Lors de la conférence de presse post-Grand Prix de Miami, Ronald Vording, pour Motorsport.com, a demandé à Max Verstappen s'il pensait que Lando Norris aurait aussi pu gagner la course sans un arrêt au stand gratuit (via la voiture de sécurité) vu sa vitesse avec les pneus durs.

Max Verstappen : "Honnêtement, je ne connais pas l'écart avant la voiture de sécurité. Quelle était la distance entre nous ?"

Lando Norris : "Cela aurait été difficile. J'aurais dû dépasser deux Ferrari, une Red Bull, Oscar. Oscar faisait un très bon travail, donc chapeau à lui…"

Max Verstappen : "Je veux dire, c'est toujours des si, des si, des si, n'est-ce pas ? Si ma mère avait des couilles, elle serait mon père. Donc, oui. C'est comme ça en course. Parfois, ça marche pour toi, parfois non."

Il y a 11 h

Nouvelles pièces de boîte de vitesses pour Leclerc, au cœur du week-end à Imola.

Il y a 9 h

Nouvel échappement pour Ocon.

Il y a 9 h

Résultats de la troisième séance des essais libres à Imola.

Il y a 8 h

Poster spécial Imola 2024 pour Red Bull.

Il y a 6 h

Septième pole position (égal de Prost) depuis le début de la saison, la huitième à la suite (égal de Senna) pour Max Verstappen. Piastri et Norris, juste derrière avec les Ferrari en embuscade.

Il y a 4 h

Max Verstappen à la radio de l'équipe après avoir décroché la pole position à Imola :

Gianpiero Lambiase : « Ça, c'est une pole position durement gagnée, Max. »

Max : « HA, let's go !!! C'est vraiment une très bonne pole position ! On a vraiment renversé la situation [We fucking turned it around] ! »

Il y a 3 h

Max Verstappen s'exprimant au micro de la F1 après avoir décroché la pole position pour le Grand Prix d'Émilie-Romagne : "Un week-end difficile jusqu'à présent, même ce matin. Infiniment heureux d'être en pole ici. Je ne m'y attendais pas. Nous avons fait quelques changements de dernière minute avant les qualifications et ils ont semblé améliorer les sensations. J'ai pu pousser plus fort. Ce circuit est incroyable. Être à la limite ici en qualifications, près du gravier, j'ai touché le gravier dans le dernier virage. L'adrénaline est très, très forte."

À propos de l'égalisation du record d'Ayrton Senna avec huit poles consécutives : "C'est un excellent début d'année et très spécial. Cela fait 30 ans qu'il est décédé, donc je suis très heureux d'obtenir la pole et d'une certaine manière, c'est un bel hommage pour lui. C'était un pilote de F1 incroyable, surtout en qualifications. Une grande journée pour lui, une grande journée pour l'équipe. Je suis très, très heureux."

Il y a 3 h

S'exprimant au micro de la F1, Oscar Piastri de McLaren après s'être qualifié deuxième : "C'était plutôt bien, un peu brouillon dans le dernier virage, mais ici c'est tellement difficile de faire un tour parfait. Donc, je suis vraiment content. Je me suis senti très à l'aise avec la voiture dès qu'on l'a mise en piste hier. Tellement, tellement près de la pole, mais très heureux. Ça faisait un petit moment que je n'étais pas remonté jusqu'ici [à cette position]."

Et pour la course ? "On verra ce qu'on peut faire demain. Je pense que nous avons été définitivement dans le rythme tout le week-end. On ne peut jamais écarter Max et Red Bull bien sûr, comme nous venons de le voir, mais je pense que la confiance est haute. Bien sûr, ce n'est pas la piste la plus facile pour dépasser, mais la confiance est élevée que nous pouvons faire quelque chose de bien."

Il y a 3 h

Lando Norris s'exprimant au micro de la F1 après s'être qualifié troisième pour le Grand Prix d'Émilie-Romagne : "P3, ce n'est pas du tout un mauvais résultat. À un dixième de la P1 pour nous deux. Des marges infimes, mais pour nous en tant qu'équipe, nous avons passé un excellent week-end. Oscar a fait un excellent travail et Max aussi."

Et Norris, fraîchement sacré vainqueur de Grand Prix a hâte d'en découdre en course : "Excitant. J'ai hâte d'être à demain. Nous nous rapprochons. Être devant Ferrari est aussi un bon résultat pour nous. Ça va être serré, la course de demain va être intéressante. J'espère que ce sera une course excitante. Difficile, surtout quand les temps au tour sont si proches. Beaucoup de choses se jouent sur le premier tour, la stratégie et les arrêts aux stands. Ça va être une course difficile."

Il y a 3 h

Checo Pérez s'est expliqué au micro de Sky Sports F1 après une décevante onzième position en qualifs du Grand Prix d'Émilie-Romagne : "Nous avons beaucoup joué avec les réglages de la voiture. En entrant en qualifications avec des marges étroites, j'ai mal commencé la Q1 car j'ai fait un mauvais tour, mais finalement nous étions en sécurité. Cela signifiait que nous avons commencé la Q2 avec des pneus usés. Une fois que nous avons mis les nouveaux pneus lors du deuxième run, j'ai été surpris de gagner beaucoup d'adhérence à l'arrière et cela m'a perturbé. En arrivant au virage sept, je suis allé tout droit et j'ai perdu deux dixièmes et demi. Je pense que nous avons fait de bons progrès avec la voiture, comme Max l'a montré, mais malheureusement, de mon côté, je n'ai pas pu le montrer en Q3. Je pense que si nous marquons un bon nombre de points demain et minimisons les dégâts, ce sera très important."

Il y a 3 h

Lewis Hamilton s'exprimant au micro de Sky Sports F1 après s'être qualifié huitième pour le Grand Prix d'Émilie-Romagne : "La journée a été plus difficile qu'hier mais je me suis quand même amusé. J'adore les qualifications. Le samedi est toujours une journée amusante, mais cela a été une lutte pour moi les samedis."

Sur les potentielles difficultés en course : "Si l'équilibre est comme ça, je ne sais pas. Notre voiture est sur le fil du rasoir. Nous faisons les plus petits changements d'une session à l'autre, essayant d'éviter les gros changements que nous avons faits par le passé. Hier, ça s'est très bien passé, les améliorations se sentaient bien sur la piste. Pour nous en général, en arrivant aujourd'hui, on avait l'impression d'un manque d'adhérence à l'arrière, puis en qualifications, l'arrière était beaucoup plus instable que lors des sessions précédentes. Tout ce que vous pouvez faire est d'essayer de le combattre quand vous êtes sur la piste. Mais les températures des pneus arrière finissent par augmenter tout au long du tour, donc la voiture glissait plus et une fois arrivé au dernier virage, la voiture semblait très différente."

Il y a 3 h

Toto Wolff (directeur de l'équipe Mercedes) s'exprimant au micro de Sky Sports F1 : "Je pense que lorsqu'on regarde l'écart avec les premiers, il y a du progrès. Quatre dixièmes de seconde... nous devons faire mieux. Ça va dans la bonne direction et même si la sixième place n'est pas suffisante, nous avançons petit à petit."

À propos de la qualification de Lewis Hamilton en huitième position : "Il ne se sent pas bien avec la voiture aujourd'hui. Il ne ressent pas l'adhérence."

Il y a 3 h

Piastri pénalisé de trois places sur la grille de départ du Grand Prix d'Emilie-Romagne !!!

Oscar Piastri et Kevin Magnussen ont recontré les commissaires pour discuter de l'accusation selon laquelle le pilote McLaren aurait gêné la Haas numéro 20 en Q1.

Il en est ressorti que Piastri, sortant des stands, a gêné Magnussen qui était sur un tour rapide à la chicane des virages 2 et 3. L'équipe de Piastri, McLaren, n'a pas averti à temps de l'arrivée rapide de Magnussen, causant ainsi une "gêne inutile". Les commissaires ont accepté que Piastri ne pouvait pas voir Magnussen en raison de la configuration du circuit, mais ont déterminé que le manque d'avertissement suffisant de son équipe était la cause principale de l'incident.

Avant le rendez-vous à la FIA, le jeune Australien expliquait à Sky Sports F1 : "Je ne l'ai pas vu, donc je dois aller vérifier. J'ai regardé dans le rétroviseur et je n'ai vu personne arriver. Ici, vous arrivez avec une telle différence de vitesse. J'ai regardé longtemps, je n'ai vu personne, et on m'a dit assez tard qu'il était en tour rapide. J'ai essayé de m'écarter mais il avait peu d'options à ce moment-là."

