P6 et P7 à Imola pour Mercedes peuvent ne pas sembler être un progrès sur le papier, mais les écarts avec ceux qui les précèdent et les suivent laissent place à l'optimisme, selon l'équipe. L'écurie fera ainsi étape à Monaco cette semaine, convaincue qu'elle va dans la bonne direction.

"Nous avons fait un pas en avant. Nous nous sommes améliorés," a déclaré Lewis Hamilton après la course. "Mais nous devons continuer jusqu'à ce que nous obtenions ces améliorations pour vraiment réduire les écarts."

Du cockpit au mur des stands, Toto Wolff (directeur de l'équipe Mercedes) était également satisfait de ce qu'il a vu lors de notre première visite à Imola en deux ans. Il a déclaré : "Nous sommes sur une trajectoire où nous rendons la voiture meilleure, nous pouvons le voir. Je me sens plus confiant maintenant."

Le progrès sera régulier, mais l'équipe sait que c'est la bonne voie à suivre. "Nous voyons maintenant ces gains progressifs, plutôt que cette mise à jour miracle," a ajouté Toto. "Nous mettons la voiture dans une meilleure fenêtre et lui donnons plus de performances. Je me sens plus confiant."

Il y a 3 h

À Imola, Hamilton a été interrogé sur la possibilité que Sainz rejoigne Mercedes, mais il a répondu en exprimant sa préférence pour Antonelli. "Carlos est un excellent pilote, donc je pense que peu importe où il ira, il apportera quelque chose de positif à n'importe quelle équipe", a déclaré Hamilton. "Honnêtement, je n'ai aucune idée des plans de Toto, mais pour moi, si je devais choisir un jeune pilote, je prendrais probablement Kimi."

Wolff a parlé à Sky Sports F1 de ses sentiments concernant la course d'Hamilton en Italie ce week-end, pour la première fois depuis l'annonce de son transfert surprise chez Ferrari, et a évoqué Antonelli. "J'imagine que pour les Italiens, c'est très excitant d'avoir Lewis Hamilton en rouge l'année prochaine. Nous nous habituerons aux tenues, mais nous devons nous concentrer sur nous-mêmes", a-t-il dit. "Peut-être qu'il y a une option pour que nous brillions davantage avec un Italien dans notre voiture, donc nous repoussons les limites."

Mercedes a testé Antonelli dans leurs voitures de F1 de 2021 et 2022 en avril, mais ils ont essayé de modérer les attentes concernant l'Italien. James Allison, directeur technique, a loué Antonelli, qui a rivalisé et, parfois, surpassé son coéquipier en Formule 2, Oliver Bearman, cette saison. "J'ai eu le grand plaisir d'écouter les ingénieurs décrire leurs interactions avec lui", a déclaré Allison. "Un jeune pilote enthousiaste, très, très rapide, avec un rythme régulier. Il n'avait jamais conduit une voiture de F1 jusqu'à récemment, mais il a semblé à l'aise dès les premiers tours."

L'ingénieur britannique a rajouté : "Il est arrivé avec un esprit ouvert face à cette génération de voitures à effet de sol. Il ressent toutes les sensations attendues, mais il n'est pas influencé par les voitures précédentes. Il les prend telles qu'elles sont et nous décrit leurs points faibles et forts. Il laisse les ingénieurs travailler pour améliorer ces aspects. Mais il semble être un très prometteur jeune pilote."

À Imola, pour en revenir à Wolff, le patron de l'équipe Mercedes a déclaré : "Nous mettons en avant ce jeune homme depuis longtemps maintenant et il sera un très bon et grand pilote un jour en Formule 1, mais il a 17 ans. Il y a quatorze mois, il conduisait une voiture de F4 et il y a beaucoup d'attentes en Italie. Nous sommes aussi un peu coupables d'avoir parlé de lui à ce stade et je pense que nous devrions le laisser se concentrer sur la Formule 2, obtenir des résultats et ne pas trop se laisser emporter par ce qui pourrait ou devrait être. Regardez George [Russell], il a remporté la F3 et la F2 dès sa première année. En même temps, Kimi a excellé dans ces séries juniors et est maintenant en F2, donc nous verrons. Il sera en Formule 1 un jour, mais ne précipitons pas les choses."

Il y a 3 h

Le poster Mercedes x LEGO pour le Grand Prix de Monaco 2024 !

Il y a 2 h

Pour le Grand Prix de Monaco 2024, Pirelli a une nouvelle fois sélectionné les trois composés de pneus les plus tendres disponibles cette année : le C3 en tant que pneu dur, le C4 comme pneu médium, et le C5 pour le pneu tendre. Cette sélection est typique des circuits urbains où la surface de la piste est particulièrement lisse, car elle est utilisée quotidiennement par des véhicules routiers. Par conséquent, les pneus doivent offrir un maximum d'adhérence.

À Monaco, les pneus subissent des forces parmi les plus faibles de la saison en raison de la vitesse moyenne très lente sur les 3,337 kilomètres du circuit, avec certains virages pris à moins de 50 km/h et seulement 30 % du tour passé à pleine puissance. Cependant, cette faible contrainte est compensée par le fait que, avec 78 tours à couvrir le dimanche, chaque phénomène pouvant influencer le comportement des pneus se produit bien plus fréquemment, en particulier en ce qui concerne l'énergie développée lors des phases de traction. Un autre élément à prendre en compte est le graining, qui pourrait apparaître de manière significative durant les premiers jours.

Sur un tracé où la marge d'erreur est quasiment nulle, un facteur clé pour améliorer les temps au tour est la confiance que les pilotes acquièrent progressivement, même s'ils connaissent bien le circuit. Ils doivent trouver les meilleures trajectoires, se rapprochant de plus en plus des barrières, souvent jusqu'à effleurer celles-ci avec les flancs des pneus. La maîtrise de cette technique, sans endommager la voiture, est cruciale pour obtenir une bonne position sur la grille de départ, essentielle dans une course où les dépassements sont quasiment impossibles, même lorsque l'écart de performance entre les voitures peut atteindre plusieurs secondes. La qualification sera encore plus critique cette année, alors que nous avons vu que l'ordre de départ se joue souvent à quelques millièmes de seconde.

Sur un circuit comme Monaco, l'apparition de la voiture de sécurité est presque inévitable, avec une probabilité moyenne de 77 %, soit presque deux interventions par course. Curieusement, la course de l'année dernière s'est déroulée sans aucune neutralisation. Il n'y a vraiment qu'une seule stratégie viable : un arrêt unique, en essayant de s'arrêter le plus tard possible pour profiter éventuellement de la voiture de sécurité et ainsi minimiser le temps perdu dans la voie des stands.

Il y a 49 minutes

Détails sur le Grand Prix de F1 de Bahreïn 2024

 Retour à la saison 2024

 Bahreïn | Sakhir

 
Pneus
C1
C2
C3
Bahreïn
Course 1/24
FP1 29/02/2024 12:30
FP2 29/02/2024 16:00
FP3 01/03/2024 13:30
Qualifications 01/03/2024 17:00
Course 02/03/2024 16:00

 FALC (Faits à la con)

7 : freinages dont 3 très gros, c'est-à-dire de 4G ou plus pendant 0,4 s ou plus. Ce circuit est exigeant, les pilotes prennent aussi 3,3G latéraux au T12.
495 : nombre de lampadaires utilisés pour éclairer la piste.
1 120 : nombre de palmiers présent dans l'enceinte du circuit. Il est au milieu du désert et a été érigé en lieu et place d'une ferme à chameaux.

 Les données sur le circuit

 Infos générales

Premier Grand Prix : 2004
Sens : horaire
Nombre de tours : 57
Nombre de zones DRS : 3

 Distances

Longueur du circuit : 5.412 km

Ou encore... 40 388 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

Longueur de la course : 308.238 km

Ou encore... 2 300 284 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

 Virages

Nombre de virages : 15
Nombre de virages à gauche : 6
Nombre de virages à droite : 9

 Les stands

Vitesse limite dans les stands : 80 km/h
Distance d'allée des stands sous limiteur de vitesse : 421.00 m
Temps nécessaire pour purger un Drive-Through : 18.90 s

 Chronos

Tour en course le plus rapide : 1:31.447 (Pedro DE LA ROSA, 2005)
Tour le plus rapide : 1:27.264 (Lewis HAMILTON, 2020)

 Pole position

Côté de la pole position : gauche
Distance de la pole au premier freinage : 297.10 m

 Accélérateur et boîte de vitesses

Temps à pleine charge : 61 %
Distance à pleine charge : 73 %
Consommation d'essence : moyenne
Nombre de changements de vitesses en un tour : 61

Données F1 et Mercedes-AMG F1 Team, aucune affiliation ou autre. Ces données étaient valables avant que le Grand Prix de F1 ne se déroule.
Les éléments ont pu évoluer après le week-end de course : changement de tracé, nouveau record et etc.

 Les données pneumatiques Pirelli

 Pressions minimale de départ des slicks

Avant : 22.0 psi
Arrière : 19.0 psi

 Limites de carrossage

Avant : -3.50°
Arrière : -2.00°

 Pneumatique et piste

Evolution de la piste (FP1 aux qualifs) : moyenne
Abrasion de l'asphalte : 5/5

 Résultats du Grand Prix de F1 de Bahreïn 2024

Pos. Pilote (Constructeur) Temps Pos. grille Gain/perte pos.* Vitesse moyenne Meilleur tour Points
1 M.Max VERSTAPPEN (Red Bull) 1:31:44.742 1   210.383 km/h 1:32.608 (T.39) 26
2 S.Sergio PÉREZ (Red Bull) +22.457 5   3 206.468 km/h 1:34.364 (T.40) 18
3 C.Carlos SAINZ (Ferrari) +25.110 4   1 206.156 km/h 1:34.507 (T.44) 15
4 C.Charles LECLERC (Ferrari) +39.669 2   2 207.069 km/h 1:34.090 (T.36) 12
5 G.George RUSSELL (Mercedes) +46.788 3   2 204.946 km/h 1:35.065 (T.40) 10
6 L.Lando NORRIS (McLaren) +48.458 7   1 206.223 km/h 1:34.476 (T.1) 8
7 L.Lewis HAMILTON (Mercedes) +50.324 9   2 205.688 km/h 1:34.722 (T.39) 6
8 O.Oscar PIASTRI (McLaren) +56.082 8   205.123 km/h 1:34.983 (T.1) 4
9 F.Fernando ALONSO (Aston Martin) +1:14.887 6   3 206.830 km/h 1:34.199 (T.48) 2
10 L.Lance STROLL (Aston Martin) +1:33.216 12   2 203.730 km/h 1:35.632 (T.30) 1
11 G.Guanyu ZHOU (Sauber) +1 tour (T.56) 17   6 204.102 km/h 1:35.458 (T.30)
12 K.Kevin MAGNUSSEN (Haas) +1 tour (T.56) 15   3 203.863 km/h 1:35.570 (T.34)
13 D.Daniel RICCIARDO (Visa CashApp RB) +1 tour (T.56) 14   1 204.735 km/h 1:35.163 (T.37)
14 Y.Yuki TSUNODA (Visa CashApp RB) +1 tour (T.56) 11   3 203.303 km/h 1:35.833 (T.37)
15 A.Alexander ALBON (Williams) +1 tour (T.56) 13   2 203.537 km/h 1:35.723 (T.40)
16 N.Nico HÜLKENBERG (Haas) +1 tour (T.56) 10   6 205.445 km/h 1:34.834 (T.46)
17 E.Esteban OCON (Alpine) +1 tour (T.56) 19   2 202.473 km/h 1:36.226 (T.34)
18 P.Pierre GASLY (Alpine) +1 tour (T.56) 20   2 205.508 km/h 1:34.805 (T.45)
19 V.Valtteri BOTTAS (Sauber) +1 tour (T.56) 16   3 202.523 km/h 1:36.202 (T.33)
20 L.Logan SARGEANT (Williams) +2 tours (T.55) 18   2 205.659 km/h 1:34.735 (T.42)

