendon Leigh jouera sans doute les avant-postes, on ne peut pas en dire autant de Patryk Krutyj et Daniel Shields. Le premier avait été mis sur la banc la saison dernière et n’avait pas fait d’étincelles lors des finales 2017. Pour Shields, s’il était attendu comme un potentiel bon numéro 2, ses performances au sein de l’Apex Online Racing sont jusqu’à présent décevantes, puisqu’il joue dans le ventre mou du peloton dans un championnat moins relevé que les F1 Esports Series.

Mercedes risque donc de ne se retrouver qu’avec une seule voiture compétitive. Pour autant les champions du monde en titre sont ceux qui ont entamé leur préparation le plus tôt. Ils en gardent donc peut-être sous le pied, à la manière de l’écurie réelle pour ne pas trop motiver leurs adversaires. Quoiqu’il en soit, si Leigh sera le favori à sa propre succession, beaucoup d’interrogations subsistent à l’entame de cette saison 2019.

Scuderia Toro Rosso Esports

Line up : Patrik Holzmann (GER) – Cem Bolukbasi (TUR) – Manuel Biancolilla (ITA)

Vice-championne l’année dernière, l’écurie de Faenza devrait être moins bien placée cette année avec la promotion de Frederik Rasmussen chez Red Bull Racing Esports. Pour autant ils seront de sérieux candidats au podium voire top 5 et pourraient jouer les trouble-fêtes, faisant ainsi les affaires de l’écurie mère. Holzmann et Bolukbasi sont des pilotes extrêmement solides et expérimentés. Ils pourraient créer la surprise cette saison, en cherchant à monter chez Red Bull l’année prochaine. Attention cela dit aux egos, car ce qui peut être un excellent moteur peut très vite se détériorer. Biancolilla ne devrait être que spectateur cette année. Pas de communication de sa part sur les réseaux pour le bootcamp contrairement à ses coéquipiers.

La hiérarchie est claire et le rôle du team également. Aider Red Bull à vaincre l’ogre Mercedes. Ils en ont les moyens mais la concurrence sera rude ! En effet, le peloton s’annonce comme l’un des plus serrés du plateau et la régularité fera la différence, une qualité reconnue aussi bien chez Holzmann que Bolukbasi l’année dernière.

Alfa Romeo Racing F1 Esports

Line up : Daniel Bereznay (HUN) – Salih Saltunc (UK) – Kimmy Larsson (SWE)

Les favoris pour cette saison 2019, ce sont eux, en particulier pour le championnat constructeur. L’arrivée de Daniel Bereznay a permis à l’écurie italienne de passer un cap et l’ADN Veloce Esports se fait sentir. Le Hongrois, soucieux de ne pas se cantonner à un rôle de n°2 est parti de chez Mercedes pour un contrat à prix d’or avec, à la clé, un nouveau statut de pilote n°1, qu’il faudra assumer. L’ennemi d’Alfa pourrait bien être Alfa eux-mêmes. En effet, à la fin de la saison dernière, Salih Saltunc s’imposait comme un leader naturel, une position fragilisée par l’arrivée surprise de Bereznay. Il se dit dans le paddock que si l’entente est cordiale et professionnelle, deux leaders se retrouvent dans la même équipe. La formule est donc quitte ou double. Alfa Romeo Racing F1 Esports sera le grand vainqueur de cette saison, ou la déception. Il y a peu de chances pour que cela soit entre les deux. Les deux pilotes titulaires sont dans le peloton de tête à l’Apex Online Racing, assumant leur rang, même si battus à plusieurs reprises par Fabrizio Donoso (grand absent cette saison) & Jarno Opmeer (Renault Sport Team Vitality).

