Toyota termine en beauté la saison 2022 de WEC en catégorie Hypercar

13/11/2022 Championnat du monde d'endurance FIA

Toyota termine en beauté la saison 2022 de WEC en catégorie Hypercar - Crédit photo : FIA WEC
Crédit photo : FIA WEC 

2022 : une année qui a souri sportivement à TOYOTA GAZOO Racing et qui laisse présager du bon pour Peugeot et sa 9X8.

Les champions du monde sortants Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López ont remporté une victoire durement méritée, leur deuxième de la saison dans leur GR010 HYBRID numéro 7. Ceci a permis de couronner TOYOTA GAZOO Racing en tant que champions du monde des constructeurs Hypercar.

Sébastien Buemi, Brendon Hartley et Ryo Hirakawa, dans la GR010 HYBRID numéro 8, avaient commencé le week-end au niveau des points de leurs rivaux au titre de chez Alpine mais ont terminé deuxièmes pour devenir champions du monde des pilotes, complétant leur palmarès 2022 déjà garni par leur victoire aux 24 Heures du Mans.

Sébastien et Brendon écrivent leurs noms dans le livre des records en tant que premiers pilotes à remporter trois titres dans la catégorie reine du WEC ou de son prédécesseur, le World Sportscar Championship (Championnat du monde des voitures de sport).
Ryo, vainqueur des 24 Heures du Mans en juin, a couronné une remarquable saison de rookie en devenant le troisième champion du Japon en WEC. Il rejoint ainsi les légendes que sont Kobayashi et Nakajima.

Un résultat parfait à Bahreïn a mis fin à une saison réussie pour TOYOTA GAZOO Racing, qui a maintenant un cinquième doublé mondial en 10 ans de compétition WEC, s'ajoutant à un tableau d'honneur 2022 qui comprend une cinquième victoire consécutive au Mans et une huitième victoire au Fuji Speedway.

2022 a souri à Toyota. Le succès en WEC permet à TOYOTA GAZOO Racing de réaliser l'exploit unique de remporter tous les titres disponibles, huit au total, dans les trois séries FIA auxquelles il a participé cette saison : les Championnats du monde d'endurance, du monde des rallyes et du monde des rallyes raids.

Du côté de chez Peugeot, on a pu conclure le programme de trois courses préparatoires pour l’engagement officiel en WEC pour la saison prochaine.
A l’issue des 8 Heures de Bahreïn, la Peugeot 9X8 numéro 94 termine quatrième. La numéro 93, partie en première ligne, sera moins chanceuse et devra se consoler de son abandon en ayant décroché le meilleur tour en course.

En effet, alors qu’elle figurait dans le trio de tête à moins de deux heures de course, la numéro 93 est affectée par un problème de sélection de rapport de vitesses. Paul Di Resta parviendra à rentrer au stand : « Nous savions que cette course pouvait être difficile. Nous avons souffert de ce problème mais la voiture a montré un bon rythme. »
Jean-Eric Vergne lui succédera et signera le meilleur chrono en course (1’49’’709). Malheureusement, à un peu plus de deux heures de l’arrivée, la Peugeot 9X8 menée par Mikkel Jensen doit renoncer sur défaillance de la transmission, avant le dernier relais de Paul di Resta (sur sa faim).

Finalement, dans l’autre camp français, l’Alpine A480 numéro 36 franchissait la ligne d’arrivée troisième, assurant ainsi son cinquième podium de l’année. Grâce à cette performance, Nicolas Lapierre, André Negrão et Matthieu Vaxiviere deviennent vice-champions du monde d’Endurance, tout comme Alpine chez les constructeurs.

 Les dernières actus