Mercedes dévoile son nouveau Classe G électrique, le G580, une réinvention puissante du légendaire GELÄNDEWAGEN. Pesant 3085 kg, ce modèle offre une puissance impressionnante de 579 chevaux et développe un couple de 1164 Nm, permettant une accélération de 0 à 100 km/h en seulement 4,7 secondes.

Il est équipé d'une batterie de 116 kWh qui lui confère une autonomie estimée à 434 à 473 km selon le protocole WLTP, et jusqu'à 250 miles selon l'EPA. En seulement 15 minutes de charge rapide à 200 kW, le véhicule récupère jusqu'à 170 km d'autonomie.

Son coefficient de traînée est de 0.44, optimisant ainsi son efficacité énergétique. La batterie est protégée par une plaque de protection épaisse d'un pouce (2,5 cm) et pèse 58 kg. Parmi les fonctionnalités modernes, il inclut un écran tactile de 12,3 pouces et peut traverser des cours d'eau jusqu'à 85 cm de profondeur, soit 15 cm de plus que la version à combustion interne.

Les livraisons du G 580 électrique sont prévues pour fin 2024.

Il y a 10 h

Forza Horizon 5 est agrémenté d'un nouveau DLC non intégré dans les packs et éditions de base. L'Apex Allstars Car Pack est disponible depuis le 23 avril 2024 et contient 7 voitures :
- Cadillac Racing ATS-V.R numéro 3 (2015)
- BMW M Motorsport M8 GTE numéro 1 (2018)
- Mercedes-AMG GT3 (2018)
- Porsche 911 GT3 R (2018)
- Ferrari Risi Competizione 488 GTE numéro 62 (2019)
- Chevrolet Corvette Racing C8.R numéro 3 (2020)
- Lexus Vasser Sullivan RCF GT3 numéro 14 (2020)

Il a été commercialisé au prix de 4,99 € mais ce prix est passé aujourd'hui à 9,99.

Il y a 10 h

La Scuderia Ferrari a officialisé son partenariat avec Hewlett-Packard a.k.a. HP. Ils deviennent donc sponsor titre de l'écurie italienne qui s'intitulera désormais Scuderia Ferrari HP.

Il y a 4 h

Bimota sera de retour sur la grille du WorldSBK en 2025. Ils s'associeront avec Kawasaki dans une coentreprise qui aboutira à un châssis Bimota avec moteur Kawasaki.

Il y a 4 h

Škoda Vision GT : concept virtuel 100 % électrique avec des clins d'œil à la 1100 OHC et à la 130 RS. Elle sera disponible dans la mise à jour 1.46 de Gran Turismo 7.

La tout première Vision Gran Turismo de Škoda a un châssis constitué d'une monocoque en carbone. Son volant futuriste a été conçu et inspiré de Gran Turismo 7. Un capteur de distance intégré indique au pilote quels autres véhicules se trouvent à proximité, une idée qui peut réduire considérablement le risque de contact avec les véhicules, notamment dans le sens latéral.

De plus, des fonctionnalités telles qu’un aileron arrière adaptatif en deux parties et un aérodynamisme actif fonctionnent toutes ensemble pour s’adapter dynamiquement aux conditions de conduite et améliorer les performances.

Le concept est propulsé par deux moteurs électriques jumeaux de 200 kW (272 chevaux), un sur chaque essieu, qui délivrent une puissance combinée de 800 kW (1088 chevaux). L'inclusion d'une transmission intégrale avec répartition intelligente du couple sur les deux essieux et d'une transmission à une vitesse garantit une expérience de conduite équilibrée et réactive.

Il y a 1 h

Journée sprint autrichienne dominée par Max Verstappen devant Checo Pérez

01/07/2023

Journée sprint autrichienne dominée par Max Verstappen devant Checo Pérez - Crédit photo : FIA
Crédit photo : FIA 

Un Sprint Shootout dominé sans partage et une course Sprint gagnée largement (21 secondes d'avance), même après quelques heurts avec Pérez dans les trois premiers virages : Verstappen survole la grille avec sa Red Bull.

Max Verstappen a remporté une course Sprint palpitante lors du Grand Prix d'Autriche, survivant à quelques moments de tension lors des premières étapes d'une course allant du mouillé au sec pour finalement décrocher une victoire dominante sur la terre natale de Red Bull.

Verstappen a perdu la première place au profit de son coéquipier Sergio Perez au départ : "Le départ n'était pas idéal, un peu de patinage des roues, mais après ça, après le premier tour, une fois que nous sommes revenus en tête, c'était bien."

Mais il s'est rapidement battu et s'est installé à nouveau en tête de course dès le virage 3, s'éloignant confortablement de ses rivaux pour franchir la ligne d'arrivée avec une avance confortable sur le Mexicain et Carlos Sainz sur sa Ferrari.

Verstappen, Perez, Sainz et quelques autres pilotes de pointe sont restés en pneus intermédiaires pendant toute la course, conservant suffisamment d'avance sur un groupe d'autres pilotes qui sont passés en pneus slicks tardivement mais n'ont pas réussi à combler leur retard.

