Lance Stroll, pilote Aston Martin, débutera la treizième compétition du Championnat du Monde de Formule 1 2024 avec une nouvelle boîte de vitesses comprenant un carter et une cassette (GBX C & C), ainsi qu'une nouvelle transmission, des composants de changement de vitesse et des composants auxiliaires (GBX DL). Ces changements respectent l'article 29.2 du règlement sportif de la Formule 1 2024, qui autorise jusqu'à cinq nouveaux ensembles de ces pièces par saison.

Il y a 23 h

Chronos de la première séance d'essais libres à Budapest, marquée par la performance de Carlos Sainz (Ferrari).

Carlos Sainz (Ferrari) a dominé la séance avec un temps de 1:18.713, parcourant 27 tours. Max Verstappen (Red Bull) a terminé en deuxième position avec un temps de 1:18.989, soit 0.276 secondes derrière Sainz. Charles Leclerc (Ferrari) a pris la troisième place avec un chrono de 1:19.011, à 0.298 secondes du leader tout en ayant effectué 29 tours.

Parmi les autres performances notables, George Russell (Mercedes) a terminé quatrième avec un temps de 1:19.137, suivi de Zhou Guanyu (Sauber) qui a réalisé un temps de 1:19.180 alors que Bottas, son coéquipier, a fini P15. Lando Norris (McLaren) a fini en sixième position avec un temps de 1:19.211, tandis qu’Oscar Piastri (McLaren) a pris la septième place avec un chrono de 1:19.249.

Yuki Tsunoda (VCARB) a terminé huitième avec un temps de 1:19.260, suivi de Lance Stroll (Aston Martin) avec un chrono de 1:19.265. Enfin, Lewis Hamilton (Mercedes) a complété le top 10 avec un temps de 1:19.287.

Checo Pérez ne décolle pas en ce début de week-end hongrois et n'est que P11, symbolique puisque c'est aussi son chiffre permanent. Il est d'ailleurs suivi par Daniel Ricciardo sur la deuxième Visa Cash App RB.

Il y a 23 h

Chronos de la deuxième séance d'essais libres à Budapest, marquée par la performance de Lando Norris (McLaren) et l'incident de Charles Leclerc (Ferrari).

Lando Norris (McLaren) a dominé la séance avec un temps de 1:17.788, parcourant 24 tours. Max Verstappen (Red Bull) a terminé en deuxième position avec un temps de 1:18.031, soit 0.243 secondes derrière Norris. Carlos Sainz (Ferrari) a pris la troisième place avec un chrono de 1:18.185, à 0.397 secondes du leader après avoir effectué 23 tours.

Parmi les autres performances notables, Sergio Perez (Red Bull) a terminé quatrième avec un temps de 1:18.255, suivi de George Russell (Mercedes) qui a réalisé un temps de 1:18.294. Kevin Magnussen (Haas) a fini en sixième position avec un temps de 1:18.315, tandis que Lewis Hamilton (Mercedes) a pris la septième place avec un chrono de 1:18.363. Daniel Ricciardo (AlphaTauri) a terminé huitième avec un temps de 1:18.371, suivi d'Alexander Albon (Williams) avec un chrono de 1:18.514. Enfin, Fernando Alonso (Aston Martin) a complété le top 10 avec un temps de 1:18.519.

Charles Leclerc (Ferrari) a animé la séance en provoquant un drapeau rouge suite à un beau "spin" qui lui a valu de détruire ses ailerons avant et arrière dans les rails. Heureusement, il allait bien et il ne semblait pas y avoir plus de dégâts que ça sur sa Ferrari.

Il y a 20 h

Chronos de la troisième séance d’essais libres à Budapest, dominée par les pilotes McLaren.

