Williams a dévoilé une photo de son dernier volant. Le modèle 2024 s'aligne sur les tendances actuelles, marquant un changement notable par rapport aux versions précédentes où Williams se démarquait avec un écran intégré directement au châssis.

Il y a 18 h

Le Championnat du Monde d'Endurance de la FIA (FIA World Endurance Championship, WEC) a annoncé que le prologue du championnat, qui correspond aux tests de pré-saison, commencera plus tard que prévu.

Initialement prévu pour se dérouler le weekend du 24 au 25 février, le prologue commencera finalement le lundi 26 février, avec des sessions prévues de 08:30 à 12:00, de 14:00 à 17:00, et de 18:30 à 22:00, et se poursuivra jusqu'au mardi 27 février de 09:00 à 13:00.

Ce changement de programme est dû à des retards dans les lignes de transport maritime régulières en raison de la situation géopolitique actuelle, plus précisément des retards significatifs dans le canal de Suez et la mer Rouge. Par conséquent, une partie du fret maritime a été retardée en arrivant au circuit international de Lusail à Doha, au Qatar. Pour donner aux équipes du WEC suffisamment de temps pour se préparer aux tests, il a été décidé de reporter le début du prologue.

Il est important de noter qu'il n'y aura pas de changement dans le programme de la course d'ouverture de la saison, le Qatar Airways Qatar 1812KM, qui aura lieu le weekend suivant. La course est programmée pour commencer à 11 heures, heure locale, le samedi 2 mars.

En ce qui concerne le contexte géopolitique, sans détails supplémentaires dans l'annonce, il est difficile de donner un contexte précis. Cependant, le canal de Suez est un point de passage maritime crucial qui relie la mer Méditerranée à la mer Rouge, permettant ainsi le transport maritime entre l'Europe et l'Asie sans avoir à naviguer autour de l'Afrique. Tout retard dans ce couloir peut être dû à des tensions politiques, des désaccords internationaux, des actions militaires, ou même des blocages du canal lui-même, comme cela s'est produit dans le passé. Ces retards peuvent avoir un impact significatif sur le commerce mondial et les événements internationaux, comme les courses de WEC.

Il y a 18 h

Williams a commencé la conception de sa F1 2024 en mars 2023. Ainsi, pour Vowles, rester avec l'ancienne suspension était une question technique.

"Je dois évaluer combien de temps au tour je gagne avec la nouvelle suspension par rapport à la décision d'opter rapidement pour l'ancienne et de pouvoir ainsi commencer le développement de la voiture quatre mois plus tôt."

Et les calculs ont montré que plus de temps de développement en aérodynamique apportait deux fois plus de gain de temps que les nouvelles pièces.

Il y a 13 h

Sur ses réseaux sociaux, R Racing a annoncé le décès de Joel Pearson, ancien pilote de Ginetta Junior et de Formule 4 britannique. Il avait 19 ans et s'est battu 3 ans contre le cancer. Sincères condoléances à sa famille et ses proches.

Il y a 12 h

C’est la fin du jeu F1 Mobile pour smartphones. Il disparaîtra sans avoir de saison 2024.

Il y a 11 h

Le pack GT2 d'Assetto Corsa Competizione débarquera sur consoles Xbox Series X|S et Sony PS5 le 27 février.

Il y a 11 h

Détails sur le Grand Prix de F1 de Miami 2023

 Retour à la saison 2023

 Miami | Miami

 
Pneus
C2
C3
C4
Miami
Course 5/22
FP1 05/05/2023 20:00
FP2 05/05/2023 23:30
FP3 06/05/2023 18:30
Qualifications 06/05/2023 22:00
Course 07/05/2023 21:30

 FALC (Faits à la con)

1 : la Floride a déjà accueilli une course de championnat du monde de F1 (Sebring 1959).
11 : Miami est le 11e endroit aux USA à accueillir une course de F1.
36 : itérations du circuit ont été simulées avant que le tracé que nous connaissons ne soit choisi.
75 : outre les itérations de cette piste, 75 conceptions de pistes ont été imaginées.
77 : l'autodrome de Miami est la 77e piste de l'histoire de la F1.
37 000 : la longueur des barrières en béton utilisées (en pieds, soit 11,3 km) pour assurer le maximum de sécurité.
2031 : le Grand Prix de Miami sera au calendrier de la F1 jusqu'en 2031, inclus.

