La nouvelle gamme Audi A5 et A5 Avant propose une variété de motorisations pour répondre aux attentes diversifiées des conducteurs. En entrée de gamme, on retrouve le moteur 2.0 TFSI développant 150 chevaux (110 kW), idéal pour ceux qui recherchent un bon compromis entre performance et économie de carburant. Ce moteur est également disponible dans une version plus puissante de 204 chevaux (150 kW), offrant une conduite plus dynamique.

Pour ceux qui privilégient les motorisations diesel, le 2.0 TDI de 204 chevaux (150 kW) constitue une option intéressante avec son couple généreux de 400 Nm, garantissant des trajets confortables et économes en carburant. Ce moteur diesel bénéficie également de la technologie hybride légère MHEV+ de 48 volts, qui améliore l'efficacité énergétique et réduit les émissions de CO2.

Toutes ces motorisations sont disponibles avec la transmission intégrale quattro en option, offrant une adhérence et une stabilité accrues, particulièrement appréciables dans des conditions de conduite difficiles. Les versions A5 et A5 Avant se démarquent par leur design élégant et leur intérieur haut de gamme, intégrant des technologies avancées pour une expérience de conduite agréable et moderne.

En point culminant de cette gamme, les versions S5 et S5 Avant, équipées d'un puissant moteur V6 TFSI de 367 chevaux (270 kW), représentent l’apogée de la sportivité et de la performance chez Audi. Ces modèles sont destinés aux passionnés de conduite dynamique qui recherchent à la fois puissance et raffinement.

Et comme vous l'avez remarqué, il ne s'agit ni plus ni moins que des nouvelles A4. Mais dans le cadre de la restructuration de la nomenclature de ses véhicules en 2024, Audi a réservé les chiffres pairs aux modèles électriques et les chiffres impairs aux véhicules à combustion. Ainsi, les anciennes A4, S4, A4 Avant, et S4 Avant sont désormais intégrées sous l’appellation A5 et S5. Cette nouvelle dénomination permet de différencier clairement les modèles tout en élargissant l'offre, avec l'A5 et S5 en versions berline et Avant.

Il y a 21 h

MoneyGram Haas F1 Team a récemment confirmé la prolongation de son partenariat technique avec Scuderia Ferrari, garantissant l'utilisation des moteurs Ferrari jusqu'à la fin de la saison 2028 de Formule 1.

Cet accord, qui coïncide avec les nouvelles réglementations sur les unités de puissance prévues pour 2026, assure une stabilité à long terme pour l'équipe américaine. Depuis les débuts de Haas en Formule 1 en 2016, l'équipe et Ferrari ont collaboré sur 178 Grands Prix. Les réglementations de 2026 introduiront des moteurs V6 turbo hybrides de 1,6 litre améliorés, offrant une puissance accrue grâce aux composants hybrides et fonctionnant pour la première fois avec des carburants entièrement durables.

Ayao Komatsu, directeur de l'équipe, a exprimé sa satisfaction quant à cette prolongation : "La continuité avec Ferrari est cruciale pour notre développement futur. Ferrari a été un partenaire technique précieux depuis nos débuts, et leur soutien continu montre la confiance qu'ils ont en notre projet."

Il y a 21 h

Le studio Playground propose un nouveau DLC pour Forza Horizon 5 : JDM Jewels Car Pack.

Ce pack met à l'honneur trois voitures japonaise : l'Autozam AZ-1 de 1993, le Mitsubishi Montero (nom du Pajero en Amérique du Nord, Espagne et Amérique latine) Evolution de 1997, la Toyota Sera de 1991 et surtout la Nissan Stagea RS Four de 1997 !

Cerise sur le McDo, il y a une conversion R34 possible pour la Stagea, histoire d'en faire une Skyline break bien énervée !!!

Il vous en coûtera 4,99 € sur le store Xbox ou sur Steam. La passion de la japonaise n'a presque pas de prix...