Les actus concernant le Grand Prix de F1 de Bahreïn 2024

Les brefs concernant le Grand Prix de F1 de Bahreïn 2024

Charles LECLERC | Ferrari
FIA

Alex Kalinauckas d'Autosport a questionné Charles Leclerc sur son duel avec Carlos Sainz le week-end dernier, qui semblait assez excitant du point de vue des spectateurs, mais nettement moins frénétique, peut-être, ou sur le fil du rasoir que ce qui s'était passé à Monza l'année dernière. Le journaliste rappelle une scène dans "Drive to Survive" où les pilotes Ferrari parlent de la manière dont ils s'affrontent en course. Quelle était sa réflexion en termes de combat roue contre roue avec Carlos ? Est-ce différent de ce que c'était avant ? Réponse de Leclerc "Non, je pense que nous essayons toujours de nous battre à la limite, en gardant évidemment à l'esprit que Ferrari passe en premier et que nous ne pouvons pas prendre de risques inutiles."

Le Monégasque a complété : "Encore une fois, de mon côté, je n'étais pas vraiment en position de me battre correctement, car nous avions pas mal de problèmes à gérer. Oui, au final, c'est une question d'équilibre et parfois nous pouvons dépasser un peu la limite et être un peu trop agressifs, puis nous aurons une discussion et nous recentrerons cela. Et c'est ce que nous avons fait au cours des années où nous avons concouru ensemble. Mais je ne me souviens d'aucun moment où cela est allé jusqu'à avoir un problème entre nous. C'est donc une bonne chose et cela devrait rester ainsi. Mais je n'ai aucun doute à ce sujet. Nous avons aussi une très bonne relation en dehors de la voiture, donc nous sommes très ouverts et très honnêtes entre nous, donc nous avons cette discussion très souvent. Donc oui, il s'agit de trouver le bon équilibre, mais je pense que nous l'avons fait."

Charles LECLERC | Ferrari
FIA

Charles Leclerc a indiqué que le problème de frein qu'il a eu à Bahreïn était inédit et qu'il ne pense pas que ça reviendra : "Cela n'était pas dû à la surchauffe ou à quoi que ce soit du genre. C'était juste un problème que nous n'avions jamais eu auparavant. Et cela a évidemment été très coûteux en termes de temps, surtout dans la première moitié de la course, où c'était extrêmement difficile à conduire. Mais non, je ne m'attends pas à ce que cela se reproduise ce week-end."

Yuki TSUNODA | Visa CashApp RB
FIA

Lors de la conférence de presse pré-Grand Prix d'Arabie Saoudite, Yuki Tsunoda a été invité à revenir sur les ordres de son écurie à Bahreïn. Lui et Ricciardo ont dû échanger leurs positions mais l'Australien n'a pas pu dépasser la voiture précédant les VCARB. Après la course, le japonais a fait un divebomb sur Daniel Ricciardo puis l'a frôlé, laissant le numéro 3 plongé dans la perplexité.

- Les choses sont devenues un peu tendues entre vous et Daniel après le drapeau à damier le week-end dernier. Qu'est-ce qui s'est passé ?
- Oui, nous en avons parlé après la course avec toute l'équipe et nous sommes toujours unis, vous savez, nous sommes maintenant sur la même longueur d'onde. Nous nous comprenons. Donc, oui, je pense que c'est vraiment tout.

- Cela reflétait-il juste votre frustration concernant les consignes d'équipe ?
- À ce moment-là, oui. Mais au final, je comprends ce qu'ils disent. Et oui, je pense que c'est tout. La course n'a évidemment pas été facile à la fin. Donc, je pense que c'est ça, oui.

- Et qu'en est-il du rythme de la voiture ?
- Le rythme était bon. Assez content du rythme. Je pense que je me battais dans le top 10. Donc, oui, il y a définitivement du rythme et nous l'avons vu en qualifications aussi. Nous avons fini assez proches du P10 également. Donc c'était bien. J'ai donc apprécié la première moitié. Et oui, évidemment, beaucoup de choses à retenir de là comme point positif et évidemment pour l'avenir aussi.

- Et si, Yuki, il y a à nouveau des consignes d'équipe ce week-end, sera-ce plus facile pour vous de vous y faire ?
- Oui. À 100 %.

David Croft, de Sky Sports lui a ensuite posé la question suivante : "Vous semblez beaucoup plus calme maintenant concernant les consignes d'équipe, mais pour la 12ème place, était-ce vraiment nécessaire ? Et pourquoi l'équipe imposait-elle des consignes d'équipe pour ce qui était une lutte pour la 12ème place ? Et étiez-vous sur le point de dépasser Kevin, ou étiez-vous resté derrière lui pendant un moment ? Pouvez-vous nous expliquer un peu cela ?"
Le jeune Japonais lui a répondu : "Oui, je pense que nous avions une stratégie différente de celle de Daniel. Et il avait des pneus neufs. Enfin, il avait des pneus Tendres. Et je me battais avec Kevin [Magnussen, sur Haas]. Donc, évidemment, il avait plus d'air libre et il avait plus de rythme. Et je pense que probablement l'équipe pensait que Daniel avait plus de rythme et plus de chances de dépasser Kevin. Donc ils m'ont demandé de changer de position. Oui, je pense que c'est tout. Oui, sur le moment, j'étais un peu énervé. J'avais des moments de surchauffe dans mon cerveau. Mais oui, finalement, je l'ai laissé passer, peut-être un tour plus tard ou une demi-tour plus tard. Donc probablement que c'était ça. Donc à la fin, l'équipe pensait qu'ils avaient plus de chances, et je respecte cela, oui."

Ian Parkes du New York Times a rebondi sur le "moment de surchauffe" du Japonais, l'interrogeant sur la raison pour laquelle Red Bull voudrait engager un pilote qui lutte encore pour maîtriser ses émotions en course, comme cela a été observé par le passé. Il a également demandé à Tsunoda ce qu'il pense devoir démontrer au reste de la saison pour prouver qu'il mérite le deuxième baquet Red Bull, détenu actuellement par Checo Pérez. Tsunoda a répondu : "Oui, assurément. C'est quelque chose que je dois améliorer, c'est sûr. Et oui, je veux dire, si je refais ces choses, bien sûr, il y aura plus de problèmes. Et je sais que ce sont des choses que je dois principalement améliorer. Donc oui, je travaille dessus. Et oui, je montrerai des améliorations. Il me faut faire plus que deux pas en avant, vous savez, pas seulement un pas, par exemple. Et j'ai confiance en ma capacité à prouver cela. Et c'est à eux de décider s'ils me veulent ou non, je pense, pour le reste. Mais oui, je me concentre principalement sur ces autocontrôles. À part ça, j'ai une assez bonne confiance. J'atteins la plupart de mes objectifs, et je continue de m'améliorer."

Nico HÜLKENBERG | Haas
FIA

Nico Hülkenberg a exprimé un optimisme prudent concernant les améliorations apportées à sa voiture pour cette saison, soulignant qu'elle est en "meilleur état que l'année dernière". Il admet que la base de départ était assez faible, ce qui rendait toute amélioration notable. Cependant, il reste attentif, considérant les performances au Grand Prix de Bahreïn comme un indicateur positif, malgré un incident qui l'a placé loin derrière dans la course. Hülkenberg souligne l'importance des améliorations aérodynamiques, mentionnant une "carte aéro" [aero map] plus cohérente et prévisible, qui contribue à une meilleure gestion des pneus. Malgré ce progrès, il reste prudent, rappelant que les conclusions définitives devraient attendre après quelques courses de plus, permettant d'évaluer la performance de la voiture dans des conditions variées.

George RUSSELL | Mercedes
FIA

Lors du Grand Prix de Bahreïn, les Mercedes ont montré un rythme qui n'était pas en adéquation avec les performances brillantes en FP2. Quelles conclusions Mercedes en a tiré, a-t-il été demandé à George Russell ? "Je pense que les conclusions que nous avons tirées étaient que la voiture a du potentiel. Je pense que lorsque nous avons vu le rythme lors des FP2, c'était authentique, Lewis et moi étions P1 et P2. Je pense que probablement tout le monde n'a pas montré son jeu, mais nous étions réellement rapides. Et puis en course, nous avons eu de très gros problèmes de refroidissement qui nous ont pris par surprise. Et nous savons que c'était au moins une perte de 15 secondes juste avec la batterie et la puissance. Et probablement plus après avoir considéré l'effet que cela a eu sur les pneus. et juste un couple de secondes en plus lors du premier relais quand j'avais Checo derrière moi aurait été assez pratique. Donc je pense que nous aurions été dans la lutte pour la P2, pour le podium, avec Checo et Carlos, mais définitivement, nous n'avons pas montré notre vrai potentiel."

Et ces problèmes de refroidissement étaient-ils une simple erreur de calcul ou quelque chose qui nécessite réellement une mise à jour de la W15 ? Russell a répondu : "Je pense que c'était définitivement une erreur de calcul. Il aurait été assez simple d'ouvrir un peu la carrosserie et de rendre les choses beaucoup plus faciles. Mais nous ne savons pas comment nous sommes arrivés à cette situation… Non, nous ne comprenons vraiment pas pourquoi, parce que nous n'avons rien changé depuis les tests, lors des FP2 également, et puis soudainement cela nous a surpris le samedi. Donc je suis sûr que cela ira mieux ce week-end [à Djeddah]."

