Audi et BP ont annoncé un partenariat stratégique en Formule 1, alors qu'Audi se prépare à entrer dans la compétition reine du sport automobile en 2026 avec les nouvelles réglementations techniques de la FIA, mettant en avant l'électrification et les carburants durables avancés.

BP et sa division de lubrifiants, Castrol, contribueront à optimiser les performances de l'unité de puissance Audi F1 grâce à des carburants co-développés et des lubrifiants spécialisés.

BP développera et fournira à Audi une gamme de lubrifiants et graisses sur mesure, y compris le Castrol EDGE pour le moteur V6 turbo allemand, ainsi que des fluides Castrol ON pour les composants électriques de l'unité de puissance.

En plus de la collaboration technique, BP devient le premier partenaire officiel de l'équipe d'usine Audi F1, avec des droits de marketing et de branding pour les marques BP, Castrol et Aral.

Andreas Seidl, PDG de l'équipe Audi F1, s'est réjoui de ce partenariat, soulignant qu'Audi et bp ont toujours collaboré avec succès dans le sport automobile. Nicola Buck, vice-présidente senior marketing de BP a exprimé sa fierté de voir Audi choisir BP et Castrol pour leur entrée en Formule 1. Adam Baker, PDG d'Audi Formula Racing GmbH, a insisté sur l'importance de ce partenariat pour le développement de carburants durables en vue de la saison 2026.

Il y a 12 h

Pour le Grand Prix de Hongrie 2024, Pirelli a opté pour les mêmes trois composés les plus tendres que l'année précédente. Le C3 sera le P Zero blanc dur, le C4 le P Zero Jaune moyen et le C5 le P Zero rouge tendre. Cette sélection est un cran plus douce par rapport à la saison où les pneus de 18 pouces ont été introduits. La gestion de la surchauffe sera cruciale, en particulier lors des qualifications et de la course, étant donné que la température de la piste peut atteindre des niveaux élevés, comme ce fut le cas l'année dernière avec un record de 53°C.

Le Hungaroring est connu pour être une piste sinueuse avec une seule véritable ligne droite qui comprend la ligne de départ/arrivée. La piste mesure 4,381 kilomètres et comporte 14 virages, dont certains à 180°. Les pilotes n'ont quasiment aucun répit sur cette piste, ce qui la rend exigeante. La piste monte et descend, et offre deux zones DRS : l'une sur la ligne droite de départ/arrivée et l'autre plus courte entre les virages 1 et 2. Cette configuration favorise une seule opportunité de dépassement significative.

La dégradation des pneus peut être élevée, surtout en cas de forte chaleur, ce qui est prévu pour ce week-end. La traction, impliquant donc l'essieu arrière, est un facteur clé. En termes de stratégie de course, le Grand Prix de l'année dernière a vu l'ensemble des pilotes opter pour une stratégie à deux arrêts, les composés moyen et dur étant les plus utilisés au départ. Il est probable que les composés C3 et C4 soient également privilégiés cette année en course, tandis que le C5 sera principalement utilisé en qualifications. Lors du Grand Prix de Hongrie 2023, Max Verstappen s'était d'ailleurs imposé avec une stratégie à deux arrêts.

La réglementation ATA (Alternative Tyre Allocation) avait été testée pour la première fois avec succès, visant à réduire le nombre de sets de pneus et à optimiser leur utilisation, avec un composé désigné pour chaque phase de qualification : dur pour Q1, moyen pour Q2 et tendre pour Q3.

Par ailleurs, Pirelli relaie que le Hungaroring a subi des travaux de modernisation considérables. Les infrastructures ont été mises à jour avec des bâtiments démolis et reconstruits pour offrir un paddock plus spacieux et moderne couvrant désormais 8 000 mètres carrés. Le projet a mobilisé jusqu'à 1500 personnes, avec des travaux réalisés 24 heures sur 24 pour respecter les délais. Les installations modernisées devraient offrir une expérience améliorée pour les équipes et les spectateurs.

Il y a 8 h

Pirelli a opté pour le trio C2, C3 et C4 pour l'édition 2024 du Grand Prix de Belgique.

