Gran Turismo Sport VS Forza 7 : comparatif en 1080p

Le clash des titans de la simulation sur console, c’est pour cette année ! Forza faisait cavalier seul sur les consoles dites « next-gen » et ça, depuis la sortie de la XBox One. Le 18 octobre 2017, Gran Turismo, le concurrent de toujours et précurseur, a enfin daigné sortir.

C’eut été intéressant de tester Forza Motorsport 7 VS Gran Turismo 7 mais ça sera Forza Motorsport 7 VS Gran Turismo Sport. En effet, Kazunori Yamauchi a décidé d’orienter son bébé vers de nouvelles voies. Alors, qu’ont-ils dans le ventre ?

Gran Turismo Sport

Premier volet Gran Turismo sur PS4. Oui, premier. Quand les mecs de Turn 10 (le studio de Forza) nous sortent un jeu tous les deux ans (sans compter les Horizon), chez Sony, on la joue cool. Effectivement, Kazu est un grand peaufineur. La PS3 avec ses tardifs Gran Turismo 5 (précédé de la démo payante Prologue) & 6 (a.k.a. 5 version finale) peuvent en témoigner.

Gran Turismo Sport - Bataille italo-germanique sous œil britannique

Modes de jeu

Ici, il est donc question, surtout, de jeu en ligne. L’accent est vraiment mis là-dessus et il faut avouer qu’avec l’essor des eSports mécaniques (dont l’eSport F1) en ce moment, ça n’est pas un mal, bien au contraire. Le collègue Downshift explore plus en détail cette facette et je vous invite à lire son article. L’ami Guizmo avait, quant à lui, déploré le mode de fonctionnement par inscription dans l’article sur la beta et je dois le rejoindre dans son analyse car le système n’a pas changé.

Par contre si, comme moi, vous êtes un rustre antisocial (tu perds ton sang-froid), vous allez avoir un gros problème. Fini les coupes ! Vous allez toujours avoir ces maudits permis, de l’arcade, du contre-la-montre et des missions mais c’est tout. Le mode solo qui a fait la licence Gran Turismo n’est plus. D’où le nom « Sport » et pas « GT7 ». Pour moi, un Gran Turismo sans un solo, c’est comme un Citroëniste sans béret ou un camping-cariste qui ne roulerait pas au milieu de la route. Ce maigre contenu mono-joueur est grévé par une IA décevante, point développé plus loin.

Elément sympa en voie de disparition, l’écran splitté est bien là. Même si vous êtes antisocial (antisocial, antisocial, antisocial) comme dit précédemment, vous aimez recevoir un ami pour lui mettre la pâté… ou l’enterrer au fond du jardin s’il gagne trop.

Etat des lieux sensoriel & contenu

Voitures

Les voitures sont vraiment bien modélisées. A tel point que les concepteurs avancent qu’afficher les voitures en 8K ne serait pas un soucis. C’est déjà ça de pris pour Gran Turismo Sport 2 sur PS6 Pro-X 8K UHDR VR-Max HiFi SSD.

Gran Turismo Sport - BMW M4 coursant une MP4-12C et une SLS AMG

Après le constat de modélisation, vient celui de comptabilisation. Le nombre de caisses est scandaleux. Autant, tout le monde était outré par le nombre artificiellement gonflé dans les précédents opus : 356 déclinaisons de Nissan GT-R = 356 voitures & les modèles PS2 6 polygones en guise de voitures « SD ». Autant là, c’est limite pas assez. Certes, il vaut mieux 163 bagnoles (au lancement, liste complète ici) bien faites que 1 000 engins cubiques de PlayStation première du nom mais un juste milieu aurait pu être trouvé.

Les sonorités des bagnoles restent, pour moi, en-dessous du reste de la production mondiale. Prenez DRIVECLUB (octobre 2014), mettez-vous en course contre des Ferrari FXX, 599XX et FXX K : vous aurez des frissons. Là ? Non.