Russell espère mettre à profit les essais libres en Arabie Saoudite pour prendre le dessus sur tout ça.

Les dix meilleurs arrêts aux stands du Grand Prix de Bahreïn 2024 ne valent pas le pit stop en 52,44 secondes Bottas.

Haas

Ayao Komatsu s'est exprimé après sa première course à la tête de l'écurie Haas : "D'accord, ce n'était pas la course parfaite, Nico [Hülkenberg] a eu un mauvais départ et a endommagé son aileron avant, ce qui signifiait essentiellement que sa course était terminée à ce moment-là. La course de Kevin [Magnussen] a montré que nous pouvons nous battre cette année. Nous n'avons pas la meilleure dégradation mais au moins dans le milieu de peloton, nous pouvons nous battre pour les points. Nous n'avons pas fait une stratégie parfaite mais même dans ce cas, Kevin se battait dans le milieu de peloton jusqu'aux derniers moments, ce qui était très positif. Nous savons que la marge d'erreur est très, très petite, donc nous devons aussi nous améliorer de ce côté-là. Il y a d'énormes points positifs à retenir de ce week-end et ensuite, nous attendons avec impatience une autre chance le week-end prochain. Nous sommes vraiment impatients de faire à nouveau une forte impression à Djeddah."

Sergio PÉREZ | Red Bull
FIA

La question de l'impact des nouvelles régulations sur la compétitivité en piste et la gestion des pneus a été au cœur des discussions lors du dernier Grand Prix. Sergio Pérez avait anticipé que suivre une autre voiture serait plus difficile cette saison, une prévision qui soulève des interrogations sur les stratégies en course et l'utilisation du système DRS dès le premier tour. Comment ces changements ont-ils affecté la dynamique en piste pour les pilotes Red Bull et Ferrari, et quelles sont leurs perspectives sur l'activation précoce du DRS ?

Checo Pérez est intervenu : "Je pense que cela change définitivement la façon de courir, vous savez, et surtout avec les voitures autour de vous lorsque vous êtes en lutte et que vous obtenez directement le DRS. Comme j'ai vu Carlos, il a perdu le DRS au début et il était juste hors de la course pendant un moment. Et la voiture devant, entrant directement dans l'air pur, est essentiellement seule, doit utiliser plus ses pneus, donc c'est un peu un désavantage si vous êtes en lutte, je pense, dans des endroits comme Bakou ou même Djeddah, vous savez, avoir ce genre de... Je pense que la course va être différente. Cela crée une différence pour la voiture de devant dans les premiers tours. Donc, oui, ça va être intéressant, je pense. Le premier relais entre Mercedes, Ferrari et moi-même était très compétitif tout du long. Je pense donc que le changement dans le DRS fait une différence."

Carlos Sainz a complété : "Je pense que la stratégie entre beaucoup en jeu, surtout avec la sensibilité des pneus à la poussée. Donc d'un côté, vous voulez pousser pour sortir du DRS ou pour entrer dans le DRS. Et d'un autre côté, vous voulez économiser des pneus car nous savons tous combien les pneus sont sensibles dans les premiers tours à la poussée. C'est une ligne très fine. J'ai choisi, dès que j'ai vu que je n'avais pas de pression derrière. J'ai décidé de gérer mes pneus et cela a payé au lieu d'entrer dans la bataille du DRS. Donc et puis je pourrais les dépasser. Pas de problème. Et oui, cela va dépendre du circuit. Ça va être, je pense, une saison très délicate avec 24 courses comme ça. Nous l'avions sur les Sprints l'année dernière. Donc oui, ça va être un défi. Mais une autre chose intéressante à considérer."

Max Verstappen a conclu : "Oui, je veux dire, aussi de mon côté, sachant jusqu'où pousser ou se retenir. Je pense que le premier tour, Charles, était dans le DRS au moins une fois. Mais oui, vous voulez pousser et économiser vos pneus, donc c'est prendre cette décision. Mais sûr, sur certains circuits, cela sera assez délicat car le DRS peut être très puissant. Donc cela pourrait créer des, disons, batailles ou situations intéressantes."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Dans le contexte actuel du championnat de Formule 1, une interrogation persiste quant à l'avantage perceptible de Red Bull. Alors que la saison débute, l'interrogation demeure : est-il possible pour les concurrents de rattraper Red Bull avant l'introduction d'un nouveau règlement en 2026 ? Cette question soulève des enjeux majeurs pour les équipes rivales, cherchant à combler l'écart avec le leader actuel du championnat.

Carlos Sainz a formulé une réponse : "L'avantage de Red Bull à Bahreïn est ce que vous avez vu aujourd'hui, très, très clairement. Il est intéressant de voir comment ils parviennent à prolonger la durée de vie du pneu C3 Soft un peu plus longtemps que les autres, comment ils ont tendance à moins surchauffer. Peut-être que cela rend la voiture également moins compétitive en qualification et si bonne en course sur un circuit comme Bahreïn. Nous avons besoin de plus d'exemples. Mais je m'attends à ce que Red Bull soit toujours meilleur en course comme l'année dernière. Regardez les huit dernières courses entre Charles et moi. Nous avons réussi à faire quelques pole positions, beaucoup de premières lignes, mais ensuite Max en course s'éloignait massivement et Checo était toujours capable de nous dépasser. Donc, oui, j'espère que le trait de cette année n'est pas aussi exagéré et nous avons fait un bon pas en avant dans ce sens, ce que j'ai déjà ressenti aujourd'hui. Mais ils sont toujours en tête. Il est donc temps de nous concentrer et de commencer à développer cette voiture pour continuer à réduire l'écart en course."

Max Verstappen a complété : "Oui, je veux dire, ce week-end, bien sûr, je pense qu'en course, nous sommes toujours très forts. Mais si vous regardez les qualifications, j'ai bien sûr obtenu la pole. Mais le tour le plus rapide a été réalisé en Q2 par Charles, vous savez. Donc, sur un tour, je ne pense pas que ce soit si évident. Et chaque circuit est différent. Donc peut-être que nous arrivons à Djeddah et vous avez une sensation différente. Et naturellement, sur des circuits avec une dégradation plus faible, les équipes seront plus proches. Et oui, heureusement, nous n'avons pas trop de Singapours au calendrier. Sinon, cela pourrait être un peu difficile pour nous. Mais voyons cette année si c'est un peu mieux sur les circuits urbains également."

Carlos SAINZ | Ferrari
FIA

Quand on demande à Carlos Sainz s'il pense pouvoir confirmer que Ferrari est le concurrent direct, l'alternative à Red Bull en 2024, l'Espagnol répond : "J'espère que nous le pourrons. Je pense que nous sommes actuellement un peu trop loin pour lancer un véritable défi pour les victoires en course si tout est parfait de leur côté. Mais la base que nous avons sur la voiture cette année, la plateforme aérodynamique et simplement la voiture que nous avons mise en piste se sent et se conduit de manière beaucoup plus normale que l'année dernière. Et à partir de là, si nous augmentons ce niveau d'appui, vous savez, et que nous continuons à ajouter de l'appui à cette voiture, je pense que nous pouvons commencer à nous rapprocher d'eux. Mais nous devons commencer à le faire dès maintenant, car sinon, ils vont commencer à avancer et à s'éloigner."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Dans l'arène de la Formule 1, Red Bull se distingue cette année par l'adoption d'un concept de voiture légèrement révisé, suscitant curiosité et interrogations. La comparaison entre ce nouveau modèle et la RB19 précédente soulève une question pertinente : ce changement apporte-t-il des sensations de pilotage distinctes ou reste-t-il fidèle à l'expérience antérieure ? Cette évolution est d'autant plus scrutée que l'introduction réussie de ce concept sans accroc représente un soulagement notable. En effet, d'autres équipes ont parfois peiné à tirer profit de nouvelles approches conceptuelles, rendant la démarche de Red Bull d'autant plus notable dans le paddock.

Max Verstappen a ainsi indiqué : "Je pense que la sensation dans la voiture est assez similaire, juste un peu meilleure. Je pense que c'est ce que nous voulions vraiment. Je veux dire, la voiture de l'année dernière était déjà très bonne, avec quelques petites améliorations ici et là. Je pense surtout aussi un peu plus à basse vitesse, la voiture se sent juste un peu mieux. Mais globalement, quand je suis monté dedans, ça ne m'a pas donné l'impression de conduire une voiture complètement différente ou quoi que ce soit. Donc c'était positif. Et, oui, c'est toujours un peu, vous savez, peut-être pour moi plus que pour l'équipe, une question. Genre, quand vous regardez la voiture, vous vous dites, oh, est-ce que ça va marcher ? Mais clairement, vous savez, ils ont fait leurs devoirs. Ils font confiance à toutes les simulations et aussi à la soufflerie. Et cela a montré ces dernières années, vous savez, qu'ils ont été très bons dans ce domaine."

Sergio Pérez a complété : "Oui, je pense que c'était définitivement un risque, vous savez, de changer le concept, mais tout a fonctionné. La voiture, elle a un équilibre très similaire à ce que nous avions l'année dernière. C'est juste, comme le dit Max, juste mieux à tous égards. Mais je pense que nous... nous apprenons encore de notre nouvelle voiture comme tout le monde. donc je pense que lorsque nous l'emmènerons sur des circuits très différents, nous allons apprendre beaucoup. donc espérons que nous continuons cette progression et que nous sommes capables de développer la voiture plus fortement que nos rivaux."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Max Verstappen a été interrogé après la course sur sa voiture qui semble bien plus performante en rythme de course qu'elle ne l'est en qualifications, et si c'était dû aux conditions (vent, température...) ou au concept-même de la Red Bull RB20. Le Néerlandais a répondu : "Je pense effectivement que nous ne sommes tout simplement pas excellents sur un tour pour une raison ou une autre avec la voiture. Mais heureusement, elle est très performante en course pour la plupart des circuits. Naturellement, bien sûr, on se concentre un peu plus sur la course, mais il semble que d'autres équipes puissent peut-être extraire un peu plus sur un tour que nous pour une raison ou une autre. C'est donc ce que nous examinerons pour les courses à venir. Mais oui, je pense vraiment aussi que... Les circonstances aujourd'hui avec le vent nous ont un peu plus aidés par rapport aux deux derniers jours. Donc, probablement que cela n'était pas en notre faveur avec la façon dont la voiture réagit en ce moment."