 Les données sur le circuit

 Infos générales

Premier Grand Prix : 2022
Sens : antihoraire
Nombre de tours : 57
Nombre de zones DRS : 3

 Distances

Longueur du circuit : 5.412 km

Ou encore... 40 388 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

Longueur de la course : 308.326 km

Ou encore... 2 300 940 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

 Virages

Nombre de virages : 19
Nombre de virages à gauche : 12
Nombre de virages à droite : 7

 Les stands

Vitesse limite dans les stands : 80 km/h
Distance d'allée des stands sous limiteur de vitesse : 375.00 m
Temps nécessaire pour purger un Drive-Through : 17.00 s

 Chronos

Tour en course le plus rapide : 1:31.361 (Max Verstappen, 2022)
Tour le plus rapide : 1:28.796 (Charles Leclerc, 2022)

 Pole position

Côté de la pole position : gauche
Distance de la pole au premier freinage : 162.00 m

 Accélérateur et boîte de vitesses

Temps à pleine charge : 54
Distance à pleine charge : 69
Consommation d'essence : moyenne
Nombre de changements de vitesses en un tour : 46

Données F1 et Mercedes-AMG F1 Team, aucune affiliation ou autre. Ces données étaient valables avant que le Grand Prix de F1 ne se déroule.
Les éléments ont pu évoluer après le week-end de course : changement de tracé, nouveau record et etc.

 Les données pneumatiques Pirelli

 Pressions minimale de départ des slicks

Avant : 24.0 psi
Arrière : 20.5 psi

 Limites de carrossage

Avant : -3.25°
Arrière : -1.75°

 Pneumatique et piste

Evolution de la piste (FP1 aux qualifs) : élevée
Abrasion de l'asphalte : 2/5

 Résultats du Grand Prix de F1 de Miami 2023

Pos. Pilote (Constructeur) Temps Pos. grille Gain/perte pos.* Vitesse moyenne Meilleur tour Points
1 M.Max VERSTAPPEN (Red Bull) 1:27:38.241 9   8 217.184 km/h 1:29.708 (T.56) 26
2 S.Sergio PÉREZ (Red Bull) +5.384 1   1 215.141 km/h 1:30.560 (T.57) 18
3 F.Fernando ALONSO (Aston Martin) +26.305 2   1 215.238 km/h 1:30.519 (T.57) 15
4 G.George RUSSELL (Mercedes) +6.924 6   2 214.065 km/h 1:31.015 (T.57) 12
5 C.Carlos SAINZ (Ferrari) +42.511 3   2 213.252 km/h 1:31.362 (T.55) 10
6 L.Lewis HAMILTON (Mercedes) +8.738 13   7 214.882 km/h 1:30.669 (T.57) 8
7 C.Charles LECLERC (Ferrari) +52.988 7   213.084 km/h 1:31.434 (T.57) 6
8 P.Pierre GASLY (Alpine) +55.670 5   3 211.840 km/h 1:31.971 (T.55) 4
9 E.Esteban OCON (Alpine) +58.123 8   1 213.765 km/h 1:31.143 (T.56) 2
10 K.Kevin MAGNUSSEN (Haas) +1:02.945 4   6 212.487 km/h 1:31.691 (T.53) 1
11 Y.Yuki TSUNODA (AlphaTauri) +1:04.309 17   6 214.011 km/h 1:31.038 (T.56)
12 L.Lance STROLL (Aston Martin) +1:04.754 18   6 214.426 km/h 1:30.862 (T.44)
13 V.Valtteri BOTTAS (Alfa Romeo) +1:11.637 10   3 212.147 km/h 1:31.838 (T.56)
14 A.Alexander ALBON (Williams) +1:12.861 11   3 212.115 km/h 1:31.852 (T.55)
15 N.Nico HÜLKENBERG (Haas) +1:14.950 12   3 214.334 km/h 1:30.901 (T.36)
16 G.Guanyu ZHOU (Alfa Romeo) +1:18.440 14   2 212.383 km/h 1:31.736 (T.56)
17 L.Lando NORRIS (McLaren) +1:27.717 16   1 210.854 km/h 1:32.401 (T.47)
18 N.Nyck DE VRIES (AlphaTauri) +1:28.949 15   3 212.786 km/h 1:31.562 (T.57)
19 O.Oscar PIASTRI (McLaren) +1 tour (T.56) 19   211.760 km/h 1:32.006 (T.56)
20 L.Logan SARGEANT (Williams) +1 tour (T.56) 20   210.893 km/h 1:32.384 (T.50)

