Le studio Playground propose un nouveau DLC pour Forza Horizon 5 : JDM Jewels Car Pack.

Ce pack met à l'honneur trois voitures japonaise : l'Autozam AZ-1 de 1993, le Mitsubishi Montero (nom du Pajero en Amérique du Nord, Espagne et Amérique latine) Evolution de 1997, la Toyota Sera de 1991 et surtout la Nissan Stagea RS Four de 1997 !

Cerise sur le McDo, il y a une conversion R34 possible pour la Stagea, histoire d'en faire une Skyline break bien énervée !!!

Il vous en coûtera 4,99 € sur le store Xbox ou sur Steam. La passion de la japonaise n'a presque pas de prix...

Il y a 18 h

Adrian Newey, l'ingénieur vedette du moment, a récemment été interrogé sur le sentiment de fierté qu'il ressent face aux nombreux commentaires positifs qu'il a reçus ces dernières semaines et ces derniers mois. Il répond : "Oui, c’est le cas."

"Je dois admettre que je ne lis pas beaucoup la presse, mais bien sûr, j’entends [des choses]. Amanda, ma femme, suit un peu tout ça et me donne un résumé approximatif, donc oui, c’est très flatteur, bien sûr."

Lorsqu'on lui demande s'il envisage encore de relever un nouveau défi, le Britannique de 65 ans précise : "En fin de compte, ce n'est pas pour cela que je fais ce travail. Depuis l'âge de 10 ou 11 ans, j'ai toujours voulu être designer en sport automobile, et j'ai réussi à réaliser cela, donc tout le reste est vraiment du bonus."

"Ma passion a toujours été d'essayer d'ajouter de la performance aux voitures, aux voitures de course, donc le reste en fait bien sûr partie, mais ce n'est pas ce qui me réveille et me motive."

Prochain épisode pour Newey : Ferrari, Aston Martin, WIlliams... ? La question de ce que décidera de faire l'un des plus grands esprits du sport automobile reste en suspens – que ce soit dans ou en dehors de la F1. Cependant, le récent lancement de l'hypercar pistard RB17 après l'Aston Martin Valkyrie montre que son cerveau déborde de créativité et d'envie.

Il y a 13 h

Esteban Ocon dévoile son casque spécial pour le Grand Prix de Hongrie 2024, rendant hommage à sa victoire mémorable de 2021 sur le circuit du Hungaroring.

Ce design unique basé sur le look du trophée hongrois célèbre ce moment marquant de sa carrière.

Il y a 12 h

Herend (Manufacture de Porcelaine Herendi) est une nouvelle fois en charge de la fabrication des trophées du Grand Prix de Hongrie de Formule 1.

La décoration des trophées de la F1 est traditionnellement inspirée d'un motif oriental unique de Herendi. Ce motif, nommé "Pivoine impériale", représente une rose verte stylisée, ornée de veines et de feuilles végétales.

Pour le Grand Prix de Hongrie 2024, Lando Norris arborera un casque spécialement décoré à la main avec les motifs et le logo emblématiques de la manufacture Herend, ajoutant une touche d'élégance et de tradition à cette compétition prestigieuse.

Il y a 12 h

Ollie Bearman, jeune pilote de F2, a un programme chargé avec Haas avant de rejoindre l'écurie à plein temps en 2025. Après avoir couru pour Ferrari en Arabie Saoudite cette année, il continue sa "formation" chez Hass.

Il participera à trois autres séances d'essais libres (FP1) avec l'écurie américaine :
- Hongrie (19-21 juillet, Hungaroring)
- Mexique (25-27 octobre, Autódromo Hermanos Rodríguez)
- Abu Dhabi (6-8 décembre, Yas Marina Circuit)

Ces séances sont cruciales pour son intégration chez Haas et lui permettront de se familiariser avec une voiture plus véloce et délicate que son actuelle Formule 2.

Il y a 9 h

Sixième titre pour Red Bull grâce au triomphe de Verstappen devant les McLaren à Suzuka

24/09/2023

Sixième titre pour Red Bull grâce au triomphe de Verstappen devant les McLaren à Suzuka - Crédit photo : Red Bull
Crédit photo : Red Bull 

Verstappen s'impose à Suzuka, menant Red Bull vers un sixième titre constructeur. McLaren signe un double podium avec Norris et Piastri, tandis que Ferrari et Mercedes ont pu s'affronter pour notre plus grand plaisir.

Le Grand Prix du Japon à Suzuka a offert aux fans de Formule 1 une course riche en rebondissements et en moments forts. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, Verstappen n'a pas connu un départ idéal. En effet, du patinage à la libération de l'embrayage lui a coûté du temps précieux, le mettant en faiblesse face aux McLaren ayant réalisé des décollages canon.

Malgré ce départ difficile, Verstappen s'est rapidement ressaisi, adoptant une gestion de pneus impeccable qui lui a permis d'agrandir son avance au fil des tours. Pendant ce temps, Perez a vécu une course calamiteuse, marquée par des collisions et des pénalités, qui ont finalement conduit à son abandon... ou du moins un retrait puis un retour d'un tour en piste pour finalement abandon pour de bon.

