Le studio Playground propose un nouveau DLC pour Forza Horizon 5 : JDM Jewels Car Pack.

Ce pack met à l'honneur trois voitures japonaise : l'Autozam AZ-1 de 1993, le Mitsubishi Montero (nom du Pajero en Amérique du Nord, Espagne et Amérique latine) Evolution de 1997, la Toyota Sera de 1991 et surtout la Nissan Stagea RS Four de 1997 !

Cerise sur le McDo, il y a une conversion R34 possible pour la Stagea, histoire d'en faire une Skyline break bien énervée !!!

Il vous en coûtera 4,99 € sur le store Xbox ou sur Steam. La passion de la japonaise n'a presque pas de prix...

Il y a 18 h

Adrian Newey, l'ingénieur vedette du moment, a récemment été interrogé sur le sentiment de fierté qu'il ressent face aux nombreux commentaires positifs qu'il a reçus ces dernières semaines et ces derniers mois. Il répond : "Oui, c’est le cas."

"Je dois admettre que je ne lis pas beaucoup la presse, mais bien sûr, j’entends [des choses]. Amanda, ma femme, suit un peu tout ça et me donne un résumé approximatif, donc oui, c’est très flatteur, bien sûr."

Lorsqu'on lui demande s'il envisage encore de relever un nouveau défi, le Britannique de 65 ans précise : "En fin de compte, ce n'est pas pour cela que je fais ce travail. Depuis l'âge de 10 ou 11 ans, j'ai toujours voulu être designer en sport automobile, et j'ai réussi à réaliser cela, donc tout le reste est vraiment du bonus."

"Ma passion a toujours été d'essayer d'ajouter de la performance aux voitures, aux voitures de course, donc le reste en fait bien sûr partie, mais ce n'est pas ce qui me réveille et me motive."

Prochain épisode pour Newey : Ferrari, Aston Martin, WIlliams... ? La question de ce que décidera de faire l'un des plus grands esprits du sport automobile reste en suspens – que ce soit dans ou en dehors de la F1. Cependant, le récent lancement de l'hypercar pistard RB17 après l'Aston Martin Valkyrie montre que son cerveau déborde de créativité et d'envie.

Il y a 13 h

Esteban Ocon dévoile son casque spécial pour le Grand Prix de Hongrie 2024, rendant hommage à sa victoire mémorable de 2021 sur le circuit du Hungaroring.

Ce design unique basé sur le look du trophée hongrois célèbre ce moment marquant de sa carrière.

Il y a 12 h

Herend (Manufacture de Porcelaine Herendi) est une nouvelle fois en charge de la fabrication des trophées du Grand Prix de Hongrie de Formule 1.

La décoration des trophées de la F1 est traditionnellement inspirée d'un motif oriental unique de Herendi. Ce motif, nommé "Pivoine impériale", représente une rose verte stylisée, ornée de veines et de feuilles végétales.

Pour le Grand Prix de Hongrie 2024, Lando Norris arborera un casque spécialement décoré à la main avec les motifs et le logo emblématiques de la manufacture Herend, ajoutant une touche d'élégance et de tradition à cette compétition prestigieuse.

Il y a 12 h

Ollie Bearman, jeune pilote de F2, a un programme chargé avec Haas avant de rejoindre l'écurie à plein temps en 2025. Après avoir couru pour Ferrari en Arabie Saoudite cette année, il continue sa "formation" chez Hass.

Il participera à trois autres séances d'essais libres (FP1) avec l'écurie américaine :
- Hongrie (19-21 juillet, Hungaroring)
- Mexique (25-27 octobre, Autódromo Hermanos Rodríguez)
- Abu Dhabi (6-8 décembre, Yas Marina Circuit)

Ces séances sont cruciales pour son intégration chez Haas et lui permettront de se familiariser avec une voiture plus véloce et délicate que son actuelle Formule 2.

Il y a 9 h

Détails sur le Grand Prix de F1 de Brésil 2023

 Retour à la saison 2023

 Brésil | Interlagos

Pneus
C2
C3
C4
Brésil
Course 20/22
FP 03/11/2023 15:30
Qualifs 03/11/2023 19:00
SS 04/11/2023 15:00
Sprint 04/11/2023 19:30
Course 05/11/2023 18:00

 FALC (Faits à la con)

Interlagos est le quatrième plus court circuit de la saison, derrière Monaco, Zandvoort et le Mexique.
C'est le deuxième circuit de la saison en terme d'altitude. En effet, il est à 800 m au-dessus du niveau de la mer, 1 485 m de moins que le Mexique.
De la ligne de départ/arrivée au virage 4, le dénivelé est de 40 mètres.

 Les données sur le circuit

 Infos générales

Premier Grand Prix : 1973
Sens : antihoraire
Nombre de tours : 71
Nombre de zones DRS : 2

 Distances

Longueur du circuit : 4.309 km

Ou encore... 32 157 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

Longueur de la course : 305.879 km

Ou encore... 2 282 679 canettes de 250 mL de Red Bull couchées

 Virages

Nombre de virages : 15
Nombre de virages à gauche : 10
Nombre de virages à droite : 5

 Les stands

Vitesse limite dans les stands : 80 km/h
Distance d'allée des stands sous limiteur de vitesse : 392.00 m
Temps nécessaire pour purger un Drive-Through : 18.00 s

 Chronos

Tour en course le plus rapide : 1:10.540 (Valtteri Bottas, 2018)
Tour le plus rapide : 1:07.281 (Lewis Hamilton, 2018)

 Pole position

Côté de la pole position : droit
Distance de la pole au premier freinage : 195.00 m

 Accélérateur et boîte de vitesses

Temps à pleine charge : 54 %
Distance à pleine charge : 67 %
Consommation d'essence : moyenne
Nombre de changements de vitesses en un tour : 50

Données F1 et Mercedes-AMG F1 Team, aucune affiliation ou autre. Ces données étaient valables avant que le Grand Prix de F1 ne se déroule.
Les éléments ont pu évoluer après le week-end de course : changement de tracé, nouveau record et etc.