Carlos SAINZ | Ferrari
FIA

On apprécie toujours autant l'impartialité de la presse espagnole et samedi dernier, en conférence de presse post-course, nous avons eu un nouvel exemple de ce sérieux. Marco Canseco, journaliste au journal Marca, a a posé la question suivante à Carlos Sainz : "De l'extérieur, on dirait que Ferrari a tenté un undercut contre toi. Est-ce le cas ?"

Le pilote numéro 55 a ainsi répondu : "Je ne pense pas que c'était un undercut intentionnel. Je pense que Charles a usé ses pneus probablement un peu plus tôt que moi, et ils ont décidé de me laisser en piste trois ou quatre tours de plus. Honnêtement, ces trois ou quatre tours étaient très bons. Je pense avoir réussi à descendre dans les 37 s, les 37 s basses à nouveau. Donc, ça en valait la peine. Et puis, heureusement, cela n'a pas compromis ma course parce que j'ai pu dépasser Charles assez rapidement et aller attaquer George, que j'ai aussi dépassé assez vite. Donc, je ne pense pas avoir perdu trop de temps en course dans cette situation."

Alpine

Bruno Famin, team principal d'Alpine, après un week-end en berne à Bahreïn : "Nous savions que le début de saison serait difficile et il l’a été à Bahreïn. Cela dit, nous faisons tout ce que nous pouvons avec ce que nous avons actuellement et nous continuerons à trouver des améliorations pour progresser chaque fois que nous sommes en piste. Bravo à l’équipe et aux pilotes pour leurs efforts au cours des deux dernières semaines à Bahreïn. La cohésion de l’écurie transparaîtra. Le week-end prochain, nous irons à Djeddah, une piste complètement différente de Bahreïn. Elle apportera une nouvelle occasion d’apprendre et de progresser avec le package de l’A524. Le travail acharné se poursuivra."

Pierre GASLY | Alpine

Pierre Gasly après le premier Grand Prix de F1 de la saison 2024 : "Ce n’était pas notre journée, mais c’était probablement ce à quoi nous nous attendions en fin de compte. J’ai pris un excellent départ, j’ai fait quelques dépassements, puis je me suis retrouvé piégé dans le chaos du premier virage avec des voitures en tête-à-queue. Cela m’a fait reculer de quelques places. Ce n’était pas idéal, mais après cela, nous avons fait tout ce que nous pouvions avec ce que nous avions entre les mains. Il y a de nombreux domaines où nous devons poursuivre nos progrès et je sais que le travail continuera en coulisses. Nous devons faire de nouveaux pas en avant, car nous ne sommes pas là où nous le souhaitons pour le moment. Avec un circuit différent, la semaine prochaine apportera un nouveau défi et de nouvelles opportunités pour démontrer nos progrès."

Esteban OCON | Alpine

Esteban Ocon après un premier week-end difficile : "Cette journée était dans la continuité de ce que nous avons vu hier en qualifications et ce n’était pas le week-end que nous souhaitions. Le plus important est d’avoir réalisé une course propre pour collecter de précieuses données que nous pourrons exploiter la semaine prochaine à Djeddah. Il sera intéressant de découvrir comment nous nous comporterons sur d’autres tracés et dans des conditions différentes. Nous allons puiser dans nos ressources et réfléchir ensemble durant ce court intervalle pour voir où nous pouvons progresser. Nous devons rester concentrés, positifs et poursuivre dans la bonne direction. En tant qu’équipe, nous devons collectivement garder la tête haute et le pied enfoncé pour l’Arabie Saoudite."

Fernando ALONSO | Aston Martin

Mike Krack, le directeur de l'équipe Aston Martin, après la première course de la saison 2024 : "Nous avons atteint notre objectif en ramenant les deux voitures dans les points et c'est une bonne façon de commencer la nouvelle saison - donc un grand merci à toute l'équipe à Silverstone et sur le circuit. Nous avons certainement optimisé les choses ce soir, compte tenu de notre rythme de course, et marquer des points est une récompense pour le travail acharné de l'équipe ces dernières semaines. C'était une brillante remontée de Lance après avoir été percuté et envoyé en tête-à-queue au premier virage. La stratégie pour Fernando était conçue pour garder nos options ouvertes, en cas de voitures de sécurité. Au final, c'était une course sans complication pour lui. Nous avons besoin d'un peu plus de performance pour défier les équipes devant nous, mais c'est une course, un circuit et nous travaillerons dur dans les jours à venir pour progresser à Djeddah le week-end prochain."

Lance STROLL | Aston Martin

Lance Stroll qui a fini dans les points après une course mouvementée dès le premier virage à cause de Nico Hülkenberg : "Cela fait du bien de marquer un point après avoir été dernier après le premier tour de la course. J'ai bien démarré, mais ensuite j'ai été touché par Nico et j'ai dégringolé à l'arrière du peloton. Je savais que ce serait une longue course à partir de là, mais je me suis concentré sur la gestion des pneus et j'ai réussi quelques dépassements en piste. L'équipe m'a aussi donné une bonne stratégie. Nous savons que nous avons du travail à faire alors que nous développons la AMR24 et débloquons un peu plus de vitesse, mais c'est une longue saison et nous continuerons à pousser."

Fernando ALONSO | Aston Martin

Fernando Alonso après la course : "Je suis heureux d'avoir marqué quelques points aujourd'hui, et c'était probablement là où nous nous attendions à finir. La course a fini par être assez calme pour nous, avec un écart devant et derrière. Nous pensions rester plus longtemps en piste lors des deux relais et espérer un avantage à gagner grâce à une voiture de sécurité, mais cela n'a pas été le cas. Je pense que nous avons quelques analyses à faire sur notre rythme sur un tour par rapport à notre performance en course. Je suis confiant que nous pouvons nous améliorer au fur et à mesure que la saison avance et voyons si nous pouvons être un peu plus forts en Arabie Saoudite la semaine prochaine."

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max Verstappen s'est exprimé au micro de la F1 après avoir remporté le GP de Bahreïn : "Incroyable. Je pense que la journée s'est encore mieux passée que prévu. Je pense que la voiture était vraiment agréable à conduire sur chaque type de gomme. Je pense que nous avions beaucoup de rythme et c'était juste super agréable de conduire aujourd'hui. Nous sommes restés à l'écart des ennuis et c'est un excellent début d'année, ça n'aurait pas pu être mieux. C'était très amusant et je me sentais vraiment bien dans la voiture. C'est toujours très spécial d'avoir ce genre de journées parce qu'elles n'arrivent pas souvent où tout est parfait et vous ne faites qu'un avec la voiture."

Sur le GP d'Arabie Saoudite qui aura lieu la semaine prochaine : "C'est une longue saison et c'est un endroit fantastique où être dans le monde. Donc pour moi, quelques jours de repos et on y retourne."

Sergio PÉREZ | Red Bull

Sergio Perez, après avoir terminé deuxième au GP de Bahreïn qui a scellé un doublé pour Red Bull, a répondu à l'interview officielle post-course : "Je pense que c'était le maximum que nous pouvions atteindre. C'était une course assez délicate avec la gestion des pneus, il y a beaucoup que nous allons apprendre de la course de ce soir, ce qui sera important pour le championnat. Mais dans l'ensemble, c'est une excellente façon de commencer la saison. C'était vraiment de composé en composé [pneumatique], la quantité de glisse que nous avions. Nous avions quelques problèmes avec le frein moteur, la maniabilité, ce qui n'est pas facile ici. Mais je suis sûr que nous allons analyser tout cela ce soir et nous assurer d'apprendre pour Djeddah. C'est un bon élan d'équipe et nous devons le maintenir pour les week-ends à venir."

Carlos SAINZ | Ferrari

Carlos Sainz a parlé de sa course dans l'interview qui a lieu au pied du podium : "Je me suis vraiment senti bien aujourd'hui, le départ n'était pas génial, mais après cela, j'ai bien géré mes pneus et j'ai pu faire ma course. J'ai dépassé deux ou trois voitures en chemin vers le podium et suivre la Red Bull était une agréable surprise. Ce n'est toujours pas suffisant et là où nous voulons être. Un bon pas en avant et un solide début de saison. Avec un [pneu] dur, nous nous sentons plus à l'aise car il surchauffe moins, c'est un pneu plus délicat avec la mise en température et le blocage [du train] avant. Une fois que vous le faites fonctionner dans notre voiture, vous pouvez pousser."

Red Bull

Le directeur de l'équipe Red Bull, Christian Horner, s'est adressé à Sky Sports F1 après la course : "[C'est] Un départ parfait et une course très dominante. Je dois dire un grand merci à tous les hommes et femmes à Milton Keynes qui ont travaillé si dur pendant l'hiver. C'est le témoignage de tout ce travail acharné qui se passe en coulisses. Une grande performance d'équipe pour obtenir cette arrivée en première et deuxième positions et le maximum de points aujourd'hui."

Concernant le concept de la RB20 : "On peut voir que c'est une révolution agressive. Toute l'équipe a fait un travail merveilleux. Ils ne se sont pas reposés sur leurs lauriers. Ils ont poussé fort et repoussé les limites. On peut voir qu'il y a beaucoup d'idées innovantes sur la voiture. C'est une forte évolution."

Red Bull

Le directeur de l'équipe Red Bull, Christian Horner, a répondu à Sky Sports F1, déjà à propos de l'unité de Red Bull en dehors de la piste : "Absolument. Nous sommes une équipe très solide. Nous avons un soutien formidable, d'excellents partenaires et de grands actionnaires derrière nous également. On n'obtient pas ce genre de résultat sans être unis."

Conservera-t-il ses fonctions au GP d'Arabie Saoudite la semaine prochaine ? "Oui, absolument. Je ne serais pas ici sinon."

Charles LECLERC | Ferrari

Charles Leclerc, frustré après avoir fini quatrième au GP de Bahreïn suite à des problèmes techniques, a parlé à Sky après la course : "Je pense que Max a eu un assez mauvais départ lors du tour de formation et beaucoup de patinage, mais au final nous avons eu un départ similaire. Après cela, il n'y avait aucune possibilité avec les problèmes que nous avions."

Sur le fait qu'il y avait un train particulier de la voiture qui ne répondait pas : "Oui, et de manière significative, je ne pouvais pas prendre les virages neuf et dix pendant quelques tours. J'avais un équilibre instable à l'arrière, des blocages à chaque tour et je faisais de grands changements [cf. réglages]."