Le choix du 3ème pilote, lui, a fait polémique. James Baldwin (UK), vainqueur de la « erace of champions » et du Forza Le Mans Esports Series a été mis à l’écart pour privilégier Kimmy Larsson. Une décision réglementaire, car au moins un pilote de l’effectif de chaque team doit être issu de la pro draft. Dommage, car Baldwin a montré un excellent niveau à l’Apex Online Racing, faisant déjà jeu égal sur certaines manches avec Bereznay et Saltunc si ce n’est mieux. Aarava, team principal de l’écurie esport aura fort à faire pour gérer ses hommes. Alfa Romeo Racing F1 Esports, fera à coup sûr, des étincelles et sera l’un des chouchous du public.

McLaren Shadow

Line-up : Enzo Bonito (ITA) – Bono Huis (NL) – Allert van der Wal (NL)

McLaren Shadow est une écurie un peu particulière au sein du peloton. Ne nous le cachons pas, leur saison 2018 a été sauvée par le carambolage général d’Abu Dhabi, et les doubles points de cette manche, passant de la 6ème à la 4ème place au championnat constructeurs. Le line up transpire le talent, mais il faut le dire : Redline, structure esportive derrière le projet, a perdu de sa superbe, se reposant sur ses lauriers dans de nombreuses compétitions. Certes, il y a la victoire sur iRacing aux 24 Heures de Spa avec Lando Norris et Max Verstappen. Si elle a fait les gros titres pour les néophytes, cette victoire est surtout due à leur association avec la Pure Racing Team et ses deux monstres, les deux Max, Benecke et Wenig.

Pour autant, le fan hardcore de simracing que je suis adorerait revoir Bono Huis aux avant-postes. La principale problématique de l’équipe restant le mental et la motivation au cours de la saison. Jamais présents en compétitions sur F1, ils restent une inconnue et pourraient tomber dans leurs travers de 2018, en démarrant avec un retard de développement. Bonito pourrait être, et sera sûrement la bonne surprise. Un peu malchanceux la saison dernière, il avait montré une excellente pointe de vitesse, notamment en qualifications. Van der Wal sera un joker de luxe, un diamant à polir en vue de 2020 et une potentielle retraite de Huis ? La discrétion a été de mise sur la préparation cet été, et l’on a hâte de savoir ce que cela va donner dès le premier événement !

SportPesa Racing Point F1 Esports Team

Line-up : Daniele Haddad (ITA) – Marcel Kiefer (GER) – Lucas Blakeley (UK)

Si la Scuderia Toro Rosso F1 Esports est la sœur de Red Bull Racing Esports, SportPesa Racing Point F1 Esports Team (bon courage à Depielo et Hydro pour citer ce nom à chaque fois) sera la sœur de Mercedes. En effet, les liens entre les deux entités existent depuis l’an dernier, aussi bien au niveau pilotage qu’au niveau technique. Kiefer devra s’affirmer en tant que leader suite au départ de Donoso (qui l’avait tout de même battu 5 fois sur 3 lors des 8 manches auquel le chilien a participé). Daniele Haddad est attendu comme un des outsiders cette saison, constamment dans le top des classements en « hotlap », sa vitesse en condition de course reste une inconnue. Ils seront comme Toro Rosso, des concurrents réguliers pour les gros points.

Racing Point renforce la théorie d’un jeu caché chez Mercedes. En effet, la préparation a aussi démarré très tôt pour les roses et bleus, dès la sortie du jeu. Ils pourront donc jouer les trouble-fêtes et contrer l’armada Red Bull. Une lutte des tranchées s’annonce en piste entre 4 teams et ça devrait être un régal à suivre en piste. Pour Blakeley, peu de chance de le voir en piste cette saison, comme beaucoup lors de cette 2ème pro draft, il a été choisi pour des questions de règlement. Dommage, car il s’agit d’un pilote travailleur et d’un bon lieutenant, même s’il est vrai qu’il est très certainement en dessous de Kiefer et Haddad en terme de performance pure.