Lando Norris (McLaren) a réalisé le meilleur temps avec un chrono de 1:16.098, parcourant 17 tours. Oscar Piastri (McLaren) a terminé en deuxième position avec un temps de 1:16.142, soit 0.044 secondes derrière Norris. Max Verstappen (Red Bull) a pris la troisième place avec un chrono de 1:16.379, à 0.281 secondes du leader après avoir effectué 27 tours.

Parmi les autres performances notables, George Russell (Mercedes) a terminé quatrième avec un temps de 1:16.564, suivi de Carlos Sainz (Ferrari) qui a réalisé un temps de 1:16.639. Daniel Ricciardo (Visa Cash App RB) a fini en sixième position avec un temps de 1:16.652, tandis qu’Alexander Albon (Williams) a pris la septième place avec un chrono de 1:16.661. Nico Hülkenberg (Haas) a terminé huitième avec un temps de 1:16.696, suivi de Yuki Tsunoda (VCARB) avec un chrono de 1:16.744. Enfin, Lewis Hamilton (Mercedes) a complété le top 10 avec un temps de 1:16.786.

Il y a 19 minutes

Crash au Japon : Albon et Ricciardo s'expriment, Williams accuse le coup

08/04/2024

Crash au Japon : Albon et Ricciardo s'expriment, Williams accuse le coup - Crédit photo : F1
Crédit photo : F1 

Au Grand Prix du Japon, l'incident impliquant Ricciardo et Albon a secoué Williams, confrontée à des défis majeurs suite à des accidents récents, exacerbant la pression sur ses ressources limitées et sa capacité à rester compétitive dans la bataille serrée du ventre inférieur de la grille.

Lors du Grand Prix du Japon, Daniel Ricciardo, en pneus mediums sur sa monoplace Visa CashApp RB, s'est retrouvé en difficulté dès les premiers virages, pris en sandwich par des concurrents en pneus tendres, notamment Alex Albon sur sa Williams qui s'est porté largement à sa hauteur par l'extérieur à l'approche du virage 3. Voulant laissé de la place à l'Aston Martin de Lance Stroll qui se trouvait à l'intérieur, Ricciardo s'est décalé en occultant la partie droite de la piste et s'est retrouvé au contact la Williams numéro 23, entraînant les deux véhicules hors piste et dans les barrières de pneus à la sortie du virage.

Suite à cet incident, Ricciardo et Albon ont regagné le paddock pour partager leur version des faits, le pilote australien décrivant la situation comme un exemple typique de l'effet d'entonnoir, où le peloton se resserre. Bien que les commissaires aient examiné l'incident, ils ont finalement choisi de ne pas engager de procédures supplémentaires.

Les pilotes ont ensuite partagé leur version des faits.

"Chacun de ceux qui ont commencé en pneus tendres... enfin, au moins les voitures devant en mediums semblaient s'en sortir correctement, mais Yuki [Tsunoda] et moi-même avons eu un départ assez médiocre en mediums et toutes les voitures derrière en tendres nous ont facilement dépassés", a déclaré Ricciardo.

"Nous étions en quelque sorte en train de chercher désespérément de l'adhérence. Au virage 2, ça s'était un peu stabilisé, mais ensuite, je me souviens être sorti du 2 toujours avec un peu de manque de traction et je me souviens d'une Aston à ma gauche, donc je surveillais un peu cette voiture."

"Ensuite, alors que je commençais à dériver pour ouvrir le virage 3, j'ai senti Alex. J'ai vu sa caméra embarquée et il avait une bien meilleure traction à la sortie du 2. Je ne sais même pas s'il voulait être là, mais il pouvait me voir un peu partir en travers."

De son côté, Albon a commenté : "Je pense que je n'ai pas eu un super départ, mais évidemment un peu meilleur que ceux en pneus mediums. J'avais une bonne adhérence à la sortie du virage 2, en somme, c'était ça."

