Lors de la conférence de presse post-Grand Prix de Miami, Ronald Vording, pour Motorsport.com, a demandé à Max Verstappen s'il pensait que Lando Norris aurait aussi pu gagner la course sans un arrêt au stand gratuit (via la voiture de sécurité) vu sa vitesse avec les pneus durs.

Max Verstappen : "Honnêtement, je ne connais pas l'écart avant la voiture de sécurité. Quelle était la distance entre nous ?"

Lando Norris : "Cela aurait été difficile. J'aurais dû dépasser deux Ferrari, une Red Bull, Oscar. Oscar faisait un très bon travail, donc chapeau à lui…"

Max Verstappen : "Je veux dire, c'est toujours des si, des si, des si, n'est-ce pas ? Si ma mère avait des couilles, elle serait mon père. Donc, oui. C'est comme ça en course. Parfois, ça marche pour toi, parfois non."

Il y a 12 h

Nouvelles pièces de boîte de vitesses pour Leclerc, au cœur du week-end à Imola.

Il y a 9 h

Nouvel échappement pour Ocon.

Il y a 9 h

Résultats de la troisième séance des essais libres à Imola.

Il y a 8 h

Poster spécial Imola 2024 pour Red Bull.

Il y a 7 h

Septième pole position (égal de Prost) depuis le début de la saison, la huitième à la suite (égal de Senna) pour Max Verstappen. Piastri et Norris, juste derrière avec les Ferrari en embuscade.

Il y a 5 h

Max Verstappen à la radio de l'équipe après avoir décroché la pole position à Imola :

Gianpiero Lambiase : « Ça, c'est une pole position durement gagnée, Max. »

Max : « HA, let's go !!! C'est vraiment une très bonne pole position ! On a vraiment renversé la situation [We fucking turned it around] ! »

Il y a 4 h

Max Verstappen s'exprimant au micro de la F1 après avoir décroché la pole position pour le Grand Prix d'Émilie-Romagne : "Un week-end difficile jusqu'à présent, même ce matin. Infiniment heureux d'être en pole ici. Je ne m'y attendais pas. Nous avons fait quelques changements de dernière minute avant les qualifications et ils ont semblé améliorer les sensations. J'ai pu pousser plus fort. Ce circuit est incroyable. Être à la limite ici en qualifications, près du gravier, j'ai touché le gravier dans le dernier virage. L'adrénaline est très, très forte."

À propos de l'égalisation du record d'Ayrton Senna avec huit poles consécutives : "C'est un excellent début d'année et très spécial. Cela fait 30 ans qu'il est décédé, donc je suis très heureux d'obtenir la pole et d'une certaine manière, c'est un bel hommage pour lui. C'était un pilote de F1 incroyable, surtout en qualifications. Une grande journée pour lui, une grande journée pour l'équipe. Je suis très, très heureux."

Il y a 4 h

S'exprimant au micro de la F1, Oscar Piastri de McLaren après s'être qualifié deuxième : "C'était plutôt bien, un peu brouillon dans le dernier virage, mais ici c'est tellement difficile de faire un tour parfait. Donc, je suis vraiment content. Je me suis senti très à l'aise avec la voiture dès qu'on l'a mise en piste hier. Tellement, tellement près de la pole, mais très heureux. Ça faisait un petit moment que je n'étais pas remonté jusqu'ici [à cette position]."

Et pour la course ? "On verra ce qu'on peut faire demain. Je pense que nous avons été définitivement dans le rythme tout le week-end. On ne peut jamais écarter Max et Red Bull bien sûr, comme nous venons de le voir, mais je pense que la confiance est haute. Bien sûr, ce n'est pas la piste la plus facile pour dépasser, mais la confiance est élevée que nous pouvons faire quelque chose de bien."

Il y a 4 h

Lando Norris s'exprimant au micro de la F1 après s'être qualifié troisième pour le Grand Prix d'Émilie-Romagne : "P3, ce n'est pas du tout un mauvais résultat. À un dixième de la P1 pour nous deux. Des marges infimes, mais pour nous en tant qu'équipe, nous avons passé un excellent week-end. Oscar a fait un excellent travail et Max aussi."

Et Norris, fraîchement sacré vainqueur de Grand Prix a hâte d'en découdre en course : "Excitant. J'ai hâte d'être à demain. Nous nous rapprochons. Être devant Ferrari est aussi un bon résultat pour nous. Ça va être serré, la course de demain va être intéressante. J'espère que ce sera une course excitante. Difficile, surtout quand les temps au tour sont si proches. Beaucoup de choses se jouent sur le premier tour, la stratégie et les arrêts aux stands. Ça va être une course difficile."

Il y a 4 h

Checo Pérez s'est expliqué au micro de Sky Sports F1 après une décevante onzième position en qualifs du Grand Prix d'Émilie-Romagne : "Nous avons beaucoup joué avec les réglages de la voiture. En entrant en qualifications avec des marges étroites, j'ai mal commencé la Q1 car j'ai fait un mauvais tour, mais finalement nous étions en sécurité. Cela signifiait que nous avons commencé la Q2 avec des pneus usés. Une fois que nous avons mis les nouveaux pneus lors du deuxième run, j'ai été surpris de gagner beaucoup d'adhérence à l'arrière et cela m'a perturbé. En arrivant au virage sept, je suis allé tout droit et j'ai perdu deux dixièmes et demi. Je pense que nous avons fait de bons progrès avec la voiture, comme Max l'a montré, mais malheureusement, de mon côté, je n'ai pas pu le montrer en Q3. Je pense que si nous marquons un bon nombre de points demain et minimisons les dégâts, ce sera très important."

Il y a 4 h

Lewis Hamilton s'exprimant au micro de Sky Sports F1 après s'être qualifié huitième pour le Grand Prix d'Émilie-Romagne : "La journée a été plus difficile qu'hier mais je me suis quand même amusé. J'adore les qualifications. Le samedi est toujours une journée amusante, mais cela a été une lutte pour moi les samedis."

Sur les potentielles difficultés en course : "Si l'équilibre est comme ça, je ne sais pas. Notre voiture est sur le fil du rasoir. Nous faisons les plus petits changements d'une session à l'autre, essayant d'éviter les gros changements que nous avons faits par le passé. Hier, ça s'est très bien passé, les améliorations se sentaient bien sur la piste. Pour nous en général, en arrivant aujourd'hui, on avait l'impression d'un manque d'adhérence à l'arrière, puis en qualifications, l'arrière était beaucoup plus instable que lors des sessions précédentes. Tout ce que vous pouvez faire est d'essayer de le combattre quand vous êtes sur la piste. Mais les températures des pneus arrière finissent par augmenter tout au long du tour, donc la voiture glissait plus et une fois arrivé au dernier virage, la voiture semblait très différente."

Il y a 4 h

Toto Wolff (directeur de l'équipe Mercedes) s'exprimant au micro de Sky Sports F1 : "Je pense que lorsqu'on regarde l'écart avec les premiers, il y a du progrès. Quatre dixièmes de seconde... nous devons faire mieux. Ça va dans la bonne direction et même si la sixième place n'est pas suffisante, nous avançons petit à petit."

À propos de la qualification de Lewis Hamilton en huitième position : "Il ne se sent pas bien avec la voiture aujourd'hui. Il ne ressent pas l'adhérence."

Il y a 4 h

Piastri pénalisé de trois places sur la grille de départ du Grand Prix d'Emilie-Romagne !!!

Oscar Piastri et Kevin Magnussen ont recontré les commissaires pour discuter de l'accusation selon laquelle le pilote McLaren aurait gêné la Haas numéro 20 en Q1.

Il en est ressorti que Piastri, sortant des stands, a gêné Magnussen qui était sur un tour rapide à la chicane des virages 2 et 3. L'équipe de Piastri, McLaren, n'a pas averti à temps de l'arrivée rapide de Magnussen, causant ainsi une "gêne inutile". Les commissaires ont accepté que Piastri ne pouvait pas voir Magnussen en raison de la configuration du circuit, mais ont déterminé que le manque d'avertissement suffisant de son équipe était la cause principale de l'incident.

Avant le rendez-vous à la FIA, le jeune Australien expliquait à Sky Sports F1 : "Je ne l'ai pas vu, donc je dois aller vérifier. J'ai regardé dans le rétroviseur et je n'ai vu personne arriver. Ici, vous arrivez avec une telle différence de vitesse. J'ai regardé longtemps, je n'ai vu personne, et on m'a dit assez tard qu'il était en tour rapide. J'ai essayé de m'écarter mais il avait peu d'options à ce moment-là."

Traduction exhaustive de l'explication des commissaires : "Les commissaires ont entendu le pilote de la voiture 81 (Oscar Piastri), le pilote de la voiture 20 (Kevin Magnussen), les représentants des équipes et ont examiné les données du système de positionnement/marshalling, les vidéos, les télémétries fournies par les équipes, la radio de l'équipe et les preuves vidéo embarquées. Piastri sortait des stands et Magnussen était sur un tour rapide. Piastri a gêné Magnussen à la chicane des virages 2 et 3.

Les commissaires ont accepté l'explication de Piastri selon laquelle, en raison de la configuration du circuit à cet endroit, il ne pouvait pas voir Magnussen avant qu'il ne soit trop tard, moment auquel il a tenté d'accélérer pour s'éloigner de Magnussen le plus rapidement possible. Magnussen a reconnu qu'il était difficile pour les pilotes de voir les voitures derrière eux dans de nombreuses portions du circuit, y compris ici.