Red Bull Racing Esports

Line up : Frederik Rasmussen (DK) – Joni Tormala (FIN) – Nicolas Longuet (FR)

Red Bull Racing Esports est la seule écurie comportant un pilote français cette saison, avec Nicolas Longuet, sélectionné à la Pro Draft. Un choix en or pour Red Bull Racing afin de compléter ses deux titulaires Rasmussen et Tormala. Le pilote Danois sera à coup sûr un des favoris pour le titre, lui qui avait donné du fil à retordre à Brendon Leigh en 2018 a soif de revanche, notamment suite à la polémique d’Abu Dhabi (Leigh ayant ralenti le peloton pour avantager Bereznay et gêner Rasmussen). Rapide dans tout ce qu’il touche, il est l’incontestable n°1, promu de chez Toro Rosso. Si son mental tient, la bataille pour la victoire devrait être de toute beauté, et les interviews toujours aussi salées ! A ses côtés, Tormala devra renforcer son jeu, après une campagne 2018 en demi-teinte. S’il est extrêmement rapide, à la manière des pilotes McLaren, son mental peut être fluctuant, délivrant le meilleur et le pire de manière parfois aléatoire.

Surtout que derrière lui, Longuet a les dents longues et a montré toute sa pointe de vitesse lors de la manche d’ouverture de l’Apex Online Racing, jouant tout de suite les avant-postes. Et c’est un scénario que je verrais bien arriver, avec une mise sur le banc de Tormala pour un test de Longuet si les résultats du Finlandais s’avéraient décevant au premier événement de ce mercredi 11 septembre. A noter enfin, un bootcamp assez tardif, une semaine seulement avant les F1 Esports, en collaboration avec la structure Excel (basée à Londres et officiant dans d’autres championnats esports plus « généralistes »). La préparation aura-t-elle été à la mesure du défi ? On sait que leur adversaire Mercedes avait construit son succès grâce à un démarrage sur les chapeaux de roue l’an dernier… Dans tous les cas, Red Bull Racing Esports devrait être un candidat sérieux pour les deux titres.

Williams Esports

Line up : Alvaro Carreton (SP) – Tino Naukkarinen (FIN) – Isaac Price (UK)

Williams Esports, sûrement un des projets les plus prometteurs ! Basé sur le long terme, avec les deux très jeunes pilotes Carreton et Naukkarinen (moins de 20 ans tous les deux), Williams n’a terminé que 7ème l’année dernière mais cela cache un potentiel réel. Avec l’ajout de l’expérience d’Isaac Price, l’écurie anglaise pourrait être LA surprise de cette saison. Javi Guerra, manager du team avec qui j’ai pu échanger lors de la Simracing Expo, serait parti sur une paire Naukkarinen / Price en titulaires et Carreton en 3ème pilote. Un choix que je ne partage pas forcément tant Carreton a époustouflé son monde à l’Apex Online Racing en ce début de saison, le seul à avoir rivaliser avec Donoso en Chine. Mais les options sont ouvertes, et ce choix a pu changer depuis deux semaines. Le développement de l’auto semble s’être bien déroulé et l’alchimie entre les pilotes est présente. Naukkarinen, premier sélectionné de la draft l’année dernière, bénéficie d’un très gros capital sympathie, tout comme son chien, à l’image d’un Norman Pagenaud !

Je pense que ce sera un des coups de cœur de cette année, et permettra de mettre un coup de projecteur bienvenu sur cette écurie historique de Formule 1. Qui plus est, aucune pression sur eux, ils sont outsiders dans ce championnat, ce qui devrait faciliter le travail des pilotes. Reste la question de qui va rouler quand. Ils joueront le top 10 à la régulière et sûrement davantage. Les podiums et éventuelles victoires seront un bonus, 2019 étant encore synonyme d’apprentissage, avant d’aller jouer les titres pilotes et constructeurs en 2020 ?

