La FIA a révisé l'Annexe L de son Code Sportif International pour inclure une nouvelle clause. Cette clause précise que, bien que l'âge minimum requis pour obtenir la Super Licence nécessaire pour courir en F1 soit de 18 ans, il est possible d'accorder une dérogation spéciale permettant à certains pilotes de l'obtenir à 17 ans. Cette modification a également des répercussions sur les critères pour obtenir une superlicence valable uniquement pour les essais libres.

Nous ne pouvons qu'imaginer que cette révision soit dirigée pour permettre au protégé de chez Mercedes, Andrea Kimi Antonelli. Il pourrait ainsi participer à une séance d'essais libres avant de fêter ses 18 ans le 25 août.

Il y a 22 h

Détails sur le Grand Prix de F1 d'Australie 2023

 Retour à la saison 2023

 Australie | Albert Park

 
Pneus
C2
C3
C4
Australie
Course 3/22
FP1 31/03/2023 03:30
FP2 31/03/2023 07:00
FP3 01/04/2023 03:30
Qualifications 01/04/2023 07:00
Course 02/04/2023 07:00

 FALC (Faits à la con)

4 : c'est la première fois en F1 qu'une course a plus de trois zones DRS. La quatrième zone existait aux essais en 2022 mais avait été supprimée par la FIA pour la course.
9 : avec neuf victoires, dont quatre par Michael Schumacher, la Scuderia Ferrari est l'écurie la plus victorieuse à Melbourne.

 Les données sur le circuit

 Infos générales

Premier Grand Prix : 1985
Sens : horaire
Nombre de tours : 58
Nombre de zones DRS : 4

 Distances

Longueur du circuit : 5.278 km

Ou encore... 39 388 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

Longueur de la course : 306.124 km

Ou encore... 2 284 507 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

 Virages

Nombre de virages : 14
Nombre de virages à gauche : 5
Nombre de virages à droite : 9

 Les stands

Vitesse limite dans les stands : 80 km/h
Distance d'allée des stands sous limiteur de vitesse : 281.00 m
Temps nécessaire pour purger un Drive-Through : 12.60 s

 Chronos

Tour en course le plus rapide : 1:20.260 (Charles Leclerc, 2022)
Tour le plus rapide : 1:17.868 (Charles Leclerc, 2022)

 Pole position

Côté de la pole position : gauche
Distance de la pole au premier freinage : 261.00 m

 Accélérateur et boîte de vitesses

Temps à pleine charge : 73 %
Distance à pleine charge : 81 %
Consommation d'essence : élevée
Nombre de changements de vitesses en un tour : 42

Données F1 et Mercedes-AMG F1 Team, aucune affiliation ou autre. Ces données étaient valables avant que le Grand Prix de F1 ne se déroule.
Les éléments ont pu évoluer après le week-end de course : changement de tracé, nouveau record et etc.