Cependant, les commissaires ont examiné la radio de l'équipe et ont constaté que l'équipe de Piastri ne l'avait pas averti de l'arrivée rapide de Magnussen jusqu'à ce que celui-ci soit trop proche pour que Piastri puisse faire quoi que ce soit pour éviter de gêner en toute sécurité. En fait, il y avait une différence de vitesse d'environ 140 km/h et Magnussen n'était qu'à environ 40-50 m derrière au moment où Piastri se trouvait au milieu de la chicane lorsque Magnussen l'a rattrapé. De plus, il était clair que Magnussen était sur un tour rapide depuis sa sortie du virage 19.

Les commissaires ont également examiné où d'autres pilotes ont été avertis de l'arrivée de voitures et c'était beaucoup plus tôt, leur permettant d'éviter de gêner au virage 2/3. La gestion du trafic pour les voitures plus lentes est une partie extrêmement importante de la combinaison équipe/pilote, en particulier en Q1. Dans ce cas, les commissaires déterminent que le manque d'avertissement suffisant a causé une 'gêne inutile'."

Il y a 3 h

Classement final des qualifs du Grand Prix d'Emilie-Romagne 2024.

Il y a 2 h

Grille de départ provisoire pour le Grand Prix d'Emilie-Romagne cru 2024.

Il y a 2 h

Détails sur le Grand Prix de F1 de Japon 2024

 Retour à la saison 2024

 Japon | Suzuka

 
Pneus
C1
C2
C3
Japon
Course 4/24
FP1 05/04/2024 04:30
FP2 05/04/2024 08:00
FP3 06/04/2024 04:30
Qualifications 06/04/2024 08:00
Course 07/04/2024 07:00

 FALC (Faits à la con)

Premier Grand Prix du Japon organisé en avril, saison des cerisiers en fleur.
La grande majorité du premier secteur à Suzuka est composée de virages. Du T1 jusqu'à la sortie du T7, le volant est presque constamment en mouvement sur près de 2 km du tour.
Seulement 1,2 km du tour est effectué en ligne droite. La plupart des 5,807 km voient une certaine force g latérale s'exercer sur la voiture.
Le 130R est l'un des virages les plus rapides de la F1, pris à 295 km/h. Le virage 11, quant à lui, est l'un des plus lents à 60 km/h.

 Les données sur le circuit

 Infos générales

Premier Grand Prix : 1987
Sens : horaire
Nombre de tours : 53
Nombre de zones DRS : 1

 Distances

Longueur du circuit : 5.807 km

Ou encore... 43 336 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

Longueur de la course : 307.471 km

Ou encore... 2 294 560 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

 Virages

Nombre de virages : 18
Nombre de virages à gauche : 8
Nombre de virages à droite : 10

 Les stands

Vitesse limite dans les stands : 80 km/h
Distance d'allée des stands sous limiteur de vitesse : 398.00 m
Temps nécessaire pour purger un Drive-Through : 17.91 s

 Chronos

Tour en course le plus rapide : 1:30.983 (Lewis Hamilton, 2019)
Tour le plus rapide : 1:27.064 (Sebastian Vettel, 2019)

 Pole position

Côté de la pole position : gauche
Distance de la pole au premier freinage : 276.80 m

 Accélérateur et boîte de vitesses

Temps à pleine charge : 65 %
Distance à pleine charge : 73 %
Consommation d'essence : faible
Nombre de changements de vitesses en un tour : 46

Données F1 et Mercedes-AMG F1 Team, aucune affiliation ou autre. Ces données étaient valables avant que le Grand Prix de F1 ne se déroule.
Les éléments ont pu évoluer après le week-end de course : changement de tracé, nouveau record et etc.

 Les données pneumatiques Pirelli

 Pressions minimale de départ des slicks

Avant : 25.0 psi
Arrière : 23.0 psi

 Limites de carrossage

Avant : -2.75°
Arrière : -1.50°

 Pneumatique et piste

Evolution de la piste (FP1 aux qualifs) : moyenne
Abrasion de l'asphalte : 4/5

 Résultats du Grand Prix de F1 de Japon 2024

Pos. Pilote (Constructeur) Temps Pos. grille Gain/perte pos.* Vitesse moyenne Meilleur tour Points
1 M.Max VERSTAPPEN (Red Bull) 1:54:23.566 1   223.093 km/h 1:33.706 (T.50) 26
2 S.Sergio PÉREZ (Red Bull) +12.535 2   222.525 km/h 1:33.945 (T.35) 18
3 C.Carlos SAINZ (Ferrari) +20.866 4   1 222.772 km/h 1:33.841 (T.46) 15
4 C.Charles LECLERC (Ferrari) +26.522 8   4 219.952 km/h 1:35.044 (T.53) 12
5 L.Lando NORRIS (McLaren) +29.700 3   2 219.624 km/h 1:35.186 (T.1) 10
6 F.Fernando ALONSO (Aston Martin) +44.272 5   1 220.691 km/h 1:34.726 (T.53) 8
7 G.George RUSSELL (Mercedes) +45.951 9   2 221.444 km/h 1:34.404 (T.39) 6
8 O.Oscar PIASTRI (McLaren) +47.525 6   2 220.514 km/h 1:34.802 (T.1) 4
9 L.Lewis HAMILTON (Mercedes) +48.626 7   2 222.509 km/h 1:33.952 (T.41) 2
10 Y.Yuki TSUNODA (Visa CashApp RB) +1 tour (T.52) 10   216.989 km/h 1:36.342 (T.51) 1
11 N.Nico HÜLKENBERG (Haas) +1 tour (T.52) 12   1 219.304 km/h 1:35.325 (T.52)
12 L.Lance STROLL (Aston Martin) +1 tour (T.52) 16   4 218.221 km/h 1:35.798 (T.41)
13 K.Kevin MAGNUSSEN (Haas) +1 tour (T.52) 18   5 216.289 km/h 1:36.654 (T.24)
14 V.Valtteri BOTTAS (Sauber) +1 tour (T.52) 13   1 216.392 km/h 1:36.608 (T.25)
15 E.Esteban OCON (Alpine) +1 tour (T.52) 15   217.237 km/h 1:36.232 (T.52)
16 P.Pierre GASLY (Alpine) +1 tour (T.52) 17   1 216.315 km/h 1:36.642 (T.48)
17 L.Logan SARGEANT (Williams) +1 tour (T.52) 19   2 220.286 km/h 1:34.900 (T.43)
Ab G.Guanyu ZHOU (Sauber) Boîte de vitesses (T.12) 20 215.162 km/h 1:37.160 (T.9)
Ab D.Daniel RICCIARDO (Visa CashApp RB) Accident (T.0) 11 N/A N/A
Ab A.Alexander ALBON (Williams) Accident (T.0) 14 N/A N/A

Les actus concernant le Grand Prix de F1 de Japon 2024

Les brefs concernant le Grand Prix de F1 de Japon 2024

Lewis HAMILTON | Mercedes

Dinguerie de Lewis Hamilton au Japon avec une Nissan Skyline GT-R, volet 2 !!!

Carlos SAINZ | Ferrari

Carlos Sainz semble être très en forme en ce début de saison. Sursaut d'orgueil vis-à-vis de son remplacement chez Ferrari ? Meilleur niveau de pilotage de la part de l'Espagnol ? Le numéro 55 a une réponse : "Nous avons simplement amélioré la voiture. Et oui, les gens peuvent aussi penser, tu sais, que je suis dans une meilleure dynamique de pilotage et tout ça, mais la réalité est qu'en Formule 1, une voiture est très importante aussi, tu sais, avoir une bonne voiture."

"Et aussi cette année, je suis dans une très bonne dynamique. Je conduis à un niveau élevé, mais en même temps, avoir une voiture qui te permet simplement d'aller un peu plus loin, de te permettre d'être un peu plus proche dans l'air sale et de jouer un peu plus avec la stratégie, cela te permet simplement de briller un peu plus, tu sais, et c'est pourquoi c'est important dans la carrière d'un pilote aussi d'être dans une voiture, parce que l'année dernière dans les courses on avait l'impression qu'on régressait toujours, qu'on se défendait tout le temps."

"On était terrible avec la gestion des pneus et c'était difficile de faire de bonnes courses. Cette année, soudainement trois courses [ayant raté Djeddah], deux podiums [techniquement trois puisque Sainz est monté sur le podium à Bahreïn, en Australie et au Japon, ndlr], beaucoup de dépassements, une victoire. C'est une image complètement différente. Cela montre que dans ce sport cela est très important aussi."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Toto Wolff a récemment déclaré que Verstappen, avec sa machine et son talent, ne sera pas rattrapable cette saison. Le principal intéressé nuance néanmoins ces propos, en disant qu'il prend les courses les unes après les autres parce qu'il y aura des circuits où ils n'auront pas forcément un avantage aussi fort qu'attendu.

Carlos Sainz a alors donné son avis : "Je pense qu'ils [Red Bull] auront certainement un avantage dans le premier tiers de la saison jusqu'à ce que nous apportions une ou deux améliorations qui nous permettent de les combattre plus régulièrement, mais d'ici là, il est peut-être un peu tard compte tenu de l'avantage qu'ils pourraient avoir dans le championnat. Entre temps, il nous faut plus d'Australies [cf. l'abandon de Max sur problème de frein] ! Ce que je ne vois pas Red Bull, en tant qu'équipe, commettre très souvent, non. Dommage, parce que j'ai aussi manqué une course, ce qui, pour l'équipe et moi, pourrait coûter cher dans le championnat. Nous concourons dans une course de moins, mais en même temps, nous allons donner le meilleur de nous-mêmes. C'est aussi ma dernière année chez Ferrari, donc oui, rien à perdre et nous allons tout essayer pour remonter."

