Le nouveau Porsche Cayenne GTS est équipé d'un moteur V8 biturbo de 4,0 litres, développant une puissance de 500 ch (368 kW) [+40 ch (30 kW) par rapport au précédent modèle] et un couple de 660 Nm [+ 40 Nm]. Il accélère de 0 à 100 km/h en seulement 4,4 secondes et peut atteindre une vitesse maximale de 275 km/h. En plus des améliorations significatives en matière de performance et de conduite, le Cayenne GTS propose des options de réduction de poids, incluant un pack d'allègement pouvant réduire le poids du véhicule jusqu'à 25 kg, optimisant ainsi davantage les performances.

Ce modèle intègre des innovations telles que le Porsche Traction Management (PTM) avec un nouveau système de refroidissement pour la boîte de transfert, optimisant la performance sur circuit et en montagne. De plus, le châssis bénéficie d'un ajustement précis avec un abaissement de 10 mm, et comprend des systèmes comme le Porsche Active Suspension Management (PASM) et le Porsche Torque Vectoring Plus (PTV Plus). Le design et les équipements ont également été renouvelés, avec notamment des jantes RS Spyder de 21 pouces en Gris anthracite et un intérieur amélioré avec des éléments en Race-Tex.

Il y a 16 h

Checo Pérez interviewé au pied du podium après s'être classé troisième du Grand Prix de Chine 2024 : "Oui, ça [la stratégie] nous a vraiment coûté cher. Malheureusement, nous avons eu la voiture de sécurité et avons perdu deux places. Et oui, en fin de compte, cela a défini la course... Nous avons fait la majeure partie de la course en pneus durs. Et oui, une fois que vous commencez à lutter comme ça dans les premiers tours, la durée de vie des pneus diminue dramatiquement, mais au moins nous avons réussi à monter sur le podium, même si ça aurait été bien d'être premier et deuxième."

Concernant son rythme pendant la course, était-il satisfait ou pensait-il qu'il aurait pu être meilleur ? Il est à noter que Max Verstappen, son coéquipier chez Red Bull, avait parfois une différence de cinq dixièmes, voire plus, par tour. Le Mexicain a répondu : "Oui, je pense que nous manquions définitivement de rythme, surtout avec les pneus Medium. Nous avons eu pas mal de difficultés avec l'équilibre. Nous avons beaucoup changé par rapport à hier. Donc je pense que, oui, nous n'avons pas lu les conditions aussi parfaitement que nous aurions pu, mais dans l'ensemble, je pense que c'était un week-end solide. Et nous comprenons les raisons pour lesquelles aujourd'hui le rythme en course était un peu en baisse."

Rendez-vous à Miami où l'objectif de Pérez reste la victoire !

Il y a 15 h

Lando Norris a terminé deuxième de la course chinoise et a même été élu pilote du jour : "Surpris, je suis très heureux. Très heureux pour toute l'équipe. Ils le méritaient. De bons arrêts aux stands. Aujourd'hui, tout a fonctionné. Je ne sais pas pourquoi. Je ne m'attendais vraiment pas à ce genre de course aujourd'hui mais je me suis senti à l'aise, j'ai pu gérer les pneus beaucoup plus facilement que hier. Et je pouvais juste pousser. La voiture était superbe et je me sentais à l'aise. Donc, bonne journée, bons points et un autre podium, donc je suis très content."

S'il a été surpris par son rythme parfois meilleur que celui de la deuxième Red Bull, celle de Pérez : "J'étais surpris par beaucoup de choses. Le manque de rythme de Ferrari aujourd'hui. Notre bon rythme et, je suppose, notre comparaison avec la Red Bull, qui était tellement surprenante. Je ne m'attendais pas du tout à aujourd'hui. Je m'étais préparé à rentrer chez moi tôt et à ne pas être sur le podium. Donc c'est une surprise agréable mais cela montre que l'équipe a fait du bon travail. Nous travaillons dur et ça porte ses fruits."

