Sauber a dévoilé son poster BD pour la Chine.

Il y a 22 h

Doriane Pin rejoint Marta García en Formula Regional European Championship by Alpine chez Iron Dames.

Il y a 22 h

Škoda dévoilera le concept-car Škoda Vision Gran Turismo le 24 avril à 18:00. La première mondiale sera diffusée en direct de la PLAYzone Arena à Prague et pourra être suivie sur les chaînes YouTube officielles de Škoda Motorsport et de Škoda Auto.

Il y a 20 h

Helmut Marko a révélé des discussions entre Red Bull et Carlos Sainz... mais le pilote espagnol serait courtisé par Audi. Voici l'échange entre Marko et OE24 :

oe24 : Monsieur Marko, dans quelle mesure Carlos Sainz est-il envisagé pour le second baquet chez Red Bull ?
HELMUT MARKO : Écoutez : Sainz est actuellement en grande forme (et sera mis à la porte par Ferrari à la fin de l'année, ndlr). Il a, je crois, une très belle offre de Audi pour trois ans, mais il doit se décider assez rapidement là-dessus. Nous, en revanche, ne nous déciderons pas rapidement, nous ne laissons pas ce genre de choses nous mettre sous pression. Mais bien sûr, on fait le tri.

oe24 : Avec Sainz, vous savez ce que vous obtenez, après tout, il vient du programme junior de Red Bull...
MARKO : Bon, à l'époque, il était encore très jeune. Mais il s'est incroyablement bien développé depuis et montre une forme incroyable.

Il y a 19 h

Suite aux aveux de discussions entre Red Bull et Carlos Sainz, qui se retrouvera sans volant à la fin de la saison mais qui serait courtisé par Audi, Helmut Marko parle de Checo Pérez et ne voit pas de raison de le prolonger s'il reste compétitif et sans grandes exigences.

Voici l'échange entre l'Autrichien et OE 24 :

oe24 : Cependant, Audi ne rejoindra la Formule 1 qu'en 2026 et Sainz devrait combler l'année 2025. Et le contrat de Perez avec Red Bull se termine fin 2024...
MARKO : Tant que Checo est en aussi bonne forme qu'actuellement et qu'il vient avec des conditions raisonnables pour une prolongation, il n'y a vraiment rien contre lui.

oe24 : Quelles conditions demande Perez ? Normalement, il devrait même payer pour avoir le privilège de courir pour l'équipe supérieure de Red Bull...
MARKO : En fait, il apporte même des sponsors mexicains. Ses exigences concernent plutôt la durée du contrat.

oe24 : Le fait que Perez ait mieux défendu son titre de "Best of the Rest" [meilleur des autres] cette année serait dû à son orientation vers le setup de Verstappen. Est-ce vrai ?
MARKO : C'est vrai, mais Max opte toujours pour le setup le plus rapide. Ce n'est naturellement pas toujours facile à piloter. Quand une voiture est rapide, elle est instable et capricieuse. C'est là que le talent du pilote fait la différence. C'est pourquoi Max est toujours le plus rapide en qualifications.

Il y a 19 h

Helmut Marko parle à OE24 de Verstappen : va-t-il rester chez Red Bull, Mercedes qui le courtise et l'état actuel de l'écurie allemande.

oe24 : Au début de la saison, Verstappen a laissé entendre, à cause des turbulences internes, qu'il pourrait quitter Red Bull prématurément. Est-ce toujours d'actualité ?
MARKO : Il veut toujours être dans la voiture la plus rapide, et Max chez Red Bull, c'est une combinaison imbattable. Mais mettez Max dans une Ferrari, et la situation serait différente. Les 20 secondes d'avance qu'il a sur Checo reflètent sa supériorité au volant.

oe24 : Donc, il restera chez Red Bull ?
MARKO : Max pilotera là où il a la meilleure voiture, et c'est le cas chez Red Bull. Rien ne semble indiquer le contraire.

oe24 : Avec le Mercedes en déclin, Toto Wolff manque d'arguments. Christian Danner a déclaré sur ServusTV que Niki Lauda aurait mieux navigué à travers la crise avec les Flèches d'Argent. Êtes-vous d'accord ?
MARKO : Ce n'est pas si simple. Mais ce n'est pas du jour au lendemain que tu dégringoles ainsi. Ce qui est alarmant, c'est que cela fait maintenant trois saisons que Mercedes n'est pas compétitive.

oe24 : En tant que spectateur, on a l'impression que Mercedes empire encore. Désormais, une septième place peut être vue comme positive. Ne devrait-il pas y avoir des alarmes qui sonnent ?
MARKO : Elles sonnent probablement déjà. Ce qui me frustre, c'est que par moments, la voiture est vraiment rapide, parfois ils réalisent des temps de premier ordre. Alors je me dis : "Regardez, ils ont compris !" Mais ça ne dure qu'un instant.

Il y a 19 h

Alonso revient sur sa prolongation chez Aston Martin, écurie dans laquelle il risque de finir sa carrière puisque l'Espagnol a tout de même 42 ans.

La décision a-t-elle été simple ? "Ce n'est jamais un moment facile quand il faut prendre des décisions, surtout maintenant, car pour moi c’est probablement mon dernier contrat. Donc, oui, je voulais d'abord m'assurer que c'était la bonne décision, de continuer à courir en Formule 1, et d'avoir la force et la motivation de continuer à courir encore quelques années. Et ensuite, de m'assurer que l'équipe a les objectifs pour les prochaines années pour être ambitieuse et continuer à s'améliorer. Donc oui, je pense que c’était une décision très heureuse pour moi. Évidemment, extrêmement fier de représenter Aston Martin pour les prochaines années. Nous avons commencé cette aventure l'année dernière, de très bonne manière et nous continuons à travailler. Donc oui, extrêmement fier et heureux. Voyons ce que nous pouvons faire."

Il lui a été ensuite demandé ce qui l'excite le plus à propos de l'avenir d'Aston Martin. Fernando a répondu : "Je pense, vous savez, avec les nouvelles régulations en 2026, il y aura une possibilité pour tout le monde de mélanger un peu les cartes et d'avoir une opportunité. Évidemment, nous serons avec Honda, nous serons la seule équipe avec l'unité de puissance de Honda, ce qui est évidemment un peu différent d'être un moteur client maintenant avec Mercedes. Donc, espérons que nous aurons un peu d'amélioration là. Aussi, je pense qu'avec Aramco, les biocarburants et la durabilité qui arriveront en 2026, peut-être que nous aurons aussi une petite opportunité là. Et l'équipe s'améliore de plus en plus – nouvelles installations, nouveau campus, nouvelle soufflerie arrivant cet été. Donc, vous avez beaucoup de choses en place pour être une équipe très puissante à l'avenir. Et je voulais en faire partie."