Carlos SAINZ | Ferrari

Le rythme de course des Ferrari semble s'être grandement amélioré par rapport à celui que subissaient les pilotes de la Scuderia l'an passé. Carlos Sainz a expliqué qu'il avait une certaine confiance en se lançant au GP du Japon : "On savait plus ou moins que notre rythme en course était meilleur que notre rythme en qualifications. Probablement toujours pas suffisant pour envisager une victoire car, évidemment, partir en P4 et vu à quel point le rythme de course de la Red Bull est bon, il est presque impossible de penser à une victoire, mais j'espérais atteindre un podium que nous avons finalement réussi à obtenir, même si c'était une course très difficile, très stratégique. Les conditions de piste ont beaucoup changé pendant la course. Nous sommes passés d'une piste très ensoleillée que nous n'avions pas eu tout le week-end à une piste très nuageuse. La dégradation a beaucoup diminué et on pouvait beaucoup plus pousser sur les pneus à mi-course. Et oui, cela a pas mal changé toute la situation. À un moment, je pensais que le podium n'était pas possible, mais ensuite, avec un nouveau Pneu Dur, le rythme était mega et j'ai pu revenir sur le podium."

La Ferrari a fait des progrès en course mais l'écurie en tant que telle s'est aussi améliorée en ce qui concerne les stratégies. Et l'Espagnol trouve que cette sensation est satisfaisante : "Nous avons exactement amélioré la voiture là où nous voulions l'améliorer, et Suzuka le prouve. Cependant, dans des endroits comme Suzuka, nous ne sommes pas aussi rapides que la Red Bull, qui est la référence, mais dès que nous apportons une bonne mise à jour à la voiture qui va dans la bonne direction, espérons que cela peut nous rapprocher. Mais oui, nous nous sommes améliorés partout, et surtout en rythme de course. Cela nous permet également d'avoir plus de flexibilité stratégique, ce que nous n'avions pas l'année dernière. Cela me permet d'aller de l'avant dans les courses et au lieu de regarder constamment dans mes rétroviseurs pour me décaler avec la stratégie et ensuite dépasser les gens, ce qui est quelque chose qui n'était à aucun moment envisageable l'année dernière. Donc, content et cela me fait plus apprécier les courses."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Au GP du Japon, Max Verstappen a effectué des choix de réglage qui ont semblé déplaire à son ingénieur, Gianpiero Lambiase, qui est intervenu à la radio pour dire : "Je ne veux pas dire que je te l'avais bien dit". Il a été demandé au Néerlandais d'expliquer cette intervention : "Nous avons eu, enfin, pas une dispute, mais il était du style, 'es-tu sûr que tu veux faire ça ?' Et moi du style, 'oui, je suis assez sûr'. Il s'est avéré que j'avais tort. Donc, il avait raison. Mais d'une certaine manière, cela me stimule aussi, parce que je me dis, OK, même si je ne suis pas entièrement satisfait de l'équilibre maintenant, je vais quand même essayer d'être aussi constant que possible sans lui crier dessus. Mais nous avons une excellente relation. Et oui, cela fonctionne bien comme ça."

Préalablement, Verstappen expliquait son feeling en course : "Il m'a fallu quelques tours pour m'adapter un peu à la voiture, mais je pense que nous avons apporté de bons changements à la voiture avant d'entrer en qualifications, ce qui a ensuite aidé, tu sais, aujourd'hui. Donc, oui, en gros après le premier relais, quelques petits ajustements ont été faits à la voiture et cela m'a aidé à me sentir encore plus à l'aise et chaque fois que j'avais besoin d'accélérer, je pouvais. Chaque fois que j'avais besoin de prendre soin de mes pneus, je pouvais. C'est toujours une très agréable sensation d'avoir cela une fois que tu conduis. Pneus medium, pneus durs... Peut-être que les pneus durs se sentaient un peu mieux, mais dans l'ensemble, sur les deux côtés, je pense que nous étions très compétitifs."

FIA

A la fin du Grand Prix du Japon où il a terminé second, Checo Pérez dresse un bilan de son début de saison 2024 : "Je pense que nous sommes dans une bonne dynamique. Je pense que si vous vous souvenez de l'année dernière, c'était probablement mon pire week-end. Donc je pense que si nous sommes forts dans des endroits comme celui-ci avec beaucoup de contenu à haute vitesse, à vitesse moyenne, je pense que nous pouvons être forts ailleurs. Et oui, ça a été un bon week-end."

Lance STROLL | Aston Martin

Finissant hors des points et auteur d'une remarque acerbe sur la vitesse de sa monoplace, Lance Stroll dresse le bilan d'un dimanche décevant : "C'était une course difficile aujourd'hui. Partir de la P16 signifiait que nous avions une stratégie compromise et que nous avons eu du mal à trouver de l'air propre. Nous manquions également de la vitesse en ligne droite dont nous avions besoin. Cependant, j'ai réussi quelques bons dépassements au virage 6, ce qui a rendu la course amusante. Nous espérions rattraper Yuki [Tsunoda] pour la P10, mais les pneus tendres n'avaient tout simplement pas l'adhérence vers la fin de la course, donc c'était décevant de ne pas finir dans les points. Nous allons prendre ces enseignements pour la Chine dans quelques semaines."

Fernando ALONSO | Aston Martin

Le samouraï Alonso s'est exprimé après sa course japonaise : "Ce fut un excellent week-end pour moi avec une cinquième position en qualifications hier et une sixième place dans la course. C'était l'un de mes meilleurs depuis longtemps. Je pense que nous avons légèrement surpassé notre vraie position ce week-end, mais nous exécutons nos courses très bien cette saison et marquons de bons points pour l'équipe. Notre plan pour aujourd'hui a bien fonctionné et un merci spécial pour les arrêts aux stands qui étaient très impressionnants, donc tout le crédit va à toute l'équipe pour cela. Nous devons encore analyser notre paquet de mises à jour, donc nous examinerons toutes nos données de ce week-end au Japon avant notre retour à Shanghai."

Alpine

Bruno Famin, directeur de l'écurie Alpine, dresse à nouveau un bilan en berne pour les Français : "Notre course a été compromise par les dégâts sur nos deux voitures lors d’un incident de course au deuxième départ arrêté. Les deux monoplaces ont subi d’importantes pertes d’appui, ce qui nous a coûté cher en performance et en temps au tour. Malgré cela, nous manquons de rythme et nous devons continuer à progresser dans tous les domaines et à améliorer la voiture."

Pierre GASLY | Alpine

Pïerre Gasly suite à son Grand Prix du Japon, terminé à la seizième position sur dix-sept voitures classées : "Nous avons malheureusement connu un très long après-midi à Suzuka. Il y a du positif, comme nos deux très bons départs arrêtés. Lors du deuxième, après le drapeau rouge, j’ai doublé la Haas, puis Esteban, avant de me retrouver à côté de Yuki [Tsunoda]. J’étais alors coincé entre les deux, d’où ce malheureux incident de course. J’avais des dommages importants sur le plancher, nous coûtant environ trente points d’appui et du temps au tour. Dès lors, la course était très compliquée et nous ne pouvions pas faire grand-chose, si ce n’est attaquer le plus possible. Nous ne sommes pas là où nous voulons être, mais c’est bien d’avoir apporté nos premières évolutions ce week-end. Nous devons continuer à développer le concept et à apporter des pièces dès que possible comme nous en avons besoin pour améliorer notre position actuelle."

Esteban OCON | Alpine

Esteban Ocon suite à une course japonaise pénible, avec des performances en retrait par rapport à celles de 2023 : "Ce n’était pas une course simple aujourd’hui. Nous avons subi quelques dégâts au départ, puis nous avons essayé différentes options stratégiques pour nous donner une chance de nous battre. Nous n’avons finalement pas été assez rapide pour rivaliser et contenir nos concurrents après la relance. C’est dommage d’avoir dû composer avec une voiture abîmée, mais je ne pense pas que cela ait changé grand-chose au tableau d’ensemble. Nous avons eu du mal avec le rythme de course par rapport aux qualifications, donc nous avons beaucoup de choses à analyser et j’espère que nous pourrons revenir plus forts pour la prochaine épreuve à Shanghai."

Le top 10 des meilleurs arrêts aux stands au Japon, publié par DHL.

Résultats finaux du Grand Prix du Japon et point sur les championnats, constructeurs et pilotes.

George RUSSELL | Mercedes

Pas d'action dans l'imbroglio Piastri-Russell.

Explication des commissaires : "Les commissaires ont entendu le pilote de la voiture 81 (Oscar Piastri), le pilote de la voiture 63 (George Russell), les représentants de l'équipe et ont examiné les preuves vidéo externes et embarquées.