Les actus concernant le Grand Prix de F1 de Miami 2023

Les brefs concernant le Grand Prix de F1 de Miami 2023

Charles LECLERC | Ferrari

Weekend galère pour Ferrari, où les deux pilotes ont comme souvent souffert en rythme de course. "Je peux avoir une voiture très survireuse et ensuite très sous-vireuse, et notre voiture est très sensible au vent" selon Charles Leclerc. Constat proche pour son coéquipier espagnol : "je ne peux pas attaquer. Dès qu'on pousse durant un tour, on perd trois dixièmes au suivant. Nous n'avons pas de flexibilité pour attaquer ou non, nous devons suivre un certain rythme pour pouvoir terminer la course".

Les pneus concentrent les inquiétudes à Maranello : "on passe d'un pneu à l'autre sans savoir ce qu'il va se passer. C'est très difficile pour avoir confiance et adapter son style car la voiture se place dans une fenêtre totalement différente selon la gamme."

Grille de départ définitive et éléments changés depuis hier.

Pirelli a distillé les stratégies possibles pour la course, ainsi que les pneus à disposition des pilotes pour ce dimanche à Miami.

Une tentative trop agressive de Leclerc met fin prématurément à une Q3 très disputée où Verstappen et lui-même avaient fait une erreur lors de leurs premières tentatives.
Pérez a tout mis bout a bout et se retrouve en pole position devant Alonso, Sainz et Magnussen.

Résultats des essais libres 3 de Miami. Rendez-vous aux qualifs.

Max VERSTAPPEN | Red Bull

La Red Bull en piste avec sa livrée spéciale pour Miami.

FIA

Zak Brown sur la spec actuelle de la McLaren, qui est celle qu'ils auraient dû avoir au départ de la saison : "Ouais, je pense que c'est juste. Là où nous en sommes maintenant, c'est là où nous nous attendions à être, nous avons donc du rattrapage à faire. C'est incroyablement serré. Vous savez, vous aviez l'habitude d'avoir un champ avant, milieu et arrière. Il n'y a plus de champ arrière. Et vraiment, je ne dirais même pas que ce sont les quatre grands, c'est Red Bull, et un peu tout le monde. Ouais, les 2, 3, 4 sont là, mais vous nous voyez tous nous mêler à eux en qualifications. Donc, bien qu'ils aient définitivement ce qui semble être des voitures plus rapides, je pense qu'ils sont à notre portée à tous. Et je pense que c'est l'une des choses que le plafonnement des coûts visait à faire, c'était d'uniformiser les règles du jeu. Je pense que tout le monde fonctionne à peu près au budget maximum. Les équipages de pilotes sont les meilleurs que j'aie jamais vus en Formule 1."

Hier, Norris expliquait que le début de saison n'était pas aussi catastrophique que ce que les gens pensent, son patron pense pareil : "ce n'est pas aussi mauvais que ça en a l'air, mais ce n'est pas aussi bon que ça devrait l'être. Et Bahreïn, nous étions définitivement en retard. En Arabie saoudite, je pense que nous aurions eu deux voitures en Q3. Lando a fait une très petite erreur inhabituelle, puis Oscar s'est fait renverser par le chauffeur d'Otmar. En fait, c'était un incident de course, son aileron avant puis efface Lando. Je ne pense donc pas que nous ayons pu vraiment courir correctement en Arabie saoudite. Et Bakou, nous nous sommes beaucoup améliorés, et l'Australie était décente. Alors oui, nous ne sommes pas là où nous voulons être, mais ça n'a pas été aussi mauvais que les gens sont peut-être prompts à le signaler après une mauvaise course."