Le Monégasque a conclu : "C'était une course très frustrante. J'attendais cette course depuis longtemps. Je voulais montrer de quoi nous étions capables et au final nous n'avons rien pu montrer de mon côté parce que nous étions complètement hors du rythme avec l'équilibre des freins et la voiture en général n'était pas où je le voulais. Nous devons analyser où ça a mal tourné, pour que ce problème ne se reproduise pas."

Carlos SAINZ | Ferrari

Carlos Sainz s'est exprimé au micro de Sky Sports F1 après avoir fini troisième au GP de Bahreïn : "Je pense que c'était une très bonne course après un départ compliqué. Je me suis installé dans mon rythme et savais que j'avais un bon rythme de course depuis les essais et me suis mis dans mon rythme. J'ai commencé à dépasser des voitures, j'ai tenu bon avec Checo ce qui n'était pas facile car les Red Bulls avaient vraiment un bon rythme et une bonne stratégie avec les nouveaux pneus tendres. Mais, très heureux et un début encourageant."

Sur la possibilité d'avoir plus de luttes avec son coéquipier Charles Leclerc : "Je vais dépasser quand j'en aurai l'occasion et être sûr et propre comme c'était le cas aujourd'hui, surtout quand j'ai un bon rythme et que je pouvais repousser mon premier arrêt, donc je pouvais créer un avantage pneumatiques pour moi-même. Les dépassements étaient toujours propres, nets et sûrs, c'est la manière dont j'aime courir."

Sur le sentiment que chaque course le met en valeur : "Je suis en F1 depuis neuf ans et à chaque course, j'essaie de prouver à tout le monde de quoi je suis capable. En même temps, j'ai fait tellement d'années ici que tout le monde sait ce que je suis capable de faire avec le bon environnement de travail et les bons outils pour lutter. Mon avenir est quelque chose auquel je ne pense pas en ce moment et je n'y pense que pendant mon temps libre."

Lewis HAMILTON | Mercedes

Lewis Hamilton s'est adressé à Sky Sports F1 après avoir terminé septième au GP de Bahreïn : "Personnellement, je me sens très bien, physiquement je suis en forme donc l'entraînement hivernal a porté ses fruits. Nous ressentons probablement un peu de déception au sein de l'équipe, je ne suis pas sûr pour les autres. J'espérais vraiment que nous serions meilleurs ce week-end que nous l'avons été, mais c'était une course difficile, très serrée avec tout le monde et la dégradation est élevée avec la voiture. Il y a plein de domaines où nous pouvons nous améliorer. Nous étions aussi plus loin des Red Bulls que nous le pensions."

Sur les points positifs en vue de la course en Arabie Saoudite la semaine prochaine : "Je veux dire que la voiture est fiable, mais je pense que c'était une lutte dans la voiture aujourd'hui. La plateforme, où j'ai donné tout ce que je pouvais, mais il n'y avait pas beaucoup de performance là comparé à certains des autres. Je pense que si j'avais pu mieux me qualifier, je serais quelques places plus haut parce que le dernier relais était bon. C'était une journée de découverte, j'ai découvert beaucoup de choses sur la voiture à améliorer et je suis sûr que l'équipe le fera aussi."

Classement provisoire du premier Grand Prix de la saison avec une victoire confortable de Verstappen devant Pérez, sur l'autre Red Bull. Carlos Sainz, très méritant, a terminé sur la dernière marche du podium.

Charles LECLERC | Ferrari

Fred Vasseur, le directeur de l'équipe Ferrari, s'est exprimé au micro de Canal à l'issue du Grand Prix de Bahreïn 2024, avec un bilan mitigé. Il a souligné un point positif notable : l'équipe a montré une amélioration par rapport à l'année précédente, se rapprochant à 5-6 dixièmes de l'équipe Red Bull Racing. Cependant, il a également relevé un problème significatif qui a affecté la performance de Charles Leclerc pendant la course. Un souci de température des freins a perturbé Leclerc pendant environ 20 tours, avec une différence de température atteignant jusqu'à 100 degrés entre les deux côtés à l'avant de sa monoplace, avant que le problème ne se résolve.

Cette situation a sans doute compromis les chances de Ferrari de se battre contre Sergio Pérez pour une meilleure position. Malgré ces défis, l'optimisme reste de mise pour la suite de la saison, et tous les regards sont désormais tournés vers le prochain Grand Prix à Djeddah, où l'équipe espère montrer de meilleures performances et potentiellement se battre pour les positions de tête.

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max ne veut pas se mettre de pression, tout simplement parce que quand il monte dans sa voiture, il dit qu’il veut juste faire le maximum et que c’est "naturel".

Il considère que sa RB20 est une très bonne voiture, meilleure que celle de 2023. Après, tout dépendra de la compétition pour savoir si c’est une bonne voiture top 5 ou si c’est juste la meilleure.

Comparo entre qualifs réelles et qualifs "idéales", selon la F1 TV.

Grille de départ définitive du premier Grand Prix de la saison !!!

Les stratégies pour le #BahrainGP selon Pirelli. Nous connaissons également les sets de pneus disponibles pour chaque pilote.

La grille de départ provisoire pour le Grand Prix de Bahreïn, le premier de la saison 2024 !

Voici les résultats définitifs des qualifs du Grand Prix de Bahreïn 2024.

Lance STROLL | Aston Martin

Douzième des qualifs, Lance Stroll n'a pas pu filer en Q3 mais ne semble pas déçu de son résultat : "L'AMR24 s'est bien comportée en Qualifications - le reflet du travail que nous avons accompli lors des essais pour configurer les réglages. J'ai réalisé un tour rapide solide en Q1 et j'étais content de mon rythme, mais ensuite, j'ai été pris dans du trafic au virage 13 lors de mon dernier tour en Q2. Cela peut faire la différence entre progresser [en Q3] ou pas quand le peloton est si serré et que chaque dixième compte. Un peloton aussi proche devrait rendre la course de demain intéressante ; je ferai de mon mieux pour bien partir et nous verrons ensuite."

Yuki TSUNODA | Visa CashApp RB

Contrairement à Ricciardo qu'il a devancé lors des qualifs à Bahreïn, Yuki Tsunoda est plutôt heureux avec son résultat : "C'est dommage que nous ayons manqué Q3 de si peu, mais je suis content de ma performance. Nous avons beaucoup lutté hier, surtout en FP2, mais l'équipe a fait un travail fantastique pour renverser la situation pendant la nuit, et la voiture se sentait bien aujourd'hui. Nous sommes encore en train de comprendre notre voiture correctement, mais nous progressons à chaque session, donc nous sommes contents des progrès. Je pense que nous avons maximisé notre package aujourd'hui, mais c'est en course que les points sont marqués, donc nous nous concentrerons sur demain et referons le même effort. La voiture est dans un bon état sur la longue distance, donc je me sens confiant et excité de courir à nouveau !"

Daniel RICCIARDO | Visa CashApp RB

Devancé par son coéquipier en qualifs, Daniel Ricciardo est mécontent de sa première séance chronométrée de la saison 2024 : "Je ne suis pas trop content de ma performance ce soir et un peu déçu, pour être honnête. Je pense que le week-end se passait de manière stable et nous étions assez confiants en arrivant aux qualifications. Au final, je ne me suis jamais senti complètement à l'aise et j'avais l'impression qu'il y avait quelque chose avec lequel je luttai pendant le tour, et donc, je n'ai pas franchi la ligne en ayant l'impression d'avoir bien travaillé. En ce qui concerne notre voiture et notre rythme, comme vous voyez où est Yuki, c'est là que nous nous attendions à être. Ce soir, c'était le moment où je me suis senti le moins à l'aise jusqu'à présent ce week-end, mais en entrant dans la course, l'approche de la piste et de la voiture est différente, et j'ai plus de confiance pour demain. Je pense qu'il y a encore une chance de marquer des points."

Pierre GASLY | Alpine

Pierre Gasly, avec un vingtième temps, a confirmé les inquiétudes qui pesaient sur Alpine depuis les essais hivernaux. Le numéro 10 a regretté un tour de sortie compromis lors de son dernier effort en Q1. Il a dû se dépêcher de boucler son tour de mise en place pour ne pas être victime du chrono de fin de session, ce qui l'a mis dans les échappements de Pérez. Selon lui, ça lui a coûté une chance de passer en Q2.

"Nous savions que cela allait être difficile," a déclaré Gasly. "Nous l'avons vu venir, donc [ce n'est] pas une surprise. En même temps, pas idéal, parce que nous n'avons pas fait le meilleur travail possible aujourd'hui ; nous étions les dernières voitures sur la piste lors de ce dernier run et nous avons manqué de temps lors du tour de sortie, et je me suis retrouvé à courir avec Checo [Sergio Perez]. Le temps s'épuisait et c'était un très mauvais tour de sortie, donc ce dernier run a été assez compromis, et je pense que nous aurions eu une chance pour [la] Q2, ce qui, dans le grand schéma des choses, n'est toujours pas génial, mais mieux que la position dans laquelle nous sommes maintenant."

"Nous savons que nous avons beaucoup de travail devant nous," a ajouté Gasly. "Nous savons que nous ne sommes pas dans la position où nous voulons être. C'est une nouvelle voiture, elle ne performe pas comme nous le voudrions. Toute l'équipe travaille vraiment dur pour améliorer cette situation actuelle, mais nous savons aussi que nous devrons être patients et attendre ces mises à jour. Nous avons beaucoup expérimenté ce week-end, toutes les sessions, essayant divers réglages sur la voiture. Jusqu'à présent, il n'y a pas de bouton magique, mais je suis confiant que l'équipe trouvera un moyen d'apporter plus de performance au cours des prochaines semaines."

Esteban OCON | Alpine

Après trois jours d'essais peu concluants, Alpine est entré dans le week-end du Grand Prix de Bahreïn en affirmant qu'ils étaient en "difficulté", une croyance confirmée par les qualifications, où Ocon a fini P19.

Esteban Ocon, à la fin de la Q1, a encouragé son écurie à la radio, leur disant qu'il faut continuer à pousser. Après ce geste mature et fédérateur, Ocon a déclaré ensuite aux médias après la session : "Je ne pense pas que ce soit une surprise malheureusement. En regardant les essais, nous pouvions commencer à avoir des indices – nous n'étions pas sûrs, mais la réalité est aujourd'hui, c'est là que nous en sommes. Mais comme je l'ai dit dans mon message radio, j'ai foi en cette équipe ; cette équipe, il y a quelques années, était championne [en tant que Renault en 2005 et 2006]. Ces idées ont été créées aux mêmes endroits, à Enstone et à Viry, et cela peut être [re]fait. Nous devons rester tous unis, tous motivés et il est important que nous allions dans la même direction et que nous gardions la tête haute. Nous devons progresser, sinon ça va être une longue année."