Cet incident a présenté un certain nombre de défis pour parvenir à une décision. Il y a plusieurs points que, selon les critères de "niveau de confort" utilisés par la Cour Internationale d'Appel dans l'acceptation des preuves, nous acceptons comme étant des faits :
1. Que le pilote de la voiture 63 n'a pas "plongé" et était sous contrôle à l'entrée du virage 16.
2. Qu'en arrivant au virage 16, l'essieu avant de la voiture 63 était devant les rétroviseurs de la voiture 81, donc selon les normes de conduite, la voiture 63 avait droit à un "espace de course" dans le virage 16.
3. Que la voiture 63 a rebondi sur le bord intérieur du virage puis est entrée en collision avec la voiture 81 (selon les preuves photographiques présentées par la voiture 81).
4. Que le pilote de la voiture 81, ayant ressenti l'impact de la voiture 63, a pris une action évasive en quittant la piste plutôt que de risquer une autre collision avec des conséquences potentiellement plus graves.
5. Que le pilote de la voiture 63 a laissé suffisamment de place à la sortie du virage 16 pour que la voiture 81 puisse prendre le virage en restant sur la piste.
6. Que la voiture 81 a coupé la chicane et est revenue en toute sécurité sur la piste devant la voiture 63. Les normes de conduite sont cependant muettes sur l'action requise d'un pilote qui quitte la piste pour éviter une collision ou est forcé de sortir, rejoint la piste en toute sécurité et conserve sa position.

Bien que cela ne soit pas un point déterminant, nous notons que les deux pilotes et les représentants des équipes ont convenu que cet incident ne justifiait pas l'imposition d'une pénalité."

Charles LECLERC | Ferrari

Charles Leclerc s'est adressé aux micros des chaînes francophones, dont celui de Canal+, après le GP du Japon où il a terminé quatrième en partant de la huitième position sur la grille de départ : "On a vraiment bien fait avec la gestion des pneus, sur ça faut qu'on soit satisfaits. Après, bien sûr, déçu de partir seulement huitième aujourd'hui mais bon, je ne peux m'en prendre qu'à moi et à la qualif d'hier."

Par rapport au changement de positions demandé par Ferrari, sous la forme "tu te bats contre Norris, pas contre Sainz", le Monégasque n'a vraiment aucune déception et pas le moindre ressentiment, conscient de la différence de stratégie et de capital performance : "C'était normal qu'il essaie, qu'il tente sa chance. Il avait beaucoup plus de perfo à ce moment-là, on était sur une stratégie complètement différente. Donc il n'y avait pas grand-chose à faire contre Carlos à ce moment-là de la course."

Il est satisfait de sa course aujourd'hui mais il se focalise sur le bilan du week-end complet, qu'il faut tout mettre dans l'ordre pour faire mieux le samedi ("retrouver un petit peu de feeling en qualifs") avec la mise en température des pneumatiques pour optimiser la performance et la bonne gestion des pneus du dimanche.

Lando NORRIS | McLaren

Lando Norris s'est confié à Sky Sports F1 après avoir terminé cinquième au Grand Prix du Japon : "C'était une course difficile. Par rapport aux Ferrari, juste pas assez. Je pense que tout est rentré dans l'ordre en ce qui concerne Red Bull, Ferrari et nous. C'est dommage. Cela ne fait pas du bien quand on part troisième et qu'on recule. On a l'impression de mener une bataille perdue contre ces gars parce qu'ils peuvent simplement faire beaucoup plus. Ils peuvent aller plus loin et étendre et avoir un plus grand delta de pneus. C'est difficile de lutter. On a donné notre maximum et fait ce que nous pouvions. Nous avons obtenu le maximum de points à part les deux premières équipes, ce qui était tout ce que nous pouvions faire."

Sur la partie médiane de la course et son dernier arrêt : "Charles a fait du bon travail pour aller aussi loin avec un seul jeu de pneus. Cela m'a surpris que nous rentrions aux stands aussi tôt parce que cela nous a alignés sur ce que Ferrari a fait. Nous avons couvert George, ce que je pense que nous n'avions pas besoin de faire. C'est quelque chose que nous discuterons après dans le briefing. Peut-être une discussion, si nous aurions pu faire un meilleur travail pour la P4 mais c'est toujours difficile de prendre ces décisions sur le moment, donc difficile."

"Ferrari est clairement en avance. Ils ont été en avance toute l'année. Ils sont toujours en avance. Nous n'avons rien changé toute l'année, donc il n'y a aucune raison pour que nous soyons devant."

Oscar PIASTRI | McLaren

Oscar Piastri, après avoir terminé huitième au Grand Prix du Japon, s'est exprimé au micro de Sky Sports F1 : "Ce n'est vraiment pas pour les positions que j'aimerais me battre, c'est sûr. J'ai juste eu du mal avec les pneus. Je pense que nous n'avions tout simplement pas le rythme des voitures autour de nous, donc nous devons juste comprendre pourquoi un peu."

Sur sa bataille avec Russell : "Je pouvais dire par la façon dont il [Alonso] utilisait son énergie qu'il essayait de me garder dans son DRS, pour que George ne puisse pas me dépasser et l'attaquer. Je savais exactement ce qu'il faisait mais j'ai juste fait une petite erreur dans la dernière chicane, j'ai un peu bloqué les roues et c'était fini."

Bilan du week-end japonais : "Je pense qu'aujourd'hui a montré que nous avons encore du travail à faire. Nous ne sommes clairement pas encore au niveau de Ferrari, donc il faut juste trouver un peu plus. Je pense aussi pour moi, cela n'a pas été le meilleur des week-ends, donc je dois aussi regarder en interne mais je pense, c'est sûr, nous devons trouver un peu plus de rythme dans la voiture également."

Ferrari

Frédéric Vasseur, le directeur de l'équipe Ferrari, s'est exprimé au micro de la Sky sur leur performance au Grand Prix du Japon : "C'était un très bon dimanche pour l'équipe. Nous avons bien récupéré après des qualifications un peu difficiles. Nous avons eu un dimanche fort avec une bonne stratégie et une bonne gestion des pneus. Si nous voulons faire un meilleur week-end, nous devons améliorer le samedi davantage."

Sur ce qui a changé dans le département stratégique : "Une partie de cela concerne la stratégie, l'autre partie la gestion des pneus. Quand vous avez le rythme, c'est plus facile de gérer les situations. Cela vient avec la confiance. C'est beaucoup plus calme sur le mur des stands et c'est la meilleure façon de prendre une décision et tout va dans la même direction et c'est un environnement fluide. La situation est que vous devez tout mettre ensemble et quand vous commencez à aller dans la bonne direction, tout le monde pousse, tout le monde est plus calme, tout le monde est plus confiant. C'est l'opposé quand vous êtes dans une spirale négative. Nous avons fait un bon pas en avant avec la voiture pendant l'hiver et même la dernière partie de l'année dernière. Tout le monde dans l'équipe est beaucoup plus confiant et plus calme. Nous faisons un bon travail ensemble."

Lewis HAMILTON | Mercedes

Lewis Hamilton s'est exprimé au micro de Sky Sports F1 : "Je pense que j'ai subi un peu de dégâts au début avec Charles [Leclerc], il est passé par l'extérieur."

"J'avais énormément de sous-virage pendant le premier relais. Je ne pouvais pas faire tourner la voiture dans aucun des virages. C'est pourquoi j'ai laissé passer George."

Red Bull

Christian Horner, le directeur de l'équipe Red Bull, s'est exprimé au micro de Sky Sports F1 : "C'est formidable de revenir avec un doublé au Japon, la patrie de Honda. Une excellente performance, une superbe course de Max, et Checo a également montré une performance solide."

Concernant le resserrement du peloton cette année par rapport à la saison dernière : "On peut clairement voir qu'il y a une convergence, et c'est tout à fait normal lorsque les règlements restent stables. Je suis sûr que cela va seulement continuer à converger au fur et à mesure que la saison avance, donc il est important de marquer des points tôt et maintenant nous nous dirigeons vers la Chine pour le premier week-end Sprint de l'année."

Daniel RICCIARDO | Visa CashApp RB

Pour l'accident du départ entre Ricciardo et Albon, la FIA a décidé de ne pas surpénaliser les pilotes impliqués.

La raison pour laquelle aucune action supplémentaire n'a été prise est la suivante : "Les commissaires ont entendu le pilote de la voiture 3 (Daniel Ricciardo), le pilote de la voiture 23 (Alexander Albon), des représentants de l'équipe et ont examiné les données du système de positionnement/signalement, ainsi que les preuves vidéo externes et internes à la voiture. Les explications des deux conducteurs étaient alignées quant aux faits de l'incident. À l'approche du virage 3, le conducteur de la voiture 3 a remarqué la voiture 18 à sa gauche et a déclaré qu'il voulait lui laisser suffisamment de place. Il a alors regardé vers le point de corde du virage 3. Il n'a pas vu la voiture 23 à sa droite. Le conducteur de la voiture 23 a déclaré qu'il pensait pouvoir dépasser la voiture 3 par l'extérieur, dans le virage 3, mais s'est ensuite soudain rendu compte que la voiture 3 ne l'avait pas vu, a freiné mais n'a pas pu éviter le contact avec la voiture 3. Par conséquent, nous déterminons qu'il s'agit d'un incident du premier tour et décidons de ne prendre aucune mesure supplémentaire. Si cet incident s'était produit lors d'un tour ultérieur, ou sans la présence de la troisième voiture (voiture 18), une décision différente aurait été prise. "

Carlos SAINZ | Ferrari

Carlos Sainz, après avoir terminé troisième au Grand Prix du Japon : "J'ai fait une bonne course. Je suis très content car c'était assez difficile là-bas avec la dégradation des pneus, mais ensuite les nuages sont arrivés et la dégradation a beaucoup diminué et je pensais qu'un seul arrêt serait plus rapide alors que nous en avions prévu deux. J'ai dû dépasser beaucoup de voitures sur la piste. Dépasser était délicat, comme toujours à Suzuka, il faut bien négocier la dernière chicane pour avoir une bonne trajectoire vers le premier virage. J'ai pu finaliser mes dépassements mais c'était difficile."

