La nouvelle gamme Audi A5 et A5 Avant propose une variété de motorisations pour répondre aux attentes diversifiées des conducteurs. En entrée de gamme, on retrouve le moteur 2.0 TFSI développant 150 chevaux (110 kW), idéal pour ceux qui recherchent un bon compromis entre performance et économie de carburant. Ce moteur est également disponible dans une version plus puissante de 204 chevaux (150 kW), offrant une conduite plus dynamique.

Pour ceux qui privilégient les motorisations diesel, le 2.0 TDI de 204 chevaux (150 kW) constitue une option intéressante avec son couple généreux de 400 Nm, garantissant des trajets confortables et économes en carburant. Ce moteur diesel bénéficie également de la technologie hybride légère MHEV+ de 48 volts, qui améliore l'efficacité énergétique et réduit les émissions de CO2.

Toutes ces motorisations sont disponibles avec la transmission intégrale quattro en option, offrant une adhérence et une stabilité accrues, particulièrement appréciables dans des conditions de conduite difficiles. Les versions A5 et A5 Avant se démarquent par leur design élégant et leur intérieur haut de gamme, intégrant des technologies avancées pour une expérience de conduite agréable et moderne.

En point culminant de cette gamme, les versions S5 et S5 Avant, équipées d'un puissant moteur V6 TFSI de 367 chevaux (270 kW), représentent l’apogée de la sportivité et de la performance chez Audi. Ces modèles sont destinés aux passionnés de conduite dynamique qui recherchent à la fois puissance et raffinement.

Et comme vous l'avez remarqué, il ne s'agit ni plus ni moins que des nouvelles A4. Mais dans le cadre de la restructuration de la nomenclature de ses véhicules en 2024, Audi a réservé les chiffres pairs aux modèles électriques et les chiffres impairs aux véhicules à combustion. Ainsi, les anciennes A4, S4, A4 Avant, et S4 Avant sont désormais intégrées sous l’appellation A5 et S5. Cette nouvelle dénomination permet de différencier clairement les modèles tout en élargissant l'offre, avec l'A5 et S5 en versions berline et Avant.

Il y a 20 h

MoneyGram Haas F1 Team a récemment confirmé la prolongation de son partenariat technique avec Scuderia Ferrari, garantissant l'utilisation des moteurs Ferrari jusqu'à la fin de la saison 2028 de Formule 1.

Cet accord, qui coïncide avec les nouvelles réglementations sur les unités de puissance prévues pour 2026, assure une stabilité à long terme pour l'équipe américaine. Depuis les débuts de Haas en Formule 1 en 2016, l'équipe et Ferrari ont collaboré sur 178 Grands Prix. Les réglementations de 2026 introduiront des moteurs V6 turbo hybrides de 1,6 litre améliorés, offrant une puissance accrue grâce aux composants hybrides et fonctionnant pour la première fois avec des carburants entièrement durables.

Ayao Komatsu, directeur de l'équipe, a exprimé sa satisfaction quant à cette prolongation : "La continuité avec Ferrari est cruciale pour notre développement futur. Ferrari a été un partenaire technique précieux depuis nos débuts, et leur soutien continu montre la confiance qu'ils ont en notre projet."

Il y a 19 h

Le studio Playground propose un nouveau DLC pour Forza Horizon 5 : JDM Jewels Car Pack.

Ce pack met à l'honneur trois voitures japonaise : l'Autozam AZ-1 de 1993, le Mitsubishi Montero (nom du Pajero en Amérique du Nord, Espagne et Amérique latine) Evolution de 1997, la Toyota Sera de 1991 et surtout la Nissan Stagea RS Four de 1997 !

Cerise sur le McDo, il y a une conversion R34 possible pour la Stagea, histoire d'en faire une Skyline break bien énervée !!!

Il vous en coûtera 4,99 € sur le store Xbox ou sur Steam. La passion de la japonaise n'a presque pas de prix...

Il y a 1 h

RB20, Red Bull Racing a présenté sa F1 pour la saison 2024

15/02/2024

RB20, Red Bull Racing a présenté sa F1 pour la saison 2024 - Crédit photo : Red Bull Content Pool
Crédit photo : Red Bull Content Pool 

L'écurie championne en titre se lance dans la saison 2024 de F1 avec la RB20, sa vingtième monoplace dans la catégorie reine du sport auto. La RB19 semblait parfaite mais les membres de l'écurie, perfectionnistes, clamaient qu'elle avait des points faibles : problèmes résolus ?

La Red Bull RB20, c'est la vingtième F1 de l'écurie lancée par feu Dietrich Mateschitz sur les cendres de l'écurie Jaguar. L'équipe dirigée par Christian Horner et basée à Milton Keynes a à son actif 6 titres de champions constructeurs (2010 à 2013 puis 2022 et 2023) et 7 titres pilotes grâce à Sebastian Vettel (2010 à 2013) et Max Verstappen (2021 à 2023). Riche d'un tel patrimoine, elle n'est pas vraiment un simple groupement de personnes faisant la pub pour des canettes de boisson énergisante !