Ocon a ajouté que "le jour de la course, ce sera un bon test pour voir où nous en sommes par rapport au rythme sur un seul tour, et je pense qu'en regardant les essais, nous devrions être un peu plus proches des autres. Donc j'ai hâte de voir ce que nous pouvons réaliser".

Sergio PÉREZ | Red Bull

Sergio Perez a parlé au micro de Sky Sports après s'être qualifié cinquième pour le GP de Bahreïn : "Il sera important de bien partir, si nous avons un bon départ et que nous partons de là [dans le sens 'capitalisons sur un bon départ'], cela devrait être une bonne journée pour l'équipe. Nous sommes dans une bonne position, nous avons réussi à économiser des pneus en qualifications, attendons de voir où nous en sommes demain."

Ces sets de pneumatiques pourraient effectivement être en atout en course : "Nous avons décidé de garder [les nouveaux jeux] pour demain, donc nous verrons comment cela se déroule."

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max Verstappen est passé par l'exercice de l'interview post-qualifs après avoir décroché la pole position pour le GP d'ouverture de la saison à Bahreïn : "C'était très amusant. La piste offrait beaucoup d'adhérence mais avec le vent des deux derniers jours, c'était compliqué de boucler un tour complet. C'était pareil en qualifications. Arriver à tout donner en Q3 était un peu plus difficile mais je suis très heureux d'être en pole. C'était un peu inattendu mais heureusement en qualifications, la voiture est 'venue à nous' et je me suis senti un peu plus à l'aise avec la voiture dans son ensemble."

Sur le rythme de course de Red Bull : "La course va également être serrée. Ca se présente bien pour nous mais nous verrons demain. Je suis confiant que nous pouvons faire une course solide."

Charles LECLERC | Ferrari

Charles Leclerc après s'être qualifié deuxième pour le GP de Bahreïn : "Je suis un peu déçu, mais oui, nous avons fait une bonne qualification. Le week-end a été compliqué jusqu'à maintenant. Nous avons essayé pas mal de choses pendant les essais et puis j'ai trouvé le bon réglage en qualification. [La] Q1 était un peu difficile. Malheureusement, nous avons mis deux nouveaux jeux de pneus tendres, ce qui a un peu compromis la Q3, mais dans l'ensemble, c'est une assez bonne qualification, un bon début d'année. Nous sommes dans une meilleure position par rapport à il y a un an, donc c'est bien. Maintenant, nous devons voir le rythme en course demain."

Leclerc a fait le meilleur temps absolu de la séance de qualifications, avec un chrono en Q2 meilleur que celui de Max en Q3 : "En Q2, je pense que j'ai fait un .1, ce qui était plus ou moins le temps au tour que Max a fait en Q3, donc c'était là dans la voiture. Je pense que nous avons perdu un peu le rythme avec le jeu de C3 usé en Q3, puis vous devez vous réadapter aux nouveaux pneus et j'ai perdu un peu là, mais dans l'ensemble, c'était une qualification positive."

"Je suis confiant que nous avons fait un pas en avant mais nous devons attendre et voir demain combien de pas en avant nous avons fait. Nous pensons vraiment que Red Bull est encore pas mal devant, en course je veux dire. Donc nous verrons, mais s'il y a une opportunité comme toujours j'irai pour elle, et nous verrons ce qui se passe demain."

George RUSSELL | Mercedes

George Russell interviewé après s'être qualifié troisième pour le GP de Bahreïn : "Tout le monde à l'usine a fait un travail incroyable pour donner à Lewis et moi une voiture avec laquelle nous nous sentons beaucoup plus à l'aise et une base sur laquelle nous pouvons construire. En fin de compte, Max est toujours là devant et nous avons encore beaucoup de retard à rattraper. Quand nous regardons nos performances en qualifications au cours des deux dernières années à Bahreïn, et le rythme en course, partir en P3 pour demain est une excellente position. Il y a eu énormément de travail. Nous avons évidemment fait un grand pas en avant en termes de rythme sur un tour et nous espérons ne pas avoir compromis le rythme en course."

Mais le Britannique, même s'il est content, n'est pas naïf : "Je pense que ce sera une lutte serrée entre tout le monde à part Max."

"Red Bull est tellement fort en ce moment et Max fait un excellent travail. Il a les nouveaux pneus. S'il y a une opportunité de prendre la tête mais en fin de compte, la course pour nous tous est pour la deuxième place. Mais, qui sait, c'est la première course de la saison, je suis tellement excité d'être de retour et espérons un peu de folie."

Lando NORRIS | McLaren

Lando Norris a confié sa frustration à Sky Sports F1 après s'être qualifié septième pour le GP de Bahreïn : "J'ai fait une erreur au virage 1 et au virage 4, donc mon premier secteur était probablement trois dixièmes en dessous de ce qu'il aurait dû être. Si tout ce que j'avais fait était d'améliorer d'un dixième, cela aurait été quatre positions. Donc, des sentiments partagés parce que la voiture s'est améliorée de plus en plus tout au long des qualifications, surtout quand le vent s'est calmé, la voiture est devenue vivante et tout se sentait génial, c'était agréable à conduire. Je n'ai juste pas fait ce que j'aurais dû faire. Si vous m'aviez dit que nous pourrions être P2 avant ce week-end, j'aurais été surpris mais c'était possible, donc c'est une bonne chose pour nous en tant qu'équipe."

Sur ce qu'il peut faire dans le GP de Bahreïn de demain : "On m'a dit qu'il était censé faire plus chaud demain, donc c'est quelque chose que je n'attends pas avec impatience. Je n'ai pas fait plus de 12 ou 13 tours d'affilée jusqu'à présent parce que nous avons eu quelques problèmes lors des essais. Nous avons beaucoup appris et de mes relais d'hier, j'ai beaucoup appris, donc le rythme est bon et nous avons vu l'année dernière que le rythme de course était fort dans la plupart des conditions."

Fernando ALONSO | Aston Martin

Fernando Alonso s'est adressé à Sky Sports après s'être qualifié sixième pour le GP de Bahreïn : "Je me sens super bien, je ne m'attendais pas à être aussi compétitif. Les essais hivernaux étaient corrects, mais nous n'avions pas le rythme des leaders. Les trois séances d'essais étaient compétitives mais nous avons également découvert l'année dernière que nous utilisons un mode moteur différent pour les qualifications. Être dans le coup et dans les mêmes dixièmes que Ferrari est totalement inattendu pour nous."

Sur la possibilité de répéter un podium comme l'année dernière : "Voyons voir, si vous m'aviez posé la question la semaine dernière, j'aurais dit que c'était 100 % impossible, mais maintenant, je ne peux plus dire ça, donc c'est une bonne nouvelle."

Mercedes

Toto Wolff s'exprimant à Sky Sports F1 sur la qualification de George Russell en troisième position et Lewis Hamilton en neuvième : "Je pense que P3, c'est correct, nous pensions avoir un peu plus de rythme, trois dixièmes de la pole. Hier semblait mieux, mais nous avons mis la voiture dans un bon créneau pour la course de demain, du moins c'est ce que nous espérons. Donc, avec P3, P9 si proches des écarts, mais nous espérons plus."

Sur le résultat de Lewis Hamilton, Toto a dit : "Des marges infimes, vous obtenez un pneu dans la fenêtre optimale, c'est juste deux, trois dixièmes de différence et puis vous êtes directement dans le jeu."

Le patron de l'écurie Mercedes a complété : "Les changements de réglages aujourd'hui ont contribué à la performance. Au début, nous pensions, 'oh peut-être que nous avons enlevé trop de performance et sacrifié pour la course de demain', mais in fine, nous l'avons assez bien réussi avec George."

Il a conclu par : "Demain devrait être meilleur, mais nous apprenons encore à connaître cette voiture."

Lewis HAMILTON | Mercedes

Lewis Hamilton parlant à Sky Sports F1 après s'être qualifié neuvième pour le GP de Bahreïn : "Ce n'était pas génial. Mais j'étais vraiment excité d'être ici. Je pense que la position et le rythme de George mettent en valeur, et sont un véritable témoignage pour l'équipe, à quel point tout le monde a travaillé dur pendant l'hiver. C'est incroyable d'avoir une voiture avec laquelle nous pouvons nous battre. Cela rallume vraiment le feu et la flamme en nous, les pilotes. Pour ma part, Bono et tout le monde ont fait un excellent travail, et j'ai eu du mal en qualifications aujourd'hui."

Il a ajouté : "Hier, c'était vraiment bon. Moi et George avions les mêmes réglages mais il a pris une direction et moi une autre. La direction que j'ai prise n'était clairement pas bonne pour un seul tour mais je me sentais plus à l'aise avec plus de carburant, donc j'espère que cela se reflétera demain. J'ai définitivement sacrifié plus que je ne l'espérais et j'espère que cela portera ses fruits demain. Il y a beaucoup de travail à faire pour dépasser toutes ces voitures rapides devant moi mais ce sera amusant."

Classement de FP3 à Bahreïn, en route pour les qualifs !

Lando NORRIS | McLaren

Chez McLaren, on a déjà changé l'ES et le CE sur la voiture de Norris.

Oscar PIASTRI | McLaren
F1

Quel est le bilan de McLaren après les deux premières séances d'essais libres ?

Lando Norris a indiqué que cette première journée de la saison a été instructive, malgré qu'il n'ait pas pu tout mettre en place de son côté : "nous avons essayé certaines choses et nous avons progressé dans la compréhension de la voiture, donc oui, des progrès ont été réalisés, mais il y a beaucoup de choses à essayer et à améliorer demain."

Oscar Piastri a terminé cinquième de la deuxième séance libre et a indiqué : "En FP2 [la voiture] se comportait bien, tant dans ces tours en mode qualifications que dans ceux en mode course. Je pense que nous sommes dans une bonne position. Je pense que nous sommes plus ou moins là où nous le pensions. Il y a certains tours que nous devons examiner plus en détail pour comprendre pourquoi ils étaient comme ils l'étaient, à la fois bons et mauvais. Mais je pense que le sentiment général de la journée était plutôt positif."

Les pilotes McLaren ne savent pas réellement où isl se situent, les écarts étant proches : "Je pense que nous sommes un peu dans la mélée, Red Bull ne semble pas aussi rapide que nous le pensions, nous verrons combien de sacs de sable seront lâchés demain. C'est beaucoup plus serré que je ne le pensais, Mercedes a l'air rapide, Fernando a l'air rapide donc oui, toujours un peu difficile à juger un vendredi mais je pense que nous sommes autour des points."

