Aston Martin annonce que Fernando Alonso va "rester". Des détails devraient être diffusés ultérieurement.

Mise à jour : La "précision" faite sur le site d'Aston :
"Fernando réagit aux spéculations.
Fernando Alonso a publié aujourd'hui la déclaration suivante en réponse aux questions concernant ses futurs projets de carrière : 'Je suis là pour rester.'"

Il semble s'adresser aux rumeurs lui prêtant des intentions d'aller chez Mercedes puis les plus récentes le plaçant chez Red Bull. Comme toujours, nous ne pouvons qu'admirer la créativité de certains médias et la force de relais voire d'amplification d'autres.

Complément : le site officiel de la F1 a passé les propos du directeur de l'écurie, Mike Krack, et il y est précisé que "Cet accord pluriannuel avec Fernando nous amène jusqu'en 2026, lorsque nous commencerons notre partenariat d'usine en matière de groupes motopropulseurs avec Honda."

Ce serait donc une prolongation pluriannuelle... de deux ans. Ce qui veut dire que Honda le veut bien une année.

Il y a 20 h

La F1 a présenté le calendrier de la saison 2025.

Il y a 1 h

Le casque spécial #ChineseGP du local de l’étape, un certain Zhou Guanyu.

Il y a 54 minutes
George RUSSELL | Mercedes

George Russell, s'adressant à Sky Sports F1 au sujet de son incident dans le dernier tour alors qu'il était derrière Fernando Alonso : "Mon point de vue, c'est que je suis sorti de la piste et c'est de ma faute. J'étais à une demi-seconde derrière Fernando 100 mètres avant le virage puis il s'est soudainement rapproché de moi très rapidement et j'étais direct sur sa boîte de vitesses. Je ne sais pas s'il avait un problème ou pas."

"Il est allé voir les commissaires et c'est un peu bizarre dans une situation comme celle-ci. Je n'ai rien d'autre à dire pour le moment. Je dois tout voir, juste déçu de terminer la course comme ça."

"Il est clair qu'il a freiné 100 mètres avant le virage et a ensuite réaccéléré et a pris le virage normalement. Nous avons déjà vu les données de cela."

Sur le fait de savoir si Alonso lui a fait subir un "brake test" : "Je ne vais l'accuser de rien jusqu'à ce que nous en sachions plus. J'étais juste derrière lui pendant de nombreux, nombreux tours. J'étais à une demi-seconde derrière lui avant le virage. Puis, soudainement, il a ralenti de manière spectaculaire et a remis les gaz. Je ne m'y attendais pas et il m'a pris par surprise. Cette partie est de ma faute. C'est intéressant qu'il ait été convoqué par les commissaires. Je suis intrigué de savoir ce qu'ils ont à dire."
 Australie 2024