Il a finalement été interrogé sur le timing de l'annonce qui a surpris certaines personnes. Était-il donc important pour lui de conclure l'accord rapidement ? "Non, pas vraiment. Je pense que nous nous sommes simplement assis ensemble après le Japon et oui, nous sommes arrivés à une conclusion et un accord a été atteint en un ou deux jours. Donc c'était très, très simple. Et une fois que nous avons obtenu l'accord, nous l'avons annoncé et tout est un peu plus simple que ce que ça semble de l'extérieur, vous savez, il y a beaucoup de rumeurs, beaucoup de choses qui se passent pour différentes équipes et différents pilotes et des échéances ici, des échéances là. Mais pour nous, vous savez, nous étions simplement loyaux l'un envers l'autre, nous avons juste tenu notre parole. Et une fois que nous signons et que nous sommes d'accord sur quelque chose, nous l'annonçons. Donc pour nous, c'était beaucoup plus simple que pour d'autres personnes peut-être."

Il y a 19 h

Haas amène une première mise à jour à Shangaï. Nico Hülkenberg espère "un peu de performance améliorée et renforcée". Puis il explique : "Ce n'est pas, vous savez, une mise à jour majeure et énorme, juste quelques petits détails qui semblent bons sur le papier et en théorie, mais comme toujours, vous savez, il faut les vérifier sur la piste, s'assurer que la corrélation est bonne. Mais oui, il vaut mieux avoir une mise à jour aussi tôt dans la saison dans la bataille serrée du milieu de peloton que de ne pas les avoir."

Il pense que la F1 américaine sera plus à l'aise en Chine qu'à Suzuka et que son expérience l'aidera sûrement.

Il y a 19 h

Qu'attend Alpine du nouveau fond plat ? Installé seulement sur la monoplace d'Esteban Ocon, avec un Grand Prix d'avance, le pilote français s'exprime : "d'abord, un très bon travail de l'équipe pour apporter, vous savez, quelques améliorations plus tôt que ce qui était prévu sur ma voiture, ce qui est un effort remarquable de l'équipe. Donc, c'est bien que nous puissions tester cela tôt et voir ce que cela apporte à la voiture. Évidemment, nous n'attendons toujours pas de changements massifs en termes de performance. Mais nous pouvons toujours avoir une bonne surprise et nous verrons où cela nous mène sur la piste plus tard dans le week-end."

Le Normand a aussi relaté les performance de son A524, qui a progressé en qualifs mais doit à tout prix progresser en course : "Je pense qu'en Australie, nous espérions nous battre pour des points. Nous nous battions avec Haas là-bas. Cela semblait bien jusqu'à ce qu'un débris obstrue la prise d'air du frein. Évidemment, oui, nous nous sommes qualifiés maintenant deux fois en Q2, en Australie et à Suzuka. Mais, vous savez, à Suzuka, nous avons également eu des dommages au départ, ce qui n'a pas aidé les choses mais nous avons eu plus de difficultés, définitivement, à Suzuka. Donc je pense que nous avons fait un pas en avant en qualifications récemment, mais nous devons encore travailler sur le rythme de course, et voir si nous pouvons tenir face aux autres voitures, c’est la chose principale."

Il y a 19 h

L'équipe Arrow McLaren IndyCar a annoncé aujourd'hui que Théo Pourchaire pilotera la voiture n°6 au Grand Prix de Long Beach, David Malukas se remettant d'une blessure et d'une opération au poignet gauche.

Le Grassois déclare : "C’est une incroyable opportunité de piloter avec une équipe aussi légendaire dans une série de sport automobile légendaire comme la NTT INDYCAR SERIES. Je regarde l'INDYCAR depuis que je suis jeune et les courses sont incroyables. J’étais ravi de recevoir l’appel de l’équipe. Je suis reconnaissant que Zak, Gavin et Tony aient pensé à moi pour cette opportunité et à l'équipe de Sauber de me permettre de me mettre en piste à Long Beach. Je suis également désolé que cette opportunité se soit présentée alors que David continue de se rétablir. Ce ne sera pas une tâche facile, mais je suis prêt à le faire."

Pour Gavin Ward, directeur de l'équipe Arrow McLaren : "Théo est peut-être un pilote inattendu dans le paddock NTT INDYCAR SERIES cette saison, mais nous sommes impatients de voir ce qu'il peut faire sur la piste de Long Beach et sommes reconnaissants envers Sauber d'avoir travaillé avec nous pour que cela se produise. Il a un un solide CV, surtout pour son jeune âge, et il est impatient de travailler avec nous et de mettre son pilotage à l'épreuve ce week-end."

Il y a 19 h

Charles Leclerc "pense que le niveau de confiance est assez stable depuis le début de la saison". Ainsi, que prédit-il pour Ferrari en ce week-end chinois ? "Sur le papier, je pense que c'est un circuit où nous pourrions être un peu plus forts par rapport à Suzuka. Mais nous allons l'aborder de la même manière. Je pense toujours que Red Bull aura l'avantage ce week-end et nous devrons juste nous concentrer sur nous-mêmes, car cela peut être très facile, comme nous l'avons vu, surtout en qualifications à Suzuka, je n'ai pas bien fait samedi et alors vous ne passez pas de quatrième à cinquième mais de quatrième à huitième. Donc, ce sera très important, surtout lors d'un week-end de Sprint, nous avons deux qualifications ce week-end pour extraire le maximum de la voiture lors des deux qualifications et ensuite en course. Je pense que nous sommes assez forts cette année."

S'attend-il à être plus proche de Red Bull sur ce circuit de Shangaï ? "Je pense que oui en course. Mais voyons voir. Évidemment, cela fait très longtemps que nous n'avons pas roulé ici, donc oui, j'ai vu que la piste avait été peinte ou il y avait quelque chose de bizarre dessus, donc cela aussi, nous devrons voir comment notre voiture se comporte là-dessus. Et quelles sont les principales limitations en course mais sur le papier, je pense que nous devrions être plus proches d'eux, oui."