 Les données pneumatiques Pirelli

 Pressions minimale de départ des slicks

Avant : 23.0 psi
Arrière : 21.0 psi

 Limites de carrossage

Avant : -3.25°
Arrière : -1.75°

 Pneumatique et piste

Evolution de la piste (FP1 aux qualifs) : élevée
Abrasion de l'asphalte : 2/5

 Résultats du Grand Prix de F1 d'Australie 2023

Pos. Pilote (Constructeur) Temps Pos. grille Gain/perte pos.* Vitesse moyenne Meilleur tour Points
1 M.Max VERSTAPPEN (Red Bull) 2:32:38.371 1   236.498 km/h 1:20.342 (T.49) 25
2 L.Lewis HAMILTON (Mercedes) +0.179 3   1 235.703 km/h 1:20.613 (T.49) 18
3 F.Fernando ALONSO (Aston Martin) +0.769 4   1 236.105 km/h 1:20.476 (T.53) 15
4 L.Lance STROLL (Aston Martin) +3.082 6   2 234.769 km/h 1:20.934 (T.50) 12
5 S.Sergio PÉREZ (Red Bull) +3.320 Stands   15 236.814 km/h 1:20.235 (T.53) 11
6 L.Lando NORRIS (McLaren) +3.701 13   7 234.077 km/h 1:21.173 (T.46) 8
7 N.Nico HÜLKENBERG (Haas) +4.939 10   3 234.219 km/h 1:21.124 (T.46) 6
8 O.Oscar PIASTRI (McLaren) +5.382 16   8 233.611 km/h 1:21.335 (T.53) 4
9 G.Guanyu ZHOU (Alfa Romeo) +5.713 17   8 232.229 km/h 1:21.819 (T.48) 2
10 Y.Yuki TSUNODA (AlphaTauri) +6.052 12   2 232.314 km/h 1:21.789 (T.52) 1
11 V.Valtteri BOTTAS (Alfa Romeo) +6.513 Stands   9 231.060 km/h 1:22.233 (T.46)
12 C.Carlos SAINZ (Ferrari) +6.594 5   7 236.131 km/h 1:20.467 (T.53)
13 P.Pierre GASLY (Alpine) Collision (T.56) 9   4 234.592 km/h 1:20.995 (T.47)
14 E.Esteban OCON (Alpine) Collision (T.56) 11   3 233.991 km/h 1:21.203 (T.44)
15 N.Nyck DE VRIES (AlphaTauri) Collision (T.56) 15   234.049 km/h 1:21.183 (T.50)
16 L.Logan SARGEANT (Williams) Collision (T.56) 18   2 233.264 km/h 1:21.456 (T.50)
17 K.Kevin MAGNUSSEN (Haas) Accident (T.52) 14   3 232.610 km/h 1:21.685 (T.52)
Ab G.George RUSSELL (Mercedes) Moteur (T.17) 2 229.811 km/h 1:22.680 (T.16)
Ab A.Alexander ALBON (Williams) Accident (T.6) 8 227.966 km/h 1:23.349 (T.6)
Ab C.Charles LECLERC (Ferrari) Collision (T.0) 7 N/A N/A

Les actus concernant le Grand Prix de F1 d'Australie 2023

Les brefs concernant le Grand Prix de F1 d'Australie 2023

Les résultats du Sprint Shootout.

Carlos SAINZ | Ferrari

Carlos Sainz a fait part de son mécontentement suite à la décision de la FIA.

Carlos SAINZ | Ferrari

Suite à la décision de la FIA concernant l’appel formulé pour Sainz suite à sa pénalité en Australie, Ferrari taille un peu la FIA sur la cohérence et le côté équitable des pénalités dans la F1.

Carlos SAINZ | Ferrari

Chris Medland rapporte que « La requête de Ferrari pour un droit de révision de la pénalité de Carlos Sainz en Australie est rejetée. Les commissaires ont estimé qu'il n'y avait pas d'élément nouveau significatif et pertinent. »
« Ferrari avait tenté de faire valoir que la télémétrie de la voiture de Sainz, une déclaration de témoin de Sainz et certains des commentaires d'après-course étaient de nouveaux éléments significatifs et pertinents. »
« Les commissaires disent qu'ils avaient une certaine télémétrie, tandis que la déclaration de Sainz blâmait le soleil dans ses yeux et une faible adhérence sur les pneus froids (et d'autres commentaires de pilotes ont confirmé une faible adhérence) mais les commissaires ont estimé que "ce n'est pas une raison justifiable pour éviter une pénalité pour une collision". »

George RUSSELL | Mercedes

Adieu moteur thermique de Russell : « Mercedes a découvert la cause des dommages au moteur. Un débris dans le cylindre a provoqué un incendie. Les techniciens ne peuvent plus sauver le six cylindres. »
« Les débris proviennent d'un composant qui ne fait pas partie de la zone étanche du moteur. Les techniciens ont déclaré le moteur à combustion et les éléments associés tels que le turbocompresseur et le MGU-H perdus. »

Carlos SAINZ | Ferrari
FIA

Le 18 avril à 08:00 (du matin), Sainz et Ferrari seront entendus par la FIA concernant la [possible ?] révision de la pénalité du pilote espagnol en Australie.