Interrogé sur la possibilité d'atteindre le podium après son arrêt aux stands et sa sortie derrière Norris et Leclerc : "Je pensais que c'était possible mais je savais que ça serait très difficile de revenir à la troisième place étant donné la complexité de dépasser les Mercedes dans le deuxième relais et la difficulté de les suivre de près. Je savais que j'avais besoin d'un très grand avantage pour approcher Lando et Charles. Finalement, nous y sommes parvenus. J'étais rapide avec les pneus durs. J'ai vraiment aimé la sensation que m'ont donnée les pneus durs pour pousser et j'ai réussi mes dépassements pour obtenir ce podium."

Sergio PÉREZ | Red Bull

Sergio Pérez, après avoir fini deuxième au Grand Prix du Japon sur sa Red Bull : "C'était un bon week-end pour l'équipe. Tout d'abord, je pense que, évidemment, avec le départ, refaire ce restart, c’est toujours assez difficile de garder la concentration pendant une période aussi longue. Ça s'est bien passé. Mon deuxième départ était un peu meilleur, mais juste pas assez pour dépasser Max. Je pense que nous avons payé le prix [de ce restart, faisant référence à une perte de performance due à un déséquilibre de la voiture, les obligeant à changer de stratégie plus tôt que prévu, ndlr] un peu parce que nous étions un peu déséquilibrés pendant ce premier relais, ce qui signifiait que nous ne pouvions pas le maintenir en vie. Nous avons dû rentrer aux stands et nous avons été undercut par Lando, puis j'ai dû pousser trop sur ce relais en pneus mediums."

"Mais ensuite, sur le relais en pneus durs, j'étais beaucoup plus à l'aise. Le rythme est revenu. Mais je pense que j'ai un peu souffert de ce premier relais un peu déséquilibré. Je pense que nous sommes dans un bon élan. Si vous vous souvenez, ici l'année dernière était probablement mon pire week-end. Donc je pense que si nous sommes forts dans des endroits comme celui-ci avec beaucoup de virages à haute et moyenne vitesse, je pense que nous pouvons être forts partout ailleurs."

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max Verstappen, après sa victoire au Grand Prix du Japon : "C'était très agréable. Le moment critique était le départ pour rester en tête et après ça, la voiture s'est améliorée pour moi tout au long de la course, je ne sais pas si c'était dû à l'arrivée des nuages. Tout s'est bien passé - les arrêts aux stands, la stratégie. Ça n'aurait pas pu être mieux."

"La dernière course [l'Australie] était un petit accroc mais très heureux d'être de retour en haut du podium ici. Des fans géniaux et devant Honda aussi, c'est fantastique de gagner ici."

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Gianpiero Lambiase, l'ingé de Max Verstappen, à la radio après la victoire : "Beau travail, Max. Tu as assuré. Vraiment, bien joué."

Max Verstappen : "Oui ! C'était une course vraiment agréable. La voiture ne faisait que s'améliorer, pour être honnête, tout au long de la course. Bien joué, vraiment un bon résultat."

Christian Horner : "Bien joué, Max. C'était exceptionnel. Un autre doublé ici. Sur la terre natale de Honda en plus. Un week-end brillant [comme Dany, ndlr]. Dominant du début à la fin."

Daniel RICCIARDO | Visa CashApp RB

Accrochage de Ricciardo-Albon. Ricciardo ne voit pas Albon, se décale, envoie le Thaïlandais dans l’herbe, crève et les deux pilotes finissent dans les murs de pneus.

Grille de départ définitive.

Stratégies optimales selon Pirelli et le listing des pneus disponibles pour les pilotes pour la course.

George RUSSELL | Mercedes

Petite amende pour l’écurie allemande.

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max Verstappen, s'exprimant après avoir décroché la pole position pour le Grand Prix du Japon cru 2024 : "C'était assez serré à la fin. De manière générale, ce circuit est très sensible aux pneus. Le bitume est vraiment agressif et quand on veut pousser à la limite, ça ne fonctionne pas toujours. Néanmoins, le plus important, c'est d'être en pole. Bien sûr, on veut que chaque tour soit parfait mais sur un circuit comme celui-ci, ce n'est pas toujours le cas. En somme, une très bonne journée et une bonne position de départ pour demain et demain, c'est ce qui compte. C'est formidable pour l'équipe d'être P1 et P2. Espérons que nous pourrons maintenir cela pour demain."

Sergio PÉREZ | Red Bull

Sergio Perez s'exprimant après avoir retrouvé la première ligne pour la première fois depuis juillet dernier : "C'était serré aujourd'hui, vraiment serré avec Max. J'ai eu l'impression de faire un bon tour. C'était en fait assez délicat, surtout pour boucler les tours. Il était assez facile de perdre quelques dixièmes dans la dernière section et dans le chicane, donc on a tout rassemblé. Malheureusement, ce n'était pas tout à fait suffisant."

Sur le fait s'il pensait pouvoir battre Verstappen pour la pole : "Nous avons été vraiment proches tout le week-end, en qualifications également, et quand les marges sont si petites, le moindre détail peut faire la différence. Je n'ai pas eu une grande sortie en commençant le tour donc pour moi cela aurait pu être la différence, mais nous sommes dans une bonne position pour demain. Notre rythme sur les longs relais n'était pas si fort ce matin mais nous avons pas mal travaillé et donc, espérons que demain nous serons forts."

Lando NORRIS | McLaren

Lando Norris, s'exprimant après avoir décroché la troisième place lors des qualifications pour le GP du Japon : "C'était excitant. On n'a pas beaucoup d'occasions comme ça. On avait une bonne voiture aujourd'hui. J'ai pu lutter. J'ai fait de bons tours, surtout en Q3. Je suis très content de aujourd'hui. Une bonne journée pour nous chez McLaren. On avait fait une bonne course l'année dernière et une bonne course le week-end dernier, donc c'est agréable d'être ici."

Sur ce qu'il peut faire en course : "On a eu une bonne voiture tout le week-end. On a fait de bons progrès. On essaie de rattraper les Red Bulls. Ils ont fait du bon travail et toute l'équipe fait du bon travail, donc chapeau à eux. On travaille dur et le travail acharné commence lentement à payer. On va continuer à pousser. Aujourd'hui est un bon début pour le week-end. Demain, c'est le grand jour."

Carlos SAINZ | Ferrari

Carlos Sainz sur les raisons pour lesquelles la quatrième place était le maximum possible pour lui à Suzuka et ses espoirs pour une lutte serrée pour le podium demain : "Surtout après les FP3, nous avons vu que nous n'avions pas le rythme des FP1 et nous pensions que le week-end allait être plus difficile. Nous avons en fait fait un bon pas en avant en qualifications, c'est juste que Lando, avec deux dixièmes d'avance pour la P3, c'est trop pour Suzuka, où normalement les écarts sont très, très serrés. Deux dixièmes, c'était trop, Mais j'ai réalisé quelques très bons tours dans ces qualifications et j'étais content de ma performance. C'est toujours un circuit où la Ferrari n'est pas la voiture la plus rapide et nous savons pourquoi."

"Nous avons été meilleurs en termes de rythme de course ce week-end mais je ne sais pas si ce sera bon ou mauvais. J'espère que nous pourrons les [McLaren] combattre en course parce qu'en qualifications, c'était impossible. En course, ce serait bien d'avoir une lutte pour le podium entre Lando, moi, Fernando, Merc derrière. Ça devrait être une bataille intéressante pour le podium, je pense que les Red Bulls sont malheureusement dans une autre ligue ici."

Charles LECLERC | Ferrari

"Je ne suis pas du tout [inquiet]," déclare le directeur de l'équipe, Frederic Vasseur, au micro de Sky F1 en regardant les statistiques de ses pilotes. Rappelons que, bien que ce ne soit que le début de la saison, Sainz mène 2 à 1 en qualifs face à Leclerc et qu'il a une victoire dans sa poche (et celle de 2023).

"Charles était P2 [en Australie] la semaine dernière et je pense que 18 pilotes sur la grille auraient espéré être P2 la semaine dernière. Aujourd'hui, il est à un dixième de Carlos, il sait parfaitement ce dont il a besoin. Pour le moment, c'était plus le premier tour, Q1 qu'autre chose. La saison est longue et je ne suis pas du tout inquiet pour la situation."

George RUSSELL | Mercedes

George Russell, s'adressant à Sky Sports F1 après s'être qualifié neuvième pour le GP du Japon : "C'est vraiment serré entre nous, McLaren, Aston Martin et Ferrari. Si tu réussis parfaitement ton tour, tu seras en tête de ce groupe, sinon, tu te retrouveras à la queue. On savait que ce circuit serait un peu difficile pour nous. Nos limites se situent dans les virages à haute vitesse."

"Lorsque tu es en qualifications, tu prends tous les virages plus rapidement. Ce secteur 1 rapide, tu le parcours de 8 à 24 km/h plus vite qu'hier, ce qui nous expose au point faible de la voiture, donc je m'attends à ce que ce soit mieux demain. Je pense qu'il peut se passer beaucoup de choses et chacun a des pneus différents disponibles. Il y aura de nombreuses stratégies différentes et beaucoup d'opportunités. Je pense que ça sera une bonne course. C'est tellement serré entre tout le monde. Si tu fais du bon travail et que tu réussis parfaitement, tu gagneras trois, quatre, cinq places, alors que l'année dernière, ça aurait été une seule place."