Red Bull
FIA

Question de Scott Mitchell-Malm à Christian Horner : "il y a eu plusieurs rapports sur l'intérêt de Ferrari pour certains membres du personnel technique de Red Bull au fil du temps. La suggestion semble être qu'ils ont raté leurs objectifs les plus élevés, mais il y a potentiellement des ingénieurs moins expérimentés qui pourraient rejoindre Ferrari dans le cadre d'un accord permettant à Laurent Mekies de rejoindre AlphaTauri plus tôt. Pouvez-vous commenter cela ? Quelle est la situation là-bas ?"

Réponse du team principal de Red Bull : "Encore une fois, comme d'habitude, il y a beaucoup de spéculations. Vous savez, y aura-t-il un échange d'otages pour Laurent Mekies ? Eh bien, nous n'avons pas d'otages. Donc, en termes de personnel qui déménage chez Ferrari, certainement à un niveau supérieur ou moyen, il n'y a rien de prévu. Des personnes qui ont été mentionnées en lien avec Ferrari sont venues me voir la semaine dernière et ont fait part de leur incrédulité face à certaines de ces rumeurs. Mais, vous savez, c'est la Formule 1, cela arrivera inévitablement, mais il n'est pas prévu que des membres seniors de notre équipe rejoignent Maranello."

Lewis HAMILTON | Mercedes
FIA

Toto Wolff à propos du contrat de Lewis Hamilton qui se termine cette saison et sa très possible re-signature : "Cela fait 11 ans que nous sommes ensemble, et à chaque fois que nous parlons du contrat de Lewis, c'est six mois de "où en sommes nous et que se passe-t-il ?" Et nous continuons à voir la même chose ; que nous continuons, il ne s'agit pas de négociations contractuelles difficiles, il s'agit simplement de mettre un calendrier différent et quelques chiffres différents là-dedans. Et c'est ce que nous faisons. Et nous travaillons là-dessus. C'est un travail en cours, avec des allers-retours d'e-mails Et à la longue, nous allons le signer."

Sergio PÉREZ | Red Bull

Checo Pérez : "Je n'ai pas bien piloté et j'ai besoin de m'améliorer et de me sentir plus à l'aise dans la voiture."
"Nous avons essayé quelque chose [réglages] et en avons beaucoup appris."

Pour son écart avec Max Verstappen ? "Dans mon tour rapide, j'ai freiné en bout de ligne droite. Sinon, l'écart aurait été plus petit."

Charles LECLERC | Ferrari

Le nouveau fond plat de Ferrari a créé de la "confusion".

AMuS rapporte : "Les deux pilotes ne se sentaient pas à 100% à l'aise dans leur voiture. L'arrière s'est comporté de manière erratique dans certains virages. Cela a sapé la confiance."

"Il est concevable que Ferrari mette une voiture avec l'ancien fond plat."

Résultats du premier jour à Miami pour les deux séances d’essais libres.

Les nouvelles pièces moteur et boîte de vitesses montées au début de ce week-end à Miami.

Kevin MAGNUSSEN | Haas

Casque spécial Miami de dernière minute pour KMag.

Point comptable mécanique avant le Grand Prix de Miami 2023.

Cinq écuries ont amené de nouvelles pièces à Miami : Ferrari, Haas, AlphaTauri, Alfa Romeo et Aston Martin.