Il y a 3 h

Essais hivernaux F1 2023 : bilan express des trois jours à Bahreïn

25/02/2023

Essais hivernaux F1 2023 : bilan express des trois jours à Bahreïn - Crédit photo : Alfa Romeo F1 Team Stake
Crédit photo : Alfa Romeo F1 Team Stake 

La première étape de la saison 2023 de Formule 1 a été passée. Les écuries ont effectué leurs tests sur la piste de Bahreïn, confrontant leurs simulations à la réalité de la piste.

La F1 nous a donné un avant-goût de 2023 avec les essais hivernaux de Bahreïn. Disons-le de suite : les résultats qui en découlent ne sont pas un gage de vérité absolue et il pourrait très bien y avoir du chamboulement lors du premier week-end de course. Mais on aime éplucher les chronos, lire les propos des pilotes et des membres des équipes ou encore observer les comportements des autos. C'est le premier déballage du travail effectué par les écuries sur leurs nouveaux bolides, alors voyons ensemble ce qu'il en a été.

Red Bull semble être encore l'écurie numéro un. Il faut dire que la voiture 2022 a amené une base et des connaissances de premier plan. Adrian Newey a fait des miracles, soyons honnêtes. Max Verstappen est à l'aise avec sa voiture et Checo Pérez aligne le travail. Il semble ainsi que le RB19 soit bien située en termes de fiabilité et de performances sur les courtes et longues distances. Le sentiment est que Ferrari est proche sur un tour mais semble souffrir côté usure des pneus. Red Bull sait cependant que chaque écurie a un éventuel potentiel caché, ce qui les rend paradoxalement confiants mais avec une certaine retenue.

Ferrari s'en sort plutôt bien de ces essais. Ils ont gardé leur statut. La voiture n'est pas une révolution mais une évolution de la base réussie de l'an dernier. La monoplace italienne 2022 avait des défauts et c’est sur ça que l'écurie travaille en 2023, notamment la trainée aéro qui les pénalisait en ligne droite face à la fusée Red Bull. Ce qui est bien, comme l'a souligné Carlos Sainz, c'est qu'ils ont pu explorer les limites de l'auto, voir où ils pouvaient aller en matière de réglages. A noter une forte dégradation pneumatique, en rythme de course d'après les observations, qui sera à surveiller parce qu'il y a eu un mieux pendant le dernier jour des essais. Une éventuelle instabilité de l'auto, peut-être forcée par des tests de réglages pour lutter contre le rebond, a également été observée.

Mercedes : les montagnes russes. On a loué une base beaucoup plus saine, Toto Wolff en tête. Le début du travail s'est focalisé sur les différences entre W13 et W14. Puis il y a eu quelques soucis au niveau du train avant, avec un pessimisme non dissimulé au terme du deuxième jour des essais. Le troisième jour semble d'ailleurs avoir été accaparé par la partie avant du véhicule ; les pneus avant ont du mal à monter en température. Côté marsouinage, la voiture 2023 semble en être dénué, ce qui était le point le plus problématique de la W13.

McLaren est dans un marasme. Ils sont là où ils s'attendaient être mais c'est bien ça le problème. La MCL60 semble être une voiture difficile à conduire, ce qui ne facilitera pas la tâche à ses pilotes. Zak Brown a même avoué, de façon agréablement transparente, que l'équipe avait raté ses objectifs de développement pour 2023. Andrea Stella, le nouveau team principal, résume la situation : « Nous nous sommes fixés des objectifs clairs avec la nouvelle voiture. Par exemple en termes d'efficacité aérodynamique, d'utilisation des pneus et d'équilibre du véhicule. Nous avons atteint la plupart de ces objectifs. Mais l'efficacité aérodynamique n'est pas satisfaisante. »

Ils sont à l'opposé d'Aston Martin qui ont, semble-t-il, réalisé un travail monumental et sont à des lieux de leur situation il y a douze mois. Déjà, d'après Tom McCollough, ingénieur en chef, le marsouinage semble derrière eux : « Jusqu'à présent, nous avons été épargnés. Aucune comparaison avec l'année dernière ». Puis, de l'aveu d'un ingénieur du paddock, Aston Martin a fait le plus grand pas en avant et serait, selon les calculs, au moins quatrième. L'écurie de Stroll serait-elle capable de menacer Mercedes et Ferrari ?! On peut véritablement se poser la question, surtout avec un Fernando Alonso affamé et capable de tout pour (re)gagner. Le paddock semble réellement impressionné, même George Russell a confirmé ceci : « L'Aston Martin fait une impression bien équilibrée ». Alors, bataille Mercedes - Aston Martin à venir ?