Il y a 19 h

Quelles sont les attentes en Chine de McLaren et plus particulièrement de leur pilote star, Lando Norris ? "Probablement pas aussi élevées qu'à Suzuka. Je pense que c'est notre opinion. Mais toujours dans une bonne position. Je pense que nous sommes contents de comment la saison a commencé. Je pense que nous sommes dans une bonne bataille de qualifications avec Aston, Mercedes, c’est très serré et même le week-end dernier devant Ferrari, mais je pense que l'ordre est encore clair. Et je pense que dans les courses nous avons fait du bon travail. Pas aussi bien que Red Bull et Ferrari, mais je suis devant Aston et Mercedes. Donc je pense que nous sommes dans une bonne situation. Ce n'était pas un grand circuit pour nous en 2019 mais beaucoup de choses ont changé depuis lors. Donc je suis optimiste, nous pouvons passer un bon week-end."

Que redoute Norris, notamment en Chine ? "Les longs virages. Juste, comme, le Virage 1. Oui, ce type de virage n'est simplement pas bon pour nous. Similaire à, disons, Zandvoort, ce genre d'expérience pour nous. Donc oui, nous avons quelques choses à essayer. Et nous essayons constamment d'améliorer ces zones. Mais c'est une zone que nous savons être l'une de nos plus grandes faiblesses, et peut-être que nous pouvons nous en sortir en qualifications mais surtout en course, cela devient un problème plus important pour nous."

Suite aux frustrations du Japon, le directeur de l'écurie, Andrea Stella, a indiqué que l'équipe pouvait gagner cette année. Norris, qui n'est jamais monté sur la plus haute marche du podium en F1, pense-t-il que ça va arriver ? "Pas de sitôt, c'est sûr. Je pense que nous pouvons. Au bon endroit, au bon moment, si nous améliorons la voiture comme nous en avons besoin. Honnêtement, il n'y avait pas trop de frustrations à Suzuka. Je pense que tout s'est déroulé à peu près comme prévu. Je ne pense pas que nous ayons fait un travail parfait et je pense que nous aurions probablement dû terminer une place plus haut, potentiellement. Mais je ne pense pas que c'était loin. Nous avons été à la même place toute la saison. Nous avons été derrière Red Bull, nous avons été derrière Ferrari et nous avons été un peu une marche devant les deux autres équipes en course. Et c'est exactement comme s'est déroulé le week-end dernier. Donc je ne pense pas qu'il y ait trop de frustrations. Mais nous connaissons les problèmes, nous savons ce que nous devons améliorer. Et si nous pouvons les améliorer. Je pense qu'Andrea a raison. Je pense que nous pouvons gagner des courses cette année. Et nous pouvons être compétitifs avec ces deux autres équipes devant nous. Mais c'est un "si". Et vous savez, nous devons travailler dur pour améliorer la voiture dans certaines de ces zones, qui ont été un grand défi pour nous au cours des dernières années, pas seulement pour des années, mais de nombreuses années. Mais si nous pouvons, alors je suis confiant que nous pouvons avoir de bonnes courses."

Il y a 19 h

Roldan Rodrigues de DAZN a demandé à Alonso s'il pensait qu'Aston Martin déveoppait l'équipe et la voiture autour de lui en particulier. Fernando a répondu : "Je ne pense pas. Je pense que, vous savez, Lance et moi-même, nous essayons d'aider l'équipe autant que nous le pouvons. Je pense que nous avons deux styles de conduite différents. Dans certaines conditions, nous avons deux sensations différentes avec la voiture. Je pense que Lance est beaucoup plus sensible aux choses que moi, ce qui est, je pense, très, très important pour l'équipe. Je pense que l'analyse que Lance peut atteindre et peut rétroagir à l'équipe est cruciale pour nous et pour améliorer la voiture. Je suis parfois un peu insensible aux choses. Et ce n'est pas une bonne chose. Donc oui. Je pense que nous essayons de nous aider à apprendre autant que nous le pouvons. Et je pense que la direction dans laquelle nous développons la voiture et comment nous finalisons, normalement, les réglages lors d'un week-end, est exactement la même. Donc nous arrivons à la même conclusion, peut-être de manière différente. Et je pense que ces deux styles différents sont juste une bonne chose pour nous."

Et comment Alonso gère la détection et la communication des subtilités de performance de la voiture : "Je pense que parfois je conduis la voiture autour des problèmes que nous avons [il adapte son style de conduite pour compenser les déficiences de la voiture plutôt que de les signaler pour les résoudre, ndlr]. Et c'est parfois une bonne chose, car je peux conduire n'importe quelle voiture à n'importe quel moment et en extraire 90 %. Mais pour atteindre les 100 % du potentiel de la voiture, parfois je ne suis pas capable de le faire sans, comme je l'ai dit, parfois l'aide de mon coéquipier sur les détails spéciaux du réglage ou des problèmes d'équilibre ici et là. Donc, vous savez, je pense que nous bénéficions l'un de l'autre de nombreuses manières différentes. Et c'est une bonne chose pour le moment."

Il y a 18 h

Zhou Guanyu pilotera enfin à son premier Grand Prix à domicile, en Chine !!! Quelles sont ses émotions à ce sujet : se tenir sur la grille de départ, entendre son hymne ? "Tout d'abord, ma première course, je l'ai regardée à l'époque en 2004. L'homme assis à côté de moi [Alonso] courait déjà ! C'est incroyable de penser qu'il est toujours ici, courant à un très haut niveau. Mais pour moi, bien sûr, cela fait 20 ans que j'attends ce Grand Prix. Et, disons que ce parcours n'a pas été extrêmement facile, simplement à cause de d'où je viens, et aussi, vous savez, essayer de gagner au moins beaucoup de courses dans les séries inférieures pour être ici. Et ensuite, une fois en F1, chaque année, bien sûr, quand vous réalisez que la course à domicile n'a pas lieu, deux années de suite, nous essayons de faire de notre mieux pour maintenir votre baquet et puis d'être ici, aujourd'hui... Donc pour moi, bien sûr, je reste concentré sur mon travail, comme toujours dit, je sais que c'est très, disons un mélange d'émotions allant à ce week-end, surtout quand nous avons le dimanche avec l'hymne national qui se joue et aussi le souvenir, vous savez, qui se reflète rapidement dans votre esprit. Mais autant que je suis pilote de course, la chose la plus importante, critique, est de faire le bon travail sur la piste, ce qui est d'essayer de marquer des points, de donner le maximum que j'ai sur le package sur la voiture que nous avons, qui, je sens que nous avons du potentiel même si ce n'est pas un circuit que je connais le mieux en termes de disposition. Je n'ai jamais conduit ici en monoplace. Mais je pense toujours que nous avons une bonne opportunité avec le format. Et pour moi, je pense que nous nous concentrons juste sur cela. Et j'espère que ce ne sera pas le seul parce que je prévois, espérons, de rester ici aussi longtemps que je le pourrai. Et tout le monde aime avoir une longue carrière en Formule 1 et c'est là que nous rêvons d'être. Donc oui, surmontons ce week-end de manière positive, espérons atteindre de bons résultats dimanche."