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max Verstappen sur les voitures 2023 : "Je pense qu'elles sont un peu plus stables lorsque vous suivez. Comme l'autre génération, vous pourriez avoir un survirage ou un sous-virage massif à haute ou à basse vitesse. Maintenant, oui, vous perdez de l'appui, mais c'est un peu plus de sous-virage, un peu plus de survirage, rien de vraiment drastique. Mais comme je l'ai déjà dit, je pense bien sûr que cela s'est amélioré - mais à cause de la rigidité des voitures, de la façon dont vous devez les faire fonctionner, cela enlève un peu de cette magie - en particulier sur un circuit urbain où vous pouvez rouler sur un trottoir ici et là. Alors oui, c'est probablement un peu difficile, autour de Bakou, mais aussi autour de Singapour, cela rend les choses très difficiles. Ouais, je ne sais pas. Je pense qu'en général, ce que nous devons essayer d'éviter – mais c'est très difficile – c'est juste une prise de poids. Quand tu sautes dans une vieille voiture, et que tu sors, vous sentez certainement la différence dans l'agilité d'une vieille voiture. Mais c'est comme début, pour moi, début 2010. Avant ça, ils étaient encore plus légers, non ? Donc, je ne sais pas comment nous pouvons résoudre cela. De plus, les roues plus grandes sont également un peu plus lourdes. Donc pour moi ça va dans le mauvais sens. Mais je ne sais pas ce qu'on peut faire pour, vous savez, renverser la situation."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Max Verstappen questionné sur la rivalité avec son coéquipier, principalement pour la course au titre : "C'est tellement tôt dans la saison, nous savons que nous avons une voiture très rapide. Alors, c'est tout à fait normal que ce soit entre nous deux, non ? À l'heure actuelle. Il n'y a donc rien de nouveau là-dedans. Et ouais, entre nous, on s'entend bien, on a de bonnes relations. Je pense donc que ce sur quoi nous voulons nous concentrer, c'est juste d'essayer de rendre la voiture meilleure et plus rapide pour essayer de rester devant tout le monde. C'est l'objectif principal. Et puis le reste, vous le ferez sur la piste de toute façon."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Ronald Vording : "Cette semaine, nous avons appris qu'Adrian Newey a prolongé son contrat et restera avec l'équipe [Red Bull] pendant encore plusieurs années. À quel point cette nouvelle est-elle importante pour vous personnellement, et si davantage de personnel clé de Red Bull restait avec l'équipe sur le long terme, cela pourrait-il influencer vos décisions vers 2028 ?"

Max Verstappen : "Eh bien, rien n'influencera quoi que ce soit en 2028 parce que j'ai un contrat donc mais oui, je suis très heureux bien sûr qu'Adrian reste, mais cela vaut pour tout le monde dans l'équipe, n'est-ce pas ? Je veux dire, quand vous vous débrouillez très bien, vous voulez essayer de garder tout ce groupe ensemble. Et c'est bien sûr aussi l'objectif de l'équipe pour l'avenir."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Jenna Fryer a demandé à Max Verstappen : "on a demandé à George Russell si tout allait bien pour vous et s'il vous ferait la course différemment. Il a dit qu'il ne vous ferait pas la course différemment. De votre côté, comment ça se passe entre vous deux ?"
Max Verstappen : "Horrible ! Non bien sûr que non. C'est peut-être ce que les gens aiment entendre. Mais non, tout va bien."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Max Verstappen au sujet du DRS, notamment pour le raccourcissement des zones à Miami : "Eh bien, je préférerais bien sûr que nous puissions courir sans DRS, mais ce n'est pas possible. Je pense que pour nous, bien sûr, c'est un peu différent. Je veux dire, si la voiture est plus rapide que celle… disons que lorsque vous devez venir sur le terrain par l'arrière, peu importe la longueur de la zone, vous ferez ressortir la voiture devant. Mais quand le rythme est à moins d'un dixième, ou deux dixièmes, on a pu voir qu'à Bakou, je pense, une fois qu'on est un peu dans un train DRS, il n'y a plus aucune chance et même quand le wagon de tête du train… la zone DRS n'est tout simplement pas assez grande pour faire une tentative. Alors, qu'est-ce que c'est ? La zone DRS est-elle trop courte ? Les voitures ne sont-elles pas assez bonnes pour suivre de près ? Je pense que c'est un peu une combinaison des deux, les voitures sont probablement trop lourdes, elles sont trop rigides, donc vous ne pouvez passer par un vibreur pour essayer de trouver une ligne un peu différente parce que c'est assez… tout le monde roule plus ou moins sur la même ligne de nos jours à cause du fonctionnement des voitures et de la rigidité de la suspension. Et oui, probablement maintenant, avec les gens qui trouvent de plus en plus d'appui dans les voitures, cela devient probablement un peu plus difficile à suivre également."

Nico HÜLKENBERG | Haas
FIA

Nico Hülkenberg : "Bakou a été un week-end délicat pour nous, pour différentes raisons. Je crois qu'ici, ce circuit devrait nous convenir. Cela nous conviendra mieux. Alors oui, je pense que comme tout le monde le sait, le milieu de terrain est très serré. Nous devons tout assembler, ne pas faire d'erreur, mais je crois que si nous pouvons tous nous rassembler, nous pourrons être dans les points dimanche."

