La nouvelle MINI John Cooper Works fera ses débuts aux 24 Heures du Nürburgring, du 1er au 2 juin 2024, avant sa présentation mondiale.

Le modèle #317 de la MINI John Cooper Works sera engagé par l'équipe privée Bulldog Racing de Nürburg dans la catégorie SP 3T.

Surnommée "MINI John Cooper Works PRO" (pour Prototype), cette voiture de course Twin-Power Turbo allie le design emblématique et la fiabilité de MINI avec l'expertise de Bulldog Racing.

La deuxième représentante de MINI dans "l’enfer vert" sera la célèbre MINI John Cooper Works noire avec boîte de vitesses manuelle, arborant le #474. Elle a décroché une place sur le podium lors des 24 Heures du Nürburgring l'année dernière dans la catégorie VT-2, démontrant sa compétitivité face à une forte concurrence.

Il y a 23 h

A Monaco, le grand cirque de la F1 est en ville !!! Photos prises par Thomas Maheux sur place.

Il y a 23 h

P6 et P7 à Imola pour Mercedes peuvent ne pas sembler être un progrès sur le papier, mais les écarts avec ceux qui les précèdent et les suivent laissent place à l'optimisme, selon l'équipe. L'écurie fera ainsi étape à Monaco cette semaine, convaincue qu'elle va dans la bonne direction.

"Nous avons fait un pas en avant. Nous nous sommes améliorés," a déclaré Lewis Hamilton après la course. "Mais nous devons continuer jusqu'à ce que nous obtenions ces améliorations pour vraiment réduire les écarts."

Du cockpit au mur des stands, Toto Wolff (directeur de l'équipe Mercedes) était également satisfait de ce qu'il a vu lors de notre première visite à Imola en deux ans. Il a déclaré : "Nous sommes sur une trajectoire où nous rendons la voiture meilleure, nous pouvons le voir. Je me sens plus confiant maintenant."

Le progrès sera régulier, mais l'équipe sait que c'est la bonne voie à suivre. "Nous voyons maintenant ces gains progressifs, plutôt que cette mise à jour miracle," a ajouté Toto. "Nous mettons la voiture dans une meilleure fenêtre et lui donnons plus de performances. Je me sens plus confiant."

Il y a 53 minutes

À Imola, Hamilton a été interrogé sur la possibilité que Sainz rejoigne Mercedes, mais il a répondu en exprimant sa préférence pour Antonelli. "Carlos est un excellent pilote, donc je pense que peu importe où il ira, il apportera quelque chose de positif à n'importe quelle équipe", a déclaré Hamilton. "Honnêtement, je n'ai aucune idée des plans de Toto, mais pour moi, si je devais choisir un jeune pilote, je prendrais probablement Kimi."

Wolff a parlé à Sky Sports F1 de ses sentiments concernant la course d'Hamilton en Italie ce week-end, pour la première fois depuis l'annonce de son transfert surprise chez Ferrari, et a évoqué Antonelli. "J'imagine que pour les Italiens, c'est très excitant d'avoir Lewis Hamilton en rouge l'année prochaine. Nous nous habituerons aux tenues, mais nous devons nous concentrer sur nous-mêmes", a-t-il dit. "Peut-être qu'il y a une option pour que nous brillions davantage avec un Italien dans notre voiture, donc nous repoussons les limites."

Mercedes a testé Antonelli dans leurs voitures de F1 de 2021 et 2022 en avril, mais ils ont essayé de modérer les attentes concernant l'Italien. James Allison, directeur technique, a loué Antonelli, qui a rivalisé et, parfois, surpassé son coéquipier en Formule 2, Oliver Bearman, cette saison. "J'ai eu le grand plaisir d'écouter les ingénieurs décrire leurs interactions avec lui", a déclaré Allison. "Un jeune pilote enthousiaste, très, très rapide, avec un rythme régulier. Il n'avait jamais conduit une voiture de F1 jusqu'à récemment, mais il a semblé à l'aise dès les premiers tours."

L'ingénieur britannique a rajouté : "Il est arrivé avec un esprit ouvert face à cette génération de voitures à effet de sol. Il ressent toutes les sensations attendues, mais il n'est pas influencé par les voitures précédentes. Il les prend telles qu'elles sont et nous décrit leurs points faibles et forts. Il laisse les ingénieurs travailler pour améliorer ces aspects. Mais il semble être un très prometteur jeune pilote."