Traduction exhaustive de l'explication des commissaires : "Les commissaires ont entendu le pilote de la voiture 81 (Oscar Piastri), le pilote de la voiture 20 (Kevin Magnussen), les représentants des équipes et ont examiné les données du système de positionnement/marshalling, les vidéos, les télémétries fournies par les équipes, la radio de l'équipe et les preuves vidéo embarquées. Piastri sortait des stands et Magnussen était sur un tour rapide. Piastri a gêné Magnussen à la chicane des virages 2 et 3.

Les commissaires ont accepté l'explication de Piastri selon laquelle, en raison de la configuration du circuit à cet endroit, il ne pouvait pas voir Magnussen avant qu'il ne soit trop tard, moment auquel il a tenté d'accélérer pour s'éloigner de Magnussen le plus rapidement possible. Magnussen a reconnu qu'il était difficile pour les pilotes de voir les voitures derrière eux dans de nombreuses portions du circuit, y compris ici.

Cependant, les commissaires ont examiné la radio de l'équipe et ont constaté que l'équipe de Piastri ne l'avait pas averti de l'arrivée rapide de Magnussen jusqu'à ce que celui-ci soit trop proche pour que Piastri puisse faire quoi que ce soit pour éviter de gêner en toute sécurité. En fait, il y avait une différence de vitesse d'environ 140 km/h et Magnussen n'était qu'à environ 40-50 m derrière au moment où Piastri se trouvait au milieu de la chicane lorsque Magnussen l'a rattrapé. De plus, il était clair que Magnussen était sur un tour rapide depuis sa sortie du virage 19.

Les commissaires ont également examiné où d'autres pilotes ont été avertis de l'arrivée de voitures et c'était beaucoup plus tôt, leur permettant d'éviter de gêner au virage 2/3. La gestion du trafic pour les voitures plus lentes est une partie extrêmement importante de la combinaison équipe/pilote, en particulier en Q1. Dans ce cas, les commissaires déterminent que le manque d'avertissement suffisant a causé une 'gêne inutile'."

Il y a 2 h

Classement final des qualifs du Grand Prix d'Emilie-Romagne 2024.

Il y a 2 h

Grille de départ provisoire pour le Grand Prix d'Emilie-Romagne cru 2024.

Il y a 1 h

Détails sur le Grand Prix de F1 d'Arabie Saoudite 2024

 Retour à la saison 2024

 Arabie Saoudite | Djeddah

 
Pneus
C2
C3
C4
Arabie Saoudite
Course 2/24
FP1 07/03/2024 14:30
FP2 07/03/2024 18:00
FP3 08/03/2024 14:30
Qualifications 08/03/2024 18:00
Course 09/03/2024 18:00

 FALC (Faits à la con)

375 : km/h, la vitesse d'éjection de l'eau de la fontaine du roi Fahd (49,8 km/h pour une éjaculation masculine), qui est la plus grande fontaine du monde (l'eau monte à 312 m).

 Les données sur le circuit

 Infos générales

Premier Grand Prix : 2021
Sens : antihoraire
Nombre de tours : 50
Nombre de zones DRS : 3

 Distances

Longueur du circuit : 6.174 km

Ou encore... 46 075 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

Longueur de la course : 308.450 km

Ou encore... 2 301 866 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

 Virages

Nombre de virages : 27
Nombre de virages à gauche : 16
Nombre de virages à droite : 11

 Les stands

Vitesse limite dans les stands : 80 km/h
Distance d'allée des stands sous limiteur de vitesse : 391.00 m
Temps nécessaire pour purger un Drive-Through : 18.00 s

 Chronos

Tour en course le plus rapide : 1:30.734 (Lewis Hamilton, 2021)
Tour le plus rapide : 1:27.511 (Lewis Hamilton, 2021)

 Pole position

Côté de la pole position : droit
Distance de la pole au premier freinage : 230.00 m

 Accélérateur et boîte de vitesses

Temps à pleine charge : 82 %
Distance à pleine charge : 83 %
Consommation d'essence : élevée
Nombre de changements de vitesses en un tour : 42

Données F1 et Mercedes-AMG F1 Team, aucune affiliation ou autre. Ces données étaient valables avant que le Grand Prix de F1 ne se déroule.
Les éléments ont pu évoluer après le week-end de course : changement de tracé, nouveau record et etc.

 Les données pneumatiques Pirelli

 Pressions minimale de départ des slicks

Avant : 24.0 psi
Arrière : 21.0 psi

 Limites de carrossage

Avant : -3.25°
Arrière : -1.75°

 Pneumatique et piste

Evolution de la piste (FP1 aux qualifs) : élevée
Abrasion de l'asphalte : 2/5

 Résultats du Grand Prix de F1 d'Arabie Saoudite 2024

Pos. Pilote (Constructeur) Temps Pos. grille Gain/perte pos.* Vitesse moyenne Meilleur tour Points
1 M.Max VERSTAPPEN (Red Bull) 1:20:43.273 1   242.188 km/h 1:31.773 (T.50) 25
2 S.Sergio PÉREZ (Red Bull) +13.6431 3   1 240.876 km/h 1:32.273 (T.37) 18
3 C.Charles LECLERC (Ferrari) +18.639 2   1 242.561 km/h 1:31.632 (T.50) 16
4 O.Oscar PIASTRI (McLaren) +32.007 5   1 240.779 km/h 1:32.310 (T.1) 12
5 F.Fernando ALONSO (Aston Martin) +35.759 4   1 240.579 km/h 1:32.387 (T.43) 10
6 G.George RUSSELL (Mercedes) +39.936 7   1 240.926 km/h 1:32.254 (T.42) 8
7 O.Oliver BEARMAN (Ferrari) +42.679 11   4 241.103 km/h 1:32.186 (T.50) 6
8 L.Lando NORRIS (McLaren) +45.708 6   2 241.738 km/h 1:31.944 (T.1) 4
9 L.Lewis HAMILTON (Mercedes) +47.391 8   1 242.260 km/h 1:31.746 (T.38) 2
10 N.Nico HÜLKENBERG (Haas) +1:16.996 15   5 240.633 km/h 1:32.366 (T.49) 1
11 A.Alexander ALBON (Williams) +1:28.354 12   1 240.787 km/h 1:32.307 (T.50)
12 K.Kevin MAGNUSSEN (Haas) +1:45.7373 13   1 240.706 km/h 1:32.338 (T.47)
13 E.Esteban OCON (Alpine) +1 tour (T.49) 17   4 237.763 km/h 1:33.481 (T.48)
14 Y.Yuki TSUNODA (Visa CashApp RB) +1 tour (T.49) 9   5 237.657 km/h 1:33.523 (T.44)
15 L.Logan SARGEANT (Williams) +1 tour (T.49) 19   4 238.926 km/h 1:33.026 (T.49)
16 D.Daniel RICCIARDO (Visa CashApp RB) +1 tour (T.49) 14   2 238.166 km/h 1:33.323 (T.47)
17 V.Valtteri BOTTAS (Sauber) +1 tour (T.49) 16   1 239.751 km/h 1:32.706 (T.49)
18 G.Guanyu ZHOU (Sauber) +1 tour (T.49) 20   2 241.046 km/h 1:32.208 (T.49)
Ab L.Lance STROLL (Aston Martin) Accident (T.5) 10 232.591 km/h 1:35.560 (T.5)
Ab P.Pierre GASLY (Alpine) Boîte de vitesses (T.1) 18 N/A N/A

Les actus concernant le Grand Prix de F1 d'Arabie Saoudite 2024

Les brefs concernant le Grand Prix de F1 d'Arabie Saoudite 2024

Oliver BEARMAN | Ferrari
FIA

Ben Waterworth, de TheRoar.com.au, a posé une question à Kevin Magnussen. Il avait évoqué la performance d'Ollie Bearman, le pilote de F2 qui avait remplacé Carlos Sainz à Djeddah en raison de son appendicite, et il demanda si Kevin aimerait le voir comme coéquipier l'année prochaine chez Haas.