Il y a 18 h

Charles Leclerc a été interrogé par l'espagnol Roldan Rodriguez de DAZN sur le fait que Sainz est devant le Monégasque depuis maintenant trois courses. Est-ce une meilleure adaptation de Carlos à la monoplace ? "Non, je pense que c'est aussi simple qu'il fait un meilleur travail. Encore une fois, je pense qu'à Bahreïn, il est difficile de comparer, car de mon côté, je faisais face à des problèmes. Et je pense que c'était un week-end très solide à part cela de mon côté. Cependant, lors des deux dernières courses, il a simplement été plus fort. Donc c'est à moi maintenant de travailler, surtout sur le rythme en qualifications, qui est normalement un point fort. J'ai eu du mal à assembler le tour. Il y a une ligne très fine pour bien faire ou complètement rater lors du tour de sortie et pour mettre les pneus dans la bonne fenêtre. Et pour l'instant, j'ai eu plus de difficultés que ce que Carlos a eu. Et il conduit à un niveau très élevé, ce que je pense est génial pour l'équipe. C’est génial pour moi aussi. Et j'ai beaucoup travaillé là-dessus. Et normalement, quand je travaille sur des points, je suis assez confiant pour m'améliorer assez rapidement. Donc je ne suis pas inquiet. Mais évidemment, maintenant je dois montrer cela sur la piste, à partir de demain en qualifications."

Il y a 18 h

Le motoriste Honda a-t-il donné des garanties à Alonso, qui pilotera à nouveau avec des unités de puissance japonaises en 2026 puisqu'elles propulseront les Aston Martin pour la nouvelle réglementation ? Fernando a répondu : "Eh bien, ils gagnent le championnat maintenant, donc ils démontrent qu'ils ont la discipline et le travail nécessaires pour réussir en Formule 1. Évidemment, avec les nouvelles régulations, personne ne sait ce qui pourrait arriver en 2026. Mais oui, nous sommes extrêmement heureux de travailler avec Honda. Et d'être, comme je l'ai dit, une équipe d'usine pour l'unité de puissance, je pense que cela fait une énorme différence par rapport à ce que nous avons actuellement. Donc c'est un plus et c'est une des raisons pour lesquelles je suis resté pour les nouvelles régulations, et pour avoir l'opportunité de travailler à nouveau avec Honda. Et comme je l'ai dit, je pense que nous aurons un avantage."

Il y a 18 h

Livrée spéciale E-Prix de Monaco pour les monoplaces électriques de chez DS Penske.

Il y a 16 h

La carte FIA du circuit de Shangaï, version 2024.

Il y a 16 h

Pininfarina et Lenovo se sont associés pour concevoir le trophée du Grand Prix de Formule 1 Lenovo de Chine 2024. Alliant technologie, innovation et éléments culturels traditionnels, ce trophée met en avant le rôle de Lenovo en tant que partenaire officiel de la Formule 1 et rend un hommage moderne à l'héritage du sport automobile.

La partie incrustée d'or du trophée évoque la couronne de laurier du passé et rend hommage à la tradition de la F1 des années 1980 et antérieures. Le trophée est équipé d'un capteur qui, lorsque le pilote victorieux le soulève au-dessus de sa tête ou le porte autour du cou, s'illumine selon un motif appelé "chase a loop" ['poursuite en boucle'], symbolisant la vitesse d'une voiture de F1 sur la piste.

Cette année coïncide avec l'Année du Dragon en Chine, et des motifs du dragon ont été intégrés dans le design du trophée avec le mouvement de la torsion circulaire, tandis que le mode illuminé "pulse" représente le souffle d'un dragon qui s'éveille.

Il y a 15 h

Casque spécial #ChineseGP pour Bottas.

Il y a 10 h

Stroll devant Piastri et Verstappen pour la seule séance d’essais libres du #ChineseGP.

Il y a 3 h

Point mécanique comptable avant le GP de Chine 2024.

Il y a 3 h

Les nouvelles pièces pour les unités de puissance et les boîtes de vitesses, montées en ce début de week-end chinois.

Il y a 3 h

Qualifs sprint du Grand Prix de Chine, Norris arrache la pole position devant Hamilton et Alonso.

Il y a 4 minutes

Détails sur le Grand Prix de F1 de Chine 2024

 Retour à la saison 2024

 Chine | Shanghai

Pneus
C2
C3
C4
Chine
Course 5/24
FP 19/04/2024 05:30
Qualifs 19/04/2024 09:30
SS 20/04/2024 05:00
Sprint 20/04/2024 09:00
Course 21/04/2024 09:00

 FALC (Faits à la con)

Le Grand Prix de Chine 2019 était le 1000e de la F1.
La Chine n'a pas pu accueillir la F1 de 2020 à 2023 inclus, à cause de l'épidémie de COVID-19.
Conçu par Hermann Tilke, le contour du circuit de Shangaï est vaguement basé sur le caractère chinois "shang", signifiant "là-haut".

 Les données sur le circuit

 Infos générales

Premier Grand Prix : 2004
Sens : horaire
Nombre de tours : 56
Nombre de zones DRS : 2

 Distances

Longueur du circuit : 5.451 km

Ou encore... 40 679 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

Longueur de la course : 305.066 km

Ou encore... 2 276 612 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

 Virages

Nombre de virages : 16
Nombre de virages à gauche : 7
Nombre de virages à droite : 9

 Les stands

Vitesse limite dans les stands : 80 km/h
Distance d'allée des stands sous limiteur de vitesse : 383.00 m
Temps nécessaire pour purger un Drive-Through : 17.23 s

 Chronos

Tour en course le plus rapide : 1:32.238 (Michael Schumacher, 2004)
Tour le plus rapide : 1:31.095 (Sebastian Vettel, 2018)

 Pole position

Côté de la pole position : gauche
Distance de la pole au premier freinage : 336.00 m

 Accélérateur et boîte de vitesses

Temps à pleine charge : 57 %
Distance à pleine charge : 70 %
Consommation d'essence : moyenne
Nombre de changements de vitesses en un tour : 47

Données F1 et Mercedes-AMG F1 Team, aucune affiliation ou autre. Ces données étaient valables avant que le Grand Prix de F1 ne se déroule.
Les éléments ont pu évoluer après le week-end de course : changement de tracé, nouveau record et etc.