Lewis HAMILTON | Mercedes

Lewis Hamilton a partagé son ressenti sur ce qu'il considère comme un week-end encourageant jusqu'à présent, même si Mercedes n'a qualifié ses voitures qu'en septième et neuvième positions : "J'ai tout donné ! L'équipe a fait un travail formidable cette semaine en ajustant notre configuration - c'est en fait le premier week-end où je n'ai pas fait d'expérimentations folles avec la configuration et je ne teste pas une multitude de choses, donc je suis revenu à quelque chose de plus normal."

"Je pense que nous avons réussi à placer la voiture dans une fenêtre de fonctionnement beaucoup plus agréable, donc c'était vraiment plaisant de conduire, c'est juste que les autres sont un petit peu plus rapides. L'année dernière, nous étions à une seconde ou un peu plus d'une seconde derrière la Red Bull et être à sept dixièmes est mieux. Peut-être qu'en faisant quelque chose d'un peu différent, nous aurions pu être un dixième plus rapide, peut-être, mais à part ça, c'était tout."

"Ce que cela nous apporte, c'est que je sais exactement où la voiture n'est pas assez forte, je le sens dans la voiture, et je sais maintenant leur dire de 'se concentrer sur ce domaine particulier'. Mais j'espère que la [performance en] course sera plus forte demain."

Sky lui a demande si cela signifie que Mercedes a maintenant une direction à suivre avec la W15 ? "Je le crois personnellement, oui", a répondu Hamilton. "Ce que nous avons remarqué, c'est qu'il a été vraiment très difficile d'ajuster la configuration d'un circuit à l'autre et que nous étions à chaque fois très loin du compte. Dans certains endroits, il a semblé qu'aucune de nos actions ne permettait de trouver le point d'équilibre idéal de la voiture. Mais ce week-end, c'est beaucoup plus dans le point d'équilibre, donc j'espère que cela continuera dans les courses suivantes, puis il nous suffit juste d'ajouter de la performance."

McLaren

Andrea Stella, le directeur de l'équipe McLaren, s'exprimant au micro de Sky Sports F1 après que Lando Norris ait décroché la troisième place et Oscar Piastri la sixième lors des qualifications : "Les deux pilotes se sont bien comportés en qualifications. C'est une séance de qualification positive, non seulement pour le résultat final mais c'est définitivement une bonne position pour commencer la course."

"Les temps au tour, comparés à ceux d'il y a six mois ici, nous avons réduit l'écart de manière substantielle avec Red Bull et c'est encore très serré avec toutes les voitures qui nous entourent mais c'est positif, nous sommes devant eux."

"Donc nous tirons certainement des éléments positifs de cette qualification mais en même temps, nous savons que le Japon correspond aux caractéristiques de notre voiture."

Charles LECLERC | Ferrari

Après une séance qualificative en difficulté et derrière son coéquipier, Charles Leclerc s'est exprimé au micro de Canal. A la radio, le numéro 16 expliquait déjà : "C'est le mieux que je puisse faire. Honnêtement, je ne comprends pas."

Leclerc a ainsi déclaré ne pas avoir trouvé de grip, tout simplement. Il n'a pas de réponse à donner, ce qu'il juge comme n'étant pas bon signe d’ailleurs. Le Monégasque a indique que ce n'était pas une question de feeling, mais juste que le chrono n’était pas là.

Le rythme de course ne devrait pas être un problème suite aux simulations effectuées, car avec plus d’essence le comportement de la Ferrari est bon. Mais il a fait remarquer que c’est difficile de doubler ici, et il y a de la dégradation (surtout derrière une voiture).

En portant son casque hommage à Bianchi, il veut honorer Jules et il est déçu avec une telle qualif. Mais il reste la course demain !

Pierre GASLY | Alpine

Nouveau moteur pour Gasly.

Quelques changements et notifications côté boîtes de vitesses.

Classement de FP3.

Yuki TSUNODA | Visa CashApp RB

Alan Permane, directeur de course chez VCARB, explique le travail du jour dans l'écurie, avec le nouveau fond plat : "Ayumu [Iwasa, qui a piloté la monoplace de Ricciardo pour la FP1] utilisait le plancher initial, tandis que le nouveau plancher était installé sur la voiture de Yuki. Cela nous a permis d'obtenir une comparaison et une évaluation très précises, ce qui était excellent. Nous sommes satisfaits du nouveau plancher ; il offre exactement ce que nous avions prévu, et nous allons l'utiliser sur les deux voitures pour le reste du week-end. Yuki a rapidement trouvé son rythme et a passé une matinée assez simple, mentionnant que la voiture se sentait très bien et qu'il était content de l'équilibre."

Tsunoda reste raisonnable quant aux apports de cette nouvelle pièce : "Le plancher amélioré est conçu pour les virages à faible vitesse, alors que le circuit ici présente davantage de virages à vitesse moyenne et élevée, donc nous n'en attendons pas trop. Ensemble, nous allons peaufiner quelques domaines où il y a place à l'amélioration avant la FP3, tout assembler pour les qualifications et nous concentrer pour en extraire la performance."

Lance STROLL | Aston Martin

Tobi Grüner a rapporté que l'unique kit de mise à niveau chez Aston Martin a été attribué aujourd'hui à Lance Stroll, son châssis ayant été renvoyé à l'usine pour être réparé après son incident à Jeddah. Il a donc été assemblé avec les nouvelles pièces. Par chance, l'équipe n'a pas eu à utiliser un châssis de secours lors de l'épreuve à Melbourne.

Lando NORRIS | McLaren

La journée de McLaren sur le circuit n'a pas été des plus chargées, comme l'ont souligné les deux pilotes de l'équipe, Lando Norris et Oscar Piastri, dans leurs commentaires sur les séances d'essais libres. Norris a fait part de sa déception quant au faible nombre de tours réalisés, notamment en raison du drapeau rouge dans la matinée et des conditions météorologiques compliquées lors de la FP2. Malgré cela, il reste confiant quant à la position de l'équipe et se montre optimiste pour la suite du week-end, insistant sur le travail acharné nécessaire pour se placer dans une position compétitive.

D'un autre côté, Piastri a également noté le déroulement calme de la FP2, tout en mentionnant qu'il a réussi à boucler quelques tours dans les conditions difficiles vers la fin de la séance. Pour lui, la journée s'est avérée correcte, même s'il admet qu'il est difficile d'évaluer le rythme de tous en raison du manque de tours représentatifs. Comme Norris, il croit que l'équipe est dans une position décente et se concentre sur l'exploitation des données disponibles pour apprendre davantage en vue des qualifications.

George RUSSELL | Mercedes

Georges Russell, après une première journée à Suzuka : "Nous avons réalisé de meilleures performances que celles auxquelles nous nous attendions en FP1. C'était une agréable surprise, et la voiture était vraiment agréable à conduire. Lewis et moi étions satisfaits de l'équilibre général. La W15 a mieux performé lorsque les conditions étaient plus fraîches, donc c'est un point de prudence. Notre objectif aujourd'hui était d'essayer plusieurs éléments de test et expériences pour rendre la voiture plus stable dans des conditions variables. Le temps dira si ceux-ci ont eu l'impact souhaité et c'était frustrant que nous ne puissions pas évaluer cela davantage dans l'après-midi."

"C'est vraiment dommage pour ceux qui sont ici et ceux qui regardent à la maison que nous n'ayons pas pu faire beaucoup de tours en FP2. J'espère que nous pourrons trouver une solution pour ces moments et ces conditions. Ce n'est pas la première fois que cela arrive, et ce ne sera pas la dernière. En regardant demain, les qualifications seront intéressantes car il s'agit clairement d'un pneu pour un seul tour rapide. La plupart des pilotes n'auront peut-être que trois ou quatre jeux de pneus tendres, donc vous devrez vous assurer de réussir chaque tour."

Mercedes

Andrew Shovlin, directeur de l'ingénierie en piste, sur la première matinée japonaise de roulage : "Nous avons beaucoup travaillé durant la dernière semaine pour rendre la voiture plus homogène. Nous avons remarqué, au cours des trois premières courses, que nous avions des séances où nous semblions forts, mais quand vient le moment des qualifications et de la course, nous n'avons pas atteint nos attentes. Il est trop tôt pour dire si nous avons réalisé les progrès espérés, mais il est encourageant de constater que les pilotes sont plus à l'aise avec la tenue de route de la voiture. Les données indiquent également que nous avons mieux adapté les pneus aux conditions de piste. C'était regrettable pour les fans que le temps ait limité le nombre de tours durant la séance de l'après-midi, mais il y aura beaucoup d'opportunités de prendre la piste demain matin."

Lewis HAMILTON | Mercedes

Lewis Hamilton dresse un bilan de son vendredi japonais : "La FP1 a été une excellente séance pour nous. C'était la meilleure séance pour nous jusqu'à présent cette année et la meilleure sensation ressentie avec la voiture. Je me sentais très positif et excité à l'idée d'entamer la FP2 car c'est un circuit où chaque pilote adore conduire. C'était dommage de ne pas pouvoir rouler beaucoup, donc. Ces deux dernières années ici, nous avons eu du mal avec une voiture qui avait un équilibre inconstant et qui était difficile à conduire. L'équipe a réalisé beaucoup de travail formidable depuis l'Australie, et il semble que nous avons bien démarré aujourd'hui. La voiture était définitivement dans une meilleure position. Nous avons une meilleure base de départ pour ce week-end et espérons pouvoir construire à partir de là."