Haas F1 Esports Team

Line up : Floris Wijers (NL) – Martin Stefanko (CZ) – Jan Fehler (GER)

Lanterne rouge assurée, vous pouvez miser toute votre épargne sur ce résultat, fin de l’histoire. Plus sérieusement, et si le constat est extrêmement dur, il me paraît impossible d’envisager un autre pronostic tellement le line up de l’écurie américaine est faible, tout comme l’investissement du team à l’heure actuel. Les difficultés de l’équipe « réelle », et les histoires avec Rich Energy ont peut-être eu raison des projets « annexes » comme les F1 Esports. Stefanko n’a pas fait de miracle la saison dernière, et Wijers, tout comme Fehler, a une pointe de vitesse moins important que Smidl qui a été remercié. Wijers, sélectionné à la Pro Draft, a toutes les peines du monde à atteindre le top 12 à l’Apex Online Racing.

Fehler n’était pas non plus un foudre de guerre l’année dernière, Stefanko ne sera pas un leader. Une saison encore difficile s’annonce pour Haas F1 Esports Team, et l’objectif sera de grappiller un point au cours de la saison. Mais cela s’annonce difficile tant le cru 2019 est aussi talentueux que compact.

Renault Sport Team Vitality

Line up : Jarno Opmeer (NL) – Cédric Thomé (GER) – Simon Weigang (UK)

Renault Sport Team Vitality, aux côtés de Haas aura été le « loupé » de cette Pro Draft. Sélectionnant Weigang en aillant le 2nd pick, alors que des Longuet ou Van der Wal étaient encore disponibles… C’est dommage pour l’écurie française qui devrait cependant retrouver quelques couleurs cette saison et tenter de ne pas finir dernier de la saison comme en 2018. Opmeer semble plus en forme que prévu, déjà 2 victoires à l’Apex Online Racing. Si sa pointe de vitesse est un peu inférieure aux tops drivers, il a montré avoir une excellente gestion de la course et ne commet pas d’erreurs, ce qui sera une des clés dans un peloton aussi serré. Il devrait pouvoir ramener de gros points, Thomé à ses côtés est connu pour être l’un de plus grands rivaux de Salih Saltunc. Bonne mentalité, il sera peut-être encore un peu tendre cette année pour espérer jouer le top 5 à la régulière. Weigang quant à lui ne devrait pas rouler de la saison.

Un top 6 semble être envisageable pour Renault Sport Team Vitality. Un meilleur résultat sera un bonus, le team se cherchant encore en terme de management. Il faudra profiter au maximum des erreurs et opportunités pour espérer décrocher un podium cette saison. Avant de, pourquoi pas, tenter de passer dans la première moitié de tableau l’année prochaine.

Ferrari Driver Academy

Line up : David Tonizza (ITA) – Amos Lauritos (ITA) – Gianfranco Giglioli (ITA)

Ferrari entre dans les F1 Esports Series par la petite porte. Si l’on s’attendait à de grosses signatures de leur part, les fans de la Scuderia vont être déçus avec un line up 100% italien. Si Tonizza sera à coup sûr un des outsiders, il est encore jeune et inexpérimenté pour supporter tout un team sur ses épaules. Celui qui devait avoir ce rôle n’est autre que Fabrizio Donoso, comme l’avait évoqué thecheckeredflag.co.uk fin juillet dernier. Une rumeur confirmée par les premières photos partagées par l’écurie italienne, coupées et montrant Tonizza et Lauritos avec un 3ème pilote mystère qui s’apparente à Donoso. Pour des raisons encore inconnus, Ferrari n’a pu sélectionner que des pilotes italiens et c’est Giglioli qui sera ce 3ème pilote. Ferrari passe donc d’un potentiel top team, à lutter pour quelques points.