Lui qui pensait que les Ferrari lui colleraient au train toute la course, a été surpris de voir que cette prédiction ne s'est pas réalisée : "J'avais parié sur la distance à laquelle nous finirions derrière Ferrari aujourd'hui. Je pensais à 35 secondes et j'étais très loin du compte. Donc oui, heureux de m'être trompé, mes propres paris, mais une bonne journée pour tout le monde."

Il y a 15 h

Max Verstappen a eu un excellent sentiment dans sa voiture en ce dimanche chinois, d'autant qu'il a pu gagner sur le circuit de Shangaï : "c'était incroyable. Je veux dire, tout le week-end, je pense que nous étions incroyablement rapides. Et oui, c'était juste agréable de piloter, avec chaque type de pneu également. Les redémarrages, je pense que nous avons tous bien survécu, et la voiture était essentiellement sur des rails. Et oui, je pouvais faire ce que je voulais avec. Et ces genres de week-ends, c'est bien sûr incroyable de ressentir et bien sûr d'atteindre ce que nous avons fait ce week-end, c'est fantastique."

A un moment, le Néerlandais a entendu des bruits provenant de sa monoplace et s'est inquiété à la radio d'avoir roulé sur des débris : "Je veux dire, on entend toujours un peu de bruits. Bien sûr, cela m'est arrivé par le passé de devoir abandonner assez proche de la fin. Et puis, oui, il y avait un peu de débris, je pense, d'une voiture. Alors je l'ai dépassé à 300 et quand les pneus deviennent froids et vieux, il est très facile de les crever, donc je voulais juste vérifier."

En ce qui concerne la prochaine course à Miami : "Normalement, ça devrait être une bonne course pour nous. La stratégie est normalement un peu plus simple, mais c'est toujours un circuit assez difficile, vous savez, donc je suis excité. Vous savez, c'est toujours un week-end assez fou là-bas, donc ça va être assez chargé."

Il y a 15 h

George Russell, interrogé par Sky Sports F1 après avoir fini sixième au Grand Prix de Chine, a commencé par admettre que ce résultat était probablement le meilleur qu'il pouvait espérer compte tenu des circonstances : "Je pense que oui. Ce week-end, nous avons identifié nos lacunes. Les trois dernières courses, nous étions en concurrence avec Fernando et Piastri, et actuellement, la sixième place, c'est là où nous en sommes."

Il a souligné que le week-end avait été instructif pour Mercedes, notamment en expérimentant deux configurations différentes sur la voiture du vendredi au dimanche. "Il y a donc des informations à traiter. Finalement, nous devons analyser les données en profondeur et continuer à améliorer les performances de la voiture."

Quant à sa capacité à tenir tête aux Ferrari en début de course, Russell était pragmatique : "On espère toujours et on fait de son mieux. On roule aussi vite que possible, mais à la fin, on se retrouve dans l'ordre de performance des voitures. C'est le cas pour tout le monde, c'est la F1. Nous devons simplement continuer à travailler dur pour essayer de combler cet écart et être plus compétitifs face à Ferrari et Lando, et essayer de nous rapprocher des Red Bull."

Il y a 15 h

Toto Wolff, directeur de l'équipe Mercedes, s'est exprimé auprès de Sky Sports F1 après que George Russell ait terminé sixième et Lewis Hamilton neuvième au Grand Prix de Chine : "Je pense que compte tenu de la manière dont nous avons positionné les voitures en général, entre les pilotes et l'équipe, ce n'était pas une bonne position pour aujourd'hui. Globalement, ce n'était pas suffisant. Il nous manque du rythme. Nous devons vraiment creuser profondément. Nous avons quelque chose en préparation pour Miami qui semble être un bon pas en avant, voyons où cela nous mènera."

Il a ajouté : "Ce n'est pas une voiture acceptable. Nous pouvons voir quelles sont les erreurs sur la voiture. Nous voulions adopter une approche un peu plus agressive pour voir si c'était quelque chose de si différent que nous devions faire sur cette voiture et vous pouvez voir que Lewis aujourd'hui a pris cela sur lui, c'était peut-être un pas trop loin."