Alpine
FIA

Que pensent les pilotes Alpine des améliorations amenées à Suzuka ? Bruno Famin explique : "Pour le moment, lors des FP1, ils avaient plus de mal avec la mise en température des pneus qu'avec l'évaluation de l'amélioration. Je pense que, bien sûr, l'amélioration, nous savons que ce n'est pas une mise à jour majeure que nous avons. C'est une partie améliorée, principalement l'aileron avant ici et le développement de la performance aéro et la réduction du poids également. Pour le moment, ils sont assez contents mais ont du mal avec le réchauffement des pneus."

Et en terme de planning d'amélioration : "Nous poussons, nous poussons autant que nous pouvons dans les deux usines. À Viry, pour la gestion de l'énergie, qui est la seule façon par laquelle nous pouvons trouver de la performance par réglementation. Et à Enstone, bien sûr, principalement sur l'aéro et les développements de compréhension des pneus. Nous travaillons dur pour développer cette voiture."

Les prochaines mises à jour sont attendues dans deux Grands Prix : "Nous allons en avoir d'autres qui arrivent, c'est sûr, dans les courses très prochaines. La sixième course, à Miami."

Mise à jour avec les avis des pilotes :
Ocon : "Aujourd’hui, le but était d’avoir un premier aperçu du comportement de la voiture avec des évolutions. Cela semblait conforme aux attentes en EL1 et nous avions prévu d’essayer quelque chose de différent pour les EL2, mais nous n’avons pas pu le faire avec les conditions mitigées. Compte tenu du roulage limité, il est difficile de se faire une idée complète, mais nous analyserons et apprendrons d’ici demain pour préparer la dernière séance d’essais."
Gasly : "Nous avons beaucoup appris sur les nouvelles pièces dans la matinée. Tout a fonctionné comme prévu et nous disposons de données précieuses à analyser pour confirmer d’autres éléments."

Williams
FIA

Vowles s'explique un peu sur l'absence, une fois de plus, d'un châssis de rechange, surtout après avoir expliqué être soulagé que Sargeant n'ait pas endommagé le sien lors des essais libres à Suzuka : "Je pense que le troisième châssis ne sera pas avec nous avant Miami [dans deux Grands Prix, après la Chine donc], qui est encore loin."

"En ce qui concerne le châssis, si vous mobilisez toutes vos ressources, tout ce que vous avez possible au sein de l'organisation, cela pourrait prendre huit, dix semaines pour obtenir à peu près un châssis terminé, du congélateur à quelque chose réellement construit et prêt à l'emploi. Et c'est le temps qu'il faut pour arriver au troisième châssis."

"Cela prend plus de temps pour les premiers pendant que vous vous habituez au processus. Évidemment, nous n'avons pas toute l'organisation qui travaille uniquement sur cela. Nous travaillons en même temps sur les pièces de rechange et les mises à jour et essayons de gérer le flux. Tout représente juste une énorme quantité de travail pour l'organisation à ce stade."

"Dans notre cas particulier, évidemment, nous n'avons jamais eu l'intention de nous retrouver ici sans trois châssis. L'intention était d'en avoir trois dès le début de l'année. C'est le résultat d'une surcharge dans le système, la complexité de cette voiture et la quantité de travail que nous tentions de gérer. Mais en termes de complexité, c'est énorme. Je veux dire, le châssis est composé de milliers et de milliers de pièces que vous essayez d'assembler en même temps."

Logan SARGEANT | Williams
FIA

Les dégâts sur la monoplace de Sargeant ? Vowles : "Heureusement, le châssis est OK, mais je dirais que presque tout le reste ne l'est pas. Donc suspension complète, boîte de vitesses fissurée, gros dégâts."

Explication de l'accident par le directeur de l'écurie Williams : "Au sommet de la crête de la colline, , il a eu du mal à voir où il se trouvait sur la piste. Donc, fondamentalement, il semble qu'il n'ait pas tout à fait réalisé où il était par rapport à l'herbe à l'extérieur et a mis une roue dans l'herbe."

Puis il a rajouté : "Et ce que vous avez vu ici n'était pas un pilote faisant une erreur parce qu'il poussait la voiture à sa limite. C'était une erreur d'un type très différent, frustrante à en juger par tous les témoignages, parce qu'elle n'était pas due à la limite de ce que la voiture pouvait accomplir. Il y avait bien plus de potentiel de virage. Il ne savait juste pas où la voiture se trouvait sur la piste par rapport à là où il pensait qu'elle serait. Donc, je ne pense pas que vous assistiez là à la réaction de quelqu'un qui ne conduisait pas à Melbourne. Je pense que vous observez plutôt une situation qui aurait pu survenir à n'importe quel moment."

Haas
FIA

Quelle est la différence d'ambiance chez Haas cette année par rapport à l'année dernière ? Ayao Komatsu, qui essaie une "amélioration progressive aussi rapidement que possible" de l'écurie, a répondu : "Évidemment, l'année dernière était assez difficile parce que nous n'avions tout simplement pas de voiture de course. Donc, peu importe ce que nous faisions, nous savions que nous ne pouvions pas courir le dimanche. Tandis que cette année, je pense que la communication est meilleure. Nous travaillons mieux en équipe. Et ensuite, avec un focus clair, des objectifs, une stratégie pour les essais de pré-saison. Cela a également rapproché l'équipe. Et puis le fait que nous avons une voiture de course, vous savez, une configuration de course, un pilote, tout le monde est dans une boucle fermée ensemble essayant de faire des améliorations. Même en Australie, vous savez, après ces qualifications, vous savez, si c'était l'année dernière, nous savions qu'il n'y avait rien que nous pouvions faire le dimanche, alors que tout le monde était encore motivé, vous savez, parce que nous savions que nous pouvions courir le dimanche, nous mettre en position de marquer des points. Donc, c'est positif."

Classement d'une deuxième séance d'essais libres japonaise sous la pluie et avec peu de sorties en piste.

Sauber

Pour le Japon, l'écurie Sauber apporte une nouvelle conception des sections avant et médiane du plancher et de ses bordures pour améliorer le conditionnement de l'écoulement d'air et la stabilité de la voiture, optimisant ainsi l'efficacité aérodynamique globale.

Visa CashApp RB

L'écurie Visa Cash App RB introduit ces mises à jour pour le Grand Prix du Japon 2024 :
- Corps du plancher : mise à jour des profils des clôtures du plancher et de la forme du plancher sous la voiture pour augmenter la charge locale.
- Bord du plancher : modification du profil et de l'angle d'incidence du bord du plancher et de son ailette pour renforcer la charge générée par le dessous de la voiture.

Williams

L'écurie Williams apporte ces nouveautés au Grand Prix du Japon 2024 :
- Platine d'aileron avant : redessinée pour mieux contrôler l'écoulement d'air autour des pneus avant, ce qui influe sur le champ d'écoulement derrière la voiture et améliore la portance globale.
- Aileron arrière : ajusté avec des éléments supérieurs plus petits pour un ensemble aérodynamique adapté aux exigences spécifiques du circuit de Suzuka, pour réduire la traînée.
- Beam wing : nouvelle conception plus petite pour compléter l'aileron arrière et réduire la portance et la traînée, avec une option de configuration pour ce week-end de course.

Alpine

L'écurie BWT Alpine F1 Team apporte ces mises à jour au Grand Prix du Japon 2024 :
- Aileron avant : nouvelle configuration des éléments avant pour réduire la traînée.
- Coin avant : arrangement de conduits de frein avant révisé pour optimiser l'écoulement d'air.
- Beam wing : aile arrière traditionnelle non-biplan pour augmenter la charge sur le plancher par rapport à la version précédente.

Aston Martin

L'écurie Aston Martin apporte ces évolutions au Grand Prix du Japon 2024 :
- Corps du plancher : légère évolution de la forme principale pour améliorer le flux d'air sous la voiture et ainsi la performance générale.
- Clôtures du plancher (éléments verticaux situés sur le plancher de la voiture de Formule 1, qui servent à gérer les flux d'air sous la voiture pour améliorer l'efficacité aérodynamique et augmenter la déportance) : redistribution pour optimiser la charge aérodynamique locale générée par le sol de la voiture.
- Bord du plancher : réduction de la corde (distance entre le bord d'attaque et le bord de fuite de l'aileron) de l'aileron de bord pour affiner le profil aérodynamique et la génération de charge.
- Diffuseur : modification mineure de la forme pour améliorer l'expansion et la performance aérodynamique grâce à une meilleure caractéristique de l'écoulement sur les surfaces.

McLaren

L'écurie McLaren apporte des modifications à l'avant pour Suzuka. Il s'agit d'un ajustement du conduit de frein avant pour un meilleur équilibre entre le refroidissement des freins et la performance aérodynamique, spécifiquement adapté aux caractéristiques du circuit japonais.

Ferrari

La Scuderia Ferrari apporte ces innovations au Grand Prix du Japon 2024 :
- Aileron arrière : adapté spécifiquement pour augmenter la portance dans des conditions de faible adhérence et en cas de pluie, avec des conceptions héritées de la saison précédente pour une meilleure performance.
- Suspension arrière : évolution pour améliorer l'écoulement de l'air autour des composants avec un nouveau profilage de la jambe de force arrière.