Le pilote danois a répondu : "Tout d'abord, je pense que sauter dans un week-end de course avec une grande équipe comme Ferrari, il doit y avoir pas mal de pression. En même temps, quand on est jeté dans le grand bain comme ça, cela peut aussi aller dans l'autre sens, où l'on ne ressent pas beaucoup de pression parce que le travail est si grand qu'il est en quelque sorte inconnu à quoi devrait ressembler la performance optimale dans ce cas. Donc, je suppose que c'était une opportunité géniale qu'il a eue, de courir sur une piste aussi cool avec Ferrari. Faire sa première course [en F1] avec Ferrari doit être une sensation très spéciale. Est-ce que j'aimerais l'avoir comme coéquipier ? Je pense, vous savez, en le regardant comme un jeune gars, vous savez, en course, je peux me rapporter à là où il est dans sa carrière et dans sa vie. Donc, je lui souhaite tout le meilleur, bien sûr. Nico est un coéquipier très, très compétent. Et, vous savez, je pense que nous avons une très bonne dynamique dans l'équipe. Nous travaillons vraiment bien ensemble. Et je pense, vous savez, le voyage que nous faisons en tant qu'équipe, je pense qu'il est utile d'avoir des pilotes expérimentés, mais c'est évidemment hors de mon contrôle. Je pense que nous devons juste faire le maximum de ce que nous avons en ce moment avec les deux pilotes et la voiture que nous avons, ce qui je pense va plutôt bien."

Et étant donné l'association de Bearman avec Haas, KMag lui a-t-il donné des conseils avant le week-end ou le vendredi en Arabie Saoudite ? "Non, je n'ai eu aucune discussion avec lui. Il faisait très partie de Ferrari ce week-end. Je pense qu'il est notre pilote de réserve pour les courses où il fait les FP1 cette année, ce qui est assez nombreuses. Donc, Ferrari, évidemment, compte vraiment sur lui et met beaucoup d'efforts sur lui, ce qui est génial pour lui."

Daniel RICCIARDO | Visa CashApp RB
FIA

Mat Coch, de chez Speed Café, a posé une question à Daniel Ricciardo en conférence de presse pré-GP d'Australie comme quoi après Jeddah, il avait mentionné que l'équipe avait trouvé quelque chose dans la voiture après les qualifications. Il lui demanda de donner plus de détails à ce sujet.

L'Australien a expliqué : "Donc, oui, nous avons trouvé des incohérences entre les voitures. Et cela, je pense, était évidemment... Comme je l'ai mentionné plus tôt, quand c'est si serré, vous savez, surtout dans notre position, vous avez besoin de tout pour essayer d'être là. C'était donc ça. Et puis dans la course, vous savez, tôt pendant la période de voiture de sécurité, nous avons eu un arrêt lent. Donc ça nous a mis en fin de peloton et oui, pratiquement dans un train DRS après ça. Donc là, vous êtes hors de position et cela a rendu le week-end très long et difficile. Donc, avant ce week-end, je pense que tout a été abordé. J'ai beaucoup parlé avec l'équipe. J'étais aussi de retour dans le simulateur après l'Arabie Saoudite et avant de rentrer à la maison. Donc oui, je sens que nous avons fait tout ce que nous pouvions pour venir ici avec nos meilleures chances et je suis très, très heureux que nous soyons à environ 24 heures de monter dans la voiture."

Kevin MAGNUSSEN | Haas
FIA

Kevin Magnussen et Checo Pérez était en conférence de presse avant le Grand Prix d'Australie 2024 et ils ont été questionnés sur la stratégie de Haas en Arabie Saoudite. La stratégie en question reposait sur Kevin Magnussen devant creuser un écart pour que Nico Hülkenberg, son coéquipier, puisse aller inscrire un point.

Q : L'homme à votre gauche [Checo Pérez] était autrefois connu comme le ministre de la défense de la Formule 1, mais j'ai l'impression que ce titre vous revient désormais après ce que vous avez fait en Arabie Saoudite. Dites-nous, comment avez-vous fait pour gagner 18 secondes en 12 tours, n'est-ce pas ?
Kevin MAGNUSSEN : "Oui, je suppose. Je veux dire, ce n'est évidemment pas l'idéal pour courir, pour aucun pilote, mais ma course, après la première pénalité là, qui était de ma faute, vous savez, le contact avec Alex, c'était juste un mauvais jugement de ma part. Vous savez, le circuit revient [la piste, le virage, fait un retour] et je n'ai pas créé cet espace supplémentaire pour lui. Donc après ça, c'était pratiquement la fin pour le point. Et nous avons vu une opportunité avec Nico là, qui était sur une stratégie différente, et ça a fonctionné. Donc en fin de compte, des sentiments partagés à ce moment-là, mais heureux d'avoir obtenu un point. De nos jours, avec le peloton pratiquement divisé en deux avec les cinq premiers et les cinq derniers, le point est vraiment précieux. Donc ouais, bien que cela ait fonctionné."

Q : Bravo à vous. Et Checo, que pensez-vous de sa performance défensive la dernière fois ?
Sergio PÉREZ : "Eh bien, c'était très, très impressionnant à voir. Je pense, comme Kevin le dit, je pense qu'il y avait des raisons stratégiques derrière. En tant qu'équipe, je pense qu'ils ont bien travaillé. Ils ont travaillé en équipe, et de mon point de vue, ce n'est pas idéal si vous êtes de l'autre côté. Mais je pense qu'en fin de compte, vous devez faire de votre mieux pour votre équipe. Et il est payé par Haas, donc il devrait faire de son mieux pour eux."

Lando NORRIS | McLaren

Il a été question d'un faux-départ de Norris lors du Grand Prix d'Arabie Saoudite 2024, faux-départ qui a été notifié par Russell et qui n'avait pas été sanctionné. Au regard du document officiel, la voiture numéro 4 n'a pas effectué ledit faux-départ et la FIA s'est appuyée sur les données du transpondeur de la McLaren.

En effet, les commissaires ont analysé les données et vidéos, constatant que la Voiture 4 semblait bouger avant le départ, mais le transpondeur FIA n'a pas signalé de faux départ : "Les commissaires ont examiné les données du système de positionnement/signalisation, les vidéos et ont déterminé que la vidéo semblait montrer que la Voiture 4 s'est déplacée avant que le signal de départ ne soit donné. Cependant, le transpondeur approuvé par la FIA et installé sur la voiture n'a pas indiqué de faux départ."

Et il a été précisé que selon le règlement, aucun faux départ n'a été détecté, donc aucune action supplémentaire n'a été prise : "L'article 48.1 a) du Règlement Sportif de la Formule Un stipule clairement que le jugement de savoir s'il y a eu un faux départ ou non doit être fait conformément au transpondeur, qui n'a pas montré de faux départ. Dans ces circonstances, nous n'avons pris aucune mesure supplémentaire."

Lance STROLL | Aston Martin

Lance Stroll est revenu sur son accident à Djeddah : "Une manière décevante de conclure un bon week-end. J'avais vraiment poussé fort durant ces premiers tours – les voitures autour de nous étaient définitivement plus rapides et les pneus avaient déjà du mal. J'essayais de creuser un écart et j'ai juste touché le mur. Il y a des points positifs à retenir, l'équipe a marqué des points dans les deux courses et nous sentons qu'il y a encore plus de vitesse à débloquer dans la voiture. Je regarde déjà vers l'Australie – c'est une course et un pays que j'apprécie vraiment et je suis sûr que nous pouvons reprendre notre élan."

Fernando ALONSO | Aston Martin

Concernant sa cinquième position au classement général au terme du Grand Prix d'Arabie Saoudite, Fernando Alonso s'est dit très heureux : "Je pense que terminer devant une McLaren, une Ferrari et les deux Mercedes est un excellent résultat pour l'équipe et probablement le maximum que nous pouvons atteindre en ce moment. C'était intense du début à la fin et j'avais George [Russell] juste derrière moi pendant la majeure partie de la course. Nous sommes un peu entrés dans l'inconnu avec plus de 40 tours sur le set de pneus durs, mais nous avons bien géré tout cela et avons réussi à faire fonctionner la stratégie à un seul arrêt. Nous allons continuer à chercher plus de performance et nous concentrer sur le long terme car c'est une saison très longue qui nous attend."

Alexander ALBON | Williams

A Djeddah, Alex Albon a dû piloter une FW46 endommagée pendant une grande partie de la course et n'a pas eu de chance de ne pas marquer de points : "C'est frustrant de ne pas se battre pour des points aujourd'hui, en terminant juste à l'extérieur [des points] en P11. Haas a fait un excellent travail sur la stratégie en utilisant Kevin pour retenir le groupe, ce qui était très intelligent. Malheureusement, nous n'avions pas la vitesse et nous avions aussi des dommages à l'aileron avant, donc nous avons eu du mal à progresser dans le peloton. Nous avions une meilleure voiture de course que ce que nous avons montré aujourd'hui, donc maintenant l'accent est mis sur l'amélioration pour l'Australie."