Par contre, gros point sur lequel Gran Turismo et PlayStation sont en avance : la VR. Avec le casque Sony, vous avez accès à une façon moderne et vraiment immersive de jouer. Je n’ai malheureusement pas testé cette facette sur ce jeu en particulier mais, sur ce point, Forza est KO. Je vous laisse le soin de découvrir cette analyse par des spécialistes de la chose : Test, Que vaut le mode PlayStation VR de GT Sport ? par VR4player.fr. Vous y verrez quand même que ce n’est qu’un mode annexe. A cause du hardware faiblard, il ne s’agit là que d’une vitrine plutôt qu’un jeu nativement pensé et purement VR.

Les circuits

Nous sommes dans le photoréalisme. Il n’y a rien d’extravagant pour vous en mettre plein les mirettes avec des couleurs vives et des reflets porno à la NFS. C’est efficace mais ça peut vous paraître triste. Niveau champ de vision et détails de végétation, on est quand même sur du beau niveau, un bon point. Seul gros reproche que Guizmo avait déjà émis en beta : ça manque de vie.

Gran Turismo Sport - Mitsubishi Lancer Evo X Final Edition

Ultime jugement : le nombre de circuits et tracés. Il y a un manque cruel de terrains de jeu. Où est passé Monaco a.k.a. Côte d’Azur ? Spa ?! Ras le bol du Nürb. Ce circuit, autant en virtuel qu’en réel, me sort par tous les trous. Je rejoins James May à 100 %.
Là encore, je suppose que Kazu a préféré moins de circuits mieux modélisés qu’une pléthore de portages accusant le poids des versions. Quelque part, on ne peut pas lui en vouloir.

Aliasing

Que ce soit dans Forza ou Gran Turismo, les machines ne sont pas suffisamment puissantes pour cracher autant de fps à une telle résolution et appliquer de l’anti-aliasing. Cependant, et ce n’est pas le premier Gran Turismo à présenter ce défaut, et j’aurais pensé que le tir serait rectifié.

McLaren 650S sur fond d'aliasing - Gran Turismo Sport
Une McLaren modélisée à la perfection et un aliasing ignoble sur les ombres…

Une partie de l’image ci-dessus a été zoomée pour que vous vous rendiez bien compte du phénomène d’aliasing qui frappe les ombres dans Gran Turismo.

Feeling de conduite

Point le plus important d’une simulation automobile. Ici, nous restons dans du feeling Gran Turismo. Si vous n’avez jamais joué, vous ne comprendrez pas et c’est difficile à retranscrire. En tout cas, les habitués ne seront pas dépaysés.

Gran Turismo Sport - cockpit de Citroën Vision GT

Note si vous avez un volant Logitech : allez vous faire foutre (passez-moi l’expression) avec votre pédale d’embrayage. Gran Turismo 5 la gérait, Gran Turismo 6 avait arrêté le support de cette fonction et là c’est pareil. A moins d’avoir zappé une option, je reste frustré, surtout avec le levier de vitesse payant sur le G29. Petit coup de gueule envers Sony : mon G27 n’était plus pris en charge avec la PS4, il a fallu que je me prenne un G29 pour finalement voir qu’il n’était pas aussi bien géré que vos volants estampillés GT. Marketing, quand tu nous tiens.

Les bonus

Qui dit Gran Turismo dit interface léchée et mine d’informations. Vous ne manquerez aucun de ces éléments avec la présence des musées de l’auto. C’est bon pour la culture automobile et c’est agréable à lire.

L’autre élément très appréciable dans Gran Turismo est le choix simplifié du moment du jour : matin, fin d’après-midi, nuit. Ce n’est pas évolutif mais la qualité de l’éclairage est réellement bluffante.

Mais le super bonus de la mort, c’est le mode photo. Alors en course, vous oubliez car il faut attendre le replay pour shooter et c’est bien dommage.
Mais ce n’est pas tout ! Vous avez un autre mode photographique ! Cette fois-ci, vous mettez en scène le ou les modèles de votre choix dans différents paysages comme des ruines, le mont Fuji ou encore Honfleur.