Carlos SAINZ | Ferrari

Ferrari a demandé un droit de révision sur la pénalité de Sainz en Australie. Le but est de « rouvrir la discussion », ce qui serait « un premier pas ». Fred Vasseur, team principal de la Scuderia, précise que « Le résultat dépendra de la FIA. Nous avons notre argument bien sûr, mais je garderai l'argument pour la FIA. »

Vasseur ne veut pas en dire plus : « Comme nous discutons avec la FIA et que nous avons envoyé le rapport à la FIA, je ne veux divulguer aucun détail de cette discussion ». Il n’évite cependant pas d’observer : « La seule chose, c'est que pour Gasly/Ocon, et c'est sûr qu'on a eu Sargeant/De Vries au virage 1, et la réaction des stewards n'a pas été la même. Mais je veux éviter de faire des commentaires. »

Pour ce qui est de la révision, Vasseur rappelle que : « Le processus est qu'ils examineront d'abord notre demande d’appel pour voir s'ils peuvent rouvrir le dossier. Ensuite, nous aurons une deuxième audition un peu plus tard, avec les mêmes commissaires ou les commissaires de la prochaine réunion, sur la décision elle-même ». Le but ? « Ce qu'on peut attendre, c'est au moins d'avoir une discussion ouverte avec eux, et aussi pour le bien du sport d'éviter ce genre de décision quand on a trois cas sur le même virage, et pas la même décision. »

Nico HÜLKENBERG | Haas

Hulk a eu de la chance de terminer le Grand Prix d'Australie puisque son MGU-K avait rendu l'âme. C'est pourquoi la voiture était encore électrifiée alors qu'elle était garée dans la zone du premier virage [cf. spectateurs et convocation des organisateurs]. Il est à noter que le document FIA parle de sortie du virage 2 : "les spectateurs ont également pu rejoindre la voiture n° 27, qui était garée à la sortie du virage 2".
Comme relevé par AMuS, le MGU-K a causé quatre fois des problèmes chez Haas l'an dernier.

Nico HÜLKENBERG | Haas

Ayo Komatsu, chef des opérations chez Haas : "La Ferrari et notre voiture sont les plus difficiles à conduire dans le traffic. C'est parce que nous avons un concept aérodynamique complètement différent des autres voitures. Nous souffrons dans la circulation, ce qui oblige les pilotent à garder leurs distances. Garder notre distance. Mais ensuite nous tombons de la fenêtre du DRS et cela vous donne une seconde par tour à Melbourne. Lorsque Nico s'est détaché du groupe devant lui, Norris et Perez se sont tirés l'un l'autre jusqu'à lui."

Carlos SAINZ | Ferrari
F1

Fred Vasseur s'est exprimé sur le Grand Prix d'Australie et la pénalité de Carlos Sainz : "Il a fait un méga bon travail et maintenant je pense que vous pouvez discuter pendant des heures de la sanction, qu'elle ait été sévère ou non. Bien sûr, selon votre équipe, l'analyse sera différente."
"Mais je pense que ce qui est dommage pour moi : étant donné que cela n'avait pas d'impact sur le podium, au moins les commissaires sportifs, ils auraient pu écouter [Carlos] et jeter un œil aux données. Je pense que c'est une honte ; la semaine dernière, nous avons changé le règlement deux fois en 10 minutes lors de l'arrêt aux stands d'Alonso. On pourrait avoir la même chose aujourd'hui, au moins pour en discuter."

Mercedes

Toto Wolff ne se leurre pas sur les résultats de la W14 en Australie. "Nous avons certainement fait un pas en avant sur un tour et en course. Nous avons obtenu la performance maximale de notre package". Mais : "La piste était certainement un avantage pour nous. Notre voiture manque d'appui à l'arrière. Le tracé et l'asphalte nous ont fait mieux paraître que nous ne le sommes."
Ainsi, le travail du nouveau concept avance chez Mercedes : "Nous avons fait d'énormes progrès dans la soufflerie au cours des deux à trois dernières semaines."

Nico HÜLKENBERG | Haas
F1

La petite frayeur de Nico Hülkenberg en évitant Alex Albon au Grand Prix d'Australie.
« Holy moly, je veux dire sérieusement, j'ai eu un code marron [aka caca culotte] à ce moment-là ! »
« C'était vraiment effrayant. Je veux dire, Dieu merci, rien ne s'est passé. Mais c'est un scénario cauchemardesque. Vous venez de prendre un virage en aveugle sur un circuit urbain. »
« Je veux dire, c'était vraiment effrayant et sommaire. C'est un mauvais exemple d'un pilote qui perd sa voiture, s'écrase et revient sur la piste, et parce qu'il y a un bac à gravier, il y avait de la poussière, donc on ne pouvait pas vraiment voir grand-chose. »