Dave Robson, patron chez Williams de la "performance des véhicules" (Vehicle Performance, ce titre est toujours aussi imaginatif), résumé la course du Thaïlandais : "Aujourd'hui, c'était une course incroyablement frustrante. Alex a pris un superbe départ et était devant la Ferrari mais s'est fait prendre dans le trafic au T1 et, surtout, a perdu une place au profit de Magnussen. La plupart des concurrents se sont arrêtés aux stands lorsque la voiture de sécurité est intervenue, et lorsque Alex a dépassé Magnussen peu après le départ de la course, il a été injustement gêné, ce pour quoi Magnussen a été pénalisé. Cependant, cela nous a coûté plusieurs places et a causé des dommages à l'extrémité de l'aileron avant. Malgré les dommages, Alex a réussi à attaquer et à dépasser plusieurs voitures, mais n'a pas pu prendre la dernière position donnant droit à des points en raison du jeu d'équipe judicieux de Haas."

Par ailleurs, Robson a été encouragé par le rythme de Sargeant bien que le pilote américain ait souffert d'une dégradation des pneus légèrement plus importante qu'Alex lors du dernier relais.

Alexander ALBON | Williams

Alors que chez VCARB, on parle de comportement antisportif de la part de Haas, chez Williams, on a la vision opposée. Alex Albon, bien que victime de KMag pendant une manœuvre, a loué la stratégie de l'écurie américaine : "Haas a fait un excellent travail stratégique en utilisant Kevin pour soutenir le groupe, ce qui était très intelligent."

Dave Robson, responsable des performances des véhicules dans l'écurie britannique, parle même d'un "jeu d'équipe sensé réalisé par Haas".

Yuki TSUNODA | Visa CashApp RB

Tsunoda a commenté sa course saoudienne : "C'était une course difficile aujourd'hui. J'ai fait des erreurs et j'ai laissé passer des voitures qui étaient derrière moi lorsque j'essayais de dépasser la voiture devant, et c'est de ma faute. Nous avons eu des difficultés avec notre rythme et notre adhérence aujourd'hui, donc c'était difficile à conduire. Sur le côté positif, nous avons eu une bonne qualification, et nous allons examiner notre rythme de course et comprendre pourquoi nous avons autant peiné. Il y a des choses sur lesquelles je peux m'améliorer aujourd'hui, donc nous allons les examiner et appliquer les enseignements pour l'avenir."

Alan Permane, directeur de course VCARB, a expliqué, mécontent : "Avec Yuki, nous avons fait une course conventionnelle comme la plupart des autres. Nous l'avons commencé avec le pneu medium, et lorsque la voiture de sécurité est sortie, nous l'avons fait rentrer pour chausser le composé dur. Ce qui est ensuite arrivé a été un peu difficile à accepter. Magnussen est sorti de la piste pour se placer délibérément devant Yuki puis l'a ralenti jusqu'à deux secondes par tour, ce qui a permis à Hülkenberg, qui n'avait pas encore arrêté, de créer un écart et, bien sûr, de rentrer aux stands devant toutes les voitures derrière. Pour moi, cela ne semble pas correct et c'est la définition même d'un comportement anti-sportif. Je suis sûr que nous et d'autres équipes en parlerons à la FIA pour les courses futures."

Daniel RICCIARDO | Visa CashApp RB

Daniel Ricciardo : "C'était une course difficile et, globalement, un week-end difficile, ce qui est très frustrant. Pendant la période de voiture de sécurité, lorsque presque tout le monde est rentré aux stands, nous avons eu un arrêt aux stands lent et, à quelques tours de la fin, j'ai fait une erreur et ai trop pris le vibreur au virage 1, ce qui a causé un tête-à-queue. Je reste cependant optimiste, car je sais que nous avons quelques signes positifs et nous avons juste besoin de peaufiner notre package. Nous avons maintenant une semaine de pause, et il y aura un grand effort de la part de tous pour corriger le tir et s'assurer que nous avons un bon package pour la prochaine course. Je sais que l'équipe le veut autant que moi. Je suis impatient de retourner courir à Melbourne, alors préparons-nous pour cela."

Alan Permane (Directeur de course de VCARB) a commenté la course de l'Australien : "Nous avons eu un problème avec les pneus pendant son arrêt aux stands et cela l'a mis en fin de peloton, à partir de là il était difficile de remonter."

Laurent Mekies, le nouveau directeur de la tout aussi nouvelle équipe, a rajouté : "La course de Daniel a été compromise par un arrêt aux stands très long pendant le double stack sous la voiture de sécurité. Il a ensuite passé une grande partie de la course dans un trafic dense. Dans un milieu de terrain ultra-serré, vous tombez très vite dès que vous n'obtenez pas tout parfaitement, et la course n'était certainement pas parfaite pour nous."

Pierre GASLY | Alpine

Pierre Gasly a commenté sa course saoudienne avortée : "C’est évidemment une journée décevante à Djeddah. Nous avons eu un problème de boîte de vitesses lors du tour de formation. Nous avons perdu le sixième rapport, puis la synchronisation de toutes les autres vitesses, donc nous avons dû arrêter la voiture. Nous devons enquêter sur le sujet comme cela nous a privé d’un temps de piste précieux aujourd’hui. C’est dommage pour toute l’équipe, car tout le monde travaille très dur, avec une énergie positive tout au long du week-end, mais les choses ne se passent tout simplement pas comme nous le souhaitons. Ce n’est pas simple en ce moment, mais nous devons garder la tête haute et continuer à travailler pour trouver les performances qui nous manquent. Nous restons soudés et nous nous rendrons en Australie en étant prêts à reprendre le combat."

Et Bruno Famin, team principal, dresse un pré-bilan toujours aussi pessimiste pour Alpine en ce début de saison 2024 de F1 : "Nous avions dit que le début de saison serait difficile et les premières semaines l’ont été avec les essais et deux Grands Prix. Même si des évolutions arrivent, nous devons comprendre notre manque de performances. Et aujourd’hui, nous devons enquêter sur le problème de la boîte de vitesses ayant coûté un précieux temps de roulage à Pierre. Il n’y a qu’une seule chose à faire : continuer à travailler dur tous ensemble pour améliorer notre situation actuelle. Saluons les usines d’Enstone et de Viry ainsi que l’équipe de piste pour leur fantastique état d’esprit et leur ténacité pour faire rapidement progresser notre niveau de performances. Prochain arrêt, l’Australie."

Esteban OCON | Alpine

Esteban Ocon a réussi un tour de force à Djeddah en hissant sa poussive Alpine de la 17e place sur la grille à la 13e au drapeau à damier : "C’était tout ce que nous pouvions obtenir en course de manière réaliste aujourd’hui. De notre côté, nous l’avons pris comme une nouvelle occasion d’en apprendre davantage sur la voiture. Le départ était un peu chaotique et nous avons su rester propres pour le mettre à profit et glaner quelques positions. Il y a aussi eu des batailles intenses, presque roue contre roue, ce qui était parfois agréable. Nous ne sommes tout simplement pas assez rapides pour marquer des points et nous en sommes là. Nous garderons la tête haute et nous continuerons à travailler pour trouver des performances. Cette semaine, je serai à Enstone et j’ai hâte d’y retrouver tout le monde pour travailler collectivement à l’amélioration de notre situation actuelle. L’Australie représentera notre prochaine opportunité et je suis impatient d’y être."

Nico HÜLKENBERG | Haas

Dans une ambiance de solidarité et de stratégie affûtée, Nico Hülkenberg a mis en lumière l'importance d'un point dans le contexte actuel, saluant au passage l'excellence de la stratégie d'équipe et l'esprit de collaboration avec Kevin Magnussen : "Un point vaut beaucoup ces jours-ci. J'ai l'impression d'avoir fait une course très propre, et une excellente course du point de vue de la stratégie de l'équipe. Nous avons séparé les voitures pendant la voiture de sécurité, ce qui avait été discuté avant la course et cela s'est bien passé. Au redémarrage, lorsque les voitures plus rapides ont disparu, j'ai réussi à obtenir de l'air frais, un bon rythme et un bon tempo. Je pense que c'était la clé, mais aussi le travail d'équipe avec Kevin aujourd'hui pour ralentir les autres afin que je puisse faire une fenêtre de ravitaillement. C'était un travail d'équipe parfait, et je lui rendrai la pareille plus tard dans la saison."

Le Danois, malgré les revers, se concentre sur la contribution significative à l'effort collectif, soulignant l'importance de chaque point pour le championnat des constructeurs : "J'ai montré un bon rythme mais malheureusement j'ai reçu deux pénalités, donc ce n'est évidemment pas un grand jour pour moi, mais je pense avoir compensé par l'effort fourni pour garder tout le monde derrière afin de créer un écart pour que Nico puisse s'arrêter aux stands. Il a marqué un point, ce qui est super important et actuellement, je ne me bats pas pour un championnat, donc le vrai combat est dans le Championnat des Constructeurs, et je suis heureux que nous ayons marqué un point aujourd'hui. C'est énorme pour l'équipe, nous l'avons vraiment mérité aujourd'hui, et c'est très positif que nous ayons le rythme - pour une deuxième course d'affilée, nous avons montré que nous avions un bon rythme."