 Les données pneumatiques Pirelli

 Pressions minimale de départ des slicks

Avant : 26.0 psi
Arrière : 22.0 psi

 Limites de carrossage

Avant : -3.00°
Arrière : -1.75°

 Pneumatique et piste

Evolution de la piste (FP1 aux qualifs) : élevée
Abrasion de l'asphalte : 4/5

Les actus concernant le Grand Prix de F1 de Chine 2024

Les brefs concernant le Grand Prix de F1 de Chine 2024

Qualifs sprint du Grand Prix de Chine, Norris arrache la pole position devant Hamilton et Alonso.

Les nouvelles pièces pour les unités de puissance et les boîtes de vitesses, montées en ce début de week-end chinois.

Point mécanique comptable avant le GP de Chine 2024.

Stroll devant Piastri et Verstappen pour la seule séance d’essais libres du #ChineseGP.

Valtteri BOTTAS | Sauber

Casque spécial #ChineseGP pour Bottas.

Pininfarina et Lenovo se sont associés pour concevoir le trophée du Grand Prix de Formule 1 Lenovo de Chine 2024. Alliant technologie, innovation et éléments culturels traditionnels, ce trophée met en avant le rôle de Lenovo en tant que partenaire officiel de la Formule 1 et rend un hommage moderne à l'héritage du sport automobile.

La partie incrustée d'or du trophée évoque la couronne de laurier du passé et rend hommage à la tradition de la F1 des années 1980 et antérieures. Le trophée est équipé d'un capteur qui, lorsque le pilote victorieux le soulève au-dessus de sa tête ou le porte autour du cou, s'illumine selon un motif appelé "chase a loop" ['poursuite en boucle'], symbolisant la vitesse d'une voiture de F1 sur la piste.

Cette année coïncide avec l'Année du Dragon en Chine, et des motifs du dragon ont été intégrés dans le design du trophée avec le mouvement de la torsion circulaire, tandis que le mode illuminé "pulse" représente le souffle d'un dragon qui s'éveille.

La carte FIA du circuit de Shangaï, version 2024.

Charles LECLERC | Ferrari
FIA

Charles Leclerc a été interrogé par l'espagnol Roldan Rodriguez de DAZN sur le fait que Sainz est devant le Monégasque depuis maintenant trois courses. Est-ce une meilleure adaptation de Carlos à la monoplace ? "Non, je pense que c'est aussi simple qu'il fait un meilleur travail. Encore une fois, je pense qu'à Bahreïn, il est difficile de comparer, car de mon côté, je faisais face à des problèmes. Et je pense que c'était un week-end très solide à part cela de mon côté. Cependant, lors des deux dernières courses, il a simplement été plus fort. Donc c'est à moi maintenant de travailler, surtout sur le rythme en qualifications, qui est normalement un point fort. J'ai eu du mal à assembler le tour. Il y a une ligne très fine pour bien faire ou complètement rater lors du tour de sortie et pour mettre les pneus dans la bonne fenêtre. Et pour l'instant, j'ai eu plus de difficultés que ce que Carlos a eu. Et il conduit à un niveau très élevé, ce que je pense est génial pour l'équipe. C’est génial pour moi aussi. Et j'ai beaucoup travaillé là-dessus. Et normalement, quand je travaille sur des points, je suis assez confiant pour m'améliorer assez rapidement. Donc je ne suis pas inquiet. Mais évidemment, maintenant je dois montrer cela sur la piste, à partir de demain en qualifications."

Guanyu ZHOU | Sauber
FIA

Zhou Guanyu pilotera enfin à son premier Grand Prix à domicile, en Chine !!! Quelles sont ses émotions à ce sujet : se tenir sur la grille de départ, entendre son hymne ? "Tout d'abord, ma première course, je l'ai regardée à l'époque en 2004. L'homme assis à côté de moi [Alonso] courait déjà ! C'est incroyable de penser qu'il est toujours ici, courant à un très haut niveau. Mais pour moi, bien sûr, cela fait 20 ans que j'attends ce Grand Prix. Et, disons que ce parcours n'a pas été extrêmement facile, simplement à cause de d'où je viens, et aussi, vous savez, essayer de gagner au moins beaucoup de courses dans les séries inférieures pour être ici. Et ensuite, une fois en F1, chaque année, bien sûr, quand vous réalisez que la course à domicile n'a pas lieu, deux années de suite, nous essayons de faire de notre mieux pour maintenir votre baquet et puis d'être ici, aujourd'hui... Donc pour moi, bien sûr, je reste concentré sur mon travail, comme toujours dit, je sais que c'est très, disons un mélange d'émotions allant à ce week-end, surtout quand nous avons le dimanche avec l'hymne national qui se joue et aussi le souvenir, vous savez, qui se reflète rapidement dans votre esprit. Mais autant que je suis pilote de course, la chose la plus importante, critique, est de faire le bon travail sur la piste, ce qui est d'essayer de marquer des points, de donner le maximum que j'ai sur le package sur la voiture que nous avons, qui, je sens que nous avons du potentiel même si ce n'est pas un circuit que je connais le mieux en termes de disposition. Je n'ai jamais conduit ici en monoplace. Mais je pense toujours que nous avons une bonne opportunité avec le format. Et pour moi, je pense que nous nous concentrons juste sur cela. Et j'espère que ce ne sera pas le seul parce que je prévois, espérons, de rester ici aussi longtemps que je le pourrai. Et tout le monde aime avoir une longue carrière en Formule 1 et c'est là que nous rêvons d'être. Donc oui, surmontons ce week-end de manière positive, espérons atteindre de bons résultats dimanche."

Fernando ALONSO | Aston Martin
FIA

Roldan Rodrigues de DAZN a demandé à Alonso s'il pensait qu'Aston Martin déveoppait l'équipe et la voiture autour de lui en particulier. Fernando a répondu : "Je ne pense pas. Je pense que, vous savez, Lance et moi-même, nous essayons d'aider l'équipe autant que nous le pouvons. Je pense que nous avons deux styles de conduite différents. Dans certaines conditions, nous avons deux sensations différentes avec la voiture. Je pense que Lance est beaucoup plus sensible aux choses que moi, ce qui est, je pense, très, très important pour l'équipe. Je pense que l'analyse que Lance peut atteindre et peut rétroagir à l'équipe est cruciale pour nous et pour améliorer la voiture. Je suis parfois un peu insensible aux choses. Et ce n'est pas une bonne chose. Donc oui. Je pense que nous essayons de nous aider à apprendre autant que nous le pouvons. Et je pense que la direction dans laquelle nous développons la voiture et comment nous finalisons, normalement, les réglages lors d'un week-end, est exactement la même. Donc nous arrivons à la même conclusion, peut-être de manière différente. Et je pense que ces deux styles différents sont juste une bonne chose pour nous."