Charles LECLERC | Ferrari
F1

Les pilotes Ferrari se sont déclarés surpris par les performances des Mercedes lors de la deuxième séance d'essais libres.

Carlos Sainz pense qu'il faudra compter sur les deux voitures allemandes dans la bataille. L'Espagnol pense aussi que les Red Bull semblent vraiment très fortes sur les longs relais, plus que sur leur rythme de qualification.

Leclerc a précisé, en ce qui concerne les Flèches d'Argent, sans s'emballer : "Mercedes a l'air forte, ce qui est un peu une surprise. Mais nous ne savons pas quel [niveau] de carburant ils utilisaient, donc je pense que nous aurons toutes nos réponses demain."

En ce qui concerne Red Bull, il est cependant moins radical que son coéquipier : "le seul point d’interrogation est évidemment Red Bull, quelle est leur avance. Mais avec les autres [écuries], je serais surpris qu'on ne soit pas dans la bataille, oui."

Le Monégasque indique que côté Ferrari, il n'y a ni bonne, ni mauvaise surprise et qu'ils ont effectué leur programme. Mais il est à l'aise dans sa SF-24 : "c'est un bien meilleur départ par rapport à l'année dernière, où l'année dernière nous sommes arrivés à la première course et il était très difficile de savoir quelle était exactement la bonne fenêtre où nous pourrions optimiser notre voiture."

Fernando ALONSO | Aston Martin
F1

Au terme de la FP2, qui est la séance la plus proche des qualifs et de la course en termes de conditions du circuit, Fernando Alonso était mitigé : "Ça allait, évidemment nous ne savons pas ce que les autres font, nous nous contentons de suivre notre programme."

L'Espagnol a complété : "Nous connaissons assez bien les pneus depuis les essais [hivernaux], donc nous avons un peu sacrifié les FP1 en utilisant les mediums, nous nous sommes concentrés encore plus sur la performance. Avec deux trains de pneus tendres maintenant en FP2, nous apprenons un peu plus sur la voiture, quelques changements de réglages avec lesquels nous sommes contents du résultat."

Il a conclu ce bilan de la façon suivante : "Alors, voyons demain quand nous aurons tout mis en place en qualifications, [c'est] pareil pour tout le monde."

Pour ce qui est de la hiérarchie, il estime que c'est encore "difficile à lire". "Certes, je suis un peu surpris que nous soyons un peu en avance sur les temps, mais cela peut changer radicalement si les charges de carburant sont différentes de celles des autres", a expliqué le numéro 14. "Je reste calme. Je suis content des changements de set-up que nous avons effectués aujourd'hui, je pense que nous devons encore trouver plus de performances."

George RUSSELL | Mercedes
F1

Hamilton faisait remarquer qu'il fallait travailler sur le rythme de course car "si Max est devant, il s'éloignera comme il l'a fait ces dernières années". Et George Russell est du même avis : "Le rythme de qualifications semblait vraiment fort. Il faut encore essayer de comprendre pourquoi c'était si bon. Nous avons apporté quelques changements par rapport aux essais et cela a dépassé nos attentes, mais au final, sur le rythme des longs relais – c'est là que tout se passe – Max était toujours devant nous."

Il mentionne aussi la concurrence la plus immédiate : "C'était très serré avec Fernando [Alonso], avec Lando [Norris] et les Ferrari, et Lewis et moi étions également très similaires, donc nous avons un vrai combat entre nos mains en termes de rythme de course. Mais comme je l'ai dit, nous sommes vraiment satisfaits de cette journée, la voiture se comporte très bien, mais nous n'allons pas encore nous laisser emporter par les feuilles de temps."

Lewis HAMILTON | Mercedes
F1

La deuxième séance d'essais libres de Bahreïn est la plus représentative des conditions de qualification et de course, de par son horaire et donc les températures de piste. Les Mercedes ont été aux deux premières places de la grille des temps, ce qui a laissé Lewis Hamilton sur un petit nuage, le pilote britannique admettant une première journée "folle".

"[En] FP1, nous avons été surpris. Il y avait beaucoup de vent ce matin, donc c'était une séance vraiment difficile, je pense, pour tout le monde", a expliqué Hamilton. "La piste était tellement différente des essais [hivernaux] de la semaine dernière. Sinon, tout se passait bien, mais nous ne savions pas vraiment où nous en étions avec les pneus C2, et puis dans cette séance, [avec] la voiture, nous avons fait quelques améliorations au fil de la séance."

Mais c'est la deuxième séance qui l'a pris par surprise : "Encore une fois je ne comprends pas, c'est un choc de nous voir où nous en sommes. Nous devons prendre ce qu'il y a à prendre à l'instant t, mais nous ne pouvons pas anticiper. Nous devons garder la tête baissée, continuer à travailler sur les réglages. Je pense que notre rythme sur le long terme est loin d'être comparable à celui des Red Bulls, par exemple, et je pense que nous étions beaucoup plus proches donc nous avons du travail à faire à ce niveau."

Dans l'ensemble, Hamilton est bien "plus content" avec la W15 qu'il ne l'a été avec la voiture de 2023 : "Ma position de conduite [du baquet] est enfin plus reculéeen arrière, j'ai une meilleure sensation de la voiture à l'approche des virages. Il y a des domaines qui ont été corrigés et améliorés. Cela ressemble à une voiture de course pour une fois et les deux dernières voitures [W13 et W14] ne donnaient pas ce sentiment, donc c'est une très bonne plate-forme sur laquelle travailler et nous devons simplement garder la tête baissée et continuer notre progression."

Et le septuple champion du monde sait-il quoi faire pour optimiser le rythme de sa Mercedes sur les longs relais, histoire d'inquiéter Red Bull qui semble à l'aise dans cet exercice ? "Oui, [mais] pour y parvenir, je ne sais pas nécessairement comment avec la nouvelle voiture. Avec une nouvelle voiture, vous disposez de nouveaux outils, tout a été repensé et donc tous les numéros et noms de choses précédents ont été complètement modifiés, vous apprenez donc un tout nouveau vocabulaire en ce qui concerne les réglages de la voiture. Nous en avons testé certains mais pas tous, car nous n'avons eu qu'un jour et demi [de tests de pré-saison], donc oui, nous devons voir. J'espère que nous pourrons faire un pas en avant. J'ai une petite idée mais je ne sais pas encore comment y parvenir pour le moment avec les changements de réglages sans affecter l'autre côté des choses, un seul tour, donc nous verrons."

F1

Lawrence Barretto a distillé son analyse après les premières séances d'essais libres, partageant notamment des graphiques sympathiques comme ceux des simulations de rythmes de course et de qualification.

Sergio PÉREZ | Red Bull
F1

Checo Pérez, au terme des deux premières séances d'essais libres, continue à se concentrer sur sa voiture, glaner des données, apprendre de la piste et parfaire "l'équilibre mécanique" de la RB20. Ses chronos et ceux de son coéquipier n'ont pas été extraordinaires face à ceux des autres, Mercedes en particulier. Mais il souligne surtout le fait que les spécialistes ont peut-être surestimé l'avantage de Red Bull pendant les essais hivernaux : "Nous savions… nous avions beaucoup de gens qui disaient que nous avions une seconde d'avance et des trucs comme ça, je me moquais d'eux. Je savais que les choses sont beaucoup plus serrées et qu'ils semblent très compétitifs, et ça va être une bataille très serrée [en qualifications] demain."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
F1

Le premier jour d'essais libres de la saison n'a pas vu les Red Bull aux avant-postes mais Max Verstappen juge que ce n'était "pas trop mal" et que c'est "très serré". Pour lui, certains ont déjà lâché les chevaux, impliquant que la RB20 a encore de la réserve : "Peut-être que certaines personnes autour de nous ont déjà fait monter un peu le moteur en termes de vitesse de pointe, mais nous nous concentrons uniquement sur nous-mêmes, et je pense qu'à partir d'aujourd'hui, il y a eu quelques petits problèmes d'équilibre de l'avant vers l'arrière, mais rien de grave."

Fidèle à lui-même, le Néerlandais cherche à mettre au point une voiture aux petits oignons : "Il s'agit simplement d'essayer de trouver ce point idéal, et surtout ici avec le tarmac accidenté, quand vous arrivez à ce point idéal, vous prenez juste du temps et c'est sur cela que nous essaierons de nous concentrer un peu plus pour demain."

Il s'attend malgré tout à devoir se battre lors de la séance chronométrée : "Mais je pense que les qualifications vont être très serrées, donc je pense que ça va être très agréable. Sur les longs relais [simulations de rythme de course], j'étais un peu plus heureux, mais il y a quelques petites choses que nous pouvons faire mieux."

McLaren

Zak Brown, PDG de McLaren, semble confiant pour son écurie en 2024, une écurie qui travaille d'arrache-pied pour continuer sur la lancée 2023 : "Nous avons poursuivi notre développement que nous avions entamé l'année dernière. Il semble que la plupart, sinon toutes les équipes, ont également fait de même. C'est, je pense, la partie excitante de l'affaire. Nous vivons tous dans un monde de prototypes, développant notre voiture chaque week-end. Je pense donc que si nous pouvons continuer à apporter le rythme d'améliorations que nous avions l'année dernière et qu'elles continuent à fonctionner, nous deviendrons de plus en plus forts. Mais les trois gentlemen assis à côté de moi [Wolff pour Mercedes, Vasseur pour Ferrari et Mekies pour VCARB] ont le même plan de bataille, donc nous devrons voir comment les choses évoluent. C'est une saison très longue, mais ce que nous avons démontré l'année dernière, c'est qu'avec du travail acharné et un excellent esprit d'équipe, on peut renverser la situation et réaliser des améliorations significatives au cours de l'année. Nous allons donc continuer à faire ce que nous faisions l'année dernière et voir où cela nous mène."

Il a continué : "Je le suis [en confiance pour continuer sur la lancée de 2023] en ce qui concerne notre propre développement et la cadence de notre voiture. Ce que nous ne voyons pas encore clairement, c'est ce que font les neuf autres équipes. Depuis l'ère hybride, chaque saison est devenue plus serrée, et je pense que celle-ci le sera encore davantage. Je pense donc que ce sera une question de dixièmes. Je crois que les pilotes vont faire une grande différence, réussir des tours propres, avoir la bonne stratégie. Je pense donc que ce sera une saison passionnante."

