La nouvelle gamme Audi A5 et A5 Avant propose une variété de motorisations pour répondre aux attentes diversifiées des conducteurs. En entrée de gamme, on retrouve le moteur 2.0 TFSI développant 150 chevaux (110 kW), idéal pour ceux qui recherchent un bon compromis entre performance et économie de carburant. Ce moteur est également disponible dans une version plus puissante de 204 chevaux (150 kW), offrant une conduite plus dynamique.

Pour ceux qui privilégient les motorisations diesel, le 2.0 TDI de 204 chevaux (150 kW) constitue une option intéressante avec son couple généreux de 400 Nm, garantissant des trajets confortables et économes en carburant. Ce moteur diesel bénéficie également de la technologie hybride légère MHEV+ de 48 volts, qui améliore l'efficacité énergétique et réduit les émissions de CO2.

Toutes ces motorisations sont disponibles avec la transmission intégrale quattro en option, offrant une adhérence et une stabilité accrues, particulièrement appréciables dans des conditions de conduite difficiles. Les versions A5 et A5 Avant se démarquent par leur design élégant et leur intérieur haut de gamme, intégrant des technologies avancées pour une expérience de conduite agréable et moderne.

En point culminant de cette gamme, les versions S5 et S5 Avant, équipées d'un puissant moteur V6 TFSI de 367 chevaux (270 kW), représentent l’apogée de la sportivité et de la performance chez Audi. Ces modèles sont destinés aux passionnés de conduite dynamique qui recherchent à la fois puissance et raffinement.

Et comme vous l'avez remarqué, il ne s'agit ni plus ni moins que des nouvelles A4. Mais dans le cadre de la restructuration de la nomenclature de ses véhicules en 2024, Audi a réservé les chiffres pairs aux modèles électriques et les chiffres impairs aux véhicules à combustion. Ainsi, les anciennes A4, S4, A4 Avant, et S4 Avant sont désormais intégrées sous l’appellation A5 et S5. Cette nouvelle dénomination permet de différencier clairement les modèles tout en élargissant l'offre, avec l'A5 et S5 en versions berline et Avant.

Il y a 20 h

MoneyGram Haas F1 Team a récemment confirmé la prolongation de son partenariat technique avec Scuderia Ferrari, garantissant l'utilisation des moteurs Ferrari jusqu'à la fin de la saison 2028 de Formule 1.

Cet accord, qui coïncide avec les nouvelles réglementations sur les unités de puissance prévues pour 2026, assure une stabilité à long terme pour l'équipe américaine. Depuis les débuts de Haas en Formule 1 en 2016, l'équipe et Ferrari ont collaboré sur 178 Grands Prix. Les réglementations de 2026 introduiront des moteurs V6 turbo hybrides de 1,6 litre améliorés, offrant une puissance accrue grâce aux composants hybrides et fonctionnant pour la première fois avec des carburants entièrement durables.

Ayao Komatsu, directeur de l'équipe, a exprimé sa satisfaction quant à cette prolongation : "La continuité avec Ferrari est cruciale pour notre développement futur. Ferrari a été un partenaire technique précieux depuis nos débuts, et leur soutien continu montre la confiance qu'ils ont en notre projet."

Il y a 20 h

Le studio Playground propose un nouveau DLC pour Forza Horizon 5 : JDM Jewels Car Pack.

Ce pack met à l'honneur trois voitures japonaise : l'Autozam AZ-1 de 1993, le Mitsubishi Montero (nom du Pajero en Amérique du Nord, Espagne et Amérique latine) Evolution de 1997, la Toyota Sera de 1991 et surtout la Nissan Stagea RS Four de 1997 !

Cerise sur le McDo, il y a une conversion R34 possible pour la Stagea, histoire d'en faire une Skyline break bien énervée !!!

Il vous en coûtera 4,99 € sur le store Xbox ou sur Steam. La passion de la japonaise n'a presque pas de prix...

Il y a 2 h

Sainz impérial en Australie alors que Verstappen et les Mercedes abandonnent

24/03/2024

Sainz impérial en Australie alors que Verstappen et les Mercedes abandonnent - Crédit photo : Scuderia Ferrari
Crédit photo : Scuderia Ferrari 

Carlos Sainz signe une victoire magistrale en Australie, menant Ferrari vers un doublé historique devant Norris. La course est marquée par l'abandon précoce de Verstappen, la défaillance moteur d'Hamilton et un accident spectaculaire de Russell en fin de parcours.