Red Bull

L'écurie Oracle Red Bull Racing amène ces pièces au Grand Prix du Japon 2024 :
- Entrée d'air de sidepod : optimisation pour une charge aérodynamique locale accrue grâce à une meilleure distribution de l'air sur les échangeurs de chaleur primaires.
- Corps du plancher : améliorations pour augmenter la charge locale sans changer la structure mécanique au-dessus du plancher.
- Bord du plancher : augmentation de la cambrure et de la surface du plan de vue pour renforcer la charge locale.
- Coin avant : adaptations spécifiques au circuit de Suzuka pour améliorer le refroidissement, avec des entrées et sorties d'air réduites par rapport aux événements précédents.

Lewis HAMILTON | Mercedes

Côté nouvelles pièces de boîte de vitesses, c'est carton plein pour Mercedes avant le Japon.

Lewis HAMILTON | Mercedes

Nouvelles pièces moteur avant le début du week-end japonais. On notera que Lewis Hamilton fait partie de la liste suite à sa casse à Melbourne. L'écurie a parlé de dégâts à la partie inférieure, sans donner plus de détails pour le moment.

Point comptable mécanique avant le début du week-end japonais.

Alpine

Williams accompagnée par Alpine dans la "tourmente" d’absence de châssis de rechange ! Chris Medland a rapporté que Bruno Famin confirmait que l’écurie française n'a pas non plus de châssis de rechange ici au Japon, mais l'aura dès la prochaine course en Chine.

Résultats de FP1.

Logan SARGEANT | Williams

Suite à un accident, sans gravité physique, en FP1, Logan Sargeant est forfait pour la FP2. Son équipe répare sa monoplace afin qu’il soit prêt pour la FP3 de samedi.

Logan SARGEANT | Williams

Logan Sargeant aura donc le châssis réparé d'Albon pour le Japon et il explique pourquoi : "Oui, c'est celle réparée, juste parce que la charge de travail pour remettre les voitures en place [pour leurs pilotes respectifs] serait tout simplement trop lourde pour les mécaniciens. Mais la réparation du châssis s’est mieux déroulée que prévu."

"Je crois qu'il ne pèse que 100 grammes de plus", a ajouté Sargeant, "Donc à peu près rien". James Vowles, directeur de l'écurie Williams, a par ailleurs précisé que les dommages au châssis concernaient un insert de suspension et qu'il n'y avait pas de fissure dans la monocoque. Si Sargeant remarque une quelconque différence, c'est que la réparation a vraiment eu plus d'effet que prévu par l'équipe.

Charles LECLERC | Ferrari

Casque spécial en hommage à Jules Bianchi, 10 ans déjà, pour Charles Leclerc.

Pierre GASLY | Alpine

Pierre Gasly sur les améliorations amenées par Alpine à Suzuka, les premières d'une saison qui débute très mal : "c'est bien d'avoir cette première mise à niveau sur la voiture. C'était déjà prévu avant le début de la saison, donc cela suit en quelque sorte le type de plan de développement que nous avions déjà en place. Nous ne nous attendons pas à ce que ce soit majeur. Nous savons que cela ne nous amènera pas là où nous voulons être, mais c'est un premier pas dans la bonne direction, donc j'ai vraiment hâte de voir ce que cela apportera."

Et ces upgrades lui permettront-elles de filer en Q2 ? "Je ne veux pas donner d'objectifs précis. Nous savons que cela devrait être un petit progrès de performance sur la voiture, ce dont nous avons évidemment besoin là où nous en sommes aujourd’hui. Mais, vous savez, c'est... Nous avons besoin de plus et nous aurons besoin de plus, mais c'est certainement positif de voir que ces premières améliorations arrivent sur la voiture et que d'autres devraient suivre dans les prochains mois."

Alexander ALBON | Williams
FIA

Interrogé si l'absence de monocoque de secours est un handicap pour Williams, Alex Albon se veut rassurant : "Non, pas du tout. Je pense que nous sommes comme ça depuis Bahreïn et cela ne change vraiment rien. Donc pour nous, évidemment, ce sera ce week-end et en Chine que nous n'aurons pas de voiture de rechange. Mais comme je l’ai dit, l’état d’esprit est le même que lors de la première course."

Carlos SAINZ | Ferrari
FIA

Carlos Sainz se sent mieux suite à son opération, mieux encore qu'à Melbourne : "J'ai fait du vélo cette semaine. Je suis resté en Australie pendant une semaine et j'ai commencé à retourner à la salle de sport. Je ne soulève évidemment toujours pas de gros poids comme je le faisais dans le passé, mais au moins je peux terminer mon entraînement et je me sens de retour à 100 %, ouais."

Carte FIA 2024 de Suzuka.

Sauber

Le poster de Sauber version 2024 pour Suzuka.

Fernando ALONSO | Aston Martin

Casque spécial #JapaneseGP pour Fernando Alonso.

Lando NORRIS | McLaren

Casque spécial #JapaneseGP pour Norris et c’est peut-être son plus beau !!!

Alpine

Bruno Famin, patron de l'écurie française Alpine, annonce des mises à jours pour le Japon : "Nous sommes impatients de courir sur le circuit rapide et onduleux de Suzuka. Conformément à notre plan de développement pour 2024, nous sommes dans les délais pour apporter les premières évolutions de l’A524. Même si elles ne sont pas majeures, il nous est important d’ajouter ces éléments le plus tôt possible afin d’en évaluer le potentiel et d’améliorer continuellement notre compréhension de notre package. Ces évolutions concernent principalement un nouvel aileron avant ainsi qu’une première étape de réduction de poids."

Aston Martin

Eric Blandin, directeur technique adjoint chez Aston Martin : "Nous introduisons une mise à jour à Suzuka dans le cadre de notre développement continu, comprenant des modifications du fond plat, de la carrosserie et un nouveau beam wing."

L'équipe anglaise avait des objectifs clairs pour l'amélioration durant l'hiver, et il semble que ces efforts portent leurs fruits. Blandin affirme que l'AMR24 "se comporte comme prévu" et se positionne conformément aux attentes de l'équipe dans la hiérarchie compétitive. L'AMR24 a été saluée comme une avancée significative dans plusieurs domaines clés, confirmant ainsi son statut de "plateforme solide pour le développement". Avec un plan de développement continu en place, Aston Martin prévoit d'introduire des améliorations tout au long de la saison, comme elle le fera donc au Japon.

Alexander ALBON | Williams
F1

La monocoque d'Alex Albon, endommagée au point d'être irréparable sur place en Australie, a été restaurée par l'écurie Williams ! Albon a expliqué : "l'équipe sur le terrain et celle de retour à Grove se sont vraiment unies de manière impressionnante pour réparer la voiture et la livrer à temps sur le circuit, ce pour quoi nous sommes tous extrêmement reconnaissants."

L'écurie aura donc deux voitures en piste, mais toujours pas de châssis de rechange en cas de problème similaire à celui du Thaïlandais à l'Albert Park lors du dernier week-end de Grand Prix.

McLaren

LA McLaren MCL38 arborera une livrée spéciale au Grand Prix du Japon 2024, conçue par l'artiste japonais MILTZ. Cette livrée est une collaboration avec Vuse (BAT), partenaire principal de l'équipe britannique, à l'occasion du retour de la campagne Driven by Change pour la saison 2024 de Formule 1.

Yuki TSUNODA | AlphaTauri

Casque spécial #JapaneseGP pour Yuki Tsunoda, local de l’étape.

Pirelli a partagé ses donnes et son récap pour le Japon, cru 2024.

Retour de la Formule 1 au Japon six mois après sa dernière visite, le Grand Prix se tient en avril pour la première fois dans l'histoire.

Suzuka, connu pour décider des champions du monde, accueille le quatrième événement de la saison, coïncidant avec la saison des cerisiers en fleurs.

Températures plus fraîches que d'habitude, entre 8°C et 13°C, dues à la programmation au début du printemps.

Le circuit de Suzuka, propriété de Honda, est célèbre pour sa configuration en huit, unique en F1, et teste le talent des pilotes sur 5.807 km.Les pneus subissent des contraintes importantes dues à l'abrasivité de l'asphalte et à la diversité des virages. Pirelli a choisi les composés les plus durs pour cette course.

La stratégie la plus courante est le double arrêt aux stands, mais les températures plus basses pourraient rendre possible une stratégie à un seul arrêt, bien que cela puisse affecter l'efficacité de l'undercut et la gestion de la température des pneus.

Après le Grand Prix, deux jours de tests de pneus Pirelli sont prévus avec les équipes Sauber et VCARB pour développer des constructions et des composés pour la saison prochaine.

Visa CashApp RB

Ayumu Iwasa sera au volant de la monoplace de Daniel Ricciardo pour la FP1 du Grand Prix du Japon. Visa CashApp RB aura donc un line-up 100 % japonais à domicille pour cette première séance d'essais libres.

Williams

Williams a décidé de retarder la construction du troisième châssis et de mettre la priorité sur la réparation du châssis endommagé d'Alex Albon. Il n'y aura donc pas de monocoque de rechange pour le Japon puisque seuls deux châssis seront disponibles à Suzuka. Il est rapporté que ces travaux de réparation entraîneront des retards dans le calendrier des amélioration de la FW46.

Pirelli a indiqué les pneus sélectionnés pour Suzuka et on part sur du C1 à C3, ce qui est identique à 2023.