Le rendu est bluffant (4K inside)… si seulement l’in-game pouvait lui ressembler.
Pour faire simple, avec le mode photo de Gran Turismo, vous avez un DSLR entre les mains et voici le résultat :

Mode photo Gran Turismo Sport - Lexus et Toyota
Mode photo Gran Turismo Sport - Mercedes A45 AMG
Mode photo Gran Turismo Sport - VW GTI Roadster Vision GT

Les manques flagrants

Outre le mode solo :

  • Où sont les dégats ?
  • Où est la pluie ? Ne comptons pas l’épreuve de permis l’incluant.
  • Où est le temps dynamique (cycle jour/nuit) ?
  • Où est l’intelligence artificielle ?

Pour la météo, DRIVECLUB (lui encore) reste, depuis maintenant trois ans, une référence en matière de sons, graphismes et rendu physique. Le dernier NFS a une gestion physique des dégâts à tomber. Forza ou Project Cars possèdent tout ça.

L’IA de biens des jeux, Project Cars, Forza ou même DRIVECLUB est loin mais très loin devant celle de Gran Turismo. Certes, le jeu est amputé d’un réel mode solo mais tout de même… Il n’y a aucun intérêt au mode arcade en étant seul car vous « luttez » contre un petit train touristique.

Kazu, il faut se réveiller… mais vraiment !

Conclusion

De prime abord, j’étais vraiment déçu par le jeu. J’ai commencé à y prendre goût en le détaillant pour cet article et en le comparant à Forza. Pourtant ce n’était pas gagné. Je maintiens tout de même que sans mode solo, Gran Turismo passe à côté d’un vaste public (de vieux cons comme moi et Guizmo).

Mais Gran Turismo, c’est la Porsche 911 de la simu automobile sur consoles : une référence, un benchmark. La série s’inscrit dans un nouveau domaine et s’éloigne de son essence. Verrons-nous un Gran Turismo 7 qui sera le croisement des chemins entre Gran Turismo 1 à 6 et Gran Turismo Sport ? Est-ce un pas de plus vers le décès de la licence ou au contraire, assistons-nous à un renouveau qui passe par le « tout-en-ligne » ?

Plus

  • VR…
  • Photoréaliste.
  • Qualité des effets de lumière.
  • Modélisation des automobiles.
  • Profondeur de champs.
  • Online complet.
  • Feeling de conduite Gran Turismo.
  • Multi à écran splitté.
  • Menus clairs (en majorité).
  • Modes photos ultra complets.
  • Améliorations graphiques sur PS4 Pro.
  • Ambiance zen (musique, captures dans les menus, couleurs).
  • Bande-son « mâture ».

Moins

  • De la VR mais limitée.
  • Environnements vides et fades.
  • Mode solo restreint voire inexistant.
  • Serveurs pas toujours à la hauteur (mieux depuis la beta).
  • Feeling de conduite Gran Turismo : réalisme exacerbé.
  • Le nombre de voitures.
  • Le nombre de circuits et tracés.
  • Pas de météo.
  • Aliasing horrible sur les ombres.
  • Jeu entre 54€90 & 69€99 dont l’online n’est accessible que via le PSN payant.

Galerie photo

Forza Motorsport 7

Forza 7, c’est le troisième volet de la série Forza Motorsport sur XBox One. Cette version ne distillera la pleine puissance de son moteur graphique qu’avec la nouvelle XBox One X (sortie prevue le 7 novembre 2017).

Modes de jeu

Contrairement au jeu japonais, là vous avez un jeu complet avec solo et mode en ligne.

Ecran principal Forza 7

Le solo a une durée de vie exceptionnelle ; vous n’en viendrez pas à bout en un week-end. Il n’est pas frustrant comme celui de Project Cars (les kartings…). Il est bien dosé, les amoureux de Gran Turismo apprécieront sans problème.