Et comment Alonso gère la détection et la communication des subtilités de performance de la voiture : "Je pense que parfois je conduis la voiture autour des problèmes que nous avons [il adapte son style de conduite pour compenser les déficiences de la voiture plutôt que de les signaler pour les résoudre, ndlr]. Et c'est parfois une bonne chose, car je peux conduire n'importe quelle voiture à n'importe quel moment et en extraire 90 %. Mais pour atteindre les 100 % du potentiel de la voiture, parfois je ne suis pas capable de le faire sans, comme je l'ai dit, parfois l'aide de mon coéquipier sur les détails spéciaux du réglage ou des problèmes d'équilibre ici et là. Donc, vous savez, je pense que nous bénéficions l'un de l'autre de nombreuses manières différentes. Et c'est une bonne chose pour le moment."

Lando NORRIS | McLaren
FIA

Quelles sont les attentes en Chine de McLaren et plus particulièrement de leur pilote star, Lando Norris ? "Probablement pas aussi élevées qu'à Suzuka. Je pense que c'est notre opinion. Mais toujours dans une bonne position. Je pense que nous sommes contents de comment la saison a commencé. Je pense que nous sommes dans une bonne bataille de qualifications avec Aston, Mercedes, c’est très serré et même le week-end dernier devant Ferrari, mais je pense que l'ordre est encore clair. Et je pense que dans les courses nous avons fait du bon travail. Pas aussi bien que Red Bull et Ferrari, mais je suis devant Aston et Mercedes. Donc je pense que nous sommes dans une bonne situation. Ce n'était pas un grand circuit pour nous en 2019 mais beaucoup de choses ont changé depuis lors. Donc je suis optimiste, nous pouvons passer un bon week-end."

Que redoute Norris, notamment en Chine ? "Les longs virages. Juste, comme, le Virage 1. Oui, ce type de virage n'est simplement pas bon pour nous. Similaire à, disons, Zandvoort, ce genre d'expérience pour nous. Donc oui, nous avons quelques choses à essayer. Et nous essayons constamment d'améliorer ces zones. Mais c'est une zone que nous savons être l'une de nos plus grandes faiblesses, et peut-être que nous pouvons nous en sortir en qualifications mais surtout en course, cela devient un problème plus important pour nous."

Suite aux frustrations du Japon, le directeur de l'écurie, Andrea Stella, a indiqué que l'équipe pouvait gagner cette année. Norris, qui n'est jamais monté sur la plus haute marche du podium en F1, pense-t-il que ça va arriver ? "Pas de sitôt, c'est sûr. Je pense que nous pouvons. Au bon endroit, au bon moment, si nous améliorons la voiture comme nous en avons besoin. Honnêtement, il n'y avait pas trop de frustrations à Suzuka. Je pense que tout s'est déroulé à peu près comme prévu. Je ne pense pas que nous ayons fait un travail parfait et je pense que nous aurions probablement dû terminer une place plus haut, potentiellement. Mais je ne pense pas que c'était loin. Nous avons été à la même place toute la saison. Nous avons été derrière Red Bull, nous avons été derrière Ferrari et nous avons été un peu une marche devant les deux autres équipes en course. Et c'est exactement comme s'est déroulé le week-end dernier. Donc je ne pense pas qu'il y ait trop de frustrations. Mais nous connaissons les problèmes, nous savons ce que nous devons améliorer. Et si nous pouvons les améliorer. Je pense qu'Andrea a raison. Je pense que nous pouvons gagner des courses cette année. Et nous pouvons être compétitifs avec ces deux autres équipes devant nous. Mais c'est un "si". Et vous savez, nous devons travailler dur pour améliorer la voiture dans certaines de ces zones, qui ont été un grand défi pour nous au cours des dernières années, pas seulement pour des années, mais de nombreuses années. Mais si nous pouvons, alors je suis confiant que nous pouvons avoir de bonnes courses."

Charles LECLERC | Ferrari
FIA

Charles Leclerc "pense que le niveau de confiance est assez stable depuis le début de la saison". Ainsi, que prédit-il pour Ferrari en ce week-end chinois ? "Sur le papier, je pense que c'est un circuit où nous pourrions être un peu plus forts par rapport à Suzuka. Mais nous allons l'aborder de la même manière. Je pense toujours que Red Bull aura l'avantage ce week-end et nous devrons juste nous concentrer sur nous-mêmes, car cela peut être très facile, comme nous l'avons vu, surtout en qualifications à Suzuka, je n'ai pas bien fait samedi et alors vous ne passez pas de quatrième à cinquième mais de quatrième à huitième. Donc, ce sera très important, surtout lors d'un week-end de Sprint, nous avons deux qualifications ce week-end pour extraire le maximum de la voiture lors des deux qualifications et ensuite en course. Je pense que nous sommes assez forts cette année."

S'attend-il à être plus proche de Red Bull sur ce circuit de Shangaï ? "Je pense que oui en course. Mais voyons voir. Évidemment, cela fait très longtemps que nous n'avons pas roulé ici, donc oui, j'ai vu que la piste avait été peinte ou il y avait quelque chose de bizarre dessus, donc cela aussi, nous devrons voir comment notre voiture se comporte là-dessus. Et quelles sont les principales limitations en course mais sur le papier, je pense que nous devrions être plus proches d'eux, oui."

Nico HÜLKENBERG | Haas
FIA

Haas amène une première mise à jour à Shangaï. Nico Hülkenberg espère "un peu de performance améliorée et renforcée". Puis il explique : "Ce n'est pas, vous savez, une mise à jour majeure et énorme, juste quelques petits détails qui semblent bons sur le papier et en théorie, mais comme toujours, vous savez, il faut les vérifier sur la piste, s'assurer que la corrélation est bonne. Mais oui, il vaut mieux avoir une mise à jour aussi tôt dans la saison dans la bataille serrée du milieu de peloton que de ne pas les avoir."

Il pense que la F1 américaine sera plus à l'aise en Chine qu'à Suzuka et que son expérience l'aidera sûrement.

