La nouvelle gamme Audi A5 et A5 Avant propose une variété de motorisations pour répondre aux attentes diversifiées des conducteurs. En entrée de gamme, on retrouve le moteur 2.0 TFSI développant 150 chevaux (110 kW), idéal pour ceux qui recherchent un bon compromis entre performance et économie de carburant. Ce moteur est également disponible dans une version plus puissante de 204 chevaux (150 kW), offrant une conduite plus dynamique.

Pour ceux qui privilégient les motorisations diesel, le 2.0 TDI de 204 chevaux (150 kW) constitue une option intéressante avec son couple généreux de 400 Nm, garantissant des trajets confortables et économes en carburant. Ce moteur diesel bénéficie également de la technologie hybride légère MHEV+ de 48 volts, qui améliore l'efficacité énergétique et réduit les émissions de CO2.

Toutes ces motorisations sont disponibles avec la transmission intégrale quattro en option, offrant une adhérence et une stabilité accrues, particulièrement appréciables dans des conditions de conduite difficiles. Les versions A5 et A5 Avant se démarquent par leur design élégant et leur intérieur haut de gamme, intégrant des technologies avancées pour une expérience de conduite agréable et moderne.

En point culminant de cette gamme, les versions S5 et S5 Avant, équipées d'un puissant moteur V6 TFSI de 367 chevaux (270 kW), représentent l’apogée de la sportivité et de la performance chez Audi. Ces modèles sont destinés aux passionnés de conduite dynamique qui recherchent à la fois puissance et raffinement.

Et comme vous l'avez remarqué, il ne s'agit ni plus ni moins que des nouvelles A4. Mais dans le cadre de la restructuration de la nomenclature de ses véhicules en 2024, Audi a réservé les chiffres pairs aux modèles électriques et les chiffres impairs aux véhicules à combustion. Ainsi, les anciennes A4, S4, A4 Avant, et S4 Avant sont désormais intégrées sous l’appellation A5 et S5. Cette nouvelle dénomination permet de différencier clairement les modèles tout en élargissant l'offre, avec l'A5 et S5 en versions berline et Avant.

Il y a 21 h

MoneyGram Haas F1 Team a récemment confirmé la prolongation de son partenariat technique avec Scuderia Ferrari, garantissant l'utilisation des moteurs Ferrari jusqu'à la fin de la saison 2028 de Formule 1.

Cet accord, qui coïncide avec les nouvelles réglementations sur les unités de puissance prévues pour 2026, assure une stabilité à long terme pour l'équipe américaine. Depuis les débuts de Haas en Formule 1 en 2016, l'équipe et Ferrari ont collaboré sur 178 Grands Prix. Les réglementations de 2026 introduiront des moteurs V6 turbo hybrides de 1,6 litre améliorés, offrant une puissance accrue grâce aux composants hybrides et fonctionnant pour la première fois avec des carburants entièrement durables.

Ayao Komatsu, directeur de l'équipe, a exprimé sa satisfaction quant à cette prolongation : "La continuité avec Ferrari est cruciale pour notre développement futur. Ferrari a été un partenaire technique précieux depuis nos débuts, et leur soutien continu montre la confiance qu'ils ont en notre projet."

Il y a 20 h

Le studio Playground propose un nouveau DLC pour Forza Horizon 5 : JDM Jewels Car Pack.

Ce pack met à l'honneur trois voitures japonaise : l'Autozam AZ-1 de 1993, le Mitsubishi Montero (nom du Pajero en Amérique du Nord, Espagne et Amérique latine) Evolution de 1997, la Toyota Sera de 1991 et surtout la Nissan Stagea RS Four de 1997 !

Cerise sur le McDo, il y a une conversion R34 possible pour la Stagea, histoire d'en faire une Skyline break bien énervée !!!

Il vous en coûtera 4,99 € sur le store Xbox ou sur Steam. La passion de la japonaise n'a presque pas de prix...

Il y a 2 h

Andretti ne viendra pas en F1... pas avant 2028 en tout cas... peut-être

31/01/2024

Andretti ne viendra pas en F1... pas avant 2028 en tout cas... peut-être - Crédit photo : Joe Skibinski
Crédit photo : Joe Skibinski 

Bien qu'ayant eu la voie ouverte par la FIA, la F1 a finalement rejeté l'entrée d'Andretti pour une arrivée en 2025, doutant de sa valeur ajoutée au Championnat. L'implication de GM en 2028 pourrait cependant réouvrir les discussions pour une onzième équipe.

Andretti avait promis des moyens pour son arrivée en F1. Appuyé par General Motors, le projet semblait très solide et Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA, était un "supporter" de marque dudit projet, en sa qualité de président de la Fédération Internationale de l'Automobile. Mais la F1, dans son bras de fer avec la FIA et son dirigeant, n'avait de cesse de rappeler que l'instance dirigeante avait beau avoir ouvert la voie au projet américain : elle n'avait pas le dernier mot. Et en effet, le dernier mot, la F1 l'a eu puisque qu'elle a refusé l'entrée d'Andretti en tant qu'onzième écurie de la F1. La saison 2025 de F1 ne verra donc pas de nouvelle écurie pour son plateau, et ce n'est même pas pour 2026 avec la nouvelle réglementation technique.