Menu mode libre - Forza 7

Le mode en ligne profite des supers serveurs du XBox Live. Sony a du pain sur la planche niveau stabilité.
Les menus sont brouillons, nous sommes loins de la clarté de Gran Turismo mais ça reste accessible.
Gran Turismo a un avantage : le système de notation des pilotes et les pénalités. Les eSportifs sont notés en fonction de leurs aptitudes et de leur performance sur la piste mais aussi sur leur fair-play. Forza est bien plus permissif et vous pouvez joyeusement foncer dans vos camarades de jeu. Du coup, les probabilités de tomber sur des ânes dans Forza sont plus élevées que dans Gran Turismo, même si le système reste encore à calibrer.

L’écran splitté est également de la partie. Que demande le peuple ?

Etat des lieux sensoriel & contenu

Voitures

Là, vous avez de quoi faire. C’est beau et il y a du choix. « Ben alors, tout est beau, tout est rose ? »

Non. Forza tombe dans le piège des anciens Gran Turismo. Vous avez des modèles qui commencent à laisser transparaître leur âge. Ca reste très beau mais les détails sont moins poussés.
Comment puis-je me permettre de dire ça ? Les intérieurs sont (vraiment) plus grossiers et le nombre de polygones sur les voitures est en dessous de la modélisation japonaise. Une preuve ? Regardez les jantes d’une même voiture sur les deux jeux et vous m’en direz des nouvelles.
A distance normale, vous ne verrez pas de différence mais en mode photo, c’est flagrant.

Forza ne mise pas sur le photoréalisme pur. Nous ne sommes pas dans du porno NFS ni de l’austère Assetto Corsa ; Turn 10 a trouvé le juste milieu. Ca en jette juste ce qu’il faut.

Porsche 911 GT2 RS (991) contre la meute - Forza 7

Le point sur lequel Gran Turismo fail et Forza brille : le son des autos. Vous prenez une Audi RS3, vous avez un son magistral de cinq cylindres. Je n’ai pas besoin d’en dire plus.

Les circuits

La liste est complète avec Spa, le Nürb (hum…), Yas Marina, Laguna Seca ou encore Top Gear. Il y en a pour tous les goûts.

Les environnements sont à tomber. Des feuilles qui volent, des oiseaux, un hélico : c’est vivant ! Les ciels sont bien animés et d’une beauté quasi fatale. Disons que c’est eye-candy. Ca flatte la rétine, c’est chatoyant, ça plaît au premier abord. Gran Turismo, avec son esprit plus photoréaliste, peine à convaincre au premier regard car il faut vraiment s’arrêter sur les détails pour vraiment en apprécier le rendu.

Un point noir à mon goût : la qualité de modélisation est inégale. L’exemple le plus flagrant, vous le trouverez avec le seul nouveau circuit : Dubaï. Même constat que les voitures : attention à ne pas se reposer sur ses lauriers. Ca reste beau mais, par exemple, la comparaison Nürb GTS/Forza est à l’avantage de Sony avec une végétation plus diversifiée, des détails plus fins et un champ de vision plus éloigné.

Feeling de conduite

Je ne sais pas pour vous mais j’ai toujours trouvé que Forza avait un feeling plus arcade.
C’est minime mais la façon de conduire est plus gratifiante à la manette. Le gamepad reste quand même l’accessoire de conduite de 90 % des joueurs, c’est quelque part un bon point.

Tout dépendra de vos attentes. Avant, je trouvais cette sensation « simplifiée » mauvaise mais j’ai dû vieillir et m’habituer à Forza Horizon, DRIVECLUB ou Test Drive Unlimited. Du coup, c’est moins prise de tête et plus gratifiant en jeu sur le pouce. Les puristes me lapideront, la plus grand majorité des joueurs me comprendra.

Intelligence artificielle

Forza a, depuis son cinquième volet, un système de Drivatar. En gros, le jeu analyse la manière de conduire de vrais joueurs pour la reproduire pour ses joueurs virtuels. Pour moi, il s’agit de l’IA la plus intéressante dans les jeux automobiles. Dans les autres productions, vous avez soit des bots mous et calés sur une mono-trajectoire (Gran Turismo…), soit des zombies virtuels assoiffés de carrosserie (DRIVECLUB). Là, c’est limite de l’aléatoire et clairement plus intéressant.

