Grille de départ définitive, avec Sargeant qui démarrera de la voie des stands.

Il y a 9 h

Les stratégies possibles pour le #ChineseGP selon Pirelli et les pneus à disposition des pilotes pour cette course.

Il y a 8 h

Victoire de Verstappen en Chine, devant Norris et Pérez.

Il y a 6 h

Cinq fois où la F1 a été scandaleuse

09/09/2019

Cinq fois où la F1 a été scandaleuse - Crédit photo : Charles Coates / Getty Images
Crédit photo : Charles Coates / Getty Images 

Samedi 7 septembre 2019, les qualifications du Grand Prix d’Italie se sont terminées dans l’incompréhension la plus totale. L’occasion de revenir sur cinq événements qui ont fait honte à la F1.

Les qualifications du Grand Prix d'Italie 2019

Après Spa, samedi 7 septembre se déroulaient les qualifications du Grand Prix d'Italie, à Monza. Avec un des tracés les plus rapides du monde, la vitesse se devait d'être au rendez-vous. Pourtant, à moins de deux minutes de la fin du compte à rebours, la piste s'est transformée en plein périphérique durant l'heure de pointe.

Ne voulant s'élancer en première position afin de bénéficier de l'aspiration, les neuf pilotes sur la piste – Räikkönen ayant écrasé son Alfa Romeo dans la Parabolica – ont ralenti dans les premiers virages attendant qu'un pilote se jette à l'eau. Une situation semblable à celle du vendredi 6 septembre où 17 pilotes de F3 ont été pénalisés pour cette manœuvre.

Nico Hülkenberg, parti premier de la voie des stands, emprunte l'échappatoire pour (espérer) bénéficier de l'aspiration de Carlos Sainz Jr et de Lance Stroll. Manque de chance, l'Allemand manque sa manœuvre, ralentit et provoque un bouchon. L'image du troupeau des V6 au ralenti fait le tour des télévisions. Les responsables ont été convoqués par la FIA, sans être pénalisés. Une vraie Commedia des ratés.

Le Grand Prix des États-Unis de 2005

Niveau farce, celle-ci est une masterclass. Sur vingt F1 engagées, seulement six prendront le départ du Grand Prix des États-Unis 2005. La raison ? Tout part de l'accident de Ralf Schumacher, le vendredi.

Le frère du sept fois champion du monde a terminé sa course dans le mur situé avant la ligne droite des stands, tout comme son coéquipier et troisième pilote de l'écurie Toyota de l'époque, Ricardo Zonta. Ceci suite aux pneus Michelin n'ayant pu encaisser à haute vitesse le virage incliné à 9 degrés.

Pour que la course se passe sans entrave, Michelin pense à utiliser d'autres pneus en course. Problème : les écuries doivent utiliser les mêmes pneus en course qu'aux essais.

La FIA menace de sanctions les écuries tentées par cette solution. Ce qui n'empêchera pas le manufacturier français d'envoyer des nouveaux pneus à Indianapolis. Sans succès.

Dernier recours : on pense à installer une chicane pour réduire la vitesse. Sur les dix équipes, neuf votent pour sa mise en place. La seule qui dit non est la Scuderia Ferrari, qui par ailleurs, était classée à ce moment-là cinquième au classement des constructeurs.

Au final, quatorze voitures rentrent définitivement aux stands après le tour de formation. Seules les voitures équipées de pneus Bridgestone (Ferrari, Minardi et Jordan) prennent la piste. À savoir que les pneus japonais étaient plus adaptés à ce tracé, la marque développant les pneus Firestone pour l'Indycar depuis 1996.

Le public américain est bafoué et le spectateur sur son écran TV médusé. Ferrari gagne cette course sans saveur, dans laquelle Tiago Monteiro devient le premier portugais à gravir un podium de F1, qui fut d'ailleurs le 19e et dernier de l'histoire de l'écurie Jordan.