 Les données pneumatiques Pirelli

 Pressions minimale de départ des slicks

Avant : 23.0 psi
Arrière : 21.0 psi

 Limites de carrossage

Avant : -3.25°
Arrière : -2.00°

 Pneumatique et piste

Evolution de la piste (FP1 aux qualifs) : élevée
Abrasion de l'asphalte : 4/5

 Résultats du Grand Prix de F1 de Brésil 2023

Pos. Pilote (Constructeur) Temps Pos. grille Gain/perte pos.* Vitesse moyenne Meilleur tour Points
1 M.Max VERSTAPPEN (Red Bull) 1:56:48.894 1   211.277 km/h 1:13.422 (T.68) 25
2 L.Lando NORRIS (McLaren) +8.277 6   4 214.005 km/h 1:12.486 (T.61) 19
3 F.Fernando ALONSO (Aston Martin) +34.155 4   1 208.382 km/h 1:14.442 (T.54) 15
4 S.Sergio PÉREZ (Red Bull) +34.208 9   5 209.276 km/h 1:14.124 (T.55) 12
5 L.Lance STROLL (Aston Martin) +40.845 3   2 209.607 km/h 1:14.007 (T.67) 10
6 C.Carlos SAINZ (Ferrari) +50.188 7   1 208.483 km/h 1:14.406 (T.59) 8
7 P.Pierre GASLY (Alpine) +56.093 15   8 208.161 km/h 1:14.521 (T.48) 6
8 L.Lewis HAMILTON (Mercedes) +1:02.859 5   3 207.554 km/h 1:14.739 (T.59) 4
9 Y.Yuki TSUNODA (AlphaTauri) +1:09.880 16   7 208.974 km/h 1:14.231 (T.64) 2
10 E.Esteban OCON (Alpine) +1 tour (T.70) 14   4 209.045 km/h 1:14.206 (T.53) 1
11 L.Logan SARGEANT (Williams) +1 tour (T.70) 19   8 204.816 km/h 1:15.738 (T.51)
12 N.Nico HÜLKENBERG (Haas) +1 tour (T.70) 11   1 206.732 km/h 1:15.036 (T.66)
13 D.Daniel RICCIARDO (AlphaTauri) +1 tour (T.70) 17   4 210.007 km/h 1:13.866 (T.68)
14 O.Oscar PIASTRI (McLaren) +2 tours (T.69) 10   4 208.752 km/h 1:14.310 (T.66)
Ab G.George RUSSELL (Mercedes) Surchauffe (T.57) 8 207.014 km/h 1:14.934 (T.55)
Ab V.Valtteri BOTTAS (Alfa Romeo) Moteur (T.39) 18 204.835 km/h 1:15.731 (T.20)
Ab G.Guanyu ZHOU (Alfa Romeo) Moteur (T.22) 20 203.489 km/h 1:16.232 (T.17)
Ab K.Kevin MAGNUSSEN (Haas) Collision (T.0) 12 N/A N/A
Ab A.Alexander ALBON (Williams) Collision (T.0) 13 N/A N/A
Ab C.Charles LECLERC (Ferrari) Moteur (T.0) Stands N/A N/A

Les actus concernant le Grand Prix de F1 de Brésil 2023

Les brefs concernant le Grand Prix de F1 de Brésil 2023

Lewis HAMILTON | Mercedes
FIA

Pour faire écho à Toto Wolff, patron de Mercedes, qui disait que la dernière course au Brésil était le pire week-end de l'écurie en 13 ans, Lewis Hamilton a dit : "Oui, c'était définitivement l'un des pires. Mais nous avons juste mal positionné la voiture [dans le sens des réglages]. Il y a évidemment du potentiel dans la voiture. Nous avons eu deux très bonnes courses auparavant. Nous l'avions juste dans la mauvaise fenêtre, et c'est la responsabilité de nous tous. Mais nous en avons tiré des leçons et de telles expériences, on apprend plus que de la défaite, vous savez. C'est douloureux pour tout le monde. Mais tout le monde s'est remis. Nous étions de retour à l'usine la semaine suivante. Tout le monde est extrêmement motivé pour terminer cette saison en force. Et je n'ai aucun doute que nous le pouvons."

Et y a-t-il eu une compréhension de pourquoi la voiture était dans une mauvaise fenêtre ? Hamilton répond : "Je sais exactement ce que c'était. Je savais déjà exactement ce que c'était."

Logan SARGEANT | Williams

Au Brésil, et ça sera aussi le cas à Las Vegas, les voitures étaient avec les mêmes pièces. Jusque là, seul Alex Albon avait les dernières pièces. Ainsi, Logan Sargeant est mis sur un pied d'égalité.