Alexander ALBON | Williams

Alex Albon explique son crash ayant provoqué un drapeau rouge en Australie : "C'était un peu étrange pour être honnête. Je pense que je sais pourquoi : j'ai traversé le virage plus lentement que dans le tour [précédent], mais je suis passé plus rapidement au virage précédent, j'ai traversé le virage 5 un peu plus vite et j'ai utilisé un peu plus vibreur à la sortie. La température des pneus a légèrement augmenté sur le côté gauche de ce vibreur de sortie, puis je suis entré dans le virage 6 avec un pneu arrière gauche plus chaud. Ce sont les marges avec lesquelles nous roulons, c'est de ma faute et je suis en colère contre moi-même, c'est vraiment décevant, surtout pour l'équipe car nous avions une bonne voiture aujourd'hui, et quand on regarde les résultats [de la course], il y a quelques DNF [abandons] là-dedans, et nous aurions pu être l'un d'entre eux [une des équipes marquant des points]."

Lando NORRIS | McLaren

Dans la lignée des commentaires d'Alonso, Lando Norris se montre très critique à l'égard des pneus softs de Pirelli : "Je ne peux pas décrire à quel point le grip est mauvais". Selon lui, "nous avons un pneu à 65 degrés [celsius] et il y a très peu d'adhérence sur la piste. Ce n'est pas une mauvaise température, mais le pneu ne fonctionne pas dans cette fenêtre et avec ces conditions. C'est pour cela qu'on a vu des pilotes tirer tout droit et bloquer les roues."
Norris enfonce le clou : "Nous avons besoin d'un pneu qui offre de l'adhérence et qui donne l'impression qu'il mérite d'être sur une F1, le pinacle du sport auto."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Max Verstappen sur sa position "litigieuse" [elle a fait couler de l'encre mais tout était en ordre] lors du dernier restart : "Pour être honnête avec vous, je pense que j'ai freiné un peu tard et ensuite j'ai un peu perdu ma référence mais ensuite j'ai regardé et je pensais tiens, j'ai encore un peu plus d'espace. En fait, j'ai avancé un peu et oui, c'était vraiment à la limite. Mais à la limite, c'est à la limite, ce n'est pas au-dessus de la limite."

Fernando ALONSO | Aston Martin
FIA

Alonso a jugé la pénalité de Sainz probablement "trop sévère". Le double champion du monde explique que "sur le premier tour [au restart], il est toujours très difficile de juger du niveau d'adhérence, et je pense que nous n'allons pas intentionnellement dans une autre voiture. [... Ca fait juste partie de la course, mais je n'ai pas bien vu la rediffusion, mais pour moi, c'est trop dur".

Mercedes

Toto Wolff a félicité la FIA pour "avoir interprété correctement les règles" au Grand Prix d'Australie 2023, même s'il y a "des choses à apprendre" parce qu'on ne voyait pas les drapeaux rouges arriver mais qu'on était plutôt dans l'attente d'une voiture de sécurité.

Haas
FIA

Haas déboutée de son action concernant le classement. Le classement du Grand Prix d’Australie restera comme annoncé.

Pierre GASLY | Alpine

Confirmé : les pilotes Alpine n’ont pas de pénalité suite à leur accrochage en Australie.

Haas

Haas s’est exprimée sur le classement provisoire de la course et sera entendue par la FIA.

Victoire de Verstappen devant Hamilton et Alonso En Australie, suite à une course ponctuée de trois drapeaux rouges, deux départs arrêtés en course et un dernier tour sous Safety Car.

Les pneus au départ du GP d’Australie, les stratégies possibles et les gommes à disposition.

La grille de départ définitive du Grand Prix d’Australie 2024, agrémentée des papiers concernant le changement de pièces pour Pérez et les réglages de suspensions pour Bottas, amenant ainsi les deux pilotes à partir de la voie des stands.

Les chronos australiens de FP3.

VMax du premier jour en Australie ? De 315 km/h pour Piastri sur sa McLaren à 329 km/h pour Pérez et sa Red Bull.

Aston Martin

FP1 à Melbourne, c'était full dev pour Aston Martin.
Lance Stroll : "nous avons utilisé la FP1 pour tester diverses nouvelles pièces, ce qui nous donne beaucoup de données à examiner ce soir alors que nous continuons à en apprendre davantage sur l'AMR23."
Alonso : "En FP1, nous nous sommes concentrés sur certains éléments de test et avons exécuté notre programme en douceur."