L'évaluation commerciale de la Formule 1 a conclu que l'intégration d'un équipe supplémentaire en F1 (au-delà des dix entités déjà présentes) représentée par Andretti, n'apporterait pas de valeur significative au Championnat sans compétitivité prouvée. Il est vrai que lâcher une écurie en 2028, deux ans après le début d'une nouvelle réglementation technique, ça sera clairement plus sage et ça leur donnera un atout côté expérience (absolument pas, vous l'aurez compris).

Un autre argument plutôt cocasse est celui qui explique qu'un engagement à utiliser des unités de puissance d'un fournisseur tiers pourrait nuire à l'image de la F1, alors que Mercedes distribue son moteur à Willias et Aston Martin, Ferrari également avec Haas et Sauber, ou encore que Red Bull partage ses unités de puissance anciennement badgées Honda entre ses deux équipes.
Alpine / Renault, s'auto-distribuant et ayant déjà conclu un accord (certes périmé) avec Andretti, aurait pu être une excellente solution relais entre l'introduction d'Andretti en tant qu'écurie et l'arrivée de General Motors en tant que fournisseur d'unité de puissance à part entière, tel que précisé dans le projet vendu par les Américains.

Alors, oui, la F1 a argumenté que la marque Andretti est reconnue mais semble vouloir bénéficier de la célébrité actuelle de la F1 pour augmenter la valeur de son nom. Disons que la Formule 1 a indéniablement le vent en poupe et est une sacrée business machine actuellement. Mais jusqu'à quand ce cycle pourra-t-il permettre à la F1 de fanfaronner de la sorte ? Haas plombe la valeur du plateau depuis son introduction avec une écurie qui ne fait que vivoter avec quelques rares coups d'éclat dus au hasard. Châssis Dallara, moteur et développement Ferrari (en mode win-win pour les deux parties, certes) : même Steiner, remercié il y a peu par Gene Haas qui pense que les moyens existants suffisent, pensait que l'équipe avait besoin d'un investissement considérablement plus important pour s'extirper de sa situation.

Un autre élément qui s'entend est que l'arrivée d'une nouvelle équipe engendrerait des coûts et des contraintes opérationnelles sans bénéfices financiers clairs. Les circuits n'ont pas forcément un onzième garage, ce qui engendrerait des investissements et travaux pour les organisateurs. On peut aussi penser à un notion bête et méchante : la F1 n'a pas besoin d'une autre écurie pour vendre plus de billets et se contente de son état actuel (pour le moment, cf. succès présent de la F1 traité plus haut). Il y a aussi les frais de fret, de marketing ou encore le "prize money" partagé entre les écuries... certains directeurs faisaient déjà la gueule à l'idée de rogner sur le bonus de fin de saison, bien que non décideurs.

Ainsi, la candidature actuelle d'Andretti n'a pas trouvé d'issue favorable mais la F1 "rassure" en ouvrant une porte : une future candidature pour 2028 pourrait être reconsidérée si elle s'accompagne d'un partenariat effectif avec Général Motors, via la marque Cadillac, en tant que nouveau fournisseur d'unité de puissance, comme (déjà) promis dans le dossier des Andretti. L'espoir fait vivre mais qui y croit encore ? On peut, dans un sens, se dire que si la F1 a produit un tel bilan et est donc arrivée à une telle décision, que le dossier présenté par Andretti n'était qu'un décor reluisant façon Hollywood et que derrière le carton-pâte, la réalité du projet était plus loufoque. La Formule 1 aurait alors raison de ne pas accueillir un "Haas bis" qui ne serait qu'un (autre) sac de sable profitant de l'effet de mode et donc des deniers qui en découlent.

Voici la traduction exhaustive des conclusions de l'évaluation commerciale menée par la F1 :

"Notre processus d'évaluation a établi que la présence d'une 11e équipe n'apporterait pas, à elle seule, de valeur au Championnat. La manière la plus significative par laquelle un nouvel entrant pourrait apporter de la valeur est d'être compétitif. Nous ne croyons pas que le Demandeur serait un participant compétitif.

La nécessité pour toute nouvelle équipe de prendre un approvisionnement obligatoire en unité de puissance, potentiellement sur plusieurs saisons, serait dommageable au prestige et au statut du Championnat.

Bien que le nom Andretti porte une certaine reconnaissance auprès des fans de F1, nos recherches indiquent que c'est la F1 qui apporterait de la valeur à la marque Andretti et non l'inverse.

L'ajout d'une 11e équipe placerait un fardeau opérationnel sur les promoteurs de courses, soumettrait certains d'entre eux à des coûts significatifs, et réduirait les espaces techniques, opérationnels et commerciaux des autres compétiteurs.

Nous n'avons pas pu identifier d'effet positif matériel attendu sur les résultats financiers du CRH, en tant qu'indicateur clé de la valeur commerciale pure du Championnat.

Sur la base de la demande telle qu'elle se présente, nous ne croyons pas que le Demandeur ait démontré qu'il ajouterait de la valeur au Championnat. Nous concluons que la demande du Demandeur pour participer au Championnat ne devrait pas être couronnée de succès.

Nous considérerions différemment une demande pour l'entrée d'une équipe dans le Championnat 2028 avec un groupe motopropulseur GM, soit en tant qu'équipe d'usine GM soit en tant qu'équipe cliente GM, concevant tous les composants autorisés en interne. Dans ce cas, il y aurait des facteurs supplémentaires à considérer en ce qui concerne la valeur que le Demandeur apporterait au Championnat, en particulier en ce qui concerne l'apport d'un nouveau OEM prestigieux au sport en tant que fournisseur d'unité de puissance (PU)."

Référence F1

 Réseaux sociaux