Verstappen a d'ailleurs dit à la fin, de la course sprint : "Nous gérions simplement les pneus, sachant que s'il ne pleuvait plus, alors 24 tours avec des pneus intermédiaires, c'est beaucoup, mais ils ont bien tenu. Je pense évidemment que les pneus slicks étaient nettement plus rapides sur les cinq derniers tours, mais je pense que pour nous, qui étions en tête, il n'était pas logique de rentrer aux stands. Nous avons simplement tenu bon avec les intermédiaires, ce qui a bien fonctionné."

Avec un nouveau format de course Sprint mis en place cette saison, la "journée Sprint" a débuté avec la nouvelle session de qualification appelée "Shootout" qui ne déterminé la grille de départ que de cette course de 24 tours qui offre d'ailleurs des points aux huit premiers pilotes sur la ligne d'arrivée. Précédemment, seuls les trois premiers pilotes étaient récompensés et l'ordre d'arrivée déterminait la grille de départ du dimanche.

Résumons d'abord le shootout. Verstappen a réalisé deux tours suffisamment rapides pour décrocher la première place lors de la phase SQ3, tandis que Lewis Hamilton a été éliminé dès la phase SQ1, le pilote néerlandais signant initialement un temps de 1m 04.613s avant d'améliorer avec un temps de 1m 04.440s, devançant ainsi Perez, qui se remettait de ses difficultés de vendredi, de près d'une demi-seconde.

Norris et le pilote Haas Nico Hülkenberg (bien qu'il ait été l'un des deux seuls pilotes à opter pour des pneus mediums au lieu de pneus tendres pour son dernier tour) ont également brillé lors des qualifications en obtenant des places sur la deuxième ligne de la grille pour la course Sprint qui se déroulera plus tard aujourd'hui, se classant devant la paire de Ferrari composée de Carlos Sainz et Charles Leclerc. Aston Martin a également aligné ses voitures en septième et huitième positions, avec Fernando Alonso juste devant Lance Stroll (qui a également choisi les pneus mediums), suivis d'Esteban Ocon chez Alpine et de Kevin Magnussen chez Haas, complétant ainsi les dix premières places.

Alex Albon a manqué de peu une autre place dans le top 10 en terminant à la 11e position lors de la phase SQ2, suivi de l'autre Alpine de Pierre Gasly, des AlphaTauri de Yuki Tsunoda - qui s'est plaint de la circulation lors de son dernier tour - et de Nyck de Vries. Le pilote Mercedes George Russell a évité le même sort que son coéquipier Hamilton lors de la phase SQ1, mais il a signalé un problème hydraulique lors de son retour aux stands et n'a pas pu revenir en piste, terminant ainsi 15e et dernier lors de la deuxième phase. Zhou Guanyu a fait un tête-à-queue en début de séance de qualification et n'a pas pu éviter l'élimination, terminant à la 16e place, suivi du rookie de McLaren Oscar Piastri - qui n'a pas bénéficié des mises à jour de la voiture de son coéquipier Norris - à la 17e place après avoir été gêné par la circulation dans le dernier secteur.

Suite au shootout, une pénalité a vu Charles Leclerc se faire rétrograder sur la grille de départ du sprint de la sixième à la neuvième place, ce qui a promu le duo d'Aston Martin, Fernando Alonso et Lance Stroll, ainsi qu'Esteban Ocon d'Alpine. Le pilote Ferrari ait été reconnu coupable d'avoir gêné le rookie de McLaren, Oscar Piastri, lors de la séance de qualifications.

Au fur et à mesure que le départ de la course approchait, quelques gouttes de pluie ont commencé à tomber et l'ondée s'est ensuite intensifiée, rendant les pneus slicks inadaptés et favorisant les pneus intermédiaires. Le choix de tous les pilotes s'était d'ailleurs porté sur le pneu pluie vert, à l'exception d'un téméraire Valtteri Bottas en pneus mediums.

Le pari de Bottas s'est rapidement retourné contre lui, avec Alfa Romeo l'appelant aux stands pour chausser les pneus intermédiaires dans le tour de formation, juste avant le départ. Départ donné, Perez a pris l'avantage sur son coéquipier, Verstappen, et s'est frayé un chemin à l'intérieur dans le virage 1. Les deux pilotes ont continué leur duel à la sortie du virage, Verstappen mettant même deux roues dans l'herbe, alors qu'il était au niveau du Mexicain.

Verstappen a immédiatement riposté et a attaqué Perez au freinage du virage 3, les emmenant tous les deux au large, laissant presque Nico Hülkenberg passer en tête. Avec Verstappen de retour en première position, Perez s'est plaint à la radio : "Qu'est-ce qui ne va pas avec Max, mec ?"

Nous apprendrons bizarrement post-course que Pérez blâmait le manque de visibilité pour le duel post-départ et qu'il s'était écarté dans le virage 3. Etrange, mais une bonne conversation a eu lieu en descendant des autos et on peut supposer que ce problème se résoudra en interne, au calme.