Concernant les expérimentations de Hamilton sur sa voiture : "La voiture de course n'était pas rapide. Vous l'entendez dire que la voiture ne tourne pas et c'est ce que nous pouvons voir dans les données. Ce n'était pas la bonne chose à faire."

Quant à la valeur de l'amélioration prévue à Miami : "Voyons voir. Espérons un peu."

Il y a 15 h

Lewis Hamilton, s'adressant à Sky Sports F1 après avoir fini neuvième au Grand Prix de Chine, a exprimé sa gratitude malgré les défis : "Je suis reconnaissant d'avoir marqué des points. Je ne m'attendais pas à beaucoup plus ce week-end. Nous espérons avoir une avancée pour la prochaine course [Mercedes doit amener des améliorations, ndlr]. D'ici là, nous serons de retour à l'usine la semaine prochaine et nous essayerons de mieux positionner la voiture pour Miami afin d'avoir un meilleur week-end."

Il y a 15 h

Andrea Stella, directeur de l'équipe McLaren, s'est entretenu avec Sky Sports F1, réagissant notamment aux commentaires de Lando Norris qui se disait surpris de finir sur le podium : "Nous le sommes aussi ! Pour être honnête, nous sommes venus ici en pensant que ce serait un événement de limitation des dégâts, mais en réalité, cela a été un événement compétitif. Pole position pour le Sprint. Le Sprint aurait possiblement été une deuxième place sans le problème au premier virage. Hier, compétitifs en qualifications puis à nouveau une course solide. De toute évidence, nous devons affiner notre compréhension, mais la F1 vous surprend souvent car elle est sensible à tant de paramètres. Bon résultat, bonne surprise, vraiment heureux pour les hommes et femmes chez McLaren. Un excellent effort."

Il y a 15 h

Max Verstappen a exprimé sa satisfaction après un week-end dominé par sa performance, notamment avec sa victoire lors de la course Sprint. "C’est toujours un peu chaotique lors des week-ends avec Sprint, mais là, tout s'est très bien passé, donc je suis vraiment content. De plus, je pense que notre voiture s’est encore améliorée par rapport à la course Sprint, ce qui a rendu ma tâche un peu plus facile [le dimanche en course]", a-t-il déclaré.

Interrogé sur les défis de la course, notamment avec les redémarrages après les voitures de sécurité, Verstappen a trouvé que les interruptions étaient un peu longues. Il a trouve que cela prenait du temps pour dégager les voitures, et il trouvait qu'ils restaient un tour de trop derrière la voiture de sécurité, sans raison. Cela a rendu la course un peu moins amusante, car cela limitait les différentes stratégies entre les voitures, a-t-il expliqué.

Concernant les incidents durant la course, Verstappen a mentionné quelques petits soucis. "J'ai bloqué mes roues au deuxième redémarrage dans le virage 6, je pense, un peu. Ce n'était donc pas idéal. Ensuite, j'ai jeté un tear-off, que je pense avoir entendu dans l'admission d'air. Il volait autour et frappait mon casque. Je ne sais donc pas où il a fini. Et il y a deux tours, je pense que j'ai roulé sur un peu de débris avant le virage 14. C'était donc un peu effrayant, car avec tous les pneus, il est facile d'avoir une crevaison à haute vitesse lorsque vous passez sur du carbone. Je pense que c'était tout", a-t-il ajouté.

Enfin, sur la question de savoir si sa domination pourrait se poursuivre à Miami, il a souligné les incertitudes dues aux différences de circuit. "Miami est un tracé complètement différent, avec d'autres types de pneus et un autre type de surface donc on ne sait jamais. Nous devons être parfaits. [...] Nous devons trouver la meilleure configuration possible [...] mais je ne veux pas y penser maintenant. Nous nous préparerons comme d’habitude et espérons que ce sera suffisant sur place", a conclu Verstappen.

