Chronos de la deuxième séance d'essais libres à Budapest, marquée par la performance de Lando Norris (McLaren) et l'incident de Charles Leclerc (Ferrari).

Lando Norris (McLaren) a dominé la séance avec un temps de 1:17.788, parcourant 24 tours. Max Verstappen (Red Bull) a terminé en deuxième position avec un temps de 1:18.031, soit 0.243 secondes derrière Norris. Carlos Sainz (Ferrari) a pris la troisième place avec un chrono de 1:18.185, à 0.397 secondes du leader après avoir effectué 23 tours.

Parmi les autres performances notables, Sergio Perez (Red Bull) a terminé quatrième avec un temps de 1:18.255, suivi de George Russell (Mercedes) qui a réalisé un temps de 1:18.294. Kevin Magnussen (Haas) a fini en sixième position avec un temps de 1:18.315, tandis que Lewis Hamilton (Mercedes) a pris la septième place avec un chrono de 1:18.363. Daniel Ricciardo (AlphaTauri) a terminé huitième avec un temps de 1:18.371, suivi d'Alexander Albon (Williams) avec un chrono de 1:18.514. Enfin, Fernando Alonso (Aston Martin) a complété le top 10 avec un temps de 1:18.519.

Charles Leclerc (Ferrari) a animé la séance en provoquant un drapeau rouge suite à un beau "spin" qui lui a valu de détruire ses ailerons avant et arrière dans les rails. Heureusement, il allait bien et il ne semblait pas y avoir plus de dégâts que ça sur sa Ferrari.

Il y a 21 h

Chronos de la troisième séance d’essais libres à Budapest, dominée par les pilotes McLaren.

Lando Norris (McLaren) a réalisé le meilleur temps avec un chrono de 1:16.098, parcourant 17 tours. Oscar Piastri (McLaren) a terminé en deuxième position avec un temps de 1:16.142, soit 0.044 secondes derrière Norris. Max Verstappen (Red Bull) a pris la troisième place avec un chrono de 1:16.379, à 0.281 secondes du leader après avoir effectué 27 tours.

Parmi les autres performances notables, George Russell (Mercedes) a terminé quatrième avec un temps de 1:16.564, suivi de Carlos Sainz (Ferrari) qui a réalisé un temps de 1:16.639. Daniel Ricciardo (Visa Cash App RB) a fini en sixième position avec un temps de 1:16.652, tandis qu’Alexander Albon (Williams) a pris la septième place avec un chrono de 1:16.661. Nico Hülkenberg (Haas) a terminé huitième avec un temps de 1:16.696, suivi de Yuki Tsunoda (VCARB) avec un chrono de 1:16.744. Enfin, Lewis Hamilton (Mercedes) a complété le top 10 avec un temps de 1:16.786.

Il y a 1 h

Nouvelle Bugatti Tourbillon : performance et luxe réinventés

21/06/2024 Automobile

Nouvelle Bugatti Tourbillon : performance et luxe réinventés

Bugatti dévoile la Tourbillon, succédant à la Chiron et à la Veyron. Cette hypersportive redéfinit les normes avec un moteur V16 atmosphérique de 8,3 litres et trois moteurs électriques, offrant une puissance totale de 1800 chevaux. Seulement 250 unités seront produites, au prix de 3,8 millions d'euros.

La Bugatti Tourbillon, digne héritière de la Chiron et de la Veyron, introduit une nouvelle ère pour la marque en repoussant les limites de la technologie et du design. Développée avec une précision et une ingéniosité sans précédent, cette hypersportive hybride redéfinit les normes de performance et de luxe.

Pour la première fois depuis plus de 20 ans, Bugatti abandonne le moteur W16 au profit d'un moteur V16 atmosphérique de 8,3 litres, conçu en collaboration avec Cosworth. Ce moteur génère 1 000 chevaux et 900 Nm de couple. Deux moteurs électriques à l'avant fournissent 250 kW chacun, soit un total de 500 kW et 3000 Nm, tandis qu'un moteur électrique à l'arrière ajoute 250 kW et 240 Nm. Ainsi, la puissance totale combinée atteint 1800 chevaux. Grâce à cette configuration hybride innovante, la Tourbillon peut atteindre une vitesse maximale de 445 km/h avec la Speed Key, et 380 km/h en configuration standard.

La Tourbillon impressionne également par ses chiffres d'accélération : elle passe de 0 à 100 km/h en seulement 2 secondes, de 0 à 200 km/h en moins de 5 secondes, de 0 à 300 km/h en moins de 10 secondes, et de 0 à 400 km/h en moins de 25 secondes. Ces performances sont rendues possibles grâce à une boîte de vitesses à 8 rapports à double embrayage, équipée d'un différentiel électronique à glissement limité pouvant gérer jusqu'à 2 500 Nm. Le système E-Synchro offre une flexibilité maximale dans les combinaisons de rapports de vitesse, et le refroidissement est assuré par un système direct à huile haute performance.

Le châssis de la Bugatti Tourbillon, conçu en composite de carbone T800 de nouvelle génération, est une prouesse d'ingénierie alliant légèreté et rigidité. Les suspensions multibras en aluminium forgé remplacent les structures en acier de la Chiron, réduisant ainsi le poids global du véhicule à moins de 1995 kg. Les freins en carbo-céramique et les pneus Michelin Pilot Cup Sport 2 assurent une adhérence et une sécurité optimales à haute vitesse.

L'aérodynamisme de la Tourbillon est le fruit de décennies de recherche et de développement. Chaque surface et chaque arête du véhicule ont été minutieusement étudiées pour optimiser la performance aérodynamique et thermodynamique. La ligne Bugatti, la calandre en fer à cheval et les portières dièdres ne sont pas seulement esthétiques, mais aussi fonctionnelles, contribuant à la stabilité et à l'efficacité du véhicule à des vitesses extrêmes.

L'intérieur de la Tourbillon allie tradition et innovation avec des instruments de bord analogiques fabriqués par des horlogers suisses, utilisant des matériaux précieux tels que le titane, le saphir et le rubis. La console centrale, en verre de cristal et aluminium, dévoile le fonctionnement complexe des commandes et ajoute une touche de luxe intemporel. Les sièges sont fixés à la monocoque pour une légèreté optimale, et le pédalier ajustable électriquement garantit une position de conduite confortable pour tous les pilotes.

En évoquant les horlogers suisses, la marque s’est d'ailleurs éloignée de la tradition consistant à baptiser les modèles du nom de pilotes Bugatti légendaires. Ainsi, son nom – la Tourbillon – a été choisi pour exprimer à la perfection son caractère. Mot français et clin d’œil subtil à l’héritage français de Bugatti et à son siège de Molsheim, la Tourbillon tire son nom de l’invention horlogère d’un génie Suisse qui vivait en France en 1801. Totalement originale, cette création sans équivalent – à la fois belle et complexe – permettait de contrecarrer les effets de la gravité terrestre sur le garde-temps afin de garantir une mesure du temps d’une grande précision. Et 200 ans plus tard, elle est toujours considérée comme le summum de l’horlogerie.

Seulement 250 unités de la Bugatti Tourbillon seront produites, avec des livraisons prévues pour 2026. Le prix de départ est fixé à 3,8 millions d'euros, un chiffre qui dépasse la Chiron lancée en 2016 à 2,5 millions d'euros et produite à 500 exemplaires. La Tourbillon, avec ses innovations techniques et son design raffiné, s'impose comme la nouvelle référence des hypersportives, fidèle à l’esprit de la marque pour l’éternité.

Référence Bugatti

 Vidéo