La nouvelle MINI John Cooper Works fera ses débuts aux 24 Heures du Nürburgring, du 1er au 2 juin 2024, avant sa présentation mondiale.

Le modèle #317 de la MINI John Cooper Works sera engagé par l'équipe privée Bulldog Racing de Nürburg dans la catégorie SP 3T.

Surnommée "MINI John Cooper Works PRO" (pour Prototype), cette voiture de course Twin-Power Turbo allie le design emblématique et la fiabilité de MINI avec l'expertise de Bulldog Racing.

La deuxième représentante de MINI dans "l’enfer vert" sera la célèbre MINI John Cooper Works noire avec boîte de vitesses manuelle, arborant le #474. Elle a décroché une place sur le podium lors des 24 Heures du Nürburgring l'année dernière dans la catégorie VT-2, démontrant sa compétitivité face à une forte concurrence.

Il y a 23 h

A Monaco, le grand cirque de la F1 est en ville !!! Photos prises par Thomas Maheux sur place.

Il y a 23 h

P6 et P7 à Imola pour Mercedes peuvent ne pas sembler être un progrès sur le papier, mais les écarts avec ceux qui les précèdent et les suivent laissent place à l'optimisme, selon l'équipe. L'écurie fera ainsi étape à Monaco cette semaine, convaincue qu'elle va dans la bonne direction.

"Nous avons fait un pas en avant. Nous nous sommes améliorés," a déclaré Lewis Hamilton après la course. "Mais nous devons continuer jusqu'à ce que nous obtenions ces améliorations pour vraiment réduire les écarts."

Du cockpit au mur des stands, Toto Wolff (directeur de l'équipe Mercedes) était également satisfait de ce qu'il a vu lors de notre première visite à Imola en deux ans. Il a déclaré : "Nous sommes sur une trajectoire où nous rendons la voiture meilleure, nous pouvons le voir. Je me sens plus confiant maintenant."

Le progrès sera régulier, mais l'équipe sait que c'est la bonne voie à suivre. "Nous voyons maintenant ces gains progressifs, plutôt que cette mise à jour miracle," a ajouté Toto. "Nous mettons la voiture dans une meilleure fenêtre et lui donnons plus de performances. Je me sens plus confiant."

Il y a 55 minutes

À Imola, Hamilton a été interrogé sur la possibilité que Sainz rejoigne Mercedes, mais il a répondu en exprimant sa préférence pour Antonelli. "Carlos est un excellent pilote, donc je pense que peu importe où il ira, il apportera quelque chose de positif à n'importe quelle équipe", a déclaré Hamilton. "Honnêtement, je n'ai aucune idée des plans de Toto, mais pour moi, si je devais choisir un jeune pilote, je prendrais probablement Kimi."

Wolff a parlé à Sky Sports F1 de ses sentiments concernant la course d'Hamilton en Italie ce week-end, pour la première fois depuis l'annonce de son transfert surprise chez Ferrari, et a évoqué Antonelli. "J'imagine que pour les Italiens, c'est très excitant d'avoir Lewis Hamilton en rouge l'année prochaine. Nous nous habituerons aux tenues, mais nous devons nous concentrer sur nous-mêmes", a-t-il dit. "Peut-être qu'il y a une option pour que nous brillions davantage avec un Italien dans notre voiture, donc nous repoussons les limites."

Mercedes a testé Antonelli dans leurs voitures de F1 de 2021 et 2022 en avril, mais ils ont essayé de modérer les attentes concernant l'Italien. James Allison, directeur technique, a loué Antonelli, qui a rivalisé et, parfois, surpassé son coéquipier en Formule 2, Oliver Bearman, cette saison. "J'ai eu le grand plaisir d'écouter les ingénieurs décrire leurs interactions avec lui", a déclaré Allison. "Un jeune pilote enthousiaste, très, très rapide, avec un rythme régulier. Il n'avait jamais conduit une voiture de F1 jusqu'à récemment, mais il a semblé à l'aise dès les premiers tours."

L'ingénieur britannique a rajouté : "Il est arrivé avec un esprit ouvert face à cette génération de voitures à effet de sol. Il ressent toutes les sensations attendues, mais il n'est pas influencé par les voitures précédentes. Il les prend telles qu'elles sont et nous décrit leurs points faibles et forts. Il laisse les ingénieurs travailler pour améliorer ces aspects. Mais il semble être un très prometteur jeune pilote."

À Imola, pour en revenir à Wolff, le patron de l'équipe Mercedes a déclaré : "Nous mettons en avant ce jeune homme depuis longtemps maintenant et il sera un très bon et grand pilote un jour en Formule 1, mais il a 17 ans. Il y a quatorze mois, il conduisait une voiture de F4 et il y a beaucoup d'attentes en Italie. Nous sommes aussi un peu coupables d'avoir parlé de lui à ce stade et je pense que nous devrions le laisser se concentrer sur la Formule 2, obtenir des résultats et ne pas trop se laisser emporter par ce qui pourrait ou devrait être. Regardez George [Russell], il a remporté la F3 et la F2 dès sa première année. En même temps, Kimi a excellé dans ces séries juniors et est maintenant en F2, donc nous verrons. Il sera en Formule 1 un jour, mais ne précipitons pas les choses."