Avec le talentueux Max Verstappen, qui a fêté ses 26 ans en septembre dernier, et Sergio "Checo" Pérez dans ses monoplaces, la descendante de la dominante RB19 aura fort à faire !!! En effet, la monoplace de la saison dernière était la voiture est la plus dominante dans l'histoire du Championnat du Monde de Formule Un, ayant remporté 21 des 22 courses (soit 95,45 %) auxquelles elle a participé, surpassant ainsi le précédent record établi par la légendaire McLaren MP4/4 qui avait gagné 15 des 16 courses (93,8 %) lors de la saison 1988 de F1.

D'ailleurs, la RB19 était une amélioration de la RB18, sa devancière et première de la lignée "effet de sol" de la règlementation F1 en cours lancée en 2022. Mais comme la RB19, la RB20 se veut être une autre amélioration, peut-être plus radicale. En effet, pour en revenir à la monoplace de la saison 2023, Pierre Waché, directeur technique de Red Bull, a montré une quasi déception avant la présentation de la RB20 : "Nous avons fait du bon travail, mais nous n'avons pas fait un travail extraordinaire."

Le Français a complété : "Je pense que nous avons identifié plusieurs faiblesses dans la [RB]18 et nous avons fait pression pour les résoudre [avec la RB19]. Nous n’avons pas tous résolu ces problèmes, mais heureusement, l’équipe a pu réduire nos faiblesses et être en mesure de performer sur la piste". Par ailleurs, le succès de la RB19, il ne l'attribue pas qu'à son équipe et a plaisanté : "La force de notre voiture est aussi la faiblesse des concurrents, car je ne suis pas sûr que nous nous attendions à être seuls en piste. Ce que je veux dire, c’est que lorsque vous regardez le temps au tour et le comportement par rapport à [2022], certaines personnes ont plus reculé qu’ils ne sont allés de l'avant."

Et c'est une bonne chose que Red Bull ne se repose pas sur ses lauriers ! En début de saison, Alonso et son Aston Martin étaient une menace qui s'est finalement réduite... ou qui s'est plutôt remplacée par une progression miraculeuse de McLaren. Les monoplaces oranges de Piastri et Norris ont effectivement donné du fil à retordre à Red Bull en deuxième partie de saison. Même Ferrari a pu glaner une petite victoire en 2023. La Mercedes, bien que peu inquiétantes, pouvait bien se comporter si les planètes s'alignaient et il faudra compter sur leur W15 radicalement nouvelle en 2024.

Mais revenons-en aux pilote et débutons par le champion du monde en titre. Max Verstappen, la star de ces trois dernières saisons, champion qui ne laisse pas indifférent de par son arrivée très jeune dans le sport (17 ans et 3 jours pour le GP du Japon 2014, record qui ne devrait pas bouger), ses comportements virils voire dangereux à ses débuts, son titre 2021 face à la légende Lewis Hamilton avec un arrière-goût amer de polémique ou encore ses frasques de domination face à son coéquipier Checo Pérez. Mais Verstappen, fils de Jos, est un héros du sport, un des plus grands qui inscrit son histoire et l'Histoire du sport qu'est la F1. Et en 2024, on devrait, plutôt logiquement (mais la logique en F1...), le voir à nouveau dominer la saison. Ce garçon, qui a su gagner en maturité, confiance et régularité, sait utiliser une voiture délicate et en tirer 100 % de sa performance.

Son coéquipier, Checo Pérez, n'a pas forcément ce talent. En effet, Pierre Waché expliquait que le Mexicain n'a pas cette capacité. "Le problème est que la voiture a quelques faiblesses et il s'agit de savoir comment gérer ces faiblesses", a clamé Waché à propos de la RB19. "Et parfois, ce n'est pas parce que vous êtes le pire ou le meilleur [en tant que pilote]. Parfois, une faiblesse, on ne peut pas la gérer, et c'est ce que nous essayons de comprendre avec Sergio, pour nous assurer de lui donner l'outil et la voiture pour pouvoir y faire face. Mais vous savez, c'est un travail d'ingénieur plus que quelque chose qui lui incombe, je dirais". Puis son but est clair même s'il paraît optimiste face à l'ogre Verstappen : glaner un titre de champion du monde ! On ne peut que lui souhaiter et qu'il tire partie de ses qualités, notamment en gestion pneumatique !

Enfin, concernant la RB20 ou plutôt sa livrée : que dire ? Rien de neuf sous le soleil. On reste sur une robe similaire aux années précédentes, fidèle à l'image de marque de l'écurie. Mais quelque part, cette "marque de fabrique", c'est aussi ce que faisait McLaren avec ses livrées Marlboro, c'est ce que Ferrari fait depuis tant d'années avec son rouge emblématique. Une Red Bull, c'est "comme ça" : bleu marine avec des notes de rouge et jaune. On la reconnait, on sait que c'est elle. On pourrait exiger un peu de folie mais quand c'est réussi, c'est idiot de prendre des libertés, demandez à Porsche avec sa 911.

Référence F1

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.

 Réseaux sociaux