On repart donc sur la même sélection de gommes qu'en 2023 pour Spa-Francorchamps, un des circuits les plus palpitants et exigeants du calendrier, avec sa variété de types de virages et ses importantes compressions dues aux changements de dénivelé

Il y a 8 h

Pour le Grand Prix des Pays-Bas 2024, Pirelli a choisi les composés C1, C2 et C3, comme en 2023.

Cette course, qui se déroulera du 23 au 25 août, constitue un défi très difficile, notamment avec ses deux virages inclinés. Les composés les plus durs de la gamme de Pirelli seront donc de mise : le C1 comme gomme dure, le C2 comme moyen ("médium") et le C3 comme pneu tendre.

Cette sélection fait suite aux trois courses européennes, débutant avec le trio le plus tendre à Budapest, puis les composés de milieu de gamme à Spa, avant de terminer avec les composés les plus durs à Zandvoort.

Il y a 8 h

Le trophée 2024 du Grand Prix de Hongrie a été présenté par le circuit du Hungaroring.

On suppose qu’il pourra être à nouveau victime des frasques du pilote McLaren Lando Norris.

Il y a 7 h

Révolution à venir en WRC !!!

28/02/2024 Championnat du monde des rallyes

Révolution à venir en WRC !!! - Crédit photo : Red Bull Content Pool
Crédit photo : Red Bull Content Pool 

Le WRC évolue avec des initiatives de réduction des coûts, des changements techniques en Rally1 et Rally2, et l'introduction d'un règlement révisé en 2026. Des efforts de promotion, des adaptations réglementaires et l'arrivée potentielle d'une catégorie électrique visent à revitaliser et élargir l'attrait du championnat.

Le plan d'avenir pour le Championnat du Monde des Rallyes de la FIA, discuté lors de la dernière session du Conseil Mondial de la FIA par le groupe de travail du WRC, a été approuvé. Cette équipe a réalisé une analyse complète de la situation actuelle du championnat, identifié les éléments essentiels du sport à préserver et établi des objectifs pour le futur.

Initiée en décembre sur demande de Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA, et dirigée par Robert Reid, vice-président de la FIA pour le sport, ainsi que David Richards, membre du WMSC, l'équipe, incluant Garry Connelly, Ronan Morgan, Andrew Mallalieu du WMSC, et les officiels de la FIA Andrew Wheatley et Xavier Mestelan Pinon, a proposé des objectifs privilégiant les initiatives de relations publiques, marketing et promotion du championnat. Elle a également défini une structure pour les réformes dans les domaines sportifs et techniques du WRC.

La Commission du WRC est désormais en charge de l'élaboration de propositions détaillées, inspirées des recommandations de l'équipe du WRC, pour être examinées lors de la prochaine session du WMSC. Ces nouvelles réglementations sportives et techniques, prévues pour la saison 2025 du WRC et suivantes, seront annoncées avant la fin du mois de juin.

Pour élaborer ces propositions, les membres de la Commission du WRC s'appuieront sur leur expertise et tiendront compte des retours de l'enquête sur l'engagement des fans du WRC, lancée par la FIA et ayant recueilli plus de 11000 réponses. Cette enquête a révélé des perspectives précieuses sur divers aspects tels que le format des rallyes, le type de véhicules et leurs spécifications.

Des objectifs clés ont été définis, à commencer par ceux concernant la promotion du rallye. Pour exploiter pleinement les possibilités de promotion liées à chaque compétition et optimiser le potentiel du WRC, la FIA va constituer une équipe dédiée à la promotion du WRC au sein de l'organisation, en collaboration étroite avec les acteurs clés tels que le promoteur du WRC, les organisateurs des événements et les équipes des constructeurs. Cette équipe aura pour mission principale d'élaborer une charte spécifique au WRC qui établira une série d'engagements communs entre toutes les entités impliquées, dans le but de faire connaître le WRC à un public plus large, en s'appuyant sur des objectifs et des indicateurs de performance clairement définis. Cette démarche collective vise à mettre en commun les compétences et les connaissances de chaque partie pour positionner le WRC comme l'un des championnats de sport automobile les plus prestigieux au monde, au-delà de son cercle de fans existant.