Conclusion

Forza, c’est plus fort que toi. Visuellement réussi et avec un contenu complet, Forza Motorsport 7 répond à mon cahier des charges de jeu auto.
Si Gran Turismo est la 911, Forza est la Mercedes AMG GT. Elle vient chasser sur les terres de son inspiratrice avec une plus belle sonorité et une silhouette qui en impose.

Ma seule déception : Forza 7 est un Forza 6 taillé pour la 4K. Si vous avez la XBox One ou la One S sans intention d’acheter la One X, économisez quelques euros et prenez/restez sur le 6. J’attends ma One X avec impatience pour vous en dire plus quant à l’apport de la 4K mais dans l’état actuel des choses, je campe sur ma position de bon père de famille.

Plus

  • Beau…
  • Le nombre de voitures…
  • Plus accessible…
  • Sons des moteurs.
  • Bande-son dynamique.
  • Le nombre de voitures.
  • Le nombre de circuits et tracés.
  • Mode carrière.
  • Cycles jour/nuit.
  • Pluie.
  • Multi à écran splitté.
  • Mode photo simple à prendre en main.
  • Rapport prix/contenu.
  • Version numérique jouable sur PC & XBox pour un seul achat.

Moins

  • Beau mais inégal d’un circuit à l’autre.
  • 700 voitures mais d’anciennes modélisations.
  • Accessible mais plus arcade.
  • Système de course online classique.
  • Chargements très longs.
  • Quelques bugs et freezes.
  • Menus parfois trop chargés (couleurs et disposition).
  • Intérêt discutable sur XBox One/One S (absence de 4K) par rapport au 6.

Galerie photo

Face-à-face

Photos

Pour vous permettre de comparer les deux jeux de façon ludique, voici quelques captures en jeu (pas en mode photo) faites sur Suzuka avec une Alfa Romeo 4C.
Sous chaque encart de comparaison, vous avez la possibilité de visualiser les captures 1080p de façon indépendante en cliquant sur le logo du jeu désiré.

Il est à noter que l’angle de vue n’est pas le même et que la superposition n’est pas parfaite, élément indépendant de ma volonté.

Vue troisième personne

Gran Turismo Sport - Alfa Romeo 4C, vue arrièreForza Motorsport 7 - Alfa Romeo 4C, vue arrière
Logo GT Sport
Logo Forza Motorsport 7

Vue de face

Gran Turismo Sport - Alfa Romeo 4C, vue de faceForza Motorsport 7 - Alfa Romeo 4C, vue de face
Logo GT Sport
Logo Forza Motorsport 7

Gestion des dégâts

Forza 7- gestion des dégâtsGran-Turismo SPORT - gestion des dégâts
Logo GT Sport
Logo Forza Motorsport 7

Vue conducteur

Gran Turismo SPORT - Vue volant Alfa Romeo 4CForza Motorsport 7 - Vue volant Alfa Romeo 4C
Logo GT Sport
Logo Forza Motorsport 7

Vue du côté passager

Gran Turismo SPORT - Vue côté passager Alfa Romeo 4CForza Motorsport 7 - Vue côté passager Alfa Romeo 4C
Logo GT Sport
Logo Forza Motorsport 7

Circuit (végétation et décors)

Gran Turismo SPORT - Alfa-Romeo 4C à SuzukaForza Motorsport 7 - Alfa-Romeo 4C à Suzuka
Logo GT Sport
Logo Forza Motorsport 7

Vidéo

Ici, la sonorité moteur, les graphismes et l’ambiance générale sont comparés.

Voir la vidéo non compressée.