Il y a 14 h

En conférence de presse post-Gp de Chine 2024, Lando Norris a été questionné sur ce qu'il avait pensé au milieu de la course lorsque la VSC (voiture de sécurité virtuelle) est sortie juste après qu'il ait dépassé l'entrée des stands. "Je le savais. Oui, il y a eu quelques jurons, vous savez. C'était évident qu'il allait y avoir une VSC. Mais elle n'est pas sortie tout de suite. Je me disais : 'Je parie qu'elle va sortir juste quand je vais contourner le dernier virage', et c'est exactement ce qui s'est passé. Même mon ingénieur l'a dit. Je le lui avais dit. Heureusement, elle est restée active assez longtemps et ensuite, elle est passée à la voiture de sécurité. C'était bien, je pense que notre stratégie a bien fonctionné. J'étais confiant lors du premier relais, donc j'ai pu continuer très longtemps. Si la VSC avait été retirée avant que j'arrive à l'entrée des stands, j'aurais été beaucoup plus ennuyé que je ne le suis actuellement. Mais oui, les choses ont clairement tourné en notre faveur. Parce que cela a obligé les Red Bulls à s'arrêter à nouveau. Et cela m'a évidemment permis de me retrouver devant Checo avec la Ferrari entre nous. Et cela m'a probablement un peu sauvé."

Qu'a-t-il pensé de son duel avec la Red Bull de Checo Pérez lors des 17 derniers tours de course, le pilote mexicain n'arrivant pas à se rapprocher de lui : "Difficile à dire. Je pense que c'est un circuit où, quand vous contrôlez la situation et que vous pouvez gérer les choses, cela peut vraiment jouer en votre faveur. Et je pense que c'est là que la course était si différente pour nous par rapport à hier, vous savez. J'étais derrière tout le peloton. Vous surchauffez vos pneus, vous avez du mal. Il n’y a pas grand-chose à faire. Et aujourd'hui, je pouvais contrôler les choses moi-même. J'ai pu rapidement prendre de la distance avec Charles. Et ensuite, Charles a beaucoup retardé Checo. Et Checo a probablement dû beaucoup utiliser ses pneus pour essayer de le dépasser. Donc oui, cela dépend de la façon dont vous voyez les choses. Je m'attendais peut-être à un peu plus de bataille, mais quand je sais combien il a poussé au début pour dépasser la Ferrari, cela m'a permis d'être un peu plus à l'aise, ce qui était agréable."

Il y a 14 h

Classé troisième en Chine, Sergio Pérez a été interrogé sur ses 17 derniers tours, de son duel avec la Ferrari de Charles Leclerc et s'il pensait pouvoir rattraper Lando Norris : "À ce moment-là, l'écart était déjà assez grand et étant donné la bonne gestion de la dégradation de ses pneus durant le premier relais, je savais que cela allait être serré. Mais une fois que nous avions à peu près le même rythme, et une fois que vous dépassez la voiture devant et que vous arrêtez de vous battre pendant je ne sais combien de tours nous avons fini par nous battre entre Charles et moi, alors c'est vraiment la fin de la partie. Vous usez tellement vos pneus. Vous mettez tellement d'énergie dedans qu'ils ne reviennent jamais vraiment. C'est un circuit où la dégradation est assez élevée et j'en ai payé le prix, vous savez, mais c'était la seule façon de passer Charles, parce que nous avions des pneus de même usure et il était vraiment difficile de le dépasser."

Pense-t-il avoir été en difficulté tout au long de ce Grand Prix, dès le départ lorsque Fernando Alonso l'a dépassé ? Le Mexicain a répondu :"J'étais évidemment à l'intérieur par rapport à Max [Verstappen] et j'ai dû freiner plus tôt. Et Fernando était à l'extérieur. Mon départ n'était pas si bon. Donc oui, cela signifie que j'ai perdu la place face à Fernando. Et encore, j'ai dû me battre assez dur pour le dépasser. J'ai probablement un peu trop usé mes pneus. Et cela m'a définitivement mis en difficulté pour le premier relais. Donc non, ce n'était pas une course simple. Mais j'ai aussi l'impression que nous sommes allés dans la direction opposée avec les changements que nous avons faits du Sprint à la course. J'ai l'impression que nous avons probablement fait un pas en arrière."