Dans un tournant spectaculaire des événements lors du Grand Prix d'Australie, Carlos Sainz a brisé la série de victoires de Red Bull en s'imposant avec brio sur sa Ferrari, profitant des déboires techniques de Max Verstappen dès les premiers tours, qui ont vu le champion du monde en titre contraint à l'abandon.

Verstappen, en quête d'un 10ème succès consécutif, a vu ses espoirs s'envoler peu après un départ fulgurant depuis la pole position. Les problèmes se sont rapidement accumulés pour le Néerlandais, une deuxième boucle compromise permettant à Sainz de s'engouffrer dans la brèche et de s'emparer de la tête de course.

Les ennuis de freinage de Verstappen se sont aggravés, et il fut contraint de se ranger, laissant échapper des volutes de fumée de sa RB20, avant de regagner les stands et de se retirer, une première en deux ans.

En l'absence de Verstappen, Sainz a dominé la course, creusant l'écart sur Lando Norris, son coéquipier Charles Leclerc et l'idole locale Oscar Piastri, pour finalement décrocher sa troisième victoire en Formule 1.

Leclerc, par une stratégie d'undercut sur Norris, s'est hissé en seconde position, offrant à Ferrari son premier doublé depuis le début de la saison 2022, tandis que le Britannique Norris s'offrait son premier podium de l'année pour McLaren.

Piastri, ayant dépassé Norris lors des arrêts aux stands, se vit ensuite demander de laisser passer son coéquipier, avant de perdre du temps dans une sortie de piste, terminant seul en quatrième position, suivi par la Red Bull de Sergio Pérez.

George Russell, en lutte pour la sixième place contre Fernando Alonso, a été victime d'un spectaculaire accident dans le complexe rapide des virages 6 et 7, causant des dommages importants à sa Mercedes et entraînant le déploiement d'une coiture de sécurité virtuelle (VSC) jusqu'à la fin de la course.

Profitant de cet incident, Lance Stroll a permis à deux Aston Martin de placer les deux voitures vertes dans les points en se classant septième, tandis que Yuki Tsunoda offrait les premiers points de la saison à Visa CashApp RB (VCARB) grâce à sa huitième position.

Notons une certaine ironie avec Guenther Steiner était chargé d'interviewer les trois premiers pendant qu'Haas, l'écurie pour laquelle il a été directeur jusqu'à fin 2023, engrangeait des points avec Nico Hülkenberg et Kevin Magnussen respectivement neuvième et dixième. Une moisson encourageante pour l'écurie américaine.

La décision de Williams de placer Alex Albon dans la voiture de Logan Sargeant n'a pas tout à fait porté ses fruits, finissant 11ème, suivi par l'autre pilote local, Daniel Ricciardo (VCARB), et l'Alpine de Pierre Gasly, pénalisé de cinq secondes pour une infraction à la sortie des stands.

Sauber a de nouveau rencontré des problèmes lors des arrêts aux stands, avec Valtteri Bottas et Zhou Guanyu terminant 14ème et 15ème, tandis qu'Esteban Ocon clôturait la course sur son Alpine en tant que dernier "finisseur" après l'abandon précoce de Verstappen, le crash tardif de Russell et un problème moteur pour Lewis Hamilton en milieu de course.

Observant depuis le garage Mercedes, Hamilton a été témoin de l'accident de son coéquipier Russell, dont la voiture s'est retrouvée sur le flanc en plein milieu de la piste. Russell a rapidement rassuré par radio, affirmant qu'il allait "bien".

Avec l'assurance de l'état de Russell, les célébrations ont pris place chez Ferrari, Sainz exultant après un parcours héroïque depuis son lit d'hôpital jusqu'à la plus haute marche du podium en seulement deux semaines, entonnant son fameux "smooth operator" en direct du parc fermé.

Mise à jour : Fernando Alonso est rétrogradé à la huitième position, Stroll et Tsunoda montant dans le classement. En effet, l'Espagnol a été pénalisé pour une manœuvre inhabituelle et potentiellement dangereuse, provoquant le crash de George Russell. Sa tentative de prendre un virage différemment a surpris Russell, causant une perte de contrôle de sa Mercedes. Alonso a ainsi reçu une pénalité de 20 secondes ajoutée à son temps de course et trois points de pénalité sur sa licence.

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.

 Réseaux sociaux