Ferrari
FIA

Qu'a pensé Fred Vasseur de la Ferrari SF-24 après la première séance d'essais libres ? "Je ne sais pas encore pour ce qui est de la compétitivité, nous le verrons probablement demain [en qualifications] car aujourd'hui, pour 10 kilos de carburant, vous passiez de la P1 à la P6 ou 7. Attendons demain pour voir exactement où nous en sommes, tous autant que nous sommes. Mais au moins, nous sommes dans une bien meilleure position en termes d'équilibre, de ressenti des pilotes, etc. C'est un bien meilleur point de départ pour développer la voiture pour la saison, pour savoir sur quels aspects nous devons travailler et développer la voiture, et c'est une bonne sensation."

George RUSSELL | Mercedes
FIA

Toto Wolff a été questionné sur une remarque de George Russell la semaine dernière qui a mentionné une récurrence de "rebond" (bouncing et pas porpoising qui est le marsouinage) avec la W15. À quel point le patron de l'écurie Mercedes trouve-t-il ceci préoccupant ? "Les rebonds sont évidemment une caractéristique de notre voiture depuis plusieurs saisons, mais je dirais que c'est davantage ce qui est inhérent à ces réglementations. On peut constater un certain degré de rebond dans d'autres voitures, moins sévères, plus sévères. Et je pense que l'effet de sol a pour conséquence que vous voulez que ces voitures soient près du sol et qu'elles roulent, et le rebond peut en être un effet. Et nous avons constaté que, à mesure que l'adhérence de la piste s'améliore, plus la vitesse augmente, plus le rebondissement devient caractéristique. Mais j'espère que nous avons trouvé des outils pour le régler ou le composer le mieux possible."

Valtteri BOTTAS | Sauber

Première réprimande de la saison pour... Valtteri Bottas.

Les résultats de la deuxième séances d'essais libres ont été publiés et on y voir des Mercedes plutôt en forme. Mais il est encore trop tôt pour distinguer une quelconque tendance.

Résultats de la première séance d'essais libres de la saison 2024 de Formule 1.

Haas

La liste des modifications apportées sur la Haas pour Bahreïn a été publiée.

Visa CashApp RB

La liste des modifications apportées sur la VCARB pour Bahreïn a été publiée.

Red Bull

La liste des modifications apportées sur la Red Bull pour Bahreïn a été publiée.

Williams

La liste des modifications apportées sur la Williams pour Bahreïn a été publiée.

Alpine

La liste des modifications apportées sur l'Alpine pour Bahreïn a été publiée.

Aston Martin

La liste des modifications apportées sur l'Aston Martin pour Bahreïn a été publiée.

McLaren

La liste des modifications apportées sur la McLaren pour Bahreïn a été publiée.

Ferrari

La liste des modifications apportées sur la Ferrari pour Bahreïn a été publiée.

Mercedes

La liste des modifications apportées sur la Mercedes pour Bahreïn a été publiée.

Sauber

La liste des modifications apportées sur la Sauber pour Bahreïn a été publiée.

La carte FIA du circuit de Bahreïn, version 2024.

Lando NORRIS | McLaren
F1

Norris a été questionné avant le Grand Prix de Bahreïn, et donc le premier Grand Prix de Formule 1 de saison, sur la position de McLaren : "C'est une question que je pense que tout le monde se pose. Je pense que nous avons en quelque sorte une idée approximative d’où nous en sommes, mais nous ne savons pas vraiment où nous en sommes par rapport à quelques autres équipes."

Il a complété : "Je pense qu'il est clair [qui] les deux premiers [sont], puis il y a un petit groupe derrière, qui est Mercedes, Aston [Martin] et nous. Mais en termes de déroulement des tests de pré-saison, c'était bien mieux que l'an dernier et nous sommes dans une bien meilleure position que l'an dernier, donc c'est la chose la plus importante."

Il rappelle la position de l'écurie de Woking en 2023, en particulier après le réveil qui a placé leur voiture en concurrence directe avec la Red Bull RB19 : "Je pense qu'il y a beaucoup d'attentes pour nous en tant qu'équipe, simplement à cause de la façon dont nous avons progressé l'année dernière. [Lors de] certaines courses, nous étions les plus proches de Red Bull et certainement pas loin, [lors de] certaines autres courses, nous étions encore loin, facilement derrière Mercedes, facilement derrière Ferrari, facilement derrière Red Bull, et parfois en train de nous battre avec les équipes derrière cela, donc nous étions toujours très incohérents."

Il a néanmoins rappelé que Bahreïn n'a pas été un circuit qui leur a réussi dans le passé. Il agrémente ceci d'un constat un peu amer avant la course en elle-même : il y a encore quelques problèmes à aborder, ceux-ci pouvant les affecter sur ce circuit, de par sa nature.

Qui plus est, Norris pense qu'ils n'ont pas progressé comme ils l'entendaient durant la trêve hivernale : "Nous avons rendu la voiture plus rapide et cela ressort très clairement de toutes les données dont nous disposons, mais certaines choses ne nous ont pas permis de progresser autant que je l'aurais souhaité, et je pense que nous l'aurions tous souhaité en tant qu'équipe."

Mais le jeune Britannique reste optimiste pour l'avenir : "Je suis toujours confiant lorsque nous allons sur certains circuits où nous étions rapides l'année dernière, comme revenir à Suzuka et des choses comme ça, je suis convaincu que nous pouvons toujours être l'une des meilleures voitures. Mais Bahreïn n'a jamais été nécessairement adapté à notre voiture, et c'est précisément pour cette raison que je pense que c'est pour cela que nous allons avoir un peu plus de mal ici, mais je suis convaincu que nous pourrons renverser la situation plus tard."

Charles LECLERC | Ferrari
F1

Quelles sont les chances de Ferrari face à Red Bull, équipe favorite, en 2024 selon Charles Leclerc ? "Le fait est que Red Bull est l'une des seules équipes à ne pas avoir fait de simulation de course complète pendant les tests, ce qui est normalement ce qui nous aide à comprendre où nous en sommes exactement. C'est très difficile de savoir où ils se situent."

Leclerc indique que c'est une piste qui a réussi à Ferrari par le passé et qu'il saisira l'opportunité malgré le mystère sur les champions en titre : "Nous en avons fait un [relais de simulation de course], donc nous savons évidemment où nous en sommes. Certaines équipes ont fait quelques relais de course et nous avons une idée de leur position, mais [avec] Red Bull, ce n'est pas le cas. Il est impossible de comprendre où nous en sommes."

La FIA a diffusé la liste des commissaires à la tête du Grand Prix de Bahreïn 2024. On a Nish Shetty, Loïc Bacquelaine, Derek Warwick et Mazen Al-Hilli.

Mercedes

Toto Wolff s'est exprimé avant le premier Grand Prix de la saison 2024 de F1 : "Lors des deux dernières saisons, nous nous sommes rendus à la première course de l'année en étant désavantagés. Il y avait une qualité intrinsèque dans la W13 et la W14, mais elle s'est souvent révélée trop difficile à exploiter. C'étaient des machines inconstantes. Notre objectif principal pour 2024 était donc clair : créer une plateforme constante et stable. Une voiture qui réagirait comme nous l'attendions. Une que les pilotes pourraient pousser constamment. Et une que nous pourrions développer tout au long de l'année, sachant que nous apportons une performance réelle sur la piste."

Il dresse un bilan plutôt positif des données glanées aux essais hivernaux, avec une plateforme qui semble déjà plus saine : "Au cours de ces deux premières courses, nous aurons une bien meilleure compréhension du travail accompli. Après les tests de pré-saison, cependant, nous pouvons tirer quelques conclusions initiales. Les pilotes sont beaucoup plus satisfaits de l'équilibre général. La plateforme de base fonctionne comme nous l'attendions. La corrélation avec nos simulations semble être précise. Tout cela est encourageant. Cela constitue une solide fondation sur laquelle nous avons l'intention de bâtir progressivement."

Il y a désormais un travail de recherche de performance, de peaufinage des réglages qui va se mettre en route pour aller chercher les champions en titre : "Notre focus lors des tests [hivernaux] était d'apprendre à connaître la voiture que nous avons. Notre attention peut maintenant se tourner vers l'ajustement des performances pour le week-end de course à Bahreïn. Red Bull, comme on pouvait s'y attendre, semble être en tête du peloton. Le groupe de poursuivants semble serré. Nous aurons bientôt une idée de notre position dans ce groupe. Et de la tâche qui nous attend pour réduire l'écart avec la tête."

Pirelli a distillé sa première infographie de la saison 2024 de F1 ainsi que son laïus dont en voici la synthèse.

Une semaine seulement après les essais de pré-saison, les équipes arrivent à Sakhir riches en données sur le comportement des voitures et des pneus sur ce circuit particulièrement abrasif, où la traction et la stabilité au freinage sont cruciales pour la performance, tant pour les tours rapides que pour les longs relais.

L'évolution de la piste est assez limitée, la température étant le principal facteur influent : deux des trois séances d'essais libres se déroulent sous la chaleur du jour, compliquant l'analyse des données de course. Le vent, pouvant apporter du sable sur la piste et déséquilibrer les voitures, est un autre élément perturbateur. La dégradation thermique sera significative et pourrait jouer un rôle déterminant sur la performance en course, tandis que l'usure des pneus reste généralement limitée.

Le Grand Prix de Bahreïn offre de nombreuses opportunités de dépassement, notamment dans les virages 1, 4 et 11. La dégradation des pneus, entraînant diverses stratégies de course, crée également d'intéressantes différences de performance.

L'an dernier, la stratégie privilégiée était un arrêt au stand double, utilisant les pneus C1 et C3, le C2 n'ayant été choisi que par une seule équipe (McLaren).

La course de ce weekend marquera le 20e Grand Prix de Bahreïn, bien que le nombre total de courses tenues sur ce circuit soit de 21 : en 2020, le Grand Prix de Sakhir a également été disputé et remporté par Valtteri Bottas de Mercedes.

Le pilote le plus titré sur ce circuit est Lewis Hamilton avec cinq victoires, suivi par Sebastian Vettel avec quatre et Fernando Alonso avec trois. L'Espagnol est le seul pilote ce weekend à avoir également participé à la toute première course à Sakhir en 2004. L'année dernière, Max Verstappen a remporté son premier Grand Prix de Bahreïn, mettant fin à une période de dix ans sans victoire pour Red Bull à Bahreïn. Ferrari est l'équipe la plus couronnée de succès avec sept victoires au Grand Prix de Bahreïn, bien que Mercedes ait égalé ce score grâce à la victoire de Bottas au Grand Prix de Sakhir 2020.

Pirelli a choisi les pneus C1 à C3 pour Grand Prix de Bahreïn 2024, C'est la même sélection que la saison dernière.