Le Grand Prix d'Autriche 2002

"Let Michael pass for the championship". Avant d'entendre "Valtteri, it's James", la réplique culte de la F1 était celle déclarée à la radio de Rubens Barrichello, par Jean Todt, directeur de la Scuderia en ce temps-là.

Le Brésilien dominait le Grand Prix d'Autriche 2002, bien aidé par une voiture de sécurité mal gérée par Williams-BMW, dans un championnat, déjà promis, à Michael Schumacher.

Dans la dernière ligne droite du dernier tour, Barrichello lève le pied et laisse passer le baron rouge pour sa 58e victoire en Grand Prix. Sur le podium, Schumacher laisse sa place sur la plus haute marche à Barrichello. La FIA infligera 1 000 $ d'amende à Ferrari pour non-respect du protocole. Le journal Auto-Hebdo titrera sa Une sur l'évènement avec, en légende, "La honte". Mérité ?

Le Grand Prix de Singapour 2008
Cet épisode a conduit ni plus ni moins qu'au bannissement de Flavio Briatore du monde de la Formule 1.

Le premier Grand Prix de nuit, disputé à Singapour, promettait d'être mémorable. Il a été le théâtre de la première victoire de Fernando Alonso durant la saison, mais est aussi le lieu du "crashgate".

Au quatorzième tour de la course, Nelson Piquet Jr. est accidenté, provoquant l'intervention de la voiture de sécurité, favorable à Alonso. Rien d'anormal… jusqu'à un an plus tard.

Viré de Renault en 2009, après le Grand Prix de Hongrie (et remplacé par Romain Grosjean pour l'anecdote) Nelson Piquet Jr. révèle la planification de l'accident à la télévision brésilienne Rede Globo. Si Alonso a été blanchi dans ces accusations quelque temps après, même si Felipe Massa a émis des doutes, les regards se tournent vers Flavio Briatore et Pat Symonds, directeur technique de l'écurie française.

À la FIA, Nelson Piquet Jr. détaille la planification du crash mais aussi les conditions dans lesquelles il travaillait. Il évoquait également dans ce rapport "un état d'esprit instable" à cause de son traitement dans l'écurie :

Renault attaquera son ancien pilote pour diffamation, avant de retirer leurs accusations et d'admettre la préméditation de leur acte en décembre 2010. Cette affaire provoquera d'abord le bannissement à vie (réduit à cinq ans après appel) de la F1 pour Flavio Briatore et de cinq ans pour Pat Symonds.

L'écurie Renault perdra aussi, suite à cet incident, deux de ses sponsors, dont son principal, ING.

Le Grand Prix de Bakou 2017
Émaillé par de multiples incidents dont trois voitures de sécurité, le Grand Prix va prendre une tournure encore plus polémique, suite à un incident entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel.

Le 19e tour se déroule sous voiture de sécurité. Le pilote Mercedes devance la Ferrari et freine. Vettel ne peut éviter la collision et endommage son aileron.

Énervé par la manœuvre, l'Allemand se porte à hauteur d'Hamilton, donne un coup de volant et heurte la Mercedes. Un acte qui serait réprimandé par les développeurs de la série des jeux F1 (Codemasters) par un avertissement.

Dans la réalité, il est pénalisé d'un stop-and-go dans un premier temps et passera la ligne d'arrivée en quatrième position… devant Hamilton.

Le lundi suivant la course, Vettel a rendez-vous à Paris avec la FIA, accompagné de Maurizio Arrivabene. "Dans le feu de l'action, j'ai surréagi" dira le quatre fois champion du monde. Sans blague ?

Et le reste ?

Il ne s'agit là que d'une sélection. Il y eut aussi la Lola T97/30, les deux livrées de la BAR PR01 de 1999, la pénalité infligée à Vettel au Canada en 2019, la bataille FISA-FOCA de 1982…

Auteur Thomas WOLOCH 𝕏 

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.

 Réseaux sociaux