À Imola, pour en revenir à Wolff, le patron de l'équipe Mercedes a déclaré : "Nous mettons en avant ce jeune homme depuis longtemps maintenant et il sera un très bon et grand pilote un jour en Formule 1, mais il a 17 ans. Il y a quatorze mois, il conduisait une voiture de F4 et il y a beaucoup d'attentes en Italie. Nous sommes aussi un peu coupables d'avoir parlé de lui à ce stade et je pense que nous devrions le laisser se concentrer sur la Formule 2, obtenir des résultats et ne pas trop se laisser emporter par ce qui pourrait ou devrait être. Regardez George [Russell], il a remporté la F3 et la F2 dès sa première année. En même temps, Kimi a excellé dans ces séries juniors et est maintenant en F2, donc nous verrons. Il sera en Formule 1 un jour, mais ne précipitons pas les choses."

Il y a 32 minutes

Les pilotes de F1 face au nouvel horizon réglementaire de 2026

21/09/2023

Les pilotes de F1 face au nouvel horizon réglementaire de 2026 - Crédit photo : FIA - DPPi
Crédit photo : FIA - DPPi 

À la veille du Grand Prix du Japon, les pilotes de F1 expriment leurs ambitions et inquiétudes face au tournant réglementaire de 2026. Entre loyauté envers les écuries et incertitudes, l'avenir s'annonce captivant.

Lors de la conférence précédant le Grand Prix du Japon 2023, les pilotes ont notamment discuté de leurs contrats actuels et de leurs perspectives d'avenir, en lien avec la nouvelle réglementation de la F1 prévue pour 2026.

Lando Norris, l'enfant chéri de McLaren, a démontré un attachement profond à son écurie actuelle. "J'ai toujours dit que je voulais gagner avec McLaren. Et je pense que nous nous rapprochons de plus en plus de cet objectif", a-t-il déclaré. Ses propos mettent en lumière non seulement ses ambitions pour les prochaines saisons, mais aussi son alignement stratégique avec les objectifs de McLaren. Le jeune Lando a faim : "Et pas seulement pour gagner des courses, mais aussi pour remporter des championnats, pilotes et constructeurs. Je veux le faire avec McLaren."

Oscar Piastri, son coéquipier chez McLaren, a abordé son récent contrat qui s'étend jusqu'en 2026. Le rookie australien est tout aussi déterminé mais se montre plus prudent en ce qui concerne les nouveautés attendues en 2026. "Poursuivre cette aventure est pour moi le plus important", a-t-il souligné en minimisant l'importance de la nouvelle réglementation dans sa décision de prolongation contractuelle, insistant plutôt sur le soutien inébranlable que lui apporte son équipe. Ses mots reflètent un engagement à long terme, mais sans pour autant sous-estimer les défis à venir.

Si les pilotes de McLaren semblent confiants, l'atmosphère n'est pas la même dans toutes les écuries. Chez Haas, Nico Hülkenberg est plus incertain sur ce que l'avenir réserve, surtout concernant les moteurs pour 2026. "Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir d'ici là", a-t-il admis. L'Allemand a souligné que la situation autour des nouvelles réglementations moteur pour 2026 reste très incertaine. Il pense que le jeu des "chaises musicales" des pilotes va véritablement débuter l'année prochaine, où chacun devra maximiser sa valeur sur le marché.

Alexander Albon, actuellement chez Williams, et Yuki Tsunoda, dont le contrat avec AlphaTauri pourrait être renouvelé ce week-end au Japon (d'après les dernières rumeurs, ndlr), ont également exprimé leur point de vue. Tous deux ont souligné que les enjeux entourant la nouvelle réglementation de 2026 étaient surtout du ressort des écuries et non des pilotes. Albon, tout comme Nico Hülkenberg, a mis en avant le fait que les protagonistes de la grille doivent surtout se concentrer sur leurs performances en piste. "Notre valeur sur le marché fluctuera en fonction de nos résultats", a-t-il ajouté, soulignant le caractère incertain des mouvements de pilotes en vue de 2026, la fameuse "valse des contrats".

Yuki Tsunoda, quant à lui, a abordé la question de sa loyauté envers Red Bull et Honda, deux entités qui ont joué un rôle déterminant dans sa carrière. "Honda m'a soutenu depuis mes 16 ans et sans Red Bull, je ne serais pas là non plus. Les deux sont indissociables dans mon parcours", a déclaré le jeune pilote japonais. Questionné sur sa place au sein de son équipe pour l'année prochaine, il a répondu avec une certaine réserve : "Vous le saurez bientôt", laissant planer le mystère sur son avenir dans une période de changements notables pour la Formule 1.

Lewis Hamilton, le septuple champion du monde de Formule 1 emblématique de chez Mercedes, a apporté une note plus légère au débat, en suggérant de manière humoristique un futur contrat jusqu'en 2030 [il aura 45 ans]. Bien que ses paroles aient détendu l'atmosphère, on peut imaginer que de telles paroles de sa part ont bien alimenté les rumeurs sur sa carrière à long terme...