On passe au côté sportif. Les responsables de l'organisation des rallyes auront désormais plus de souplesse pour concevoir leurs parcours. Toutefois, bien que la date de début et le kilométrage des étapes puissent différer, il est prévu que chaque rallye se conclue le dimanche avec la Power Stage. Le programme international pourrait intégrer quelques rallyes sprint plus courts et des épreuves d'endurance plus longues, en complément des formats traditionnels. Cependant, le kilométrage total en spéciale par saison restera sensiblement le même, avec des courses se déroulant sur des surfaces variées telles que l'asphalte, le gravier et la neige.
Pour limiter les coûts, le nombre de personnel pour une équipe engagée avec trois voitures sera désormais limité. La disposition du parc d'assistance évoluera vers un nouveau concept, où des installations locales seront mises à disposition des constructeurs comme espace de travail, ce qui permettra de diminuer les coûts et le volume de transport nécessaire. Cette initiative apporte également une plus grande adaptabilité pour les changements de localisation du parc d'assistance pendant un rallye et réduit l'espace requis pour celui-ci par les organisateurs.
Afin de donner aux organisateurs la flexibilité d'explorer des formats plus variés, de minimiser les trajets de liaison et d'élargir l'étendue des rallyes, il sera encouragé de recourir à des services d'assistance à distance. Les équipes pourront ainsi transporter un nombre restreint de pièces dans un petit véhicule d'assistance.

Puis, le cœur du sujet : la technique et donc les voitures. En 2025 et 2026, la voiture Rally1 actuelle demeurera le modèle de prédilection dans le WRC, tout en subissant des ajustements pour abaisser les coûts et les performances. Ces changements incluront l'élimination de l'unité hybride rechargeable, une décision compensée par une diminution du poids total de la voiture, ainsi qu'une réduction de la taille de la bride d'admission d'air et de l'efficacité aérodynamique.
Les véhicules Rally2, quant à eux, seront maintenus dans leur configuration actuelle durant toute la période de leur homologation, servant de base pour les compétitions nationales et internationales. Néanmoins, à partir de 2025, les Rally2 engagés dans les épreuves du WRC pourront être équipés d'un kit spécifique au WRC. Ce kit comprendra une bride d'admission d'air plus large, un système d'échappement amélioré, une boîte de vitesses séquentielle à palettes en option, et un aileron arrière plus grand, le tout visant à réduire l'écart de performances entre les catégories Rally1 et Rally2.
Voici les autres points à retenir :
- Introduction d'un règlement technique révisé pour la catégorie Rally1 du WRC à partir de 2026, basé sur le concept actuel.
- Utilisation d'une cellule de sécurité commune pour réduire coûts et complexité.
- Possibilité pour les constructeurs de développer des voitures avec leur propre carrosserie, basée sur des modèles de production (Classe B, Classe C, SUV compact, Concept Car) suivant des critères stricts (centre de gravité, aérodynamisme).
- Puissance de sortie ciblée à 330 chevaux, avec contrôle des performances par une courbe de couple de référence.
- Plafonnement du moteur et de la transmission, limitation de la technologie à l’équivalence Rally2.
- Limitation de l’efficacité aérodynamique et restriction de vitesse maximale pour réduire développement et coûts.
- Coût par voiture plafonné à 400000 €, obligation pour les constructeurs WRC de vendre leurs voitures directement depuis le parc fermé d'arrivée d'une épreuve WRC.
- Introduction envisagée d'une catégorie électrique dans le WRC, avec réglementation technique à définir par le département technique de la FIA, pouvant utiliser la nouvelle cellule de sécurité Rally1 pour atteindre la parité de performances avec les voitures à carburant durable.

Notons également que dans le règlement sportif, un maximum de dix jours supplémentaires a été accordé à chaque constructeur WRC au cours de l'année 2024 pour le programme d'essais et de développement du nouveau fournisseur de pneumatiques WRC désigné pour 2025-2027, Hankook.

Tout ceci permettra-t-il au WRC de renaître de ses cendres pour qu'il vive un nouvel âge d'or ?

Référence FIA

 Photos

 Cliquer sur chaque image pour la voir en taille réelle.