Ayao Komatsu, le pilier de cette synergie et directeur de l'écurie Haas, reflète sur une journée marquée par un travail d'équipe exemplaire, prouvant une fois de plus la compétitivité et la cohésion au sein de l'équipe, et anticipant avec optimisme les défis à venir : "Aujourd'hui a été un effort d'équipe incroyable et je suis tellement heureux que cela soit venu du formidable travail d'équipe. Nous nous battions pour la P10 – un point – mais contre huit autres pilotes, donc tout devait être parfait pour saisir l'opportunité. Aujourd'hui, Kevin a eu des pénalités, mais une fois que nous avons réalisé qu'il était hors de la course aux points, nous avons pris une excellente décision et Kev a piloté de manière fantastique pour retenir ces gars tout en fixant un temps au tour cible, et Nico a conduit sans faute. C'était un énorme effort d'équipe, félicitations à tous et j'ai vraiment hâte à la prochaine course."

Oscar PIASTRI | McLaren

Oscar Piastri est heureux d'avoir fini au pied du podium à Djeddah : "P4 ! Je pense que c'est vraiment le maximum que nous aurions pu obtenir de cette course, et nous l'avons bien exécuté. C'était un peu frustrant d'être coincé derrière Lewis Hamilton pendant si longtemps, mais je pense que c'était le plus de points que nous aurions pu obtenir ce week-end, donc, je suis très content. J'ai hâte d'aller à Melbourne ensuite pour ma course à domicile, j'ai vraiment hâte de courir sur mon circuit local devant les fans australiens."

Lando NORRIS | McLaren

Lando Norris s'est exprimé après le GP d'Arabie Saoudite, où il a fini huitième après avoir mené la course en retardant son premier arrêt aux stands : "Une course raisonnable. Nous avons tenté quelque chose avec la stratégie mais, au final, cela n'a pas tout à fait porté ses fruits – mais c'était un bon effort et je pense que c'était la bonne décision à ce moment-là puisque nous couvrions toutes les options pour l'équipe. Il y avait un rythme raisonnable dans la voiture aujourd'hui, donc nous avons peut-être manqué quelques points, mais je pense que nous avons fait ce que nous pouvions. Nous avons pris un peu de risque, parfois ça fonctionne, parfois non et aujourd'hui ça n'a pas été le cas, mais ça aurait pu l'être ! Donc, je suis quand même content. Je pense que le rythme d'aujourd'hui était assez fort donc il y a des signes encourageants. Place à la prochaine [course] !"

Charles LECLERC | Ferrari
FIA

Après le Grand Prix d'Arabie Saoudite, il a été demandé à Charles Leclerc où pouvait se trouver la différence de performance de sa Ferrari pour aller chercher les Red Bull et si ça venait en particulier du DRS. Le Monégasque a répondu : "Pour le DRS, je ne pense pas que c'est là que nous manquons [de performance] actuellement, mais bien sûr, nous aurons une analyse plus approfondie après ce week-end pour comprendre exactement quelles sont encore nos faiblesses et essayer de les mettre à jour depuis la dernière course. Cependant, aujourd'hui, je ne pense pas que la dégradation des pneus était un problème. C'était plus une question de montée en température des pneus et nous avons eu un peu plus de mal à les amener à la bonne température pour pouvoir pousser. Ce qui a rendu les choses aussi un peu plus difficiles car je devais dépasser des voitures pendant mon échauffement. Et c'était un peu plus délicat pour nous que pour eux. Et c'est là qu'ils ont creusé l'écart, qui est ensuite resté plus ou moins stable vers la fin. Mais il était trop tard pour nous de les mettre sous pression."

Et était-ce cette montée en température récalcitrante des pneus qui l'a fait buter sur Norris au redémarrage de la course ? "Non, pour Lando, je ne pense pas que c'était cela qui me faisait peiner à le dépasser. Je pense que c'était plus à cause de la vitesse de pointe. Mais oui, les redémarrages étaient évidemment assez délicats avec les pneus un peu en dehors de la fenêtre optimale. Mais je pense que tout le monde peinait plus ou moins. De notre côté, c'était probablement pire. Mais ensuite, une fois qu'ils ont atteint leur température, ce qui était le cas quand j'étais proche de Lando, c'était alors plus la vitesse de pointe qui me faisait peiner à le dépasser."

Et devons-nous nous attendre à un pas en avant de la SF-24 pour Melbourne lors du prochain Grand prix ? "Je ne pense pas que nous aurons beaucoup de nouveautés à Melbourne. Donc, sans nouveautés à Melbourne, je pense que nous faisons du bon travail en maximisant notre package actuel. C'est là où nous en sommes. Je pense que nous devrons probablement attendre de voir lorsque nous aurons de nouvelles pièces sur la voiture, quel genre de pas en avant nous faisons. Et j'espère que cela nous rapprochera de Red Bull."

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Rawan Hamdan de l'Agence de presse saoudienne a posé une question à Max Verstappen concernant Lando Norris qui a mené la course pendant un bon moment. Le but était de connaître l'avis de Max sur la performance de Lando en tête pendant une partie significative de la course, ainsi que sur la manière dont il l'a finalement dépassé. Le Néerlandais a répondu : "Oui, je veux dire, il n'a pas fait d'arrêt aux stands, donc naturellement, il était devant moi. Et il m'a fallu quelques tours pour chauffer mes pneus Durs. Je ne voulais pas non plus prendre trop de risques, vous savez, parce que quand on n'a pas beaucoup d'adhérence, c'est facile de faire une erreur ici. Et, oui, à un moment donné, une fois que les pneus ont eu un peu d'adhérence, j'ai pu le rattraper et le dépasser. Donc, oui, c'était assez simple."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Interrogé sur l'expression récente de sa loyauté envers Helmut Marko, Max Verstappen a été confronté à une question soulignant sa domination impressionnante lors des deux premières courses de la saison 2024. La curiosité portait sur l'impact que l'absence éventuelle de Marko au sein de l'équipe pourrait avoir sur sa décision de rester ou non chez Red Bull. En effet, en quittant Red Bull maintenant ou à la fin de cette saison, Verstappen risquerait de renoncer à un, voire plusieurs titres mondiaux. La question soulevée était de savoir si la présence de Marko était si cruciale pour lui au point d'envisager de sacrifier des succès futurs. Le réponse du champion du monde en titre a été : "J'ai toujours dit que ce qui est le plus important, c'est que nous travaillions ensemble en tant qu'équipe et que tout le monde garde la paix. Et c'est ce sur quoi, je pense, nous sommes tous d'accord au sein de l'équipe."

Verstappen a complété : "Donc, espérons qu'à partir de maintenant, cela soit également pleinement le cas. Tout le monde essaie de se concentrer dans la même direction. Et je pense que le positif de tout cela, c'est que cela n'a pas affecté nos performances. Donc, c'est une équipe très forte. Je pense aussi mentalement, ce que l'on peut voir, non seulement du côté des pilotes, mais aussi des mécaniciens, des ingénieurs, tout le monde est là pour faire son travail. Et je pense que tout le monde, même quand il se passe des choses ou quoi que ce soit, ils sont juste très concentrés sur leur travail comme ils le devraient."

Les résultats définitifs du Grand Prix d’Arabie Saoudite, avec point sur les championnats.

Yuki TSUNODA | Visa CashApp RB

Tsunoda s’est finalement pris 5 secondes de pénalité pour l’unsafe release avant la course (et c’est pour ça qu’il évite un point de pénalité).

Red Bull

Christian Horner a discute au micro de Sky des informations faisant état d'une querelle politique chez Red Bull après qu'Helmut Marko ait déclaré qu'il n'allait finalement pas être suspendu : "Beaucoup de choses ont été dites à ce sujet, mais nous sommes une seule équipe. Personne n'est plus important que l'équipe. Chacun a un rôle à jouer, du bas jusqu'au haut. Malheureusement, il y a eu beaucoup de spéculations ce week-end, mais notre concentration est très axée sur la piste."

Le Britannique a continué ! "Helmut est consultant pour Red Bull GmbH, pas pour l'équipe de course. Max est un membre précieux, aucun individu n'est plus grand que l'équipe. Aujourd'hui marquait le 100e podium de Max, tous obtenus avec des voitures RBR. C'est une équipe incroyablement forte qui a de la profondeur dans ses rangs."