Guanyu ZHOU | Alfa Romeo
FIA

Après le week-end difficile, Zhou indique qu'il faut qu'ils surmontent leurs problème, chez Alfa, et qu'ils aient un rythme plus acceptable : "nous avons beaucoup de mal, surtout en course."

Lando NORRIS | McLaren
FIA

Lando Norris sur la position de McLaren en ce début d'année où l'écurie est dans un peloton resserré et disputé : "Je pense que nous avons une bonne, disons, base de référence pour vraiment travailler à partir de maintenant, plus de confiance pour pouvoir travailler là où nous sommes. Mais nous n'avons pas eu une mauvaise année. Je sais que les gens n'arrêtent pas de dire que nous avons eu une mauvaise année et un si mauvais départ et je suppose que oui, si nous voulons dire que nous voulons gagner des courses, etc., mais nous aurions dû marquer des points lors de la première course de la saison , nous aurions potentiellement pu les marquer en une seconde. Nous n'avons juste pas eu de chance avec les dégâts et des choses comme ça. Et puis nous avons fait une bonne course en Australie et une meilleure course à Bakou. Donc, rien n'est mauvais. Je pense que nous sommes juste dans cette position médiane pour le moment et c'est proche entre nous et Alpine, AlphaTauri, Haas parfois, Alfa Romeo. Tout le monde est là ou à peu près donc c'est juste une bataille serrée. Un jour on aura l'air un peu mieux et le lendemain on aura l'air un peu moins bien mais c'est amusant."

Pour lui, quatre équipes ont une avance considérable sur eux, donc là, à Miami : "Je ne m'attends pas à beaucoup plus de choses. La voiture est la même que le week-end dernier, donc peut-être juste essayer de comprendre les nouvelles pièces que nous avons apportées à Bakou, ce que je pense que nous avons, alors peut-être les exploiter un peu plus."

En tout cas, les pièces actuelles ne sont pas une découverte "de l'instant", pour ainsi dire : "disons que le nouveau plancher que nous avons maintenant, c'est plus une philosophie différente, une compréhension différente de la façon dont les choses fonctionnent. Je suppose que cela a déjà été trouvé pendant l'hiver, juste un peu trop tard. [...] Ce n'est pas juste une grande chose. Les gens proposent différentes idées et différentes façons de faire les choses."

FIA

Question de Matt Kew en conférence de presse : "Par rapport aux voitures de l'année dernière, est-ce plus difficile de suivre [une autre voiture] cette année, plus difficile de doubler ? Et si oui, est-ce lié à l'élévation du plancher ? Quels sont les facteurs aéro ?"

George Russell : "Je pense que oui. Je ne sais pas exactement pourquoi. Je pense qu'évidemment, vous savez, la F1 a créé ces règlements pour aider à dépasser et à suivre, et depuis qu'ils ont été introduits, chaque équipe s'est en quelque sorte développée naturellement loin de ses intentions initiales, au fur et à mesure que vous développez la voiture. Ainsi, chaque voiture sur la grille est très différente de ce à quoi, disons, elle devait ressembler il y a 18 mois ou il y a deux ans ou à tout autre moment. Et oui, je pense que les dépassements deviennent lentement plus difficiles, mais aussi parce que l'aspiration n'est pas aussi grande avec ces nouvelles voitures, donc ça va lentement dans la mauvaise direction pour les dépassements."

Charles Leclerc : "Ouais, rien à ajouter sur les parties techniques. Peut-être qu'en tant que pilote, j'ai eu l'impression que cette année, c'est un peu plus difficile à suivre dans les virages à basse vitesse, surtout par rapport à la vitesse élevée. C'est là que nous luttons un peu plus mais oui, George a tout dit."

