La nouvelle gamme Audi A5 et A5 Avant propose une variété de motorisations pour répondre aux attentes diversifiées des conducteurs. En entrée de gamme, on retrouve le moteur 2.0 TFSI développant 150 chevaux (110 kW), idéal pour ceux qui recherchent un bon compromis entre performance et économie de carburant. Ce moteur est également disponible dans une version plus puissante de 204 chevaux (150 kW), offrant une conduite plus dynamique.

Pour ceux qui privilégient les motorisations diesel, le 2.0 TDI de 204 chevaux (150 kW) constitue une option intéressante avec son couple généreux de 400 Nm, garantissant des trajets confortables et économes en carburant. Ce moteur diesel bénéficie également de la technologie hybride légère MHEV+ de 48 volts, qui améliore l'efficacité énergétique et réduit les émissions de CO2.

Toutes ces motorisations sont disponibles avec la transmission intégrale quattro en option, offrant une adhérence et une stabilité accrues, particulièrement appréciables dans des conditions de conduite difficiles. Les versions A5 et A5 Avant se démarquent par leur design élégant et leur intérieur haut de gamme, intégrant des technologies avancées pour une expérience de conduite agréable et moderne.

En point culminant de cette gamme, les versions S5 et S5 Avant, équipées d'un puissant moteur V6 TFSI de 367 chevaux (270 kW), représentent l’apogée de la sportivité et de la performance chez Audi. Ces modèles sont destinés aux passionnés de conduite dynamique qui recherchent à la fois puissance et raffinement.

Et comme vous l'avez remarqué, il ne s'agit ni plus ni moins que des nouvelles A4. Mais dans le cadre de la restructuration de la nomenclature de ses véhicules en 2024, Audi a réservé les chiffres pairs aux modèles électriques et les chiffres impairs aux véhicules à combustion. Ainsi, les anciennes A4, S4, A4 Avant, et S4 Avant sont désormais intégrées sous l’appellation A5 et S5. Cette nouvelle dénomination permet de différencier clairement les modèles tout en élargissant l'offre, avec l'A5 et S5 en versions berline et Avant.

Il y a 21 h

MoneyGram Haas F1 Team a récemment confirmé la prolongation de son partenariat technique avec Scuderia Ferrari, garantissant l'utilisation des moteurs Ferrari jusqu'à la fin de la saison 2028 de Formule 1.

Cet accord, qui coïncide avec les nouvelles réglementations sur les unités de puissance prévues pour 2026, assure une stabilité à long terme pour l'équipe américaine. Depuis les débuts de Haas en Formule 1 en 2016, l'équipe et Ferrari ont collaboré sur 178 Grands Prix. Les réglementations de 2026 introduiront des moteurs V6 turbo hybrides de 1,6 litre améliorés, offrant une puissance accrue grâce aux composants hybrides et fonctionnant pour la première fois avec des carburants entièrement durables.

Ayao Komatsu, directeur de l'équipe, a exprimé sa satisfaction quant à cette prolongation : "La continuité avec Ferrari est cruciale pour notre développement futur. Ferrari a été un partenaire technique précieux depuis nos débuts, et leur soutien continu montre la confiance qu'ils ont en notre projet."

Il y a 20 h

Le studio Playground propose un nouveau DLC pour Forza Horizon 5 : JDM Jewels Car Pack.

Ce pack met à l'honneur trois voitures japonaise : l'Autozam AZ-1 de 1993, le Mitsubishi Montero (nom du Pajero en Amérique du Nord, Espagne et Amérique latine) Evolution de 1997, la Toyota Sera de 1991 et surtout la Nissan Stagea RS Four de 1997 !

Cerise sur le McDo, il y a une conversion R34 possible pour la Stagea, histoire d'en faire une Skyline break bien énervée !!!

Il vous en coûtera 4,99 € sur le store Xbox ou sur Steam. La passion de la japonaise n'a presque pas de prix...

Il y a 2 h

Sebastian Vettel : éventuel retour en F1, participation aux 24 Heures du Mans ?

04/04/2024

Sebastian Vettel : éventuel retour en F1, participation aux 24 Heures du Mans ? - Crédit photo : Porsche
Crédit photo : Porsche 

Entre rumeurs de retour en F1 et curiosité pour les 24 Heures du Mans, Sebastian Vettel explore ses options futures. Parallèlement, il observe les mouvements du marché, notamment le passage de Hamilton chez Ferrari, tout en restant connecté au paddock.

Sebastian Vettel pourrait envisager un retour en Formule 1. Il reste en contact avec les acteurs du paddock de la F1 et notamment le patron de Mercedes, Toto Wolff, qui a un baquet vacant pour 2025.

Depuis sa retraite fin 2022, le quadruple champion du monde, fort de 16 saisons en F1, est toujours au cœur des fantasmes d'un retour [gagnant si possible] dans une monoplace de Formule 1.