D'autant qu'il n'était pas non plus satisfait de la performance de la voiture lors du Sprint : "Eh bien, je pense que je me battais juste, vous savez, dans le peloton. Une fois que vous êtes dans le peloton, il est très difficile de comprendre ce que fait réellement l'équilibre [de la voiture]. Vous savez, quand vous avez deux, trois voitures devant vous, vous avez beaucoup moins de charge dans votre voiture, donc c'est vraiment difficile de savoir où est votre équilibre. C'est juste une limitation que j'avais aujourd'hui. C'est probablement quelque chose que nous devons revoir pour voir les directions que nous avons prises, pour voir ce que nous aurions pu faire mieux."

Il y a 14 h

Retranscription des opinions exprimées par Max Verstappen et Lando Norris en réponse à Jérôme Bourret de L'Équipe, concernant le retour de la course en Chine, le circuit, l'atmosphère et le nouveau format de Sprint :

Max Verstappen : "Oui, je veux dire, ce circuit a toujours été agréable. Vous savez, j'ai toujours aimé piloter ici. C'est assez technique, il y a aussi de la dégradation. Cela en fait un Grand Prix spécial, un Grand Prix amusant. Les fans sont super, vous savez, grande tribune, donc l'atmosphère est géniale. C'est toujours très agréable d'être ici. Le format Sprint était meilleur, je pense. Un peu plus simple, je dirais. Mais oui, ne faisons pas trop non plus, vous savez, car nous faisons déjà 24 courses par an, et six de ces événements Sprint également. Je comprends. Je suppose que cela se vend mieux et attire plus de spectateurs à la télévision, mais c'est aussi plus de stress pour les mécaniciens et tout le monde, pour que tout soit toujours parfait, donc oui, nous l'acceptons, je veux dire qu'il faut faire avec, mais ne pensons pas qu'il nous en faut maintenant 12 parce que cela pèsera aussi sur les gens."

Lando Norris : "Pas grand-chose de plus à ajouter. Probablement une meilleure configuration que l'année dernière, c'est sûr. Le circuit… c'était ma première fois à terminer une course ici, donc ça fait du bien. Mais je suis d'accord avec Max. Pour être honnête, je préférerais toujours l'ancien format de course original. C'est ce que j'ai grandi en regardant, c'est ce que j'ai toujours le plus aimé. J'aime juste entrer et avoir la pression tout de suite. Donc le fait d'avoir une seule séance d'essais directement avant les qualifications, ça me plaît. Je pense que cela donne moins de chances aux gens de juste rendre la voiture parfaite et je pense que c'est là que vous commencez à voir équipe, équipe, équipe, équipe plutôt qu'un mélange. Donc je pense que cela fonctionne de ce point de vue. Mais le principal point est le poids que cela représente pour les mécaniciens et les ingénieurs. Je ne pense pas que ce soit trop mal pour nous en tant que pilotes, honnêtement. Je ne pense pas que nous puissions être ceux qui se plaignent du tout. Ce sont les centaines de mécaniciens et ingénieurs que nous avons ici qui doivent voyager autant. Ce n'est pas sain pour eux. Ce n'est pas viable. Donc, oui, le problème n'est pas avec nous. Donc, ce n'est pas quelque chose que vous devriez nous demander. C'est quelque chose dont les gens devraient plus se préoccuper pour le reste de l'équipe. Et je pense que c'est un facteur limitant, pas le fait de pouvoir aller dans la voiture tous les jours, car je pense que nous pouvons mais ne pas en faire trop pour eux, je pense que c'est la priorité."

Il y a 14 h

Sébastien Ogier a remporté une victoire surprenante au rallye de Croatie après un renversement de situation dramatique le dernier jour, passant de la troisième à la première place. Thierry Neuville et Elfyn Evans ont connu des moments difficiles, compromettant leurs chances de victoire. Neuville a fait une erreur dans un virage à gauche, endommageant l'aérodynamique arrière de sa Hyundai, tandis qu'Evans a perdu du temps sur une courbe serrée. Ogier, constant et sans erreur, a maintenu son avance, décrochant ainsi son 100e podium en WRC. Malgré ses déboires, Neuville a terminé troisième, conservant la tête du championnat des pilotes.