Bien entendu, le crash d'Albon au Brésil a fait mal au stock de pièces de Williams mais Vowles n'est pas pessimiste dans sa gestion.

Sergio PÉREZ | Red Bull

0.053 secondes sur la ligne d'arrivée...

La bataille Alonso-Pérez dans les derniers tours de course était un bijou dimanche dernier au Brésil.

Daniel RICCIARDO | AlphaTauri

Daniel Ricciardo était réellement frustré par la décision par application réglementaire de la FIA de l'obliger, puisqu'il était passé dans son garage pour réparer son aileron arrière endommagé par le pneu "volant" d'Albon, à reprendre le départ depuis la voie des stands.

"Je pourrais pester et expliquer à quel point ces règles sont putain de merdiques, mais on le sait tous. Désolé pour vous les gars. Vous avez fait un super boulot pour réparer la voiture... Donc..." [02:06:40 - minutage F1 TV]

"Juste parce que, vous savez... Juste parce que je suis un connard. Merci la FIA." [02:08:44 - minutage F1 TV]

Il faut dire que son équipe et lui jugeaient qu'il y avait du rythme et que des points étaient sur la table, augmentant d'autant plus la frustration.

Lando NORRIS | McLaren
FIA

Concernant la deuxième relance du Grand Prix du Brésil, Lando Norris a réussi à maintenir sa deuxième position malgré une confrontation serrée avec Lewis Hamilton. Il a reconnu que le rythme de la McLaren était similaire à celui de la Red Bull au début de chaque relais, mais que vers la fin, il rencontrait une dégradation des pneus, notamment à faible vitesse, qui affectait ses performances.

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait envisagé un dépassement sur Verstappen après le redémarrage, Norris a expliqué qu'il avait tenté sa chance en utilisant ses pneus neufs et sa batterie, mais la compétitivité de la Red Bull dans les virages où la McLaren avait des difficultés tout au long du week-end a rendu l’attaque infructueuse.

Lewis HAMILTON | Mercedes

"Une performance inexcusable," a déclaré Wolff, le directeur de l'équipe Mercedes, à Sky Sports F1. "Il n'y a même pas de mots pour ça."

L'Autrichien a enchaîné : "Cette voiture a terminé deuxième la semaine dernière et celle d'avant, et tout ce que nous avons fait depuis était horrible. Lewis a survécu sur la piste, mais George... Je ne peux que compatir pour les deux à conduire une chose aussi misérable. Cela montre combien la voiture est difficile, elle est sur le fil du rasoir."

"Il faut absolument la développer pour l'année prochaine, parce qu'il est inacceptable qu'en sept jours, vous passiez d'un podium solide, avec l'une des deux voitures les plus rapides, à une fin de course nulle part, en huitième position", a conclu le directeur de l'écurie Mercedes.

S'adressant à la presse écrite, Wolff a ajouté : "Complètement déconcertant. En même temps, inacceptable pour nous tous. Nous sommes une structure sérieuse, une équipe solide et cela ne ressemblait pas à une équipe solide aujourd'hui."

"De toute évidence, nous avons commis une erreur ce week-end," a complété Russell. "Nous ne sommes toujours pas sûrs de ce que c'est, mais le rythme n'était simplement pas là."

Hamilton, qui avait décrit le Sprint de samedi comme "horrible", a ajouté : "Cela ne semblait pas aussi désastreux qu'hier. Hier, je n'avais littéralement plus de pneus, ils étaient usés jusqu'à la corde. J'ai l'impression d'avoir mieux couru aujourd'hui en termes de gestion des pneus du mieux que je pouvais. Mais la voiture, il y a des moments où ça fonctionne et des moments non, et c'est tellement incohérent tout au long du tour. Donc nous devons comprendre ce que c'est. Ensuite, nous sommes aussi vraiment lents dans les lignes droites et la voiture glisse dans les virages. Donc une course à oublier mais espérons qu'il y aura beaucoup d'apprentissages aujourd'hui."

Fernando ALONSO | Aston Martin
FIA

Fernando Alonso revient sur sa confrontation serrée mais plaisante avec Checo Pérez, mettant en lumière l'intensité des derniers tours du Grand Prix du Brésil 2023 : "Pour moi, c'était un peu plus facile, disons, jusqu'aux cinq derniers tours où je pensais avoir tout sous contrôle, mais ensuite, quand j'ai commencé à pousser à cinq tours de la fin, il était encore plus proche donc je ne comprenais pas d'où venait son rythme et... Ouais, deux tours avant le drapeau à damier, il m'a dépassé. Je pensais que tout était oui... terminé à ce moment-là."

"Mais dans le dernier tour, j'ai eu une autre chance et j'ai saisi l'opportunité. Et très près de la ligne donc... Ouais, des manœuvres très agressives, beaucoup de respect et je suis content que c'était avec Checo et... Nous avons pu offrir un bon spectacle."

Sergio PÉREZ | Red Bull

Checo Pérez a loué la dure mais loyale bataille qui l'a opposé à Fernando Alonso dans les derniers tours de course : "C'était une superbe lutte avec Fernando. Je ne pense pas qu'avec beaucoup de pilotes, on puisse réaliser ce type de manœuvres, tu sais. C'était vraiment serré du début à la fin et... C'était super agréable, pour être honnête... Je me suis beaucoup amusé. Au final, c'est lui qui a obtenu le podium, mais c'est ainsi que va le sport."