Le milieu de plateau nous semble encore plus serré et Alpine est un peu la grande inconnue. Que dire de leurs essais ? Du travail sans flamboyance mais qui a permis de voir que les données sur l'aérodynamique et la mécanique sont correctes. La philosophie de l'équipe : comprendre l'A523 pour amener beaucoup d'améliorations. Le directeur technique Matt Harman a d'ailleurs révélé que l'on peut encore s'attendre à une mise à jour notable pour la première course. Pat Fry, directeur de la technologie chez Alpine, a déclaré : « Avec seulement trois jours d’essais, nous cherchons toujours à être ambitieux en intégrant plusieurs éléments différents à tester et différents changements de réglages à un programme déjà bien rempli ». En tout cas, côté pilote, la satisfaction semble être au rendez-vous et le marsouinage ne serait pas un problème pour la voiture française. Le mot de la fin pour Pierre Gasly qui indique : « L'Alpine fait ce que je veux. »

Chez Alfa Romeo, on avance et la voiture 2023 satisfait Bottas et Zhou. Valtteri Bottas, le Finlandais fantasque et parfois nudiste, a indiqué : « Certainement l'arrière de la voiture est devenu plus stable. C'était une faiblesse l'année dernière, en particulier dans les virages à grande vitesse, donc c'est bien. Nous devons encore affiner l'équilibre, d'autant plus qu'à basse vitesse, nous avons un peu de mal à bloquer les avants puis à sous-virer. Mais ce n'est rien que nous ne puissions résoudre ». Son coéquipier chinois a également indiqué que le travail sur la vitesse de pointe semble avoir porté ses fruits. La fiabilité de la C43 apparaissait comme meilleure que celle du modèle 2022 jusqu'à un soucis de boîte de vitesses le vendredi et un roulage du samedi écourté par un soucis.

La Scuderia AlphaTauri doit clairement se relever de sa neuvième position au championnat en 2022. Ceci avait marqué Franz Tost, directeur de l'écurie basée à Faenza, qui a à cœur de renverser la vapeur, surtout équipé du "rookie expérimenté" qu'est Nyck de Vries. Car oui, même si ça sera sa première année à temps plein en tant que titulaire en F1, le Néerlandais a déjà piloté la Williams FW44, la Mercedes W13, l'Aston Martin AMR22, l'AlphaTauri AT03 mais aussi l'Alpine A521. Ainsi, le directeur décurie a loué les retours techniques de Nyck, qui servent d'électrochocs aux ingénieurs de l'équipe. Bien entendu, Tost a également loué les capacités de son pilote japonais, Yuki Tsunoda qui, selon ses dires, peut être bon si tout est réuni, mais qui doit se réveiller. Affaire à suivre.

Williams est dans une situation délicate mais Vowles et Albon y croient. James Vowles, transfuge de Mercedes devenu team principal, a indiqué : « Je pense que la principale chose est la suivante : techniquement, nous n'avons pas la structure en place, évidemment à la suite des changements [départs de Capito, Wheater et Demaison] qui ont été apportés ». Il leur faut une organisation pour repartir du bon pied, et une organisation très stable, pas des intérimaires. Malgré tout, la voiture de Grove de 2023 semble encourageante. Mais il ne faut pas s'attendre à ce que la FW45 fasse des miracles.

Chez Haas, on avoue que la VF-23 a encore besoin de travail et qu'il y a encore de la place pour des améliorations. Guenther Steiner a donné son objectif : « Nous voulons nous battre pour la sixième place », la "meilleure place" du midfield. Mais avec un peloton brouillé, il est difficile de dire ce qu'il en sera. Haas peut compter sur un moteur Ferrari en grande forme cette saison et sur une voiture qui semble avoir réduit sa traînée, puisqu'au jeu du radar, la voiture américaine talonne la Ferrari qui s'est elle-même améliorée dans ce domaine. Le travail chez Haas a également été côté hauteur de caisse pour sacrifier un peu d'appui aérodynamique au profit du confort de conduite. Le but ? Une conduite plus constante et une meilleure préservation des pneus.