Il y a 14 h

TOYOTA GAZOO Racing montre sa GR010 HYBRID Hypercar pour la saison 2023

24/02/2023 Championnat du monde d'endurance FIA

TOYOTA GAZOO Racing montre sa GR010 HYBRID Hypercar pour la saison 2023 - Crédit photo : Toyota GAZOO Racing
Crédit photo : Toyota GAZOO Racing 

TOYOTA GAZOO Racing a dévoilé une GR010 HYBRID Hypercar révisée pour la saison 2023 de WEC pour défendre son statut de numéro un aux 24 Heures du Mans et dans le Championnat du Monde d'Endurance FIA.

L'incroyable série de succès de l'équipe japonaise, qui comprend jusqu'à présent cinq victoires consécutives au Mans et quatre doublés consécutifs en WEC, sera mise au défi par plus de participants Hypercar que jamais auparavant au cours d'une saison 2023 de sept courses, qui comprend l'édition du centenaire des 24 Heures du Mans. Cadillac, Ferrari, Porsche et Vanwall rejoignent la compétition en Hypercar, rejoignant Peugeot et Glickenhaus pour former une grille de 13 voitures en WEC, rendant la compétition très disputée.

La GR010 HYBRID a été la première Hypercar à se dévoiler en janvier 2021 et elle a fait l'objet d'un programme d'évolutions détaillées dans des domaines clés, comme elle l'a fait pour 2022, afin d'optimiser la fiabilité et l'efficacité. Des ajustements ont été apportés au groupe motopropulseur qui se compose d'un moteur de 3,5 litres de 520 kW (707 ch) et d'un moteur électrique de 200 kW (272 ch). Le but a été de réduire le poids et d'améliorer la fiabilité en exploitant les connaissances uniques acquises au cours de plus d'une décennie de course avec des motorisations hybrides au Mans.

Sous la carrosserie, la GR010 HYBRID a fait l'objet d'un programme d'allégement afin de ramener le poids total au minimum de 1040 kg autorisé par la réglementation. Cela répond aux compromis faits lors de la phase de conception de la voiture en 2020, qui résultaient de l'évolution de la réglementation Hypercar.

Le GR010 HYBRID utilisera à nouveau un biocarburant 100 % renouvelable, fabriqué à partir de résidus de vin et de matériel agricole, qui réduit les émissions de dioxyde de carbone d'au moins 65 % et qui contribue aux efforts continus pour accroître la durabilité dans les courses d'endurance.

Revenons à l'extérieur de l'auto où les changements les plus visibles sur l'évolution 2023 de la GR010 HYBRID concernent la carrosserie. De nouveaux dispositifs aérodynamiques dits canards sont présents aux coins avant de l'auto. Des plaques d'extrémité plus petites pour l'aileron arrière plus petite ont également fait leur apparition, avec d'autres modifications à coups de détails. Ceci a été mis en œuvre pour améliorer la maniabilité et la cohérence aérodynamique.

Des modifications ont également été apportées à la carrosserie dans le but d'améliorer le refroidissement des freins et de permettre des changements rapides des options de refroidissement pendant une course, grâce à de nouvelles bouches d'aération à l'avant et à l'arrière. De plus, une disposition révisée des phares a été mise en œuvre pour optimiser la visibilité pendant la conduite de nuit.

Pour compléter les efforts côté écologie, le préchauffage des pneus avant utilisation n'est plus autorisé. Ceci réduit la consommation d'énergie et les émissions. En conséquence, Michelin a introduit une nouvelle gamme de composés de pneus, conçus pour atteindre rapidement la température maximale de fonctionnement, tout en conservant durabilité et performances.