Verstappen a gagné au Brésil devant Norris et une bataille de malade entre Alonso et Pérez, à l’avantage du pilote Aston Martin.

Gros accident au départ entre Albon et les Haas, juste après l’abandon de Leclerc pour problème hydraulique dans le tour de formation.

Tout le monde en softs sauf Sargeant qui partira en médiums.

Grille de départ définitive du Grand Prix du Brésil.

Pirelli a distillé les stratégies optimales pour la course à Interlagos avec les sets de pneus disponibles pour chaque pilote.

Lewis HAMILTON | Mercedes

Lewis Hamilton s’est révélé plutôt pessimiste au terme de la course Sprint : "Ça va être un long après-midi demain [cf. la course en tant que telle], c'est sûr. Je ne peux que supposer que je me suis trompé de configuration et… c’est ce que c’est."

Le septuple champion du monde ne baisse pas les bras mais est lucide : "Je me battrai aussi fort que possible mais nous ne gagnerons pas, c'est sûr."

Yuki TSUNODA | AlphaTauri

Tsunoda pense avoir la voiture pour aller chercher des points.

Ça ne sera pas simple mais il pense que le rythme de l’AlphaTauri est là.

Ferrari

Vasseur déçu d’avoir surchauffé le moteur et d’avoir dû faire du lift and coast toute la course.

Quelques degrés de température en plus et l’absence de refroidissement en peloton n’ont pas aidé.

Leur grosse réserve de pneus, axée course et non sprint, aidera pour la course selon le directeur de la Scuderia Ferrari.

Esteban OCON | Alpine

Ocon dit que la voiture a fonctionné normalement, ce qui est dingue dans le peu de temps qu’ont eu les mécaniciens Alpine pour la réparer.

La force pour la course : rapides en lignes droites.
Faiblesse : grosse dégradation.

Pierre GASLY | Alpine

Gasly mentionne que le moteur a beaucoup chauffer, qu’il a dû faire beaucoup de réglages au volant et qu’il faut voir avec les ingénieurs ce que ça a coûté.

Il faudra voir pour gérer quelque chose stratégiquement demain, surtout s’ils sont dans le peloton. Ils devraient pouvoir aller chercher un point malgré tout, a-t-il dit de façon plutôt optimiste.

Mercedes

Wolff a propos des performances des Mercedes pendant le Sprint : voiture mal équilibrée, pas de train arrière.

Ils vont jouer avec l’aileron avant et les fenêtres des pneus pour la course de dimanche.

Charles LECLERC | Ferrari

Leclerc mentionne du management de refroidissement mais qu’ils ont maximisé le package.

Il trouve le rythme en course des Red Bull et McLaren un peu déprimant, que ce sera dur pour la course de demain.

Résultats du Sprint brésilien.

Départ du Sprint : Magnussen, Hulk et Sargeant en mediums, les autres en softs.

Grille de départ définitive du Sprint.

Esteban OCON | Alpine

La voiture d’Esteban Ocon est bien prête pour le Sprint !!!

Côté Aston Martin, il semblerait que ce soit tout aussi bon pour Alonso.
Mise à jour : l’Aston Martin numéro 14 est bien sur la grille de départ.

Esteban OCON | Alpine

Pas d’action supplémentaire contre Ocon dans sa collision avec Alonso.

La FIA explique : "Les commissaires ont entendu les explications du pilote de la voiture 14 (Fernando Alonso), du pilote de la voiture 31 (Esteban Ocon), des représentants des équipes et ont examiné les données de positionnement/maréchalerie, les données vidéo, les communications radio de l’équipe et les preuves vidéo embarquées dans les voitures. Ils ont déterminé qu’ALO (Alonso) savait que OCO (Ocon) arrivait à grande vitesse à la sortie du virage 2. Ainsi, ALO a quitté la ligne de course afin que OCO puisse passer à l’extérieur au virage 3. Cependant, OCO a perdu l’équilibre de la voiture et est sorti large à la sortie. En même temps, ALO a tourné davantage vers la ligne de course, laissant moins de place à OCO. La combinaison de ces deux éléments a conduit à la collision."

Conclusion : "Les commissaires ont déterminé qu’aucun pilote n’était entièrement ou principalement fautif. Par conséquent, aucune pénalité n’est appliquée."

Classement final du Sprint Shootout et grille provisoire du Sprint.

Esteban OCON | Alpine

Alpine semble pouvoir remettre la voiture d'Ocon sur les rails pour le Sprint.

Au menu des réparations :
- La boîte de vitesses complète
- La suspension avant gauche
- L'aileron avant
- La suspension arrière
- Le fond plat
- La carrosserie latérale gauche
- L'aileron arrière

Fernando ALONSO | Aston Martin

Esteban Ocon et Fernando Alonso se sont accrochés pendant le Shootout.

Ocon n’a pas pris la parole mais Alonso est allé aux micros de la F1.

Pour l’Espagnol, il y a eu des dégâts sur les deux voitures ce qui est dommage et c’était une situation "au mauvais endroit au mauvais moment"

Alonso a complété en disant qu’il n’avait pas encore vu le replay mais qu’on lui a dit qu’Ocon perdait la voiture.

On peut mentionner ce qui semble être un léger décalage de l’Ibère avant l’arrivée d’Ocon, ce qui pourrait être la défense d’Alpine auprès des commissaires, mais l’enquête en dira plus.

Pierre GASLY | Alpine

Gasly n’est pas pessimiste par rapport à son résultat qualificatif car ils ont une aile arrière déchargée qui favorise la VMax pour la course.