"Je ne pense pas que Daniel m'ait vu puis c'était juste un instant de resserrement. J'ai essayé de me sortir de là mais je n'ai pas pu me dégager assez rapidement. C'était difficile à accepter. Manifestement, nous ne sommes pas dans une position favorable en tant qu'équipe, que ce soit en termes de pièces détachées ou en ce qui concerne les dommages subis par les voitures de manière globale."

Interrogé sur l'ampleur des dégâts sur sa FW46, après la série récente d'accidents chez Williams, Albon a indiqué : "Honnêtement, ce n'était pas un gros crash, mais la manière dont j'ai heurté le mur... c'était un mur de pneus, et nous n'avons plus beaucoup de murs de pneus en F1."

"La façon dont le pneu est passé sous la voiture [il est possible qu'il y ait un problème de retranscription et que ce soit l'inverse, la voiture passant sous les pneus, ndlr] et l'a déchirée, donc la voiture est passée d'une bonne vitesse à zéro très rapidement, ça m'inquiète. Je n'ai pas pu bien la voir car elle était sous les pneus, mais j'espère que ça ira."

En s'adressant à F1TV par la suite, Le patron de l'équipe Williams, James Vowles, a déclaré à la F1 TV qu'Albon était frustré de ne pas piloter suite à cet accident.

"Il est évidemment frustré mentalement par ce qui s'est passé, mais physiquement, il va bien et c'est le plus important pour moi, que Daniel et lui soient sortis indemnes. C'est un gros choc, il y a beaucoup de dégâts, mais lui, il va bien dans le sens où il n'est pas blessé."

James Vowles a confié combien la succession d'accidents récents a représenté un défi majeur pour l'équipe Williams. Avec seulement deux châssis en leur possession et la fabrication d'un troisième qui a pris du retard après l'incident survenu en Australie, la tâche se complique.

Qui plus est, avec les réparations nécessaires sur la voiture d'Albon à la suite de la course à Suzuka, il se pourrait bien que le planning de disponibilité du châssis supplémentaire subisse encore des retards.

"On dirait [qu'il y a] un peu de dégâts encore sur l'avant-droit, une coïncidence totale évidemment [même endroit endommagé qu'en Asutralie, ndlr], mais voyons à quel point c'est grave quand nous aurons la... cela me semble réparable, mais c'était [une évaluation] sur des photos."

"Les deux dernières semaines ont été difficiles. Je pense que pour n'importe quelle équipe, avoir trois gros accidents où vous avez pratiquement détruit tout l'équipement de la voiture est énorme."

"Sur une saison, vous pouvez gérer cela, mais sur seulement quelques courses, c'est difficile. L'impact sera celui que vous attendez."

Au-delà de la dimension des chassîs, Vowles dresse un bilan plutôt morne en ce qui concerne les composants, notamment ceux qui sont mis à jour et qui sont désormais inutilisables.

"Nous fabriquons des pièces de rechange aussi rapidement que possible en coulisses, mais, en fin de compte, la performance en sera affectée, nous ne pouvons pas apporter autant de mises à jour [que prévu]. Les améliorations qui étaient sur la voiture sont malheureusement cassées, donc nous devons reconstituer ces stocks et repartir."

"Je pense que le principal, c'est cela… l'une des grandes forces de cette organisation [dans le sens 'équipe', ndlr] est la résilience, elle a traversé tant de choses au cours des derniers 10 ans, nous allons nous relever et repartir."

"Ce qui m'encourage, c'est Logan, dans cette course, qui avançait en luttant contre d'autres concurrents autour de lui, avec des pneus du même âge et en les dépassant. Cela me donne simplement l'encouragement que le package de course que nous avons n'est pas mauvais."

"Nous n'étions pas au niveau à Melbourne, mais ici, nous l'étions à peu près là. C'est incroyablement serré, tout le chemin depuis RB, de nous jusqu'à Alpine – il n'y a rien entre ces équipes. L'encouragement que je retire, c'est que nous allons nous relever, aller en Chine, et revenir en force."

Références F1 Speedcafe

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.

 Réseaux sociaux