Esteban Ocon : "Je veux dire, je suis d'accord que c'est un peu plus difficile. Je pense aussi, vous savez, que raccourcir les choses DRS n'aide pas du tout, comme nous en avons discuté auparavant. Mais il y a quelque chose que vous savez, que nous n'avons pas encore vécu, c'est que nous avons fait trois courses sans dégradation pour le moment, ce qui, vous savez, crée plus de difficultés pour dépasser je pense. A Bahreïn, nous avons vu beaucoup plus de dépassements que les trois derniers et il n'y a pas eu de dégradation en Australie, pas de dégradation à Djeddah, pas de dégradation à Bakou. Voyons s'il y en a ici avec le nouveau tarmac. Mais oui, je pense que dès qu'il y a un peu plus de dégradation, il y a plus de bagarres et plus de plaisir en piste."

FIA

Georges Russell et Charles Leclerc se sont exprimés sur le raccourcissement de deux zones DRS de Bakou. Logan Sargeant et Esteban Ocon étant du même avis que ces deux pilotes.

Russell : "Je pense que nous n'avons pas tous vraiment compris pourquoi ils ont été raccourcis. Aucun de nous n'a été consulté à ce sujet ou n'a demandé son avis à ce sujet et je pense que la course parle d'elle-même à Bakou. Je ne sais pas si nous allons ça garder pour ce week-end. Le DRS est là pour faciliter les dépassements et c'est toujours excitant quand vous avez ces gros avantages du DRS et cela vous donne l'opportunité de vous battre et clairement à Bakou c'était bien trop court.

Leclerc : "Ouais, je ne pense pas que ce soit la bonne direction. Je pense qu'avec les voitures que nous avons en ce moment, c'est encore assez difficile à suivre. C'est mieux que les voitures de la génération précédente mais toujours pas assez bon pour avoir moins de DRS, donc j'espère que dans les futures courses, nous ne les raccourcirons pas."

Charles LECLERC | Ferrari
FIA

Etat de la situation chez Ferrari pour Leclerc, sur les changements, l'arrivée et le management de Vasseur : "Je pense qu'il ne fait que commencer ce processus maintenant. Jusqu'à présent, il essayait essentiellement d'analyser la situation le plus rapidement possible afin de faire les meilleurs changements possibles pour l'avenir. Alors oui, je pense que le gros du boulot sera fait à partir de maintenant donc on verra. Evidemment je parle beaucoup avec Fred et je sais quels sont ses projets à moyen et long terme pour l'équipe, et je suis complètement derrière lui et je lui fais entièrement confiance. Je suis donc sûr que ce sont les bons choix et que cela va dans la bonne direction pour l'équipe. Alors pour ça, j'ai hâte. Mais oui, attendons de voir."

George RUSSELL | Mercedes
FIA

Question de David Croft en conférence de presse à Miami : "Changez-vous votre façon de courir contre Max maintenant ?"
Réponse de George Russell : "Non, je continuerai à faire la r comme je l'ai toujours fait. On a beaucoup parlé de cette altercation, mais de mon côté, c'était assez simple. Je suis allé pour un dépassement, j'ai fait le dépassement et j'ai continué. De toute évidence, il était assez contrarié à ce sujet, mais c'est la course et ces choses arrivent. Et nous sommes tous ici pour nous battre, donc c'est ce que tout le monde veut."

Phil Duncan en rajoute en demandant si les deux pilotes ont clarifié les choses depuis : "Non, encore une fois, de mon côté il n'y a rien à éclaircir. Je l'accueillerai et le saluerai s'il passe [devant moi] et je suis sûr que nous nous serrerons la main quand nous nous croiserons. Pour moi, c'est de l'histoire maintenant et c'est derrière nous. Ouais, mon point de vue sur lui est toujours le même, je le respecte toujours, je pense toujours que c'est un grand pilote et évidemment les choses ont toujours été dites dans le feu de l'action mais oui, nous passons à autre chose."

Charles LECLERC | Ferrari
FIA

Charles Leclerc réitère ses propos sur la SF-23 et sur la F1 de leurs concurrents directs, Red Bull : "en Azerbaïdjan, ça s'est très bien passé. Nous avons eu notre première pole, ce qui est super. Je pense que cela confirme la force de notre voiture, surtout en qualifications, mais en course, nous avons un peu confirmé nos faiblesses et nous devons encore travailler sur notre rythme de course car la Red Bull est tout simplement trop forte pour le moment."
Pour ce qui est des améliorations amenées à Miami : "[ça] Doit aller dans la bonne direction ; Je ne pense pas que ce sera suffisant pour se battre avec eux mais oui, ça ira dans la bonne direction, j'en suis sûr."