Classement provisoire du Sprint Shootout. Avec Norris qui termine devant Verstappen et Pérez.

Grille de départ provisoire pour la course de dimanche.

Ce document fait apparaître les pénalités de Russell, Ocon et Gasly.

Résultats définitifs des qualifs

Pierre GASLY | Alpine

Troisième "victime du paragraphe 14" : Gasly. Comme Russell et Ocon, il se prend deux places de pénalités pour la course de dimanche.

Esteban OCON | Alpine

Autre victime de la nouvelle règle pour se créer un gap avec le pilote devant soi-même en qualifs : Ocon. Deux places de pénalité pour le Français, comme son coéquipier d’ailleurs.

George RUSSELL | Mercedes

Deux places de pénalité pour Russell !!

George Russell, lorsqu’il sortait des stands, n’a pas maintenu une vitesse suffisamment élevée et n’était pas aussi à gauche que possible. Cela a créé des problèmes pour les autres voitures qui tentaient de le dépasser. Cette action de Russell a été considérée comme une violation des instructions du directeur de course, en particulier de l’article 14 qui stipule que les pilotes doivent rester le plus à gauche possible pour permettre aux autres de dépasser à droite.

Les résultats provisoires des qualifications brésiliennes.

Daniel RICCIARDO | AlphaTauri

Ricciardo, éliminé dès la Q1 après des qualifs enthousiasmantes au Mexique : "Le premier tour était solide, je pense que nous étions définitivement beaucoup plus rapides que ce que le temps général a montré."

"Sur ce dernier tour, j'ai presque fait un tête-à-queue au virage 2, je suis juste entré un peu trop vite dans le virage 1, probablement que je n'ai pas mis les pneus dans la bonne condition pour le début du tour."

"Donc, on avait déjà perdu pas mal de temps dans le premier secteur et ensuite, un peu partout tout au long du tour."

"C'est frustrant parce que nous étions définitivement plus rapides que ça, mais juste quelques petites choses n'ont pas vraiment fonctionné."

Max VERSTAPPEN | Red Bull

Max Verstappen, trente-et-unième pole position de sa carrière, après les qualifs tourmentées à Interlagos : "Nous ne savions pas quand la pluie allait arriver durant les qualifications, nous pensions qu'elle viendrait. C'est bien sûr un temps fou."

"Charles et moi en discutions, nos tours nous semblaient horribles, mais je ne sais pas, je pense que le vent a commencé à changer et à devenir très fort et nous avons perdu beaucoup de temps au tour à cause de cela. C'était tout assez chaotique dans le dernier tour."

"Il semble que tout soit très serré. On pouvait déjà voir cela en qualifications. Je m'attends à la même chose aussi en course. Ici, il y a aussi pas mal de dégradation des pneus. Donc tout est question de gestion.

"L'année dernière nous n'avions pas bien géré cela mais je pense que nous sommes un peu meilleurs cette année."

Charles LECLERC | Ferrari

Charles Leclerc, deuxième des qualifs brésiliennes : "De toute ma carrière, je n'ai jamais rien vécu de tel. À partir du virage 4, il n'y avait plus de pluie. Mais la voiture était extrêmement difficile à conduire, aucune adhérence."

"Je pensais rentrer aux stands à la fin du tour, mais je l'ai terminé et c'était la P2. Donc, une très bonne surprise. Un moment vraiment étrange pour tout le monde sur le circuit."

Sur ses chances dans la course de dimanche : "Je ne sais pas encore pour la course. Avec les week-ends de Sprint, il y a toujours un grand point d'interrogation sur le rythme de course. Mais j'espère que ce sera une bonne course et, espérons-le, il n'y aura pas trop de pluie demain et dimanche."

Lance STROLL | Aston Martin

Lance Stroll, troisième des qualifs mais sous enquête, s'est exprimé après la séance : "La voiture se comportait bien tout au long de la session."

"La Q3 était vraiment difficile. Mon tour n'était pas terrible, mais je pense que les conditions ont beaucoup changé."

"J'ai eu quelques blocages de roues et manqué quelques points de corde, mais au final, cela a suffi pour être dans le top trois, ce qui est un super résultat."

"C'était compliqué les derniers week-ends. On a eu une bonne course à Austin mais ensuite, quelques jours plus tard au Mexique, un week-end vraiment difficile, donc aujourd'hui c'était une grande journée."

Pierre GASLY | Alpine

Casque spécial pour Gasly au Brésil, une surprise : "Création spéciale de mes meilleurs amis. On en a plaisanté pendant les vacances d’été et maintenant la voilà. Je ne peux pas décrire combien je suis heureux de découvrir que je vais être parrain pour la première fois !"

Charles LECLERC | Ferrari

Nouveaux échappements pour les Ferrari.

Résultats de "FP1" (il n’y a qu’une séance d’essais libres).

Les écuries ont glané des données, notamment Red Bull qui a fait du roulage en pneus durs.

Haas

Seule Haas est arrivée avec une nouvelle pièce à Interlagos et elle est spécifique au circuit : "Un nouvel aileron avant avec une option de volet est disponible pour cette course. Cet aileron a été conçu pour correspondre aux exigences du réglage de la voiture adapté à ce circuit."

Point mécanique comptable avant le Grand Prix du Brésil.