Les notes de course du Grand Prix de Chine 2024 font état de ces modifications pour le circuit de Shangaï :
- Suppression des bosses au virage 1 et au virage 8 là où la piste traverse le tunnel.
- Réparation de toutes les fissures dans la voie de circulation.
- Suppression d'une bosse sur le côté droit du virage 3.
- Réparation de tous les pavés d'herbe.
- Réduction de la zone de dégagement en asphalte à la sortie du virage 10, avec du gravier derrière.
- Réduction de la zone de dégagement en asphalte au virage 12 sur le côté gauche à 1,7 m, avec du gravier derrière.
- Réduction de la zone de dégagement en asphalte au virage 16 sur le côté droit à 1,7 m, avec une bande de gravier derrière.
- Suppression de tous les vibreurs saucisses.
- Suppression de tout le gazon artificiel.
- Nouvelle barrière anti-débris au point de mesure 9.5.
- Suppression de tous les marqueurs de freinage et remplacement par de nouveaux marqueurs de freinage fixés à la clôture.

Les commissaires pour le Grand Prix de Chine 2024 : Nish Shetty, Loïc Bacquelaine, Vitantonio Liuzzi et Zheng Honghai.

George RUSSELL | Mercedes

Casque spécial #ChineseGP pour George Russell !

Alexander ALBON | Williams

Casque spécial "panda" (l’animal, pas la Fiat) en Chine pour Alex Albon.

Mercedes

Contrairement à l'année dernière, qui avait vu les équipes s'engager sur une configuration pour tout le week-end après la FP1, il y aura désormais deux périodes de parc fermé sur un week-end Sprint.

La première aura lieu avant les qualifications sprint du vendredi et durera jusqu'après la course sprint du samedi matin. Les équipes pourront ensuite apporter des modifications à leurs réglages avant les qualifications et la course elle-même. La deuxième période reste celle entre les qualifs et la course du dimanche.

"Les changements de format, y compris le deuxième parc fermé, amélioreront le rythme du week-end", a indiqué Toto Wolff, patron de l'écurie Mercedes. "Une seule heure d'essais libres nous oblige toujours à prendre des décisions correctes avec des informations imparfaites. Nous attendons avec impatience ce test."

Mercedes

Toto Wolff : "Les résultats les plus visibles ne l'ont pas montré, mais nous avons fait de solides progrès avec notre voiture au Japon."

Il veut ainsi transformer ces progrès en résultats dès ce week-end, au #ChineseGP : "Nous sommes impatients de bâtir sur cela ce week-end [à Shangaï]."

Alpine

Bruno Famin, directeur de l'écurie Alpine, avant le Grand Prix de Chine : "La dernière course au Japon a souligné l’ampleur du défi qui nous attend pour améliorer notre niveau de performance. Nous ne sommes pas là où nous le voulons et nous devons développer les performances de la voiture afin de nous battre pour des positions plus hautes. Le niveau doit être relevé dans tous les domaines pour que nous puissions nous sortir de ce moment difficile. Même s’il était bien d’apporter nos premières évolutions à Suzuka, nous devons faire plus. L’équipe a travaillé extrêmement dur et nous serons en mesure d’apporter une évolution sur une voiture ce week-end, soit une course plus tôt que prévu. Prochain rendez-vous cette semaine à Shanghai pour le premier week-end Sprint de la saison."

Haas

Ayao Komatsu a peur de la météo chinoise du vendredi, pour la seule séance d'essais libres du premier week-end de la saison : "À Shanghai, nous allons également présenter la toute première partie de notre package de mise à niveau que nous attendons avec impatience. Cependant, si c'est mouillé, nous ne pouvons pas apprendre grand-chose, mais chaque petit plus d'appui aérodynamique aide, donc cela devrait être positif. Si le temps est sec, nous aimerions passer la séance à essayer de préparer la voiture pour le package aéro, donc il y a beaucoup à faire."

Le retour du Grand Prix de Chine est l'occasion pour Pirelli de dresser un petit récapitulatif de reprise.

Voici la traduction du communiqué de Pirelli :

"Toutes les 16 éditions se sont déroulées sur le circuit international de Shanghai, conçu par Hermann Tilke, dont le tracé est vaguement basé sur le caractère chinois 'shang', signifiant 'là-haut'. La piste, longue de 5,451 kilomètres, comprend 16 virages, dont beaucoup sont très lents, par exemple la section des virages 1 à 3 et de 6 à 14, tandis que d'autres sont à haute vitesse, comme les esses entre les virages 7 et 8. Il y a deux longues lignes droites, toutes deux utilisées comme zone DRS, l'une sur la ligne droite de départ-arrivée et l'autre sur la ligne droite arrière de plus d'un kilomètre, à partir du virage 13, qui est légèrement incliné vers le virage 14.

Selon les simulations et les données passées, les pneus sont soumis ici à des forces latérales et longitudinales qui se situent dans la catégorie moyenne, avec l'extérieur du pneu, surtout du côté gauche de la voiture, qui s'use le plus. Le trio de pneus choisi en hiver pour Shanghai est dans la gamme moyenne, avec le C2 en tant que Hard, le C3 comme Medium et le C4 comme Soft. Nominalement, c'est la même sélection qu'en 2019 mais le scénario est très différent. Il y a cinq ans, les pneus de 13 pouces étaient encore utilisés, montés sur la génération précédente de voitures, qui avait un plancher plat et une aérodynamique complètement différente de celle des voitures actuelles. En fait, pour les pilotes, les équipes et en effet pour Pirelli, c'est presque une question de repartir de zéro, étant donné que les références sont très vagues.

La situation est encore compliquée par le fait que le Grand Prix de Chine est le premier des six événements de cette saison à adopter le format Sprint, qui a lui-même été légèrement modifié cette année en termes d'ordre des sessions. Les essais libres et les qualifications Sprint ont lieu le vendredi, la course Sprint et les qualifications le samedi, avec le Grand Prix, comme toujours, le dimanche. Le parc fermé a également été modifié, de sorte qu'il est maintenant divisé en deux parties : une qui couvre les qualifications et la course Sprint et l'autre qui commence avant les qualifications du samedi après-midi.

Cela signifie qu'il n'y a qu'une heure d'essais libres le vendredi pour trouver le bon réglage pour les voitures et, surtout, pour évaluer les pneus sur un long parcours sur une piste qui sera inévitablement loin d'être dans des conditions optimales. Il est probable que, en termes d'adhérence, l'évolution de la piste qui n'a pas changé depuis 2019 et qui a été très peu utilisée depuis lors, sera très significative, au fur et à mesure que les voitures gommeront la surface. Cela signifie que le travail dans le simulateur prend une importance encore plus grande pour les pilotes et les ingénieurs, à la fois en amont de l'événement et pendant celui-ci.