Sergio PÉREZ | Red Bull

Pérez [cherche un partenariat avec Google Maps] : "Il y a eu quelques problèmes avec le GPS en FP1 et il nous semblait que beaucoup d'entre nous avaient encore des problèmes avec lui en FP2."
"Nous avons fait de bons changements par rapport à la FP1 que j'ai pu ressentir dans le secteur 1 et le secteur 2 mais je n'ai pas pu faire un tour complet l'après-midi avec le trafic dans le secteur 3. J'ai été un peu surpris dans les conditions humides que je ne pouvais pas avoir une bonne idée de la piste, mais sur le sec c'était super et la voiture paraissait bien."

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max Verstappen après le premier jour d'essais libres à Melbourne : "Les conditions n'étaient pas excellentes aujourd'hui, nous avions une faible adhérence et le tarmac semblait glissant. C'était assez difficile d'enclencher les pneus, donc c'était difficile quand on voulait attaquer immédiatement. Il y a eu aussi pas mal d'interruptions avec les drapeaux rouges, donc on n'a jamais vraiment pris le rythme. Il était difficile de dire comment la voiture se sentait car nous n'avons jamais eu de fenêtre où je pensais que nous pouvions exploiter les pneus."

Alpine

Pat Fry, directeur technique Alpine : "La FP3 sera une session cruciale pour peaufiner les monoplaces. Compte tenu des interruptions du jour, chaque tour en essais sera important et nous devrons maximiser notre temps en piste [...]"
Gasly : "Le temps s’annonce sec samedi et dimanche, donc nous devrons maximiser la FP3 afin d’être dans une bonne position pour les qualifs."
Ocon : "les qualifs et la course devraient se disputer sur le sec. À nous de mettre à profit et de maximiser cet apprentissage limité [...]"

Nouvelles pièces pour Melbourne.

Point comptable des pièces mécaniques avant le début du week-end à Melbourne.

L'écart entre les gommes et les stats du premier jour à Melbourne, selon Pirelli.

Résultats de FP1 et d’une pluvieuse FP2 australienne.

La carte officielle 2023 du circuit de Melbourne a été publiée par la FIA.

Lewis HAMILTON | Mercedes

Lewis Hamilton s'est attardé sur ses difficultés depuis le début de saison. Il évoque un élément très souvent passé sous silence : la position de conduite. "Je ne sais pas si les gens le savent, mais nous sommes assis plus près des roues avant que tous les autres. Notre cockpit est trop proche de l'avant".

Toujours parmi ses reproches sur le fait que la W14 est déséquilibrée, il mentionne la philosophie aéro:" Nous avons une caractéristique aérodynamique qui est trop vers l'avant, plutôt que d'être en position plus arrière".


Pierre GASLY | Alpine
FIA

La quatrième zone DRS en course à Melbourne en 2023, c'est deux salles, deux ambiances :
Pierre Gasly - "Ouais, je pense que ça va être intéressant."
Charles Leclerc - "Je ne pense pas que cela changera grand-chose."

George RUSSELL | Mercedes
FIA

George Russell interrogé sur ce qu'il espère de ce Grand Prix d'Australie : "Je pense que si nous parvenons à obtenir une autre P4 ou à nous battre pour le podium, cela dépassera probablement le potentiel de la voiture [la Mercedes W14]. Je pense qu'Aston [Martin] va être très fort ici. Ils semblent être la voiture la plus rapide dans les virages à vitesse moyenne et il y en a évidemment beaucoup ici à Melbourne. Donc, si nous pouvons nous battre à nouveau avec Aston et Ferrari, ce serait un bon week-end."

Fernando ALONSO | Aston Martin
FIA

Alonso ne se dit pas fixé sur la hiérarchie de son Aston Martin & demande de la patience, d'autant qu'il pense "que très bientôt, dès Bakou ou Imola, nous verrons les équipes changer quelques pièces sur les voitures. Et peut-être que cela change aussi votre sentiment de compétitivité".

Charles LECLERC | Ferrari
FIA

Charles Leclerc pense que la situation de Ferrari au Grand Prix d'Australie n'est pas la même que celle de 2022 : "De toute évidence, notre performance n'est pas aussi bonne que l'an dernier. Mais on travaille massivement pour essayer de revenir devant."
"[...] nous sommes pleinement motivés pour revenir devant, nous savons où nous devons travailler."
"Je ne pense pas qu'il y aura de miracles pour ce week-end. Mais après cela, nous avons une pause de trois semaines, et nous essaierons de l'utiliser de la meilleure façon possible afin d'apporter des améliorations le plus rapidement possible sur la voiture."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
F1

Max Verstappen a du mal à se remettre et n’a pas retrouvé une forme physique complète suite à son virus contracté avant Djeddah.