Sergio Pérez, qui est sous contrat avec Red Bull Racing jusqu'à la fin de 2024, apporte une perspective plus patiente sur les changements à venir. "Nous gardons évidemment un œil sur la situation, mais il est difficile de prédire ce qui va se passer. Nous cherchons tous à obtenir le meilleur contrat possible pour être dans une position compétitive", a-t-il expliqué. Pérez souligne qu'ayant encore un an de contrat, il n'est pas pressé et semble plutôt serein face à l'horizon réglementaire de 2026.

Esteban Ocon et Charles Leclerc ont tous les deux évoqué le caractère encore flou de la réglementation de 2026. Le Normand de chez Alpine a déclaré qu'il était difficile de vraiment connaître l'avenir. Il suggère néanmoins que certains pilotes ont déjà essayé les nouvelles voitures sur simulateur, mentionnant Red Bull à ce sujet. Le Monégasque, concentré sur lui-même et sur sa relation avec la Scuderia Ferrari, a ajouté qu'il était "très difficile d'avoir une vision claire de qui est en avance en termes de développement". Cette déclaration reflète une vision partagée par bon nombre de pilotes et d'équipes.

Enfin, pour ajouter une pointe de mystère, Valtteri Bottas a évoqué la rumeur selon laquelle son équipe, qui deviendra Audi en 2026, pourrait être particulièrement compétitive. "J'ai entendu dire qu'Audi serait assez fort en 2026", a-t-il lancé, laissant flotter l'incertitude. Il a tout de même affirmé que, comme Leclerc, il n'a pas encore testé quoi que ce soit en simulateur.

Les pilotes de Formule 1 sont à la croisée des chemins entre le présent et un futur incertain, techniquement parlant. De nombreuses possibilités et défis se dessinent. Pilotes et équipes se positionnent déjà, comme en témoigne la décision de McLaren de prolonger le contrat de Piastri jusqu'à la première année des nouveautés réglementaires de 2026, que ce soit en termes de contrats, de stratégie ou de développement, en vue de l'ère nouvelle qui s'annonce.

Mise à jour du 22/09/2023 - Ajout du point de vue de directeurs d'écuries quant au marché des pilotes en 2026. Il est question des changements technologiques et de la proposition d'un package compétitif - particulièrement le moteur - ou encore de l'attrait financier pour attirer les talents.

Mike Krack (team principal d'Aston Martin) : "Je pense qu'à l'heure actuelle, ouvrir simplement un portefeuille d'argent n'est plus un argument, ou du moins pas un argument majeur... c'est certainement un argument, mais les pilotes aujourd'hui, et surtout leur management, posent beaucoup plus de questions que ça. Je pense que l'unité de puissance joue un rôle substantiel, mais je pense aussi que le palmarès et le statut actuel jouent toujours un rôle et sont pris en compte. Donc je pense que le processus de persuasion est beaucoup plus difficile parce qu'il n'y a que quelques pilotes de haut niveau ou les pilotes que tout le monde veut avoir, et il faut avoir un ensemble solide de présentations et d'arguments prêts pour les convaincre."

Bruno Famin (directeur intérimaire d'Alpine en F1) : "De notre côté, je pense que nous sommes très satisfaits de nos pilotes et ce n'est pas notre première préoccupation. Notre première préoccupation est d'extraire la meilleure performance possible de l'équipe... et de développer la meilleure unité de puissance possible. Je parle de l'unité de puissance pour 2026. L'objectif est de développer la meilleure unité de puissance possible. Une chose après l'autre. Nous sommes heureux des pilotes que nous avons maintenant et construisons un bon ensemble."

Christian Horner (patron de l'écurie Red Bull) : "Oui, il n'y a pas de boule de cristal pour 2026. Qui sait qui sera compétitif ? Il va y avoir de nouvelles réglementations de châssis complètement différentes, une nouvelle philosophie aérodynamique, donc le châssis va jouer un rôle clé, le moteur va jouer un rôle clé avec la répartition entre l'électrification et la combustion, et le carburant va également jouer un rôle clé. Et pour nous, partir de zéro, c'est notre plus grand risque et c'est notre plus grande opportunité, donc ce sera un voyage intéressant et je suis sûr que tous les constructeurs de moteurs travaillent incroyablement dur. Nous avons de nouveaux constructeurs qui arrivent, dont Audi. Mais c'est un défi sensiblement différent par rapport à l'ensemble actuel de réglementations sur les unités de puissance."

Références FIA FIA

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.