Le patron de l'écurie Red Bull a ajouté : "Je suis conscient de ce qui a été dit, Max est une partie importante de cette équipe. En tant que directeur de l'équipe et PDG, je suis responsable du fonctionnement et de la gestion de cette équipe."

Et sa conclusion : "La spéculation est évidemment monnaie courante. La chose la plus importante est l'équipe. Nous avons tous des intérêts investis dans des performances comme celles d'aujourd'hui."

Charles LECLERC | Ferrari

Charles Leclerc, s'exprimant après avoir terminé troisième au GP d'Arabie Saoudite : "Nous avions un assez bon rythme car nous avons réalisé le meilleur tour à la fin et j'ai été aidé par le DRS. Dans l'ensemble, la sensation était plutôt bonne. C'était un peu une course ennuyeuse parce que Red Bull était un peu trop rapide et derrière nous avions un écart. Mais nous avons pris le maximum de points que nous pouvions aujourd'hui et c'était l'objectif, donc c'est super."

Sur l'exigence physique de la course par rapport à l'année dernière : "Par rapport à l'année dernière, c'est un pas en avant. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que j'étais seul, donc j'avais moins d'adrénaline dans la voiture. Dans l'ensemble, c'est définitivement l'un des circuits les plus physiques de la saison. Il fait chaud, mais surtout pour le cou, il y a tellement de virages à grande vitesse qui sont très difficiles mais c'est aussi amusant à conduire."

Sur son coéquipier temporaire chez Ferrari, Oliver Bearman, terminant septième alors qu'il remplaçait Sainz : "Il le mérite complètement. Il a fait un travail incroyable. Dès les FP3, il était directement dans le rythme. En qualifications, il a fait un super travail et a manqué la Q3 de très peu. Aujourd'hui, il a été incroyable. Finir septième lors de votre première course en F1, ayant seulement fait les FP3 dans une nouvelle voiture, c'est remarquablement impressionnant et je suis sûr qu'il est extrêmement fier. Tout le monde a remarqué son talent et je suis sûr que ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne soit en F1."

Sergio PÉREZ | Red Bull

Sergio Perez, s'exprimant après sa deuxième place au GP d'Arabie Saoudite : "Nous avons certainement fait de bons progrès. Je pense juste que c'était dommage de ne pas nous qualifier en première ligne car nous avons eu un excellent départ. Malheureusement, Charles a vraiment bien tenu et nous n'avons pas pu passer. C'était une belle lutte. Et plus tard, c'était assez une course compromise avec la voiture de sécurité si tôt, ça a été un très long relais sur les pneus durs. C'était délicat par moments, surtout au début. Nous n'avions pas du tout de chauffe, nous glissions beaucoup et ça nous a pris beaucoup de temps pour dépasser Lewis et Lando. Mais dans l'ensemble, c'est une excellente journée pour l'équipe. C'est un circuit très différent de Bahreïn et nous restons forts, donc nous devons juste maintenir cet élan. Je pense que nous avons fait un pas en avant par rapport à Bahreïn, nous avons fait de bonnes améliorations depuis hier, donc nous avons encore quelques détails à régler et notre moment viendra. C'était dommage que nous ayons eu cette pénalité [5 secondes pour avoir été relâché dangereusement sur Alonso]. Heureusement, cela n'a pas affecté notre course, mais dans ce scénario, j'étais assez proche de Max et tout le monde est rentré en même temps, nous n'avions tout simplement pas une voie des stands assez large."

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max Verstappen, s'exprimant après sa victoire au Grand Prix d'Arabie Saoudite : "Dans l'ensemble, un week-end fantastique pour toute l'équipe et moi-même. Je me sentais vraiment à l'aise avec la voiture et c'était pareil pendant la course. Le dernier relais était un peu plus long que ce que nous aurions souhaité, mais avec la voiture de sécurité, il fallait y aller. Donc, les derniers tours avec des pneus froids et des retardataires, c'était un peu glissant mais nous avions un bon rythme tout du long et nous avons pu gérer, donc dans l'ensemble très satisfait."

Oliver BEARMAN | Ferrari

Hamilton qui applaudit et félicite Bearman en sortie de cockpit. Russell qui vient aussi congratuler son compatriote.

Ollie Bearman a été pilote du jour mais a surtout été dans les points pour sa première course en F1 !

Victoire de Verstappen devant Pérez et Leclerc, auteur du meilleur tour en course.

Grille de départ définitive pour Djeddah.

Carlos SAINZ | Ferrari

Carlos Sainz a rassuré sur son opération de l'appendicite. "J'ai subi une opération sans problème aujourd'hui et je me sens beaucoup mieux ! Merci pour tous vos aimables messages et à tous ceux qui se sont occupés de moi ces jours-ci ici en Arabie Saoudite, notamment à l'hôpital des forces armées King Fahad. MERCI 🙏🏻"

Il n'a pas oublié de féliciter son remplaçant et son coéquipier : "Super Quali d'Ollie Bearman pour ses débuts précipités (pas facile du tout) et de Lord Perceval (alias Charles Leclerc)".

Esteban OCON | Alpine

Esteban Ocon et Pierre Gasly ont exprimé leur déception face aux difficultés rencontrées lors des qualifications à Djeddah, évoquant un manque de performance et de rythme qui les a empêchés de dépasser la Q1. Ocon a souligné avoir maximisé leur session sans succès, tandis que Gasly a mentionné un manque d'adhérence et des défis à surmonter.

Bruno Famin, le directeur de l'équipe, a reconnu que la journée avait été compliquée mais a mis en avant l'importance de continuer l'apprentissage et de rester motivés pour progresser. Malgré les obstacles, l'équipe reste optimiste pour la course, espérant tirer parti de leur vitesse de pointe et améliorer leur compréhension de la voiture.

Fernando ALONSO | Aston Martin

Fernando Alonso sur son résultat aux qualifs à Djeddah : "C'est une belle surprise, encore une fois, d'avoir une bonne qualification à Djeddah. Nous sommes très compétitifs sur un tour et notre voiture répond très bien en qualifications. J'ai pris plaisir à chaque tour ce soir. Lors de mon dernier tour lancé en Q3, j'ai réussi à prendre l'aspiration de Lewis [Hamilton] sur la ligne droite principale mais peut-être que j'ai perdu un dixième de seconde dans le premier virage, donc au final cela s'est équilibré sur le tour. C'est un bon résultat pour Aston Martin mais le véritable test, c'est demain. Nous gardons les pieds sur terre et nous verrons où nous en sommes avec notre rythme de course."

Oliver BEARMAN | Ferrari

Oliver Bearman s'est confié au micro de Sky Sports F1 après s'être qualifié en 11e position pour Ferrari lors du Grand Prix d'Arabie Saoudite : "Je me suis réveillé en me préparant et en pensant mentalement à ma course de F2, puis j'ai été lancé dans le grand bain pour les FP3 et les qualifications de F1. Ce n'est évidemment pas la situation idéale et je suis désolé pour Carlos [Sainz] et lui souhaite le meilleur, mais c'est une opportunité fantastique. Un peu déçu de tout, mais c'était une journée amusante."

Sur le plus grand changement de la F2 à la F1 : "Le fait que la piste évolue beaucoup. Nous avons fait les qualifications de F2 assez tôt dans le weekend et la piste se transforme beaucoup. Le niveau d'adhérence est juste incroyable. Après mon premier tour, j'étais choqué. En F2, vous conduisez à la limite de la voiture. En F1, c'est la limite du pilote et ce que le pilote est prêt à faire. C'est une sensation géniale mais il faut du temps pour s'y habituer."

Le jeune homme a rajouté : "Pour le moment, je ne suis pas si fier, le compétiteur en moi sait que la voiture était assez rapide pour être en Q3, donc [je suis] un peu déçu de cela. Mais je sais que quand je regarderai en arrière dans quelques jours, je serai assez fier de ce que j'ai réussi à faire aujourd'hui. L'objectif était de faire autant de tours que possible. Surtout de nuit, j'ai manqué la FP2 ce qui n'est pas idéal. C'était l'objectif. Le pneu tendre dure assez bien, il est assez durable, donc j'ai juste essayé de faire autant de tours en Q1. La Q2 était un peu plus chaotique, quelques erreurs de ma part, donc c'est là que je suis déçu."

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Retranscription de la radio post-qualifs de Verstappen à Djeddah :

Gianpiero Lambiase (ingénieur de Max Verstappen) : "Beau travail, mon pote. C'est la pole position. Trois dixièmes devant Charles [Leclerc]."