Si Tonizza devrait faire quelques coups d’éclats, je ne les vois pas dans la première moitié de tableau, surtout sans leader pour driver l’équipe. Giglioli a été confirmé très tard et la préparation n’a pas été optimale. Lauritos, quant à lui, n’avait pas montré beaucoup de choses en 2017 et s’il reste un excellent gentleman driver, je ne le vois pas jouer le top 10 à la régulière dans cette grille. Si les moyens sont pourtant investis, il semble que les rouges aient sous-estimé ou mal anticipé la tâche qu’est de lancer une écurie esport. Écueil dans lequel majorité des teams sont tombés l’année dernière pour leur première année. Limiter la casse sera donc l’objectif pour 2019, avant de mieux préparer 2020 pour jouer les titres pilotes et constructeurs.

Round 1 : les enjeux

Pour cette première manche, 3 courses de 25% au programme : Bahreïn, Chine et Bakou. Trois circuits avec des profils relativement similaires, demandant un bon compromis entre aérodynamique et grip mécanique. La vitesse de pointe sera l’une des clés de ce weekend, ainsi que le management des pneus et de l’ERS, deux des facteurs les plus importants sur F1 2019.

Un seul arrêt sera la stratégie pour chaque course, mais les under/overcuts vont avoir un réel impact et la stratégie sera capitale cette saison. Le peloton est l’un des plus compacts de la saison et le top 10 à l’issue de chaque course devrait être rarement séparé de plus de 15 secondes, c’est dire le niveau de compétition !

Comme l’année dernière, la qualification jouera un rôle majeur dans le résultat final. Les écarts seront infimes, encore davantage que la saison dernière, à mon avis. Quelques centièmes de perdus peuvent faire la différence entre une première et une cinquième ligne. Les voitures étant en performances identiques, le spectacle devrait être absolument fou, et avec les améliorations de l’opus 2019 en termes de réalisation TV, tout le monde devrait apprécier le show !

Le premier round a toujours une saveur particulière pour pilotes et écuries, chacun se mettant beaucoup de pression. Certains craqueront, d’autres brilleront et le ton sera donné pour cette saison 2019 ! Brendon Leigh et Mercedes domineront-ils comme la saison dernière ? Voici mes pronostics sur l’ensemble de la saison pour conclure.

Les pronos de la saison

Pour les pilotes, je me limiterai au top 10, et pour les constructeurs, vous aurez mon pronostic complet. Il faudra attendre le 4 décembre prochain pour savoir si j’avais vu juste, date du 4ème et dernier événement de la saison 2019 !

Ce qu’il faut retenir c’est que cette année se jouera très certainement au point près et que rien ne sera sûrement décidé avant la dernière course de la saison.

Pilotes

  1. Brendon Leigh
  2. Frederik Rasmussen
  3. Alvaro Carreton
  4. Daniel Bereznay
  5. Jarno Opmeer
  6. Enzo Bonito
  7. Patrik Holzmann
  8. Marcel Kiefer
  9. David Tonizza
  10. Salih Saltunc

Ecuries

  1. Alfa Romeo Racing F1 Esports
  2. Red Bull Racing Esports
  3. Williams Esports
  4. Mercedes-AMG Petronas Esports
  5. Scuderia Toro Rosso Esports
  6. SportPesa Racing Point F1 Esports Team
  7. Renault Sport Team Vitality
  8. McLaren Shadow
  9. Ferrari Esports
  10. Haas F1 Esports Team

Vous avez désormais toutes les infos pour bien démarrer la saison et suivre ça du mieux possible ! Il ne me reste qu’à vous souhaiter une excellente saison 2019 des F1 Esports Series. Pour suivre les coulisses de la GFinity Arena à Londres, n’hésitez pas à me suivre sur mon compte Twitter : @liftandcoast_

Et pour suivre les F1 Esports en français, rendez-vous sur Automoto la Chaîne avec Pierre-Olivier « Depielo » Valette et Hydro. Bref, plus aucune excuse pour manquer ce premier rendez-vous de la saison !

Richard Arnaud