Bien entendu, ces avis et notes ne sont que des suppositions et analyses faites à partir de déclarations (édulcorées voire biaisées) des acteurs de la F1 et d'observations externes, donc en dehors des connaissances de ce que les écuries détiennent : la vérité. En effet, on peut supposer certaines choses (travail sur le rythme de course, de qualifs et etc.) mais nous n'avons pas toutes les données comme le carburant embarqué, le mode moteur ou autre. Le premier juge de paix de la saison 2023 de Formule 1 sera clairement la première séance de qualifications samedi prochain, sur ce même circuit de Bahreïn. Et la course de dimanche permettra de dégager de meilleures tendances sur les rythmes de chaque écurie.

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.

 Données

Statistiques des essais hivernaux 2023

  • 3 992 tours (environ 21 605 km) réalisés en 3 jours.
  • Côté écuries :
    •  Chrono
      • Red Bull a été la plus rapide.
      • Alpine a été la plus lente.
    •  Tours (fiabilité)
      • AlphaTauri a le plus tourné.
      • McLaren a le moins tourné.
      • 144 tours de différence entre AlphaTauri et McLaren.
    •  Vitesse
      • Red Bull a atteint la meilleure vitesse de pointe.
      • Mercedes a atteint la pire vitesse de pointe.
      • 5,8 km/h entre Red Bull et Mercedes, contre 15 km/h en 2022.
  • Côté pilotes :
    •  Chrono
      • Checo Pérez a été le plus rapide.
      • Esteban Ocon a été le plus lent.
    •  Tours (fiabilité)
      • Fernando Alonso a le plus tourné.
      • Felipe Drugovich a le moins tourné.
      • 153 tours de différence entre Alonso et Drugovich.

Données des essais hivernaux 2023 écurie par écurie1

Ecurie Tours Meilleur tour Gomme
AlphaTauri 456 1:31.261 C4
Williams 439 1:32.549 C5
Ferrari 417 1:31.024 C4
Haas 415 1:31.381 C4
Red Bull 413 1:30.305  C4
Alfa Romeo 402 1:30.827 C5
Mercedes 398 1:30.664 C5
Aston Martin 387 1:31.450 C4
Alpine 353 1:32.762  C3
McLaren 312 1:32.160 C3

Vitesses de pointe atteintes lors des essais hivernaux 2023 écurie par écurie2

Ecurie Vmax Jour
Red Bull 326,9 km/h 1
Ferrari 326,6 km/h 2
Williams 324,8 km/h 2
Haas 324,3 km/h 2
Alpine 323,6 km/h 3
Aston Martin 323,3 km/h 2
Alfa Romeo 322,8 km/h 3
Alpha Tauri 322,2 km/h 1
McLaren 322,0 km/h 1
Mercedes 321,1 km/h 1

Données des essais hivernaux 2023 pilote par pilote1

Pilote Ecurie Tours Meilleur tour Gomme
Fernando Alonso Aston Martin 270 1:31.450 C4
Nyck de Vries AlphaTauri 246 1:32.222 C4
Logan Sargeant Williams 229 1:32.549 C5
Lewis Hamilton Mercedes 220 1:30.664 C5
Kevin Magnussen Haas 219 1:31.381 C4
Carlos Sainz Ferrari 218 1:31.036 C4
Alex Albon Williams 210 1:32.793 C5
Yuki Tsunoda AlphaTauri 210 1:31.261 C4
Checo Pérez Red Bull 209 1:30.305  C4
Max Verstappen Red Bull 204 1.31.650 C3
Valtteri Bottas Alfa Romeo 202 1:30.827 C5
Zhou Guanyu Alfa Romeo 200 1:31.610 C5
Charles Leclerc Ferrari 199 1:31.024 C4
Nico Hülkenberg Haas 196 1:32.466 C4
George Russell Mercedes 178 1:31.442 C5
Esteban Ocon Alpine 178 1:33.257  C3
Pierre Gasly Alpine 175 1:32.762 C3
Oscar Piastri McLaren 170 1:33.175 C3
Lando Norris McLaren 142 1:32.160 C3
Felipe Drugovich Aston Martin 117 1:32.075 C5