Max Verstappen : "C'était des qualifications vraiment sympas. La voiture était sur des rails. Vraiment [du] bon boulot."

Christian Horner : "Bravo Max, ces deux tours étaient suffisants pour la pole. Bien joué."

Sergio PÉREZ | Red Bull

Sergio Perez, après s'être qualifié en troisième position pour le Grand Prix d'Arabie Saoudite, derrière Verstappen et Leclerc : "Je n'ai pas vraiment amélioré mon temps lors du dernier tour, c'est pourquoi nous avons manqué la première ligne. Globalement, Max a réalisé un tour exceptionnel et cela n'était pas possible pour moi aujourd'hui, mais être en première ligne était réalisable. Quoi qu'il en soit, nous sommes toujours en lice pour demain. C'est une longue course et tout peut vraiment arriver."

Sur le Grand Prix d'Arabie Saoudite de demain : "Ça va être assez intéressant. Je pense que ce sera une course longue et amusante. Je pense qu'il y aura beaucoup d'action. Les voitures autour de nous sont toutes très proches, donc ce sera une bataille intéressante demain."

Charles LECLERC | Ferrari

Charles Leclerc, après avoir obtenu son sixième résultat consécutif dans le top deux en qualifications et avoir intercalé les Red Bulls : "Pour le premier tour en Q3, nous avons tenté quelque chose de différent avec un tour de préparation, mais cela ne s'est pas bien passé pour nous. Puis, lors du deuxième tour, j'ai tout rassemblé et c'est ce que la voiture pouvait donner aujourd'hui. Je suis donc vraiment content du tour, c'est dommage que nous soyons un peu plus éloignés que ce que nous espérions en qualifications, mais demain c'est la course et j'espère que nous aurons une bonne surprise et pourrons défier les Red Bulls."

Et sur l'impressionnant première prestation en F1 de son coéquipier remplaçant, Olivier Bearman, qui a pris la 11e place sur la grille lors de ses qualifications inattendues, Leclerc a été des plus élogieux : "Tout d'abord, j'espère que Carlos [Sainz] se rétablira rapidement. Ensuite, du côté d'Ollie, il a fait un travail incroyable. Avec seulement une session en FP3, il était directement à l'aise et rapide avec la voiture, donc c'est positif. Je suis évidemment heureux pour lui. C'est un jour très spécial et la première course chez Ferrari n'ayant fait qu'une session, je suppose que c'est encore plus spécial. J'espère que demain nous pourrons tous les deux avoir une excellente course et marquer de précieux points pour l'équipe."

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max Verstappen au micro de la F1, après avoir décroché la pole position pour le Grand Prix d'Arabie Saoudite : "C'était une très bonne journée. Nous avons un peu amélioré la voiture pendant la nuit et cela m'a donné davantage de confiance pour attaquer les virages à haute vitesse et ici, cela dépend beaucoup de votre niveau de confiance et de la manière dont vous pouvez pousser les limites. Aujourd'hui, je me sentais très à l'aise dans la voiture. Tout au long des qualifications, c'était assez fou la vitesse à laquelle on peut aller ici, Dans mon premier tour en Q3, j'étais plutôt content de mon tour. C'était presque un peu comme le tour raté de 2021, sauf que j'ai réussi le dernier virage. C'était très bien. Je me suis beaucoup amusé et la voiture se comportait très bien."

Sur le Grand Prix d'Arabie Saoudite qui se profile demain : "Comme nous l'avons vu dans le passé, il y a eu beaucoup de courses folles ici. Beaucoup de choses peuvent arriver. Normalement, les gens disent 'c'est un arrêt facile, facile jusqu'à la ligne'. Mais ce n'est pas le cas ici. Il y a aussi beaucoup de lignes droites. Mais je suis confiant avec le rythme de course que nous avons et que la voiture fonctionnera vraiment bien."

George RUSSELL | Mercedes

George Russell au micro de la Sky, après s'être qualifié septième pour le Grand Prix d'Arabie Saoudite : "Malheureusement, je n'ai pas pu réaliser mon dernier tour avec les pneus neufs. Mon tour le plus rapide était avec les pneus usés, ce qui était un tour vraiment solide. Je pense que réaliste, une P5 ou peut-être en lutte pour une P4. J'ai juste fait une erreur et c'était de ma faute. Un peu dommage. C'est tellement serré là-bas. Nous avons vu cela la semaine dernière à Bahreïn. Il faut tout mettre bout à bout. Nous essayons encore de comprendre cette voiture. En FP2 à Bahreïn, nous étions P1 et P2. J'étais P3 et P4 aux essais ici, le rythme semblait bon. Nous avons légèrement reculé aujourd'hui. Il y a du potentiel, mais nous essayons juste de nous y faire la tête et d'en apprendre davantage."

Concernant ce que Mercedes peut faire en course : "Je suis confiant que notre rythme de course est meilleur que le leur. Je pense que nous sommes également les plus rapides en ligne droite, ce qui est un bonus. C'est toujours un peu délicat sur ce circuit. Ça devrait être un arrêt facile. Très difficile de suivre dans la section à haute vitesse, il faut faire un bon départ et on verra."

Lewis HAMILTON | Mercedes

Lewis Hamilton s'est montré critique envers les problèmes de rebondissement de la Mercedes lors d'une interview accordée au micro de Sky Sports F1, suite à sa qualification en huitième position pour le Grand Prix d'Arabie Saoudite : "C'était similaire aux années précédentes. Il y a tellement d'éléments de cette voiture qui sont meilleurs, mais nous sommes freinés par les rebondissements ["bouncing"] que nous subissons. Les rebonds que nous rencontrons dans les virages six, sept, huit, neuf et dix, qui ont probablement affecté George... c'est quelque chose qu'ils n'ont pas pu résoudre. Nous avons fait des changements durant la nuit et ce matin, la voiture se sentait tellement mieux. Je commençais à retrouver cette confiance, puis quand nous sommes arrivés aux qualifications, elle a disparu à nouveau. Mais George a fait un excellent travail. Il est beaucoup plus à l'aise dans la voiture - similaire aux quelques années passées, je dirais. Mais nous restons concentrés et continuons à travailler. J'ai une meilleure idée d'où viennent les problèmes, donc je vais essayer de les aborder avec l'équipe."

Concernant la cause des rebondissements : "Nous avons essayé chaque changement de réglage. Nous ne pouvons pas nous en débarrasser. C'est difficile à expliquer. Nous avions quelques rebondissements à Bahreïn mais rien de aussi intense qu'ici. Ce premier secteur est super rapide avec beaucoup de lacet dans la voiture et beaucoup de charge latérale, et les rebondissements déséquilibrent vraiment beaucoup la voiture. Si vous imaginez que lorsque la voiture monte et descend à l'arrière, votre équilibre se déplace vers l'avant et l'arrière. Si vous faites cela à 160 [257 km/h] ou 170 [274 km/h] mph, corriger cela à chaque fois... les autres comme Max sont à fond dans les [virages] six, sept et huit et l'équilibre est juste stable. C'est vers cela que nous travaillons. Nous devons le résoudre. Cela fait trois ans de suite. Nous devons prendre le dessus."

Verstappen a dominé les qualifs saoudienne, s'attribuant par la même occasion le record absolu du circuit de Djeddah. Leclerc s'est intercalé entre lui et Pérez sur la deuxième Red Bull. Bearman a échoué de peu à passer en Q3.

Oliver BEARMAN | Ferrari

En remplacement de Carlos Sainz, Ollie Bearman a eu droit à son baptême dans la cour des grands lors de la troisième séance d'essais libres à Djeddah !

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Nouvelles boîtes de vitesses pour Verstappen et la voiture de Sainz, donc pour Bearman.

Alexander ALBON | Williams

Nouvelles centrales électroniques pour Bottas et Albon. Et une nouvelle batterie pour la Williams d'Alex Albon.

Guanyu ZHOU | Sauber

Retour sur la perte de contrôle et l'accident de Zhou en FP3 à Djeddah. Les mécaniciens auront fort à faire pour les qualifications.

Temps de FP3 à Djeddah, session marquée par un accident de Zhou qui a pu sortir de la voiture.

Carlos SAINZ | Ferrari

Oliver Bearman remplace Carlos Sainz à Djeddah !!!

Appendicite pour l’Espagnol qui doit se faire opérer en urgence.

Lewis HAMILTON | Mercedes

15000 € d’amende pour l’écurie Mercedes, concernant LH.

Deuxième session d’essais libres bouclée à Djeddah !

Les chronos de la première séance d'essais libres à Djeddah.

Les maîtres de cérémonie pour Djeddah 2024.