Interrogé sur le fait de savoir s'il était sur le marché pour un volant en 2025, Vettel a déclaré à Sky Sports : "Eh bien, potentiellement je le suis parce que je n'ai pas de volant, mais la question est : est-ce que j'en cherche un ? Je pense que cela dépend du package."

"J'ai pris ma retraite de la Formule 1 pour ne pas revenir, mais j'ai aussi dit qu'on ne sait jamais. Donc je pense que c'est toujours valable."

"Évidemment, il y a des choses qui me manquent, surtout la compétition. Et des choses qui ne me manquent pas, donc cela n'a pas changé. Évidemment, la vie est très différente lorsque vous n'êtes pas impliqué et cela me plaît encore.

"Vous ne savez jamais où la vie vous mène, donc peut-être qu'elle me ramènera derrière le volant, peut-être pas."

Après avoir révélé précédemment à Sky News qu'il avait eu des discussions avec Toto Wolff, l'actuel directeur de l'écurie Mercedes, une question a été posée à Vettel concernant sa capacité à ignorer l'intérêt potentiel venant de l'équipe des Flèches d'Argent.

Il a dit : "J'ai eu des conversations avec lui [Toto Wolff], pas vraiment à propos du baquet. Nous avons également brièvement parlé de toute la situation."

"Mais j'ai aussi parlé à d'autres parce que je garde encore le contact de temps en temps. J'ai quelques projets et idées en commun avec la F1. Nous verrons s'ils se concrétiseront ou pas."

"Donc je reste en contact. Je ne sais pas. Il faut probablement encore quelques coups de téléphone et conversations, je suppose, pour vraiment en savoir un peu plus. Mais c'est sûr que c'est l'un des meilleurs baquets de la grille."

"Côté performance, Mercedes a un excellent palmarès, avec quelques difficultés ces dernières années, mais même en luttant, vous êtes encore deuxième et troisième au championnat des constructeurs, ce n'est pas comme si vous couriez dans un no man's land."

Et qu'en penserait George Russell, d'avoir Vettel comme coéquipier ? Le Britannique au numéro 63 a déclaré : "Sebastian est une personne formidable et il est quatre fois champion du monde et c'est sûr que sa personnalité manque sur la grille et je pense qu'il est important que nous ayons les 20 meilleurs pilotes du monde en compétition pour les victoires en course et championnats. Donc, comme je l'ai déjà dit... je suis vraiment heureux et ouvert à l'idée d'avoir n'importe qui comme coéquipier, vous savez, que ce soit un champion du monde, un rookie,cela ne change pas la façon dont je mène mes affaires. Et oui, comme je l'ai dit, nous accueillerons n'importe qui."

Dans l'éventualité d'un retour en F1, Vettel se classerait seulement comme le troisième pilote le plus âgé, derrière Lewis Hamilton, 39 ans, et Fernando Alonso, 42 ans, tous deux toujours en activité et affichant des performances de haut niveau.

Interrogé sur ce qui lui manquait depuis qu'il avait raccroché son casque, Vettel a ajouté : "L'adrénaline, la vitesse. Je pense surtout la compétition, vraiment."

"Conduire vite n'est pas la seule chose, mais c'est vraiment la compétition."

Récemment, Vettel a eu l'occasion d'essayer l'hypercar Porsche 963 destinée à concourir aux 24 Heures du Mans en juin de cette année. L'Allemand pourraitil participer pour la première fois à cette course emblématique ? "Peut-être, je ne sais pas encore," a déclaré Vettel.

"J'ai fait des essais. J'étais curieux, donc je voulais voir ce que ça fait. C'est évidemment une discipline différente. C'est toujours de la course, mais c'est une voiture différente, une discipline différente."

"Beaucoup de choses m'excitent, beaucoup de choses différentes, pas nécessairement juste regarder quelque chose derrière le volant mais aussi en dehors de la voiture."

"Je suis (tenté) et je ne le suis pas. Je cherche évidemment beaucoup d'autres choses et il y a beaucoup d'autres choses qui m'intéressent en dehors de la course."

Puis Sebastian Vettel a été interrogé sur le move de Lewis Hamilton vers Ferrari. Le Britannique est un de ces anciens rivaux, un ami, et la Scuderia est sa dernière écurie compétitive en F1. L'Allemand a avoué sa surprise : "J'ai été surpris, comme je suppose la plupart d'entre nous."

"Mais excitant. Évidemment, il cherche un nouveau défi et ce sera différent de le voir en rouge, dans une couleur différente."

Et, chez Ferrari, Vettel a déjà conduit aux côtés de Charles Leclerc, futur coéquipier d'Hamilton. Vettel pense que le Britannique et le Monégasque s'entendront bien, tout en mettant en garde Frédéric Vasseur, directeur de la Scuderia Ferrari, sur la gestion de leurs compétitivités.

"Charles est bon, Charles est facile [à gérer au sein de l'équipe]", a déclaré Vettel. "Il est très rapide, très compétitif mais Lewis l'est aussi."

"C'est donc plus difficile, je suppose, à gérer pour l'équipe."

Référence Sky Sports

 Vidéo