« Cela m'a définitivement affecté tout au long du week-end. »
Il s’est d’ailleurs senti limité physiquement, avouant que c’est frustrant au volant.
Il avoue que la "pause" qui arrive lui sera bénéfique.

Oscar PIASTRI | McLaren

Le casque spécial Grand Prix d'Australie du local de l'étape : Daniel Ric... Oscar Piastri !!!

Mercedes sait nous mettre l'eau à la bouche pour le retour de sa sculpturale safety car écarlate.

Yuki TSUNODA | AlphaTauri

Le pilote Japonais, Yuki Tsunoda, espère que les nouvelles pièces amenées sur l'AlphaTauri en Australie lui seront bénéfiques : "Nous aurons quelques mises à jour aérodynamiques pour cette course et mon objectif sera de donner à l'équipe de bons commentaires à leur sujet. Si elles fonctionnent bien, j'espère que cela signifie que je pourrai extraire autant de performances que possible de la voiture et me battre à nouveau pour les points."

Nyck DE VRIES | AlphaTauri

Nyck de Vries avoue que l'AlphaTauri aura des améliorations au Grand Prix d'Australie : "Nous aurons quelques mises à jour, mais il est impossible de dire quel effet cela aura."
"Évidemment, il y a toujours un peu d'optimisation à faire avec la voiture telle qu'elle est, mais c'est aussi une cible mouvante. Si vous ajoutez des performances à la voiture, nous devrons peut-être réévaluer ou repenser la manière dont nous exécutons les meilleures performances, mais nous avons clairement besoin de plus de points d'appui, nous devrons donc voir ce que les améliorations apportent."

Et il est prêt : "Après l'Arabie saoudite, j'ai passé deux jours dans le simulateur à me préparer pour l'Australie."

Esteban OCON | Alpine

Esteban Ocon est drôlement motivé pour Melbourne : "Le circuit est amusant et les changements apportés l’an passé ont été vraiment positifs avec de meilleures opportunités de dépassement. Cela reste un tracé difficile, à la fois techniquement et physiquement, avec beaucoup de changements de direction à basses et hautes vitesses. La stabilité au freinage, le passage des vibreurs et l’agilité de la voiture y sont des domaines importants dans le réglage des monoplaces. C’était bien d’avoir une semaine pour récupérer et se préparer, mais je sais que l’équipe est prête à repartir au combat et nous avons hâte de commencer notre week-end à Melbourne.

Pierre GASLY | Alpine

Pierre Gasly croit en son Alpine pour marquer des points en Australie : "L’Albert Park est un circuit génial et un nouveau défi totalement différent cette année. Nous avons vu où nous en sommes sur un tracé conventionnel à Bahreïn, puis sur une piste urbaine et rapide en Arabie saoudite. Nous allons désormais savoir où nous nous situons à l’Albert Park, avec d’autres caractéristiques. C’est amusant, assez bosselé par endroits, et nous devrons être immédiatement dans le coup si nous voulons repartir avec de bonnes sensations et des points au compteur. Je n’ai pas marqué autant de points en Australie que je l’aurais souhaité dans ma carrière en Formule 1, donc il est temps d’y remédier ce week-end."

Guanyu ZHOU | Alfa Romeo

Bottas ne sera pas seul avec un casque spécial Grand Prix d’Australie puisque son coéquipier Zhou en aura un aussi.

L’incident d’Alonso (et d’Ocon) a fait des petits : Andreas Haupt d'AMuS rapporte que les emplacements sur la grille à Melbourne sont 20 centimètres plus larges. Remède miracle ?

Valtteri BOTTAS | Alfa Romeo

Le casque spécial de Valtteri Bottas pour le Grand Prix d'Australie 2023.

En 2022, Pirelli avait choisi les C2, C3 et C5 pour l'Australie. Le C5 n'avait été utilisé qu'en qualifs.
Pour 2023, le choix est C2, C3 et C4, comme en 2019 pour offrir plus de stratégie (théoriquement) en course.

Une forte évolution de la piste attendue tout au long du week-end. Et avec les 4 zones DRS, la V-max attendue est de 340 km/h.