Il y a 33 minutes

Repoussée en 2024, la future supercar d'Aston Martin est Valhalla la bourre

27/09/2023 Automobile

Repoussée en 2024, la future supercar d'Aston Martin est Valhalla la bourre - Crédit photo : Aston Martin
Crédit photo : Aston Martin 

L'Aston Martin Valhalla, initialement prévue pour 2022, sera finalement produite en 2024. Limitée à 999 exemplaires, elle alliera technologies de F1 et ingénierie de pointe, en embarquant un V8 biturbo et 3 moteurs électriques pour une puissance totale de 1012 ch.

Le développement de la nouvelle supercar Aston Martin Valhalla prend un autre tournant "grâce à l'expertise et aux technologies héritées de la F1". Présentée mi-2021 et Initialement prévue pour 2022, elle avait été repoussée au quatrième trimestre 2023 pour finalement annoncer une entrée en production en 2024, avec une série limitée à 999 modèles.

Selon la marque britannique, Aston Martin Performance Technologies (AMPT) fournit des outils et des compétences spécifiques, s'appuyant sur les méthodes éprouvées par l'équipe Aston Martin Aramco Cognizant Formula One (AMF1). La Valhalla bénéficie notamment dans trois domaines clés : la dynamique, l'aérodynamique et les matériaux.

Marco Mattiacci, directeur général en charge de la marque et du commerce au niveau mondial, insiste sur la vision de la marque à construire une gamme exceptionnelle de voitures centrées sur le conducteur. Valhalla représente donc une étape décisive dans le développement de supercars à moteur central, une synergie parfaite entre les ingénieurs automobiles et ceux de la Formule 1.

Ainsi, l'Aston Martin Valhalla se présente comme une supercar centrée sur le pilote (ou conducteur, selon les qualités au volant du propriétaire). Les dynamiques du véhicule ont été affinées en grande partie dans des simulateurs, avec l'apport des pilotes de l'équipe AMF1 : Lance Stroll et Fernando Alonso. Cela devrait apporter une nouvelle dimension à la calibration de la voiture. La conception du cockpit s'inspire également de la Formule 1, notamment dans l'optimisation de la position du conducteur.

L'expertise conjointe en aérodynamique des équipes AMPT et Aston Martin ouvre de nouvelles perspectives, selon les annonces de la marque automobile. Valhalla utilise des systèmes aérodynamiques actifs et génère plus de 600 kg d'appui à 240 km/h, adaptant constamment l'appui en fonction du mode de conduite. Des techniques de simulation fluidique avancées ont été utilisées, en s'inspirant des méthodes de développement de l'équipe de F1.

Un des aspects les plus fascinants de la Valhalla est son fond plat, une technologie empruntée directement de la Formule 1. Dans la F1, cette caractéristique est essentielle pour optimiser l'appui aérodynamique et la stabilité à haute vitesse. Aston Martin a transposé cette ingénierie avancée à la Valhalla, en tirant pleinement parti du fait que les supercars ne sont pas soumises aux mêmes restrictions aérodynamiques que les monoplaces de Formule 1. Cela permet à la Valhalla de bénéficier de systèmes aérodynamiques entièrement actifs, à l'avant comme à l'arrière, qui adaptent en temps réel l'appui pour maximiser l'adhérence, l'équilibre et la performance globale de la voiture.

Quant à la structure de Valhalla, elle repose sur des technologies composites de pointe. L'équipe AMPT, enrichie de l'expérience en Formule 1, a participé au développement de la structure en fibre de carbone de la voiture. Cette expertise a également servi à simuler les propriétés de rigidité et de résistance aux chocs, ce qui a permis des gains significatifs avant les phases de tests destructifs.

L'architecture de la Valhalla est un savant mélange de fibres de carbone, réalisé grâce à une technologie propriétaire et innovante développée spécialement pour Aston Martin. Les sections supérieure et inférieure de cette structure sont moulées en fibre de carbone en utilisant une combinaison du procédé de moulage par transfert de résine (RTM) et de la technologie d'autoclave directement issue de la Formule 1. Le résultat est une cellule passager unique en son genre, extrêmement rigide et légère, qui offre des attributs structurels dynamiques hors pair et une sécurité exceptionnelle, sans pour autant compromettre l'ergonomie pour le conducteur et le passager.

Au cœur de la stratégie d'électrification d'Aston Martin, la Valhalla est dotée d'un moteur V8 biturbo à plan plat sur mesure. Il s'agit du moteur V8 le plus avancé, le plus réactif et le plus performant jamais installé dans une Aston Martin. Ce moteur d'exception est couplé à deux moteurs électriques sur le train avant, délivrant une puissance cumulée impressionnante de 1012 chevaux. Les moteurs électriques avant assurent également la fonction de marche arrière, permettant ainsi une réduction du poids sur la transmission arrière. Grâce à un système de traction intégrale et de vectorisation du couple (torque vectoring) sur le train avant, la Valhalla offrira une expérience de conduite inégalée, alliant réactivité et plaisir derrière le volant.

Un troisième moteur électrique est intégré à la boîte de vitesses, apportant une puissance supplémentaire aux roues arrière. Ce moteur sert également de démarreur/générateur pour le moteur à combustion interne, ce qui ajoute une couche supplémentaire de polyvalence et d'efficacité à la mécanique complexe de la Valhalla.

Carlo Della Casa, directeur du développement produit chez Aston Martin, a alors mis en avant les bénéfices apportés par la synergie entre les équipes de développement des voitures de route et de la Formule 1. Conclusion de l'Italien : le but est de réduire l'écart entre le "gentleman driver" et le pilote professionnel sur piste. C'est pour cela que la Valhalla semble se profiler comme étant la parfaite incarnation de ce rêve technologique et sportif.

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.