Le format Sprint signifie également une allocation différente de pneus secs, passant de 13 jeux à 12 (deux Hard, quatre Medium et six Soft) tandis que le nombre de jeux pour temps humide reste le même (cinq Intermédiaire et deux Extrême Wet). Avril à Shanghai peut connaître un changement marqué des températures avec des variations d'environ 10 °C, ce qui ajoute une autre variable au casse-tête que les équipes et les pilotes doivent assembler. Habituellement, le Grand Prix de Chine est une course à deux arrêts, en partie parce qu'il y a plusieurs endroits où il est possible de dépasser, comme au freinage dans le virage 14 puis sur la ligne droite principale et au freinage dans le virage 6. Comme c'était le cas à Suzuka, l'undercut est généralement très efficace à Shanghai."

Guanyu ZHOU | Sauber

Le casque spécial #ChineseGP du local de l’étape, un certain Zhou Guanyu.

FIA

Le retour en Chine après une période 2020-2023 sans Grand Prix, qui plus est pour un week-end Sprint est matière à discussions... Une seule séance d'essais libres, ce format de course, une piste resurfacée, qu'en pensent Max Verstappen, Checo Pérez et Carlos Sainz ?

Max Verstappen : "Oui, c'est très intelligent de faire ça [ironie, ndlr]. Je pense que ce n'est pas génial, disons-le comme ça, de faire ça. Parce que quand vous avez été absent d'un circuit pendant un certain temps, je pense que vous ne savez jamais ce que vous allez vivre, n'est-ce pas ? Donc, cela aurait été mieux d'avoir un week-end de course normal là-bas. Mais d'un autre côté, cela pimente probablement un peu plus les choses, et c'est peut-être ce qu'ils aimeraient voir. Mais oui, purement d'un point de vue de la conduite, de la performance du sport, je pense que ce n'est pas la chose la plus intelligente à faire. Mais bon, nous verrons ce que nous obtiendrons là-bas. Je veux dire, j'ai toujours aimé conduire là-bas. Donc, espérons que nous puissions démarrer aussi bien que possible, et espérons que nous n'aurons pas à peaufiner trop de choses sur la voiture."

Sergio Pérez : "Oui, j'espère juste qu'il n'y aura pas de problèmes avec le circuit, avec des plaques de drainage, des problèmes comme ça. Cela nous mettrait juste hors jeu. Mais je pense pour le spectacle, probablement que c'est une bonne chose. Mais je pense que du côté de la préparation, cela va définitivement être l'un de ceux qui seront vraiment difficiles parce que, je veux dire, je n'ai jamais couru là-bas, par exemple avec Red Bull donc il y aura beaucoup à faire dans une seule séance d'essais."

Carlos Sainz : "Oui, je pense qu'il y a deux sujets différents. Je pense que la Chine en tant que circuit de course est un excellent choix. Je pense que c'est l'un de nos préférés pour tout le monde. C'est juste un excellent circuit de course et un circuit qui offre une bonne possibilité de dépassement, donc un Sprint a du sens à avoir là-bas. En même temps, c'est ce que nous avons dit lors du briefing des pilotes, nous disons à la FIA et à la Formule 1, avec ce type de voitures aller sur un circuit avec une heure de pratique et directement en qualifications, avec les réglementations qu'ils nous imposent, avec l'usure du plancher et des choses comme ça, et comment un seul bosse pourrait rendre la voiture délicate, je pense que ce n'est pas un bon choix de choisir de mettre le Sprint après une absence de quatre ou cinq ans. Nous avons également entendu dire qu'il y avait eu du resurfaçage, donc peut-être un Istanbul 2.0 en perspective ! Oui, j'espère que non. Donc oui, cela montre juste l'incertitude. Peut-être pour vous, à la maison, c'est excitant, mais pour les ingénieurs et les pilotes, c'est quelque chose que, à mon avis, nous ne devrions pas prendre le risque et avoir un week-end normal."

Carlos SAINZ | Ferrari
FIA

Même si la Ferrari a l'air solide en ce moment, Carlos Sainz ne s'attend pas à des miracles en Chine : "Je pense que ça va être un week-end difficile pour tout le monde. Je pense que se lancer dans un sprint sur une piste que nous n'avons pas foulée depuis quatre ou cinq ans, avec seulement une heure d'entraînement, va être un défi. Il pourrait également être refait à neuf, donc ce sera une bonne chose. Ouais, prenons quelques bonnes semaines pour continuer à nous entraîner et à récupérer, et j'arriverai en Chine à fond."

Et Max Verstappen, malgré sa Red Bull dominante, plussoie : "Ca va être assez mouvementé de toute façon avec le week-end Sprint. Mais bien sûr, nous n’y sommes pas allés depuis un moment. Alors oui, une seule séance d’essais libres pour vraiment s’y remettre. Je pense donc que ce sera très intéressant."

Initialement prévue pour l'Europe, la première mise à jour de la Haas VF-24 arrivera finalement pour le Grand Prix de Chine. Comme c'est pour la prochaine course et par manque de temps, seulement une des deux voitures sera équipée de ces nouvelles pièces.

Notons cependant qu'il y aura deux exemplaires de ce kit. L'approche d'équiper une seule des monoplaces est expliquée par Ayao Komatsu, team principal Haas : "Si tu équipes les deux voitures sans pièces de rechange, il suffit d'un accident, et le pilote doit partir depuis la voie des stands [coucou Sauber, cf. pénalité de Zhou à Melbourne]. Le remplacement serait alors l'ancienne version, ce qui signifierait un changement de spécification."

Et Komatsu, propos rapportés par AMuS, développe son approche par rapport à la concurrence : "Nous avons toujours la plus petite équipe. Les autres nous battront en termes de quantité de niveaux de développement. Nous devons essayer de tirer le meilleur parti de nos améliorations."

Et comment obtenir plus de moyens ? Séduire son propriétaire ! "Gene [Haas] m'a promis : Vous pourriez obtenir plus d'argent si vous me prouvez que vous utilisez efficacement l'argent que vous avez. Il nous incombe désormais de lui donner la confiance que nous investissons son argent de manière judicieuse."

Pour le retour de la F1 à Shanghai, Pirelli a opté pour les pneus C2 à C4, constituant la sélection intermédiaire en termes de tendreté de la gomme.