Alonso a initié la première vague d'arrêts aux stands au douzième tour, mais c'est Piastri qui en a le mieux profité en changeant de pneus au moment où une voiture de sécurité virtuelle est apparue sur le circuit, gagnant un temps précieux. Cependant, son coéquipier Norris s'est montré redoutable, revenant rapidement sur les leaders après son propre arrêt aux stands.

Alonso, frustré par sa stratégie, et Russell, aux prises avec des pneus en déclin, ont chacun exprimé leurs préoccupations à la radio. Néanmoins, c'est Verstappen qui est resté imperturbable jusqu'à la fin, son avance de près de vingt secondes sur Norris en est la jauge la plus factuelle.

La McLaren de Norris a justement pris la deuxième place, suivie de l'autre voiture orange papaye de Piastri. Le rookie australien a ainsi sécurisé son premier podium en F1. Les Ferrari et les Mercedes ont complété le top 7.

Pour les Ferrari, le bilan est en demi-teinte. Charles Leclerc a raté le podium de peu mais sa P4 est un résultat qu'il juge satisfaisant compte tenu des circonstances. À sa radio de fin de course, il a noté le rythme impressionnant des McLaren. Il a néanmoins conclu que Ferrari a maximisé le potentiel de points. Malgré une lutte acharnée avec la Mercedes de Russell, où il a observé une dégradation notable de ses pneus, le numéro 16 a exprimé un certain optimisme. Il a toutefois pointé du doigt des déficiences dans les virages rapides, un aspect sur lequel l'équipe doit travailler pour les courses à venir.

Carlos Sainz, de son côté, a manifesté sa déception quant à la stratégie de l'équipe. Selon lui, Ferrari a favorisé Leclerc au détriment de sa propre course. Malgré cela, il a réussi à limiter la casse en remontant dans le classement et en finissant juste derrière son coéquipier et la Mercedes numéro 44. L'Espagnol a clairement indiqué que l'équipe aurait pu mieux gérer la situation vis-à-vis de Lewis Hamilton et qu'il se sentait en quelque sorte "sacrifié" pour protéger la position de Leclerc.

Côté Mercedes, les pilotes n'ont pas réussi à réitérer leur bonne forme singapourienne. George Russell, ayant opté pour une stratégie à un seul arrêt, s'en est retrouvé pénalisé en finissant en septième position. La dégradation de ses pneus était telle qu'il n'a pas pu se défendre avec efficacité.

Quant à Lewis Hamilton, il a pimenté sa course avec des batailles contre Sainz et... Russell. Mercedes, dans le cas des duels "Let them race" intra-Mercedes, a finalement tranché pour éviter de tout perdre face à Sainz. Chose que Russell n'a pas hésité à pointé du doigt car en début de course, il n'y avait pas de décision claire au sujet de changements de position et il en a pati lors des duels avec Lewis. En dépit de leur présence dans le top 10, les performances des voitures allemandes lors de ce Grand Prix soulignent des opportunités manquées et des choix stratégiques à perfectionner.

Ocon et Gasly, au cœur d'un imbroglio d'échange de position à la fin de la course sur fond de un manquement de communication de l'écurie française à la radio, ont assuré un double top 10. Alonso, malgré ses frustrations liées à la stratégie, a réussi à grappiller quelques points pour Aston Martin en terminant devant les Alpine.

Liam Lawson et Yuki Tsunoda sur les AlphaTauri ont connu une course relativement décevante malgré une séance de qualifications prometteuse. Les deux pilotes ont raté l'opportunité de marquer des points, terminant respectivement en 11e et 12e positions. Leur performance a été en deçà des attentes, surtout quand on considère leur potentiel affiché pendant les essais.

Les équipes Williams et Aston Martin ont traversé des moments compliqués durant la course, marqués par des abandons notoires. Du côté de Williams, Albon et Sargeant ont été contraints de jeter l'éponge suite à des incidents variés : Albon en raison de dégâts subis sur sa voiture dans son accrochage avec l'Alfa Romeo de Bottas au départ et Sargeant à cause des dégâts qu'il a provoqués... notamment avec ce même Bottas qui a subi ces incidents.

Aston Martin n'a pas été en reste, avec Stroll obligé de quitter la course à cause d'un problème d'aileron arrière. Alonso, le coéquipier du Canadien, a été prévenu via la radio de se méfier des vibreurs, bien que sa voiture n'ait pas présenté de signes de défaillance similaires.

L'équipe Alfa Romeo a donc rencontré des difficultés. Bottas a dû abandonner la course suite à des incidents avec les pilotes de Williams, un revers qui complique sa saison. Zhou, son coéquipier, a malgré tout terminé la course mais non sans avoir subi des dégâts importants sur sa voiture, impactant probablement ses performances.

Enfin, l'écurie Haas n'a pas été épargnée non plus, avec Nico Hülkenberg et Kevin Magnussen qui ont fini aux 14e et 15e places, respectivement, en raison des problèmes récurrents de dégradation des pneus qu'ils ont rencontrés tout au long de la saison 2023.

Cependant, la journée restera mémorable pour Red Bull qui a remporté son sixième titre de constructeurs grâce à la victoire de Verstappen. "Je suis très fier de tout le monde," a souligné le pilote néerlandais, mettant un point d'exclamation parfait sur une saison déjà remarquable.

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.

 Réseaux sociaux