Une fois de plus, la GR010 HYBRID bénéficie de l'expertise technique des partenaires de longue date de TOYOTA GAZOO Racing, qui continuent de contribuer de manière significative à son succès. DENSO fournit des radiateurs et des bougies d'allumage tout en contribuant au moteur avant aux côtés d'AISIN. RAYS propose des jantes en alliage de magnésium léger, Akebono fournit des étriers de frein en alliage monobloc et Mobil 1 est le lubrifiant de choix.

TOYOTA GAZOO Racing est unique sur la grille 2023 grâce à une équipe de pilotes exclusivement composée de vainqueurs confirmés du Mans et de champions WEC. Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López feront équipe pour la sixième saison consécutive dans la voiture numéro 7, tandis que les vainqueurs des 24 Heures du Mans et du titre mondial Sébastien Buemi, Brendon Hartley et Ryo Hirakawa uniront leurs forces dans la GR010 HYBRID numéro 8.

Le rôle de pilote d'essai et de réserve sera assumé par Kazuki Nakajima, qui a pris sa retraite de la course fin 2021 après une carrière qui comprenait trois victoires au Mans et un championnat du monde, ainsi que deux titres de Super Formula. Il exercera ce rôle parallèlement à son poste de vice-président de TOYOTA GAZOO Racing Europe.

La saison débute les 11 et 12 mars par une épreuve officielle de Prologue, suivie le 17 mars par les 1000 Miles de Sebring, avant des déplacements à Portimão (16 avril) et Spa-Francorchamps (29 avril). Point d'orgue de la saison, l'édition du centenaire des 24 Heures du Mans se déroulera les 10 et 11 juin, avant les trois dernières courses à Monza (9 juillet), au Fuji Speedway (10 septembre) et à Bahreïn (4 novembre).

Kamui Kobayashi, directeur d'équipe, déclare : « C'est la saison que nous attendions. C'est incroyable pour les fans de voir autant de constructeurs en compétition dans la catégorie Hypercar, et en tant qu'équipe, nous sommes enthousiasmés par les nouveaux concurrents. Nous voulons faire partie d'une grande bagarre aux avant-postes, qui amusera les fans et produira beaucoup de beaux souvenirs, notamment pour le 100e anniversaire du Mans. Chez TOYOTA GAZOO Racing, nous ne restons jamais immobiles et nous nous efforçons toujours de créer des voitures toujours meilleures. Ainsi, tout comme l'année dernière, nous avons introduit quelques évolutions sur notre GR010 HYBRID pour la saison 2023. Ces mises à jour sont le résultat d'une étroite coopération entre les membres de l'équipe de Higashi-Fuji et de Cologne, ainsi que nos partenaires et fournisseurs, je tiens donc à remercier tout le monde pour leur travail acharné jusqu'à présent. Les premières impressions des pilotes sur la voiture révisée depuis le déploiement et nos tests de présaison sont positives, ce qui nous donne confiance qu'ensemble, nous pouvons nous battre pour conserver nos titres au Mans et en WEC. »

Pascal Vasselon, directeur technique, complète : « Nous avons apporté des évolutions à notre voiture pour améliorer encore la fiabilité, la maniabilité et la facilité d'entretien, dans le cadre de notre plan normal à long terme d'améliorations continues. Nous avons mis en place une grande évolution pour 2022 avec le changement de taille de roue, qui était nécessaire pour résoudre certains problèmes dont nous souffrions, et cela a apporté les avantages que nous attendions. Les modifications que nous avons apportées pour 2023 sont la prochaine étape normale de ce processus, et nous avons constaté des résultats encourageants lors des tests de présaison. C'est excitant de rivaliser avec de nouveaux entrants en Hypercar cette année, en particulier pour les fans, mais notre approche ne change pas. Le travail reste le même ; nous visons la victoire, nous devons donc tirer le maximum de notre package, sans faire d'erreur. C'est ainsi que nous abordons toujours les courses. La fiabilité et la cohérence du rythme mondial, ainsi que la réduction des risques d'accidents, sont des facteurs critiques sur lesquels nous avons continué à nous concentrer avec la GR010 HYBRID mise à jour et notre approche de la saison 2023. »

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.

 Réseaux sociaux