Fernando ALONSO | Aston Martin
F1

Fernando Alonso exprime un optimisme prudent pour le Grand Prix du Brésil, espérant surmonter les récentes déceptions.

"[C'était] très intense," a déclaré Alonso à propos de l'enchaînement des Grands Prix. "Comme vous l'avez dit, les deux abandons consécutifs à Austin et au Mexique font très mal, mais nous avons une nouvelle chance ici au Brésil. Je suis content qu'il y ait un triple enchaînement parce qu'on n'a pas le temps de ressentir la douleur. On saute immédiatement dans la voiture et on réessaie, et je pense que ce week-end sera meilleur, espérons-le, avec moins d'expérimentations et une approche plus directe."

Avec le dernier Sprint de la campagne 2023 qui aura lieu à Interlagos, il n'y aura qu'une seule séance d'essais libres avant les qualifications plus tard le vendredi. Alonso estime que, cela offrant moins de temps de préparation, l'équipe pourrait bénéficier des informations recueillies lors des courses précédentes.

"Un week-end de Sprint ne permet évidemment plus d'expérimenter," a reconnu le double champion du monde. "Il n'y a qu'une seule séance d'essais libres, donc à partir des deux dernières courses, nous avons beaucoup d'informations, beaucoup de données. Nous utilisons toutes ces informations pour commencer demain avec le meilleur package que nous avons actuellement pour ce type de piste.

"Je suis confiant que nous puissions avoir un bon week-end. Je pense que, de toute évidence, les deux dernières courses semblent décevantes, mais il y a trois courses, au Qatar, j'ai commencé en P4 et fini en P6, donc j'ai tendance à penser que les deux derniers événements n'étaient pas normaux et que nous reviendrons à une performance dans le top 10 ici."

Carlos SAINZ | Ferrari
FIA

Concernant la performance de la Ferrari en rythme de course, point faible précédemment évoqué par con coéquipier Charles Leclerc, Sainz a évoqué une faiblesse persistante tout au long de la saison : "Je pense que nous avons simplement une petite faiblesse à ce niveau-là. Elle a été là toute l'année. Nous avons tendance à faire mieux en qualifications que nous le faisons en course."

Et Carlos rappelle le soucis principal de Ferrari qui est la compréhension et l'exploitation des gommes Pirelli : "Puis il y a l'inconstance des relais. Il y a des relais au cours de l'année où nous avons été très bons en course, et puis d'autres relais où nous avons beaucoup perdu en fonction du composé, des conditions de piste et de la manière dont nous traitons le pneu. Donc nous semblons simplement être un peu moins constants sur ce front et c'est là que nous mettons tous nos efforts pour ces trois dernières courses et pour l'année prochaine, pour voir si nous pouvons gérer pour changer ce déficit que nous avons."

Lewis HAMILTON | Mercedes
FIA

Lewis Hamilton a commenté avec réalisme les perspectives de l'équipe pour Interlagos, en évaluant la concurrence et en exprimant ses espoirs pour une bonne performance de son équipe par rapport aux excellents résultats de l'an dernier. Voici ses mots : "Je ne sais pas vraiment. Je m'attends à ce que les Red Bull soient très rapides, comme toujours ! Leur voiture semble bien fonctionner partout, à l'exception de Singapour. Et nous prévoyons que les Ferrari seront également rapides. J'espère que notre voiture sera efficace ici comme elle l'a été à Austin, mais on ne peut jamais prédire – ça pourrait être mauvais, ça pourrait être bon. Alors on essaie juste de se préparer du mieux qu'on peut."

Poursuivant sur ce thème, il a abordé la victoire de Mercedes l'année dernière et ses performances personnelles impressionnantes à Interlagos. Hamilton a exprimé une prudence calculée, conscient que malgré les spéculations positives, les résultats antérieurs ne garantissent pas le succès futur : "Je dis que ce n'est pas facile à prédire. Je ne sais vraiment pas. Après les dernières courses, on reçoit des messages des gens comme ‘ça a l'air bien’. Mais je réponds ‘c'était aussi bien à la fin de l'année dernière’. Cependant, nous avons commencé à 1,5 seconde derrière au début de l'année. Donc je ne suis pas ébloui par où nous en sommes actuellement. Je suis fier… la seule raison pour laquelle je suis sur le podium, c'est le travail formidable qui a été fait en coulisses, mais je pense plutôt à long terme en ce moment. Et à court terme, j'essaie juste de consolider la deuxième place dans le Championnat des Constructeurs parce que c'est tellement important pour tout le monde au sein de l'équipe."

D'ailleurs, en ce qui concerne la lutte pour le championnat des constructeurs entre Mercedes et Ferrari (Mercedes ayant un avantage de 22 points sur Ferrari), il a exprimé une certaine anticipation : "Oui. C'est une bataille vraiment amusante et agréable et ces gars [Ferrari] ont fait un super travail en qualifications lors de la dernière course, mais heureusement, nous avons pu les dépasser. Mais je pense que cela va être serré. Et pour ces trois dernières courses, il va falloir que tout le monde s'implique à fond pour stopper ces gars."

Charles LECLERC | Ferrari
FIA

Charles Leclerc a abordé les attentes pour le Grand Prix du Brésil avec prudence, soulignant l'importance de la performance en course plutôt que les qualifications. Il a admis : "Les pole positions, c'est toujours agréable, mais pour moi, l'important, c'est le dimanche, les courses. Actuellement, notre voiture n'est pas en mesure de convertir ces poles en victoires, ou du moins en très bons résultats. C'est donc sur cela que nous devons travailler. Nous avons encore pas mal de chemin à parcourir. Être en pole serait incroyable, mais je préférerais une victoire qu'une pole ce week-end."