Récapitulatif (hors DLC)

Comparaison GT Sport Forza 7
voitures 163 700
circuits 17 32
tracés 40 122
mode solo pas de championnat complet
mode en ligne
écran splitté
pluie
/ cycle jour/nuit
gestion des dégâts symbolique complète
affichage basique PS4/Slim : 1080p HDR 60fps XBox One/S : 1080p (HDR sur la S) 60fps
affichage avancé PS4 Pro : 4K HDR 60fps XBox One X & PC : 4K HDR 60fps

Conclusion générale

Gran Turismo plus mature, Forza plus gamin ? N’ai-je pas suffisamment la culture du jeu online pour apprécier pleinement Gran Turismo Sport ? Sûrement.

Je vais comparer ça à l’automobile :

  • Un est une belle Ford Mustang Shelby GT350R. Vous avez un V8 avec des chevaux et du couple à revendre, ça gueule, ça vous en met plein la vue et vous pouvez embarquer vos gosses à l’arrière. Mais quand vous regardez la finition, vous vous rendez compte, qu’il y a quelques ajustements qui ne sont pas parfaits. L’engin est lourd et manque d’agilité et d’adhérence.
  • L’autre est une petite Porsche Boxster. De prime abord, ça manque de formes, il n’y a qu’un 4 cylindres, la sonorité d’échappement est artificielle, c’est cher pour ce que c’est et vous n’avez que deux places. Vous aviez une 911 (Gran Turismo 1 à 6) et on vous met dans une Porschette. Mais en la conduisant, vous vous rendez compte que c’est précis et agile, que le turbo sublime le petit moteur et que chaque détail est minutieusement pensé et ajusté. Finalement, la légendaire 911 (qui n’évolue pas énormément depuis des générations) vous en donnait plus mais s’était aseptisée voire vous avait déçu.

Nous ne sommes pas dans la même philosophie mais un élément reste indiscutable : Forza est plus complet que Gran Turismo. Même Gran Turismo 6 sur PS3 me fait de l’œil pour nourrir mon besoin de solo. Entre l’absence du défi solitaire et le nombre de bagnoles et de circuits, Gran Turismo se rapproche plus de la démo payante.

Pour Sony, il aurait fallu poussé le concept Sport jusqu’au bout. L’idéal eut été un système freemium avec des micro-paiements pour acquérir des autos, des championnats ou des upgrades. Qui plus est, pour jouer en ligne, il faut payer le PSN… dont la qualité laisse encore parfois à désirer face au XBox Live de Microsoft.

Pour compléter mon analyse, je vous laisser juger des qualités graphiques de chaque jeu en visionnant ce comparatif extrêmement bien fait :

Les acheter

Nota bene

Chères lectrices, chers lecteurs, cet article ne reflète que ma perception sur PS4 et XBox One S. En effet, j’attends la XBox One X et le prêt d’une PS4 Pro pour me permettre de comparer les deux jeux dans les meilleures conditions (4K, fps, profondeur de champs et etc).

Autre élément, quand je dis dans l’introduction que Forza faisait sa route tout seul, c’est vrai et faux. Vrai dans le sens où les deux sumos de la catégorie sont bien lui et Gran Turismo. Faux quand on considère la licence grandissante Project Cars et (la déception) Assetto Corsa. C’est donc volontaire de ma part de ne pas avoir cité ces deux simulations car étant multi-plateforme et pas seulement cantonné à une console ou à l’écosystème console/PC pour Forza, cf. Microsoft.

De plus, si vous n’êtes pas d’accord, vous êtes bienvenus de commenter ça de façon constructive sur les réseaux sociaux car ce que vous avez lu ne reste que l’interprétation et le ressenti de votre humble rédacteur.

En parlant d’humble rédacteur, je joue à Gran Turismo depuis la PS2 et était réfractaire à Forza que je trouvais très arcade (Forza 4 sur XBox 360). Je me suis vraiment mis à la licence Microsoft avec la XBox One (5 testé, puis 6 et 7 possédés). Je trouvais que les deux licences avaient toutes deux leurs qualités et défauts. Je ne suis donc pas un fanboy Forza ou GT et me suis forcé d’écrire avec un point de vue neutre.