Sergio PÉREZ | Red Bull

Nouvelle boîte de vitesses pour Pérez.

Haas

Aucune nouvelle pièce amenée par Haas à Djeddah.

Sauber

Aucune nouvelle pièce amenée par Sauber à Djeddah.

Alpine

Aucune nouvelle pièce amenée par Alpine à Djeddah.

Visa CashApp RB

Pièces amenées par VCARB à Djeddah.

Williams

Pièces amenées par Williams à Djeddah.

Aston Martin

Pièces amenées par Aston Martin à Djeddah.

McLaren

Pièces amenées par McLaren à Djeddah.

Ferrari

Pièces amenées par Ferrari à Djeddah.

Mercedes

Pièces amenées par Mercedes à Djeddah.

Red Bull

Pièces amenées par Red Bull à Djeddah.

Premier point comptable mécanique de la saison, juste avant le #SaudiArabianGP.

Lewis HAMILTON | Mercedes

Interrogé sur la possibilité que Verstappen le remplace lors d'une conférence de presse mercredi avant le Grand Prix d'Arabie Saoudite, Lewis Hamilton a évoqué la perspective : "Je pense que mon transfert [vers Ferrari] a démontré que tout est possible."

"Cela va être une période vraiment intéressante pour les six prochains mois ou plus. Je n'ai pas d'informations supplémentaires. Je suis sûr que Max figure sur la liste [de ses possibles remplaçants chez Mercedes]. Mais je suis assez sûr qu'il est déjà engagé ailleurs et aussi, je ne vois pas pourquoi on quitterait une voiture qui est aussi performante."

Lors de la conférence de presse pré-Djeddah, Samarth Kanal de The Race a soulevé un sujet brûlant concernant les décisions récentes de la FIA. La fédération envisage de remplacer les pénalités actuelles de cinq secondes pour non-respect des limites de piste par des sanctions plus sévères de dix secondes. Cette proposition a suscité des réactions variées parmi les pilotes présents, invités à partager leur avis sur cette potentielle modification réglementaire.

Charles Leclerc : "Cela semble assez sévère. Je pense que c'est effectivement sévère. Mais je pense que la priorité principale devrait être de corriger ou de nous aider à mieux respecter ces limites de piste, car actuellement, avec la manière dont les lignes blanches sont faites, on ne les voit pas vraiment. Donc, je trouvais que cinq secondes était déjà assez douloureux. Dix secondes, selon moi, c'est trop."

George Russell : "Oui, comme Charles l'a dit, je pense qu'il est difficile de vraiment comprendre depuis une télévision à quel point cela est difficile depuis l'intérieur de la voiture. On est assis tellement bas, on voit juste le haut de nos pneus de 15 centimètres et les voitures roulent, vous savez, à 70 millimètres du sol ou même moins à la fin d'une ligne droite, donc nous avons besoin d'un vibreur que nous pouvons sentir et finalement certains circuits que nous visitons n'ont aucun problème de limites de piste. C'est seulement un petit nombre de circuits où nous voyons beaucoup de problèmes de limites de piste. Donc, nous devons juste trouver un moyen de le résoudre."

Nico Hülkenberg : "Cela concerne les limites de piste ? Oui. Je pense que oui, ça changerait. Une pénalité plus sévère. C'est vrai, c'est difficile à voir, mais pourtant, vous savez, je pense que nous avons une sensation. Certains circuits sont mieux que d'autres, mais je pense que cela nous forcerait, vous savez, à être plus prudents, c'est sûr. Alors, pourquoi pas ?"

Lance Stroll : "Je n'ai rien de vraiment plus à ajouter. Je pense que c'est un peu sévère mais je veux dire, oui, si vous sortez de la piste vous recevez une pénalité et que ce soit cinq secondes, dix secondes, je veux dire oui je pense que vous savez nous poussons tous et essayons de rester dans les limites de la piste. Je pense que certains des plus gros problèmes sont en fait comment la situation des limites de la piste est... À beaucoup des circuits où nous allons, je pense que si nous changeons la nature même de beaucoup de circuits et que nous la rendons un peu plus facile pour rester dans les limites de la piste, mais aussi peut-être plus pénalisant si vous sortez des limites de la piste – gravier, herbe – nous aurions moins de ces problèmes en premier lieu."

George RUSSELL | Mercedes
FIA

Une rumeur qui enfle très fort avec les soucis de Horner chez Red Bull, doublés de déclarations acides de Jos Verstappen au sujet du Britannique qui pourrait, s'il reste chez Red Bull, faire "exploser" l'équipe, est que Max Verstappen puisse se diriger vers Mercedes, Hamilton y ayant laissé un baquet vide dès 2025.

David Croft a ainsi demander à George Russell comment il se sentirait si le champion du monde en titre, avec qui il a eu une altercation verbale l'an dernier à Bakou après le Sprint, devait le rejoindre : "Oui, comme je l'ai dit la semaine dernière à Bahreïn, c'est maintenant ma troisième saison aux côtés de Lewis, le plus grand pilote de tous les temps, et je pense avoir fait du bon travail à ses côtés. Donc, quel que soit le pilote qui se retrouverait à mes côtés l'année prochaine ou les années suivantes, j'accueille n'importe qui, j'accueille le défi. Vous voulez toujours vous mesurer aux meilleurs, mais finalement, pour moi, je me concentre sur moi-même. Je crois en moi. Je crois que je peux battre n'importe qui sur la grille. Et, vous savez, il faut juste avoir cette mentalité. Donc, comme je l'ai dit, avoir Lewis comme point de référence ces dernières années a été un assez bon étalon, c'est sûr."

Le journaliste anglais a insisté pour connaître les probabilités qui existent que Max Verstappen aille vraiment chez Mercedes et si, de l'intérieur, il peut voir cela se produire. Le numéro 63 a répondu : "Je pense que toute équipe veut avoir la meilleure composition de pilotes possible. Et en ce moment, Max est le meilleur pilote sur la grille. Donc si une équipe avait la chance de signer Max, elle le ferait à 100 %. Donc je pense que la question est plus de l'autre côté, de son côté et du côté de Red Bull. Il se passe évidemment beaucoup de choses de leur côté. Nous ne savons pas réellement ce qui se déroule à huis clos et, en fin de compte, cela ne nous regarde pas pour le moment. Oui, je suppose que cela nous rendrait excités."

Lance STROLL | Aston Martin
FIA

Que pense Lance Stroll du rythme de son Aston Martin AMR24 ? "Je pense que nous avons du travail à faire. Vous savez, nous avons fini neuvièmes et dixièmes [à Bahreïn]. Nous ne pouvions pas vraiment concurrencer les voitures devant nous et oui, vous savez, c'est l'objectif. Donc, nous avons du travail à faire. Mais c'est le début de la saison, un circuit très différent ce week-end. Donc, nous verrons comment ça se passe."

Charles LECLERC | Ferrari
FIA

Juste avant le Grand Prix d'Arabie Saoudite, Charles Leclerc est revenu sur le premier GP à Bahreïn. Il dresse le pré-bilan suivant : "C'était un peu ce à quoi nous nous attendions, plus ou moins. Peut-être un peu mieux, mais nous devons attendre et voir. Je pense que tirer des conclusions après la première course est un peu trop tôt. Une chose est sûre, c'est que notre attention est sur les problèmes de freins que nous avons eus en course. Nous avons travaillé dessus et j'espère que nous pourrons les résoudre."

Interrogé sur la vitesse brute de la voiture et sur la possibilité de défier Max Verstappen et sa Red Bull, le Monégasque se veut terre-à-terre : "Pas pour l'instant, mais je pense que nous sommes dans une bien meilleure position par rapport à l'année dernière, où après la première course, nous essayions plus de résoudre les problèmes plutôt que de nous concentrer sur l'avenir et les prochaines mises à niveau. Alors que cette année, la voiture est dans une bien meilleure position, dans une position à laquelle nous nous attendions. Donc maintenant, nous pouvons nous concentrer sur les futures mises à niveau. Donc cela semble mieux. Cependant, pour l'instant, Max est encore trop loin devant."

La petite carte de Djeddah pour le #SaudiArabianGP 2024.
Pas de changement noté concernant le circuit.

Le récap Pirelli du #SaudiArabianGP :
- Circuit en ville donc forts risques de SC.
- Stratégie à un arrêt (alternance medium-hard) envisageable.
- Evolution très élevée de la piste.
- En qualifs, deux tours de mise en température des tendres sont possibles (attention aux bouchons pour ne pas rater son tour chronométré).

Pirelli a choisi les pneus C2, C3 et C4 pour Djeddah, une sélection identique à 2023.