Jour 1 - Essais hivernaux 20231

Pilote Ecurie Meilleur temps Gomme Tours
Max Verstappen Red Bull 1:32.837 C3 157
Fernando Alonso Aston Martin 1:32.866 C3 60
Carlos Sainz Ferrari 1:33.253 C3 72
Charles Leclerc Ferrari 1:33.267 C3 64
Lando Norris McLaren 1:33.462 C3 40
Lewis Hamilton Mercedes 1:33.508 C3 83
Alex Albon Williams 1:33.671 C4 74
Zhou Guanyu Alfa Romeo 1:33.723 C3 67
George Russell Mercedes 1:34.174 C3 69
Logan Sargeant Williams 1:34.324 C3 75
Nico Hülkenberg Haas 1:34.424 C3 51
Valtteri Bottas Alfa Romeo 1:34.558 C3 71
Nyck de Vries AlphaTauri 1:34.559 C3 Proto 85
Felipe Drugovich Aston Martin 1:34.564 C3 40
Yuki Tsunoda AlphaTauri 1:34.671 C3 46
Pierre Gasly Alpine 1:34.822 C2 60
Esteban Ocon Alpine 1:34.871 C2 53
Oscar Piastri McLaren 1:34.888 C3 52
Kevin Magnussen Haas 1:35.087 C3 57
Total 1276

Jour 2 - Essais hivernaux 20231

Pilote Ecurie Meilleur temps Gomme Tours
Zhou Guanyu Alfa Romeo 1:31.610 C5 133
Max Verstappen Red Bull 1:31.650 C3 47
Fernando Alonso Aston Martin 1:32.205 C3 130
Nyck de Vries AlphaTauri 1:32.222 C4 74
Nico Hülkenberg Haas 1:32.466 C4 68
Carlos Sainz Ferrari 1:32.486 C3 70
Logan Sargeant Williams 1:32.549 C5 154
Charles Leclerc Ferrari 1:32.725 C3 68
Oscar Piastri McLaren 1:33.175 C3 74
Pierre Gasly Alpine 1:33.186 C3 59
Kevin Magnussen Haas 1:33.442 C3 67
Esteban Ocon Alpine 1:33.490 C3 49
George Russell Mercedes 1:33.654 C3 26
Checo Pérez Red Bull 1:33.751 C3 Proto 76
Lewis Hamilton Mercedes 1:33.954 C3 72
Lando Norris McLaren 1:35.522 C2 65
Yuki Tsunoda AlphaTauri 1:35.708 C2 85
Total 1317

Jour 3 - Essais hivernaux 20231

Pilote Ecurie Meilleur temps Gomme Tours
Checo Pérez Red Bull 1:30.305 C4 133
Lewis Hamilton Mercedes 1:30.664 C5 65
Valtteri Bottas Alfa Romeo 1:30.827 C5 131
Charles Leclerc Ferrari 1:31.024 C4 67
Carlos Sainz Ferrari 1:31.036 C4 76
Yuki Tsunoda AlphaTauri 1:31.261 C4 79
Kevin Magnussen Haas 1:31.381 C4 95
George Russell Mercedes 1:31.442 C5 83
Fernando Alonso Aston Martin 1:31.450 C4 80
Felipe Drugovich Aston Martin 1:32.075 C5 77
Lando Norris McLaren 1:32.160 C3 37
Pierre Gasly Alpine 1:32.762 C3 56
Alex Albon Williams 1:32.793 C5 136
Esteban Ocon Alpine 1:33.257 C3 76
Nico Hülkenberg Haas 1:33.329 C3 77
Oscar Piastri McLaren 1:33.655 C3 44
Nyck de Vries AlphaTauri 1:38.244 C3 87
Total 1399

1 - Données par Pirelli
2 - Données récoltées par AMuS