Esteban OCON | Alpine
FIA

Esteban Ocon après la déception de Bakou : "Nous essayons de nous concentrer sur les points positifs que nous avions, à savoir que les mises à jour que nous avions fonctionnaient. Nous ne l'avons pas utilisé [ce week-end en Azerbaïdjan] de la bonne façon et comme il aurait dû l'être. Faire seulement trois tours en FP1 et simplement corriger la configuration à partir de là a été très délicat pour nous. Nous n'avons donc pas utilisé la voiture de la bonne manière, nous ne l'avons pas optimisée et nous ne pouvions pas vraiment voir les performances de la voiture. Mais nous avons trois sessions ici pour changer les choses [...]"

Yuki TSUNODA | AlphaTauri

Yuki Tsunoda a aussi présenté son casque spécial Miami.

Carlos SAINZ | Ferrari

Le casque spécial Miami de Carlos Sainz ! Les deux pilotes Ferrai se sont mis aux couleurs locales.

Charles LECLERC | Ferrari

Les pilotes Ferrari y vont aussi de leurs casques spéciaux. Voici celui de Charles Leclerc.

Pierre GASLY | Alpine

Le casque spécial #MiamiGP de Pierre Gasly.

Kevin MAGNUSSEN | Haas

Les pilotes Haas, Magnussen et Hülkenberg, dans leurs combinaisons aux couleurs du #MiamiGP.

Nico HÜLKENBERG | Haas

Nico Hülkenberg, c’est l’amour à la plage avec son casque spécial Miami.

Logan SARGEANT | Williams

Le casque spécial Grand Prix de Miami de Logan Sargeant.

Lando NORRIS | McLaren

Le casque de Lando Norris au Grand Prix de Miami ? Un ballon de plage !

Red Bull

Les photos de la vraie F1 pour la livrée Miami de Red Bull.

Red Bull

Red Bull a dévoilé sa livrée spéciale pour le Grand Prix de Miami.

Alexander ALBON | Williams

Casque balle de golf pour Alex Albon au Grand Prix de Miami.

Esteban OCON | Alpine

Le casque spécial Grand Prix de Miami d’Esteban Ocon.

Yuki TSUNODA | AlphaTauri

Yuki Tsunoda regrette le week-end désordonné à Bakou mais est motivé pour le premier Grand Prix américain de la saison : "je suis venu à Miami avec un état d'esprit très positif car il y avait de nombreux signes que nous faisons de réels progrès avec la voiture et les mises à jour qui sont sorties de Bicester [le pôle anglais d'AlphaTauri], en particulier celles qui visaient à améliorer notre vitesse de pointe, semblaient vraiment fonctionner."

Nyck de Vries, qui endosse la responsabilité de ses erreurs à Bakou, est du même avis que son coéquipier et estime que, pour les améliorations, "Miami sera une chance d'en tirer le meilleur parti".

Red Bull

Red Bull dévoilera donc sa livrée Miami GP demain à 19:35… Eastern Time, donc jeudi à 01:35 heure française.

Les organisateurs ont fait resurfacer les 5,41 kilomètres de piste pour 2023. La surface précédente, composée de calcaire et de granit, avait été traitée avec de puissants jets d'eau. La nouvelle surface est un facteur inconnu et sera analysée par les techniciens Pirelli lors d'une inspection de la piste effectuée mercredi pendant la semaine de course.

Pourquoi la sélection de gommes C2 à C4 ? Ce choix est principalement dû aux températures de piste habituellement élevées qui ont atteint 59°C l'an dernier.

Le temps sur la côte de Miami est très changeant. En 2022, la course a été épargnée par la pluie, qui n'est tombée que lors de la mise en grille avec des températures élevées, ce qui a entraîné le séchage de la piste avant le début de la course. La possibilité d'averses doit être sérieusement prise en considération.

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max Verstappen a présenté son casque spécial pour le Grand Prix de Miami 2023.
On peut supposer que la livrée spéciale de la voiture ne sera pas très éloignée.

Red Bull

La livrée Red Bull spéciale pour Miami sera dévoilée demain.