Sur l'impact des composés de pneus plus durs au Brésil par rapport au Mexique, Leclerc est resté sceptique quant à l'avantage potentiel pour son équipe : "Je ne pense pas que cela ait une grande influence sur notre performance. C'est plus dû aux caractéristiques de la piste. Mais c'est très difficile de prédire pour ce week-end, surtout lors des week-ends de Sprint. La FP1 est super importante. Il est très facile de faire une erreur de direction si l'expression est correcte, et alors vous ne pouvez pas vraiment vous en remettre si vous faites une erreur dans les réglages en FP1. Donc, il sera super important d'avoir une FP1 solide. Et j'espère que cela mènera à un week-end positif pour nous."

Valtteri BOTTAS | Alfa Romeo
FIA

La course du week-end dernier a été décevante pour Valtteri Bottas malgré une bonne qualification. Interrogé sur la compréhension des problèmes de la voiture, il révèle ses impressions : "Le rythme en course n'était pas vraiment à la hauteur de nos espérances. Mais le plus gros souci était la position en piste. Être constamment coincé derrière d'autres voitures ne permet pas de montrer le vrai rythme. Je pense que c'était le problème principal. Pas la course la plus chanceuse non plus avec le timing, notamment le Safety Car qui est intervenu au pire moment pour nous deux. Donc aussi un peu de malchance."

À la question de savoir s'il est toujours préoccupé par le rythme de la voiture, il semble plutôt confiant pour le Grand Prix de São Paulo : "Cela me donne davantage de confiance. Nous avions un bon rythme ici l'année dernière. Donc oui, j'ai toute confiance que nous pouvons marquer des points. C'est ce en quoi toute l'équipe doit croire."

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Au cœur du Grand Prix du Brésil, Max Verstappen se trouve face à un dilemme qui rappelle les controverses de l'année dernière, où il avait refusé de céder sa place à son coéquipier, Sergio Perez. Cette année, avec Perez à nouveau en lutte pour la deuxième place du championnat et Verstappen déjà couronné champion, les enjeux de l'équipe sont clairs.

Question de Tom Cary (Daily Telegraph) : "C'était ici l'année dernière qu'il y a eu une controverse lorsque vous avez décliné la demande de l'équipe de laisser passer Checo. Vu la situation actuelle, lui avec 20 points d'avance sur Lewis pour la deuxième place, et avec le championnat déjà décidé, comment vous sentiriez-vous si une situation similaire se présentait ?"

Réponse : "Bonne question. Je pense qu'en fin de compte, cela ne devrait pas toujours reposer sur moi pour obtenir les points, mais j'ai confiance en Checo, je pense qu'il peut maintenir son avance, car en moyenne, vous savez, nous avons la voiture la plus rapide. Et je pense qu'aussi l'année dernière, la situation n'avait pas été vraiment bien discutée avant d'entrer dans le week-end de course. Mais oui, espérons juste que nous n'arriverons pas à cette situation, je pense que c'est mieux pour tout le monde."

Lando NORRIS | McLaren
FIA

Lando Norris, le jeune pilote de l'équipe McLaren, a partagé avec enthousiasme et humour les dessous de sa récente performance remarquée au Mexique. "[Me] Qualifier mal a été mon secret ! Ça rend la course beaucoup plus amusante en partant de l'arrière", a-t-il plaisanté, tout en soulignant la compétitivité soutenue de sa voiture tout au long du week-end. Norris a révélé que, malgré une qualification qui n'était pas "incroyable", l'équipe savait que le rythme de course serait bon.

Il a étoffé son analyse de la course : "Le premier relais était bon, mais il était difficile de progresser au début. Mais lors du second relais, une fois que vous avez les pneus dans une bonne fenêtre et que les choses commencent à venir à vous, alors tout commence à couler de source. Je me sentais très bien là-bas." Norris a attribué son agréable course à "une bonne cadence, une bonne usure des pneus, une bonne gestion", des facteurs clés qui ont contribué à sa remontée spectaculaire.

Cependant, quant à la question de savoir s'il aurait pu défier Max Verstappen s'il avait commencé en tête de la grille, Norris a répondu sans détour : "Non. Aucune chance."

En se tournant vers le Grand Prix de São Paulo, Norris a exprimé une incertitude mesurée. "Je veux dire, je ne sais pas. J'aime pas répondre à cette question. Je ne pense pas que quiconque sache vraiment." Il a poursuivi en expliquant que, même si les circuits de São Paulo et de Mexico ne sont traditionnellement pas les plus forts pour McLaren, l'excellente course de Mexico donne lieu à un optimisme prudent pour le week-end à venir.

"Donc, nous gardons les pieds sur terre et continuons à pousser. Mais je suis sûr que nous pouvons quand même passer un bon week-end", a conclu Norris, reflétant l'esprit de persévérance qui caractérise son approche de la course.

Max VERSTAPPEN | Red Bull
FIA

Max Verstappen a exprimé une certaine réserve quant à la course à venir au Brésil, soulignant les défis de l'année précédente et les particularités du format Sprint. "L'année dernière, nous n'avons pas vraiment eu un bon week-end de course ici", a-t-il rappelé.