Les choses se sont encore compliquées pour Perez au virage 4, où un Hülkenberg survolté a exercé à nouveau une pression et l'a dépassé à la sortie, plaçant ainsi la Haas entre les deux Red Bulls, Sainz conservant la quatrième place devant Stroll et Alonso.

Lando Norris a été le grand perdant dans le goulot d'étranglement du virage 3, se retrouvant coincé derrière les Red Bulls en dispute et subissant une sortie lente, ce qui l'a fait chuter de la quatrième à la dixième place, se retrouvant derrière Alex Albon, Esteban Ocon et Charles Leclerc. Triste sort pour celui qui avait fini troisième du shootout, une place de mieux que la veille en qualifs.

Alors que Norris avait perdu le plus de positions (sept), son compatriote Lewis Hamilton en avait gagné le plus, en remontant de la 18e place sur la grille pour se retrouver 13e, juste derrière son coéquipier George Russell et Kevin Magnussen. Les pilotes Mercedes se sont frayés un chemin après s'être battus avec la Haas pendant plusieurs tours.

En tête de course, Verstappen a creusé l'écart sur Hülkenberg pour atteindre environ cinq secondes au tiers de la course. L'ingénieur du Néerlandais lui signala néanmoins que son pneu avant-gauche était son "point faible" avec des conditions humides mais un tracé en train de sécher.

"On pense que la piste va sécher" demandera-t-on d'ailleurs à Alonso peu après. "Potentiellement, oui" a été la réponse. Tous les regards se sont alors tournés vers le ciel pour voir s'il y aurait de nouvelles averses pour mouiller davantage la piste (et préserver les intermédiaires) ou si l'asphate continuerait à sécher.

[Citroën] À mi-course, Hülkenberg a été rattrapé par Perez et Sainz, perdant la deuxième place face au pilote Red Bull au virage 4 au 12e tour, puis la troisième place face au pilote Ferrari au virage 3 un tour plus tard, Verstappen étant désormais à plus de 10 secondes devant.

Plus loin, Ocon, Leclerc et Norris se sont disputé les derniers points en jeu, l'Alpine et la Ferrari frôlant la collision entre les virages 4 et 5, tandis que Norris attendait de saisir toute opportunité résultant d'un incident ou d'un écart.

À huit tours de la fin, Russell a rapporté que les conditions n'étaient pas loin des pneus slicks, et peu de temps après, il est passé par les stands pour chausser un train de pneus tendres. Les commissaires de course ont également activé le DRS pour permettre les dépassements artificiels. En effet, jusqu'ici, les batailles étaient belles et cet édulcorant était inutile.

Après avoir également perdu sa place face à Stroll, Hülkenberg est rentré aux stands pour chausser des pneus tendres, tout comme Piastri, Hamilton, Magnussen, Logan Sargeant, Nyck de Vries et Zhou Guanyu. Cependant, ils avaient tous une course contre la montre pour combler les 20 secondes environ perdues dans la voie des stands. Ce pari ne semblait vraiment payant que pour certaines places du peloton, sûrement pas pour ceux aux avant-postes.

Avec Russell réalisant des temps impressionnants, Albon, Leclerc (qui a surtout couvert Russell, de l'aveu de Vasseur) et Yuki Tsunoda ont été le prochain groupe de pilotes à passer aux pneus slicks, tandis que les Red Bulls, Sainz, les Aston Martin, Ocon, Norris, Pierre Gasly et Bottas (qui était en queue de peloton après ses déboires précédents) sont restés sur leurs pneus intermédiaires.

Malgré leur rythme soutenu, le groupe de pilotes en pneus slicks n'a pas réussi à combler l'écart sur les pilotes en pneus intermédiaires, les cinq premières positions de Verstappen à Alonso restant inchangées jusqu'au drapeau à damier.

Verstappen a franchi la ligne avec plus de 20 secondes d'avance sur Perez, réalisant une nouvelle performance impériale. Sainz a complété le podium après une belle bataille, suivi de près par Stroll et Alonso, qui a eu comportement bizarre. L'Espagnol s'est montré menaçant sur Stroll sans jamais réellement tenter de le dépasser.

Son explication ? Il n'avait l'opportunité de dépasser son coéquipier canadien que dans le dernier tour mais le résultat d'équipe est le même qu'il soit devant ou derrière... Ca fait deux courses où nous voyons ce comportement. Etrange.

Hülkenberg a fini sixième, le meilleur parmi ceux qui ont opté pour les pneus slicks. Ocon a résisté à Russell avec seulement 0,009 seconde d'avance pour prendre les derniers points en jeu, tandis que Norris et Hamilton ont terminé à la porte des points, respectivement neuvième et dixième. Piastri, Leclerc, Albon et Magnussen ont suivi, tandis que Gasly a perdu beaucoup de terrain en fin de course après avoir été dépassé par ceux en pneus tendres et mediums.

Les pilotes de l'écurie AlphaTauri, Tsunoda et De Vries, ont terminé respectivement 16e et 17e, tandis que le rookie de Williams, Sargeant, ainsi que les pilotes d'Alfa Romeo, Zhou et Bottas, ont fermé la marche à l'issue de cette course mouvementée.

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.

 Réseaux sociaux