Il a complété : "Et maintenant, avec le format Sprint, c'est assez difficile d'être directement au top. Nous avons quelques idées sur les raisons pour lesquelles l'année dernière n'a pas été géniale mais une seule séance d'essais pour s'assurer que ça se passe mieux cette année. Je pense qu'il y a beaucoup de dégradation des pneus ici, et la manière dont vous devez régler la voiture, beaucoup de virages à basse vitesse. Je ne pense pas que notre voiture soit particulièrement, disons, incroyable dans les virages à basse vitesse, donc je suppose que nous verrons bien."

Le pilote néerlandais est bien conscient qu'il faudra être astucieux et précis dans les réglages pour exceller sur ce terrain, d'autant qu'il n'y a qu'une unique séance d'essais libres en ce week-end au format Sprint.

D'ailleurs, Max Verstappen a partagé ses réflexions sur l'apprentissage continu en Formule 1, même au cours d'une saison où il a largement dominé. "Chaque week-end est différent," a-t-il dit, insistant sur le fait que les opportunités d'apprendre varient d'une course à l'autre. Comme il le rappelle : parfois, tout se met en place dès le départ, la voiture est exceptionnelle et les ajustements sont minimes alors que d'autres fois, il faut lutter pour trouver la bonne alchimie de pilotage et de réglages. Ces moments plus difficiles peuvent être particulièrement instructifs, offrant des leçons sur la gestion de la course et sur des scénarios inattendus. Verstappen admet que le processus d'apprentissage est infini et qu'à chaque week-end de course, il y a de nouvelles informations à intégrer.

FIA

Pour le Shootout et les qualifs, en écho avec les comportements récents qui obligent les pilotes à ralentir énormément voire s'arrêter dans la voie des stands (et donc bloquer les autres participants) pour se créer un écart suffisant avec la voiture qui est partie avant eux, les notes pour le Brésil ont ajouté un paragraphe pour cadrer tout ceci :

"Conformément à l'article 33.4 du Règlement sportif de la Formule 1, il est interdit aux pilotes de ralentir inutilement, ce qui inclut l'arrêt d'une voiture dans la voie rapide de la voie des stands. Durant les séances de Shootout et de qualifications, les pilotes peuvent créer un écart entre les feux de sortie des stands et la ligne de Safety Car SC2. Tout pilote souhaitant le faire doit se tenir aussi loin que possible à gauche pour permettre aux autres pilotes de les dépasser par la droite de la route de sortie des stands."

Rappelons que les pilotes avaient recours à cette pratique pour éviter de tomber en-dessous du chrono minimum imposé. Ce changement réglementaire [s'il est bien appliqué] pourrait (peut-être) modifier significativement les stratégies des équipes et des pilotes lors des qualifications, en les obligeant à mieux calculer leur moment de sortie des stands et leur rythme sur la piste, pour ne pas pénaliser leurs tours de qualification ni ceux des autres concurrents.

FIA

Les changements pour Interlagos en 2023 :
- Les barrières TecPro à la sortie du virage 1 sur le côté droit ont été remplacées par de nouveaux pneus enveloppés de bande transporteuse.
- L'emplacement du MP9 (poste de commissaire) a été déplacé en aval d'environ 70 mètres.
- Travaux de resurfaçage de l'entrée du virage 6 jusqu'à la sortie du virage 7 sur le côté droit sur une couche de 5,5 m de largeur.
- Entre le virage 9 et le virage 10 sur le côté droit de la zone de dégagement, une nouvelle glissière de sécurité a été installée.
- Entre le virage 10 et le virage 11 sur le côté gauche, une nouvelle clôture FIA a été installée derrière la glissière de sécurité.
- Le pont piétonnier au virage 14 sur le côté gauche a été amélioré avec de nouvelles glissières de sécurité, une clôture FIA et des blocs de béton comme protection.
- Suppression de tout le gazon artificiel.

Lewis HAMILTON | Mercedes

Casque spécial Ayrton Senna pour Lewis Hamilton !

Esteban OCON | Alpine

Le casque spécial #BrazilGP de... "Oconzinho" !!!

Mario Isola, responsable du sport auto chez Pirelli, parle d'Interlagos avant le week-end sprint : "Le circuit compte 15 virages - cinq à droite et neuf à gauche - avec plusieurs changements de direction. Interlagos offre un peu de tout, avec des virages à basse et moyenne vitesse, et les voitures qui ont un niveau d'appui aérodynamique assez élevé. Les forces agissant sur les pneus sont raisonnablement équilibrées entre latérales et longitudinales. L'asphalte lui-même présente un haut niveau de rugosité : typique des circuits permanents avec une longue histoire derrière eux. La dégradation est principalement thermique, c'est pourquoi les composés C2, C3 et C4 ont été choisis."

Côté stratégie pneumatique, il précise : "La stratégie la plus probable est de faire deux arrêts aux stands, tandis qu'un seul arrêt nécessiterait une gestion rigoureuse des pneus, impactant le rythme de course. La voiture de sécurité a souvent été présente lors du grand prix, introduisant une autre variable clé, et nous avons également remarqué que les conditions météorologiques peuvent varier rapidement et considérablement à cette période de l'année."

C2, C3 et C4 : telle est la sélection de gommes par Pirelli pour Interlagos !

C'est la même sélection que celle de l'an dernier et nous sommes à nouveau